La trame sociale du monde colonial urukéen, à propos des poids de Habuba Kabira.

La publication récente du matériel des fouilles de Habuba Kabira (vallée de l’Euphrate, Syrie), combinée aux dernières discussions sur l’expansion de la culture d’Uruk au Proche-Orient au cours du 4e millénaire avant J.-C. (Fig. 01) permet de faire progresser une discussion qui a marqué le pas au début des années 2000 : après une vingtaine d’années de vives discussions (depuis le milieu des années 80), des interprétations radicalement contradictoires de ce phénomène très particulier de l’histoire du Proche-Orient ancien ont débouché sur une aporie. Celle-ci est le reflet d’approches radicalement différentes de la documentation, opposant primitivistes et modernistes, approches coloniales et post-coloniales (Algaze 1993 et 2007, Stein 1998, Butterlin 2003, Porter 2012). Le modèle dominant défini par Algaze s’est progressivement imposé comme une référence à tel point que l’expansion de la culture d’Uruk est aujourd’hui présentée comme le premier « système monde” de l’histoire dans les synthèses sur le sujet (Beaujard 2012). Face à cette approche matérialiste de l’histoire, j’ai proposé une discussion du modèle (Butterlin 2003), suivie d’une approche initiée par Nissen (Nissen 1986) sur le développement moins d’un système colonial que d’une civilisation. Ce travail de déconstruction m’a conduit à l’idée que ce qui était urukéen était le résultat d’une série d’innovations d’abord économiques, liées à la mutation de systèmes de production, au développement de véritables filières spécialisées mais aussi de techniques de gestion (Butterlin 2003, p. 342-344). La publication récente des objets découverts à Habuba Kabira (Strommenger et al. 2014) nous permet d’aller un peu plus loin dans la compréhension de cette “économie coloniale” et ses orientations.

Fig. 01: Carte de l’expansion urukéenne (Butterlin P.).

Dans l’attente de la publication d’une étude plus poussée sur ce sujet (Butterlin à paraître), voici les hypothèses que je propose en combinant les données publiées à cette occasion sur une série d’objets considérés comme des fossiles directeurs de la culture d’Uruk. Il s’agit des pesons ou poids à rainures croisées en pierre, un des éléments du “kit colonial urukéen”. Assez curieusement, peu d’études leur ont été consacrées. Ils ont été diversement interprétés : à Suse, ils ont été classés comme masses d’arme (Le Brun 1978), mais on les considère plutôt généralement comme des poids de métier à tisser (Strommenger 2014, p. 251, note 268 p. 251 pour les diverses attestations). Il s’agit de pierres présentant des rainures croisées. Dans celles-ci se glissaient par paquets les fils de chaîne des métiers à tisser verticaux. Les traces d’usure sont clairement visibles dans les rainures. Ces pesons font partie du “kit colonial”, classiquement défini par Sürenhagen ou Algaze. (Sürenhagen 1986 et Algaze 1993).

Fig. 02 : Pesons à rainures, Habuba Kabira, planche de l’auteur, d’apès Strommenger et al. 2014.

Un ensemble de 29 poids a été retrouvé notamment dans la maison 35 de Habuba Kabira, pièce J (Fig. 02). D’un diamètre de l’ordre de 8 à 9 cm, leur hauteur est de 6 à 8,5 cm, pour les plus grands. Il s’agit d’un ensemble homogène qui pourrait fort bien provenir d’un ou plusieurs métiers à tisser verticaux. Un autre ensemble de 11 pesons a été retrouvé dans la maison 2. L‘usage de tels métiers à tisser verticaux est un des éléments clefs de ce que Mac Corriston a appelé la “révolution des fibres” (Mac Corriston 1997). Le développement de l’industrie lainière aurait joué un rôle-clef dans l’expansion de la culture d’Uruk, les Urukéens étant à la recherche, en Haute Mésopotamie, de pâturages. Porter (2012) a renchéri récemment en proposant un nouveau modèle de l’expansion urukéenne lié au développement du pastoralisme semi-nomade et d’un système d’échanges ritualisés. Bréniquet (2008) a critiqué largement la thèse de la révolution des fibres, tout en insistant sur le caractère novateur de ces métiers à tisser. Il s’agit moins du développement de l’industrie lainière que d’une manière particulière de tisser la laine; on reviendra sur ce point plus bas.

Fig. 03 : Ensembles des pesons découverts dans la maison 35, d’après Strommenger et al;, pl. 151.2.

On a retrouvé de nombreuses fusaïoles dans toutes les maisons de Habuba, et plus de 80 pesons de métiers à tisser. Deux concentrations significatives seulement de ces objets ont été observées, dans les maisons 2 et 35 (Fig. 03-04-05). Le filage était donc à mon sens généralisé, mais le tissage, au moins de ce type d’étoffes, se faisait dans quelques unités domestiques spécialisées, munies de ces équipements et probablement dotées du privilège de tisser ces étoffes. Les maisons en question sont des unités complexes classiques de Habuba, associant unité tripartite cours et espaces de réception. L’étude que j’ai conduite de ces maisons (Butterlin à paraître) m’a permis de conclure qu’il ne s’agit pas des maisons les plus grandes, mais qu’elles se rangent dans le deuxième rang d’une hiérarchie où l’on peut distinguer quatre niveaux. En revanche leurs cours sont nettement plus grandes que la moyenne. Elles font partie des grandes maisons de Habuba et cet élément m’incite à pousser plus avant ma pointe sur la question.

Fig. 04 : Habuba Kabira, partie centrale de la ville, analyse fonctionnelle, plan de l’auteur.

Le développement de tels métiers à tisser permit de multiplier les barres mobiles et le tissage d’armures différentes qui permettent de tisser du sergé, de réaliser ainsi des motifs en biais, chevrons ou losanges (Breniquet 2008 et 2014). Il s’agit en somme d’ un répertoire distinctif de motifs que l’on retrouve également dans le décor architectural, notamment les décors de mosaïques de cônes ou les peintures, des éléments bien connus du répertoire urukéen. Il est difficile d’imaginer que ces motifs géométriques extrêmement distinctifs étaient purement décoratifs. Je me demande donc si ces motifs omniprésents dans l’univers visuel urukéen (du textile, mais aussi de certaines céramiques incisées de motifs de chevrons et du décor architectural) n’étaient pas des emblèmes de clans ou de maisonnées. Dans ce contexte, la concentration des métiers à tisser dans certaines maisons pourrait avoir beaucoup plus de sens, et correspondre à une éminence sociale, chaque maison ayant son emblème et son unité de production spécialisée ad hoc.

Fig. 05 : Habuba Kabira, maison 2, d’après Strommenger 1980, fig. 16.

Une comparaison avec d’autres cas s’impose, notamment avec le chantier 1 de l’acropole de Suse où l’association de ces poids avec tablettes et bulles est aussi attestée (niveau 17 B 1 et B 2) : 7 pesons en tout ont été découverts, dont 4 dans le locus 797 (Le Brun 1978, p. 87, fig. 39). Les poids de Suse ont des dimensions très comparables à ceux de Habuba (hauteur de 6 à 7,5 cm et diamètre maximal de 8,65 à 9,65 cm ; Le Brun 1978, tabl. 9). Ils ont été pesés et leur poids s’échelonne de 565 à 1070 g, un large éventail. La présence, de plus, dans le locus 797 d’un abondant matériel lithique a conduit le fouilleur à proposer un lieu de travail de la pierre, la situation étant donc différente de celle de Habuba.

A Habuba en tout cas, il n’est pas indifférent à mon sens d’ajouter que c’est précisément dans les deux maisons que nous venons de citer qu’ont été retrouvées les seules concentrations de tablettes scellées mais aussi de bulles et bulles fusiformes (Fig. 06). Les deux tablettes scellées 1 et 2 sont extrêmement intéressantes pour notre propos. La tablette N °1 porte le sceau N°94, avec un motif bien connu de la glyptique urukéenne : un vase d’où émergent deux objets frangés, interprétés ordinairement comme des textiles (Boehmer 1998, 29.f , Rittig 2014, pl.. 200 et 201). Le tableau est complété par un autre vase d’où émergent deux serpents entrelacés et un oiseau de proie. Cette association, qui est peut-être liée aux activités de teinture des textiles, est pour le moins intéressante dans le contexte que nous venons d’évoquer. Il est bien possible que ces tablettes soient liées à la gestion des produits réalisés dans l’atelier de tissage associé. Le motif présent sur la deuxième tablette, s 63, présente également des animaux (un lion bondissant sur un capridé, à nouveau un vase et un oiseau de proie), mais rien n’évoque directement la production textile (Rittig 2014, pl. 95.9, taf. 201.2.).

Fig. 06 : Habuba, tablettes scellées, bulles et bulles fusiformes, planche de l’auteur.

La question se pose en revanche pour les deux sphères creuses, que l’on nomme bulles, scellées et cassées découvertes à Habuba toujours dans la maison 2, pièces k et m (Schmandt Besserat 2014, p. 312-313, Taf. 204). La bulle 1 porte l’empreinte du sceau 65, où l’on reconnaît à nouveau le motif des deux tissus frangés émergeant d’une jarre à deux anses (Rittig 2014, taf. 195.11). La bulle 2 porte l’empreinte du sceau 98 ainsi que des encoches que Schmandt Besserat rapproche des six calculi qui lui ont été associés. S 98 est une composition héraldique présentant deux lions liés par leurs queues et leurs pattes. Entre leurs têtes figurent à nouveau des vases (Rittig 2014, Taf ; 198.5). Est-ce excessif de voir dans ces motifs (notamment la thématique de l’entrelacement) une évocation de la production textile ?

Les bulles découvertes dans ces maisons portent elles aussi des empreintes qui sont très intéressantes pour notre propos. S 31 à S 40 (Rittig 2014, p. 334-337, taf. 193, S 31-36, et Taf. 194, S37 à S 41), S 52 et 53, 66, 85 et 99 sont des empreintes de sceaux figurant des défilés d’animaux, des scènes classiques de troupeaux. Le N°107 figure à nouveau vases et textiles (Rittig 2014, taf. 199.6.). Il est donc très plausible de considérer que ces bulles étaient en relation avec l’élevage et pourquoi pas avec la production de la laine, peut-être le filage ou le tissage. La forme fusiforme de ces scellements qui étaient percés pourrait être liée au filage et à l’enregistrement de production de fils réceptionnés dans les ateliers de tissage. Tout un système économique se dessine ainsi, depuis la production du fil qui paraît, au vu de la dispersion des fusaïoles, une production décentralisée et domestique. Le tissage serait réalisé dans quelques grandes maisons de Habuba, qui jouaient un rôle éminent dans cette “société coloniale”. Celle-ci se fondait, comme l’a bien montré Pittman (Pittman 2013), sur un style international qui mettait en scène tout un système de production. L’usage du kit comptable urukéen (tablettes, bulles et jetons, Butterlin 2003) reste encore une question en suspens tant la diversité des supports et leur usage demeurent des énigmes. Dans le cas de Habuba en tout cas, il me semble que l’on tient là des situations qui permettent de faire progresser la discussion.

Bibliographie

Algaze G. 1993. The Uruk World System, the Dynamics of Expansion of early Mesopotamian Civilization, Chicago University Press, Chicago et Londres.

Algaze G. 2007.The Sumerian Takeoff, in: E. Stone (dir.), Settlement and Society, Essays dedicated to Robert McCormick Adams,Cotsen Institute of Archaeology, University of California, 343-369.

Beaujard P. 2012. Les mondes de l’Océan indien, tome I, de la formation de l’Etat au premier système-monde afro-eurasien, Armand Colin, Paris.

Boehmer R.M. 1999. Uruk : früheste Siegelabrollungen, Ausgrabungen in Uruk-Warka Endberichte(AUWE 24), Philip von Zabern, Mainz.

Breniquet C. 2008. Essai sur le tissage en Mésopotamie, des premières communautés sédentaires au milieu du III e millénaire avant J.C., Travaux de la Maison René Ginouvés 5, de Boccard, Paris.

Breniquet C. 2014. The Archaeology of wool in Ancient Mesopotamia, sources, methods and Perspectives, in: C. Bréniquet et C. Michel (eds), Wool Economy in the Ancient Near Eastand the Aegean, from the Beginning of Sheep Husbandry to institutional textile Industry, Oxbow Books, Oxford, 52-78.

Butterlin P. 2003. Les temps proto-urbains de Mésopotamie, contact et acculturation à l’époque dite d’Uruk en Mésopotamie, Paris, CNRS éditions.

Laurito R., Lemorini C. Perilli A. 2014. Making Textiles at Arslantepe Turkey, in the 4 th and the 3 rd Millennia BC, Archaeological data and experimental Archaeology,  in: C. Bréniquet et C. Michel (eds), Wool Economy in the Ancient Near Eastand the Aegean, from the Beginning of Sheep Husbandry to institutional textile Industry, Oxbow Books, Oxford, 151-168.

Le Brun A. 1978. le niveau 17 B de l’acropole de Suse, campagne de 1972, Cahiers de la DAFI 9, 57-104.

MacCorriston J. 1997. The Fiber Revolution, textile extensification, alienation and social stratification in Ancient Mesopotamia , Current Anthropology 38, 517-535.

Pittman H. 2013. Imagery in Administrative Context : Susiana and the West in the Fourth Millennium, in: C.A. Petrie (dir.), Ancient Iran and its Neighbours, Local Developments and Long Range Interactions in the Fourth Millennium B.C., The British Institute of Persian Studies, archaeological Monographs, Oxbow books, Oxford, 293-336.

Porter A. 2012. Mobile Pastoralism and the Formation of Near Eastern Civilizations, Cambridge Univesrity Press, Cambridge.

Rittig D. 2014. Siegel, Siegelbilder und ihre Träger, in: E. Strommenger, D. Sürenhagen et D. Rittig (eds), Die Kleinfunde von Habuba Kabira Süd, WVDOG 141, Harrassowitz Verlag, Wiesbaden, 327-367.

Schmandt Besserat D. 1992. Before Writing : from Counting to Cuneiform, University of Texas Press, Austin.

Schmandt Besserat D.2014.Symbole aus Ton und Stein (calculi), in: E. Strommenger, D. Sürenhagen et D. Rittig (eds), Die Kleinfunde von Habuba Kabira Süd, WVDOG 141, Harrassowitz Verlag, Wiesbaden, 309-326.

Strommenger E. 1980. Habuba Kabira, Eine Stadt vor 5000 Jahren, Philip von Zabern Verlag, Mayence.

Strommenger E., Sürenhagen D., Rittig D. 2014. Die Kleinfunde von Habuba Kabira-Süd, 2 vol., Harrassowitz Verlag, Wiesbaden.

Sürenhagen D. 1986 « The Dry-Farming Belt: the Uruk Period and Subsequent Developments », dans H.Weiss (dir.), The Origins of Cities in dry-Farming Syria and Mesopotamia in the third Millennium B.C., Four Quarters publishing Corporation, New York, 7-45.

L’auteur

Pascal Butterlin est professeur d’archéologie orientale à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne. Laboratoire VEPMO, UMR 7041 Arscan.

Pour citer ce billet : Pascal Butterlin. La trame sociale du monde colonial urukéen, à propos des poids de Habuba Kabira., ArchéOrient - Le Blog, 8 septembre 2017, [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/7721

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *