Où sont les mystérieux ports étrusques ?

Le long du littoral tyrrhénien, les sites portuaires romains du IIIe s. av. J.C., ont pour la plupart, bien été localisés. En revanche, aucune trace de structures portuaires d’époque étrusque (VIe. Ve s. av. J.-C.) n’a encore été découverte. Où se trouvaient les ports étrusques ? Pour répondre à cette question, les scientifiques ont décidé de concentrer leurs recherches sur le site de Pyrgi (Santa Severa) sur le littoral nord du Latium (en Italie, Fig. 1).

Fig. 1 : Carte de localisation du site de Pyrgi en Étrurie.

Pyrgi est le principal port de Caere (aujourd’hui Cerveteri), l’une des plus importantes villes d’Étrurie. Au VIIIe s. av. J.-C., l’Étrurie s’étendait du fleuve Arno au nord jusqu’au fleuve Tibre au sud. Au cours du IIIe s. av. J.-C. les romains occupent ce territoire côtier et construisent un port à Pyrgi, dont on repère encore les vestiges sous l’eau (Fig. 2). Deux temples étrusques et une aire sacrée datés des environs du Ve s. av. J.-C. sont les vestiges les plus importants retrouvés pour cette période à Pyrgi.

Fig. 2 : Pyrgi vue de la mer. Aujourd’hui le chateau médiéval de Santa Severa occupe une partie du site antique. Photo : Loic Guinebault

L’hypothèse des scientifiques, pour retrouver le port étrusque de Pyrgi, repose sur l’idée du déplacement de la ligne de rivage (et donc des mouillages) au cours du temps. Ce déplacement est dû aux apports de sédiments par les cours d’eau. Autrement dit, l’ancienne ligne de rivage, et probablement ses ports, doivent être recherchés plus à l’intérieur des terres. On peut ainsi envisager que de vastes étendues lagunaires, aujourd’hui comblées, aient pu abriter les ports étrusques. En effet, les cours d’eau apportent des sédiments qui viennent colmater les lagunes côtières. Ces dernières sont peu à peu colmatées et deviennent des marécages. Les bonifications successives, au cours des deux derniers siècles, ont transformé ces zones marécageuses en terrains agricoles (fig. 3).

Fig. 3 : opération de carottage pour rechercher le port de Pyrgi dans le secteur nord du site archéologique. Photo : Loic Guinebault

Afin de valider cette hypothèse, un groupe de scientifiques développe une approche méthodologique pluridisciplinaire allant de la prospection de terrain au SIG et faisant appel aux dernières avancées des technologies en géophysique et en carottage.

Le programme de recherche franco-italien sur le port étrusque de Pyrgi a reçu le financement du CNRS, de l’ANR CAECINA et du LabCom GEO-HERITAGE. Il associe plusieurs instituts de recherche comme le Centre National de la Recherche Scientifique, la Soprintendenza Archeologia Belle Arti e Paesaggio per l’area metropolitana di Roma, la provincia di Viterbo e l’Etruria meridionale, le Museo civico del mare e della navigazione antica, l’Université Lyon 2, EVEHA International, l’Università La Sapienza, l’Ecole Française de Rome e il Centro de la Ricercha Scientifica.

Dans un premier temps les archéologues, les historiens et les géographes ont réalisé une carte cumulant l’ensemble des données précédemment acquises dans le secteur (SIG) : cartes anciennes, photographies aériennes, images satellites, cartes archéologiques, textes anciens, données de fouilles archéologiques, etc…

Dans un deuxième temps, une campagne de mesures géophysiques a été réalisée sur le terrain (Fig.4,a,b,c). La géophysique permet d’obtenir une cartographie du sous-sol de manière non destructive. Trois méthodes de prospections (magnétique, électromagnétique et électrique) ont été associées afin d’obtenir des cartes et des informations sur la nature du sous-sol.

Fig. 4 : Prospection géophysique en cours. Photos : Yves Bière et Quentin Vitale

Au total, c’est une surface cumulée de plus de 8 ha qui a été couverte en moins de deux semaines. Les premiers résultats acquis sont spectaculaires dans deux domaines. D’une part, les contours d’une vaste lagune apparaissent sur les cartes magnétiques. D’autre part, des voies de communication, inconnues jusqu’alors, ont été identifiées et complètent la trame urbaine de la cité, avec notamment ce qui apparaît comme une voie d’accès à une porte de la cité. Un aqueduc et de nombreuses traces de bâti sont également visibles autour de la muraille d’enceinte de la ville (Fig. 5).

Fig. 5 : Carte de situation des parcelles prospectées par méthode magnétique. b : Zoom sur la carte nord où se dessinent les contours d’un cours d’eau et/ou d’une lagune et la voie d’accès à la muraille étrusque.

Ensuite, des opérations de carottage ont été réalisées afin de valider ou non les observations de sub-surface obtenues par la prospection géophysique. Une dizaine de carottages a été effectuée autour de la cité de Pyrgi par la société italienne de carottage, UNIGEO  à l’aide d’un carottier mécanique rotatif. UNIGEO développe, en lien avec les scientifiques français et italiens, depuis plus d’une dizaine d’années maintenant, une technique de carottage précise pour la collecte et l’extraction des carottes sédimentaires. À chaque descente de la tête de carottage, des tronçons de 1,5 m sont extraits du sous-sol à l’aide d’un piston hydraulique afin d’éviter les problèmes de compaction. Ensuite, à mesure que l’on descend dans le sol, le trou est chemisé par des cylindres métalliques afin d’éviter que les strates supérieures ne contaminent les suivantes, plus profondes et plus anciennes.

Les carottes sont de véritables archives sédimentaires. Elles montrent très clairement la présence d’une vaste lagune qui s’étendait au nord et au sud de la cité antique. Seul un relèvement du substratum géologique, à l’est et au nord-est, montre que la ville a probablement été fondée sur un ancien cap. C’est sur ce relèvement que les ingénieurs de l’époque ont construit une voie de communication.

Actuellement ces dépôts lagunaires sont en cours de datation par la méthode dite du radiocarbone (14C) et la méthode de la luminescence stimulée optiquement (OSL). En effet, si les dépôts de lagune sont attestés, deux éléments restent à prouver. Tout d’abord, que ces sédiments sont bien contemporains des Etrusques et de la fondation de leur cité côtière au VIe s. av. J.-C.; ensuite, que cette lagune possédait une connexion avec la mer suffisante pour que les navires puissent entrer et sortir. Pour cela, l’étude des micro-organismes fossiles (ostracodes, foraminifères) apportera une information fondamentale sur le degré d’ouverture vers l’environnement marin.

Au final, les archives sédimentaires couplées aux données géophysiques et radiocarbone démontreront la présence ou pas d’un port lagunaire à proximité de la ville étrusque.

Les auteurs

Jean-Philippe Goiran est Chargé de Recherche au CNRS. Géo-archéologue, il travaille sur l’histoire des ports antiques et les paléoenvironnements littoraux et deltaïques. UMR 5133 – Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Yves Bière est doctorant en géophysique à l’Université Lumière-Lyon 2, UMR 5133 – Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Quentin Vitale est ingénieur géophysicien à EVEHA International et chercheur associé de l’UMR 5133 – Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Avec la collaboration de :

Flavio Enei (Museo del Mare e della Navigazione Antica), Rossella Zaccagnini (SABAP-RM-MET), Paolo Emilio Bagnoli (Università di Pisa), Piero Bellotti (Sapienza – Università di Roma), Christophe Benech (CNRS – UMR 5133), Solene Chevalier (EPHE – UMR 8546), Michele Di Filippo (Sapienza – Università di Roma), Ahmed Gadhoum (INP), Fanny Guérin (Université Lyon 2), Stefano Giorgi (Sapienza – Università di Roma), Loic Guinebault (Photographe indépendant),Vincent Jolivet (CNRS – UMR 8546), Ilaria Mazzini (IGAG – CNR), Emmanuelle Regagnon (CNRS – UMR 5133), Laura Sadori (Sapienza – Università di Roma), Cécile Vittori (Université de Strasbourg), Magda Vuono (Museo del Mare e della Navigazione Antica)

Pour citer ce billet : Jean-Philippe Goiran, Yves Bière et Quentin Vitale. Où sont les mystérieux ports étrusques ?, ArchéOrient - Le Blog, 15 septembre 2017, [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/7742

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *