L’encens antique, un singulier à mettre au pluriel ?

L’encens est aujourd’hui un terme générique qui désigne divers produits aromatiques souvent commercialisés sous forme de poudres, cônes ou bâtonnets, parfois simples, plus souvent composés, destinés à être brûlés. Il peut être un support de méditation, un parfum d’ambiance ou destiné à chasser les mauvaises odeurs. Est-ce si moderne ? Existait-il de même dans l’Antiquité un ensemble composite « encens » également défini par sa fonction (matière à brûler) et regroupant en fait plusieurs matières premières aptes à être brûlées ? Lors d’un colloque récent à Rome « Sensing divinity », nous nous sommes demandés au fil des contributions si, pour les mondes grec et romain, « thus »/  « tus » (d’une racine signifiant « fumer », qu’on retrouve avec un sens plus large dans le grec thumiama, matières à encens ou parfums) ou « incensum », et « libanos » (d’une racine sémitique lbn, hébreu lebôna, arabe lûban, signifiant peut-être blanc ou lait, qui en français a donné le terme oliban), tous deux traduits par « encens », désignaient vraiment le même objet. N’y aurait-il pas d’un côté un groupe de plusieurs matières premières à brûler (thus) inscrit dans les rituels et les sacrifices et de l’autre, une matière première spécifique (libanos) qui pouvait y participer ? Doit-on à toute force essayer d’identifier une espèce végétale, et une seule, sous un terme antique ?

Dans tous les travaux menés depuis la fin du 18e siècle, l’encens-oliban (en anglais « frankincense »), produit du genre botanique Boswellia a été généralement retenu dans les traductions quels que soient les contextes. La situation semblait claire ; en effet, à partir du Ier millénaire avant notre ère, la péninsule Arabique émerge dans les circuits commerciaux avec l’encens et les myrrhes, deux ressources végétales qu’elle partage avec l’Afrique orientale. Depuis Alexandre le Grand, l’Occident s’est attaché à contrôler ce commerce et l’encens-oliban est devenu un élément substantiel des cultes et rituels. Tous les éléments historiques militaient donc pour cette identification de l’encens antique comme du Boswellia.

Fig. 1: Boswellia carterii, Oman, Dhofar, ® E. Dodinet

L’encens-oliban est une oléo-gommo-résine (une fraction d’huile essentielle, une de résine, une de gomme) obtenue par incision sur le tronc et les branches de diverses espèces du genre Boswellia, qui appartient à la famille des Burseraceae. Le genre a une répartition assez large de l’Afrique sub-saharienne, avec de nombreuses espèces dont certaines très locales, jusqu’en Inde (Boswellia serrata Roxb.), en passant par le sud de la péninsule Arabique (Boswellia carterii Birdw., l’encens-oliban princeps, également présent en Afrique orientale, fig. 1 et 2) et Socotra.

Fig. 2: Exsudat de Boswellia carterii, Oman, Dhofar, ® E. Dodinet

La matière première, recherchée, précieuse, a toujours été adultérée et falsifiée et l’est encore aujourd’hui. Les larmes d’encens peuvent présenter des apparences très diverses allant du blanc au blanc-verdâtre, au doré ou au brun. L’encens-oliban est une matière chimiquement complexe dont le parfum et la qualité varie en fonction des localités, des arbres eux-mêmes, des périodes de récolte et du traitement qui suit la récolte.

Les analyses organiques, une nouvelle discipline en archéologie au carrefour de la chimie et de la botanique qui a émergé depuis la fin des années 1970, permettent aujourd’hui d’apporter de nouveaux éléments sur les identifications qui ont pu être proposées jusqu’ici sur la base d’informations historiques, textuelles et linguistiques. Dès les débuts de la discipline, les matières odorantes ont retenu l’attention des chercheurs et nous disposons aujourd’hui d’un jeu de données cumulées qui permet de mieux documenter cette question de l’identité des encens. Dans ce cadre, la signature chimique de l’encens-oliban, même dégradée par le temps et les phénomènes de déposition (disparition de la fraction d’huile essentielle, c’est-à-dire des molécules volatils), a été identifiée par différents travaux concordants (Evershed et al. 1997; Achier et Vieillescazes 2000, Brody, Edwards et Pollard 2002; Mathe et al. 2004; Culioli et al. 2003; Aksamija, Mathe et Vieillescazes 2012, inter alia). Autrement dit, si encens-oliban il y a dans un objet archéologique, les analyses seront en mesure de l’identifier. Les analyses chimiques permettent, en outre, d’apporter des précisions géographiques sur les sources d’approvisionnement. En effet, sur la base des marqueurs triterpéniques conservés, on peut distinguer aujourd’hui : B. carterii (= B. sacra Flueck.) distribué sur le sud de la péninsule Arabique et la corne orientale de l’Afrique, B. serrata Roxb. ex Colebr., l’encensier indien, et B. frereana Birdw., originaire d’Afrique orientale. Cependant, d’autres Boswellia ont pu être utilisés, y compris dans l’Antiquité. Il faut savoir que la récolte s’opère souvent quand l’arbre n’a plus ni feuilles, ni fleurs, ce qui complique son identification, même dans les circuits commerciaux actuels.

Des analyses ont ainsi pu être menées sur des jarres égyptiennes du Nouvel Empire portant l’étiquette senter, le terme reconnu pour l’encens (Serpico et White 2000; Serpico et al. 2003; Smith et al. 2004), ainsi que sur des coupelles servant à des cultes domestiques à El-Armana (Stern et al. 2003). Dans les deux cas, les analyses ont mis en évidence de la résine de Pistacia sp. (le genre du pistachier, du térébinthe, du lentisque, du mastic et du pistachier de l’Atlas). De même, dans l’épave d’Ulu Burun, un bateau de commerce transportant des produits de luxe dans une navigation probablement circumméditerranéenne à la fin du XIVe siècle avant J.-C. (Pulak 2001), une grande partie des amphores cananéennes (fig. 3 et 4) retrouvées contenait de la résine de Pistacia en quantités très significatives, probablement de l’ordre d’une demie tonne (Mills et White 1989 ; Stern et al. 2008).

Fig. 3: Pistacia terebinthus L., Crète. ® E. Dodinet

Fig. 4 : Amphores cananéennes de l’épave d’Ulu Burun, Bodrum, Musée d’archéologie sous-marin, ® E. Dodinet

Qu’en est-il pour le Ier millénaire ? Les analyses menées jusqu’ici continuent à livrer de la résine de Pistacia (fig.5), beaucoup plus fréquemment que celle du Boswellia. Ainsi, les identifications analytiques de Boswellia sont limitées à un vase à onguent égyptien du Bronze Moyen (Mathe et al. 2004) et pour le Ier millénaire, en Egypte, à une momie datant du VIIe siècle avant J.-C. (Archier et Vieillescazes 2000). La période classique ne fournit encore que peu d’attestations (van Bergen et al. 1997) bien que de l’encens-oliban ait été effectivement identifié à Qana au Yémen (Mathe et al. 2007). A contrario, des analyses conduites sur du matériel Nabatéen, région considérée comme une plaque tournante du commerce de l’encens dans la seconde moitié du Ier millénaire av. J.-C., n’ont pas révélé d’encens-oliban, mais une résine, provenant probablement d’un autre genre africain (Canarium sp.) dans les Burseraceae (Mathe et al. 2009). Les attestations suivantes sont toutes plus tardives, après le tournant de notre ère (Dodinet 2018). Cependant, il faut noter qu’il y a encore eu peu de brûle-parfums ou d’encensoirs analysés et qu’il peut y avoir une distorsion de la documentation de ce fait.

Fig. 5 : Fragment d’encens de l’épave d’Ulu Burun, Bodrum, Musée d’archéologie sous-marin, ® E. Dodinet

Le premier encensoir analysé, daté d’entre le Ve et le VIIe siècles de notre ère, est un encensoir égyptien ; les analyses y ont mis en évidence de l’huile de Brassicaceae (la famille du radis, du chou, de la moutarde, de la ravenelle…), de la résine de Pistacia, de Pinaceae (la famille du pin et du sapin entre autres) et du styrax (Styrax sp.), le genre du benjoin, mais qui comporte aussi une espèce méditerranéenne, Styrax officinalis L., qui produisait jusqu’au 18e siècle une résine très prisée (Modugno, Ribechini et Colombini 2006).

Pour la période médiévale, à Sharma, supposé être le port par excellence de l’encens, les analyses ont certes livré du Boswellia sp., mais majoritairement (à 80% des échantillons) un autre végétal, probablement une légumineuse du genre Hymenaea, autrement dit une sorte de copal (Regert et al. 2008). La pluralité des matières premières brûlées en encens a par ailleurs bien été mise en évidence pour le monde arabe médiéval (Le Maguer 2016).

Quel bilan peut-on tirer de ce tableau brièvement exposé ? L’encens-oliban fait bien partie des ressources disponibles dans le monde antique et, en Egypte au moins, assez tôt, mais sans être une ressource majeure. Il semble n’avoir été longtemps disponible qu’en quantités limitées et occasionnellement et il n’a jamais été le seul encens utilisé. En fait, il faut admettre que sous ce terme, dans chaque zone géographique, à chaque époque, pouvaient se cacher plusieurs ressources végétales, comme le démontre bien N. Baum pour la période ptolémaïque en Egypte à partir des inscriptions du temple d’Edfou (Baum 1999). Il faut admettre également que d’autres résines étaient commercialisées sous cette appellation, y compris dans les périodes tardives et au Moyen-Âge, soit qu’il y ait eu des phénomènes de falsification, soit que ces résines aient été associées à l’encens car elles en partageaient le parfum ou les fonctions. Qu’est-ce qui, finalement, définit l’encens : sa capacité à être brûlé ? une gamme olfactive donnée, bien caractérisée ? des propriétés odoriférantes créditée de la capacité de chasser les miasmes ou les mauvais esprits ? une symbolique liée à son origine ? un statut social de produit de luxe rare et exotique ? ou encore sa capacité à exsuder des larmes, comme un sang des arbres ? A la lumière des découvertes fournies par les analyses organiques, il importe, en tout cas, de relire les textes en se posant ces questions.

Bibliographie

Aksamija A., Mathe C. et Vieillescazes C. 2012. Liquid chromatography of triterpenic resins after derivatization with dansyl chloride, Journal of Liquid Chromatography & Related Technologies 35(9), 1222-1237.

Archier P. et Vieillescazes C. 2000. Characterisation of various geographical origin incense based on chemical criteria Analusis, 28, 233-237.

Baum N.1999. L’organisation du règne végétal dans l’Egypte ancienne et l’identification des noms des végétaux, in Aufrère, S. (éd.) Encyclopédie religieuse de l’Univers Végétal. Croyances phytoreligieuses de l’Egypte ancienne (ERUV) II OrMonsp X. Montpellier: Université Paul Valéry – Montpellier III, 421- 443.

van Bergen P. F., Peakman T. M., Leigh-Firbank E. C. et Evershed R. P. 1997. Chemical Evidence for Archaeological Frankincense: Boswellic Acids and their Derivatives in Solvent Soluble and Insoluble Fractions of Resin-Like Materials, Tetrahedron Letters 38(48), 8409-8412.

Brody R. H., Edwards H. G. M. et Pollard M. 2002. Fourier Transform-Raman spectroscopic study of natural resins of archaeological interest, Biopolymers, 67(2), 129-41.

Culioli G., Mathe C., Archier P. et Vieillescazes C. 2003. A lupane triterpene from frankincense (Boswellia sp., Burseraceae), Phytochemistry 62(4), 537-541.

Dodinet, E. 2018 (à paraître). Odeurs et parfums en Méditerranée archaïque. Analyse critique des sources. PALLAS 106

Evershed R. P., van Bergen P. F., Peakman T. M. et Leigh-Firbank E. C. 1997. Archaeological frankincense, Nature 390, 667-668.

Le Maguer, S. 2016. Une archéologie des odeurs : identifier les encens et leurs usages au Proche et Moyen‑Orient (VIIIe‑XIIe siècles), Bulletin d’Etudes orientales, 1(64), 135-158.

Mathe C., Archier P., Nehme L. et Vieillescazes C. 2009. The study of Nabatean organic residues from Madâ’in Sâlih, ancient Hegra, by Gas Chromatography – Mass Spectrometry, Archaeometry 51(4), 626-636.

Mathe C., Connan J., Archier P., Mouton M. et Vieillescazes C. 2007. Analysis of Frankincense in archaeological samples by Gas chromatography-Mass Spectrometry, Annali di Chimica 97(7), 433-445.

Mathe C., Culioli G., Archier P. et Vieillescazes C. 2004. Characterization of archaeological frankincense by gas chromatography–mass spectrometry, Journal of Chromatography A, 1023(2), 277-285.

Mathe C., Connan J., Arcgier P. 2007. Analysis of Frankincense in archaeological samples by Gas chromatography- Mass Spectrometry, Annali di Chimica, 97(7), 433-445.

Mills J. S. et White R. 1989. The Identity of the Resins from the Late Bronze Age Shipwreck at Ulu Burun (Kaş), Archaeometry 31(1), 37-44.

Modugno F., Ribechini E. et Colombini M. P. 2006. Chemical Study of triterpenoid resinous materials in archaeological findings by means of direct exposure electron ionisation mass spectrometry and gas chromatography/mass spectrometry, Rapid Communications in Mass Spectrometry: RCM 20, 1787-1800.

Pulak C. 2001. The Cargo of the Ulu Burun Ship and Evidence for Trade with the Aegean and Beyond, in Bonfante L. et Karagheorgis V. (éd.) Italy and Cyprus in Antiquity 1500-450 BC. Nicosie, Chypre, 13-60.

Regert M., Devièse T., Le Hô A.-S. et Rougeulle A. 2008. Reconstructing ancient yemeni commercial routes during the middle ages using structural characterization of terpenoid resins », Archaeometry, 50(4), p. 668-695.

Serpico M., Bourriau J., Smith L., Goren Y., Stern B. et Heron C. P. 2003. Commodities and Containers: A Project to Study Canaanite Amphorae Imported into Egypt during the New Kingdom, in Bietak M. (éd.) The Synchronisation of Civilisations in the Eastern Mediterranean in the Second Millennium BC II. Proceedings of the SCIEM2000 Euro-Conference, Haindorf, May 2001. Vienne, Autriche: Osterreichischen Akademie der Wissenschaften, 365-375.

Serpico M. et White R. 2000. The botanical identity and transport of incense during the Egyptian New Kingdom, Antiquity, 74, 884-897.

Smith L., Bourriau J., Goren Y., Hugues M. et Serpico M. 2004. The Provenance of Canaanite amphorae found at Memphis and Amarna in the New Kingdom: results 2000-2002, in Bourriau J. et Phillips J. J. (éd.) Invention and Innovation: The social context of technological change 2: Egypt and the Near East 1650-1150. Oxford, UK: Oxbow books, 55-77.

Stern B., Heron C. P., Corr L., Serpico M. et Bourriau J. 2003. Compositional variations in aged and heated Pistacia resin found in Late Bronze Age Canaanite Amphorae and bowls from Amarna, Egypt, Archaeometry 45(3), 457-469.

Stern B., Heron C. P., Tellefsen T. et Serpico M. 2008. New investigations into the Uluburun resin cargo, Journal of Archaeological Science, 35, 2188-2203.

L’auteur

Elisabeth Dodinet est paléo-ethnobotaniste, spécialisée sur les matières premières aromatiques antiques, doctorante à l’Université de Bretagne occidentale, FRE CERHIO.  Rédactrice en chef de la revue Botany letters.

Pour citer ce billet : Elisabeth Dodinet. L’encens antique, un singulier à mettre au pluriel ?, ArchéOrient - Le Blog, 29 septembre 2017, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/7786

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *