Le Pirée : des scientifiques valident une assertion du savant grec Strabon vieille de 2000 ans

Au Ier siècle après J.-C., le célèbre géographe grec Strabon écrit que « Le Pirée, qui avait été auparavant une île et qui se trouvait en face de la côte [« πέραν »], en a tiré son nom. » Le Pirée est une vaste colline rocheuse située à environ 7 km au sud-ouest de l’Acropole d’Athènes. Son littoral, composé de criques, abrite les trois ports antiques du Pirée : Zea, Mounichia et Cantharos. Les textes anciens et l’archéologie montrent que Le Pirée a été relié à Athènes au cours du Ve siècle avant J.-C. par la construction des “Longs Murs”, ouvrage militaire édifié dans le cadre de la politique impérialiste menée par Thémistocle, Cimon et Périclès. L’objectif était de tourner Athènes vers la mer et de lier intrinsèquement la ville à son port par une ligne de défense. La question que soulève la citation de Strabon est triple : Le Pirée a-t-il bien été autrefois une île ? Si oui, quand a-t-il été rattaché au continent ? La mer était-elle encore présente lors de la construction des « Longs Murs » ?

Afin de répondre à ces questions, une équipe franco-grecque  a réalisé des carottages géologiques sur plus de 20 m de profondeur dans l’actuelle plaine du Céphise, entre Le Pirée et Athènes (Goiran et alii 2011). L’idée était de comparer les archives sédimentaires et les archives textuelles. Les études stratigraphiques, qui s’appuient sur des datations au radiocarbone, révèlent une évolution des paysages côtiers en 4 grandes étapes :

     A. Vers 6700 à 5500 avant J.-C., le niveau marin de la Méditerranée était plus bas et la colline du Pirée n’était pas une île mais était bien rattachée géologiquement au continent.

     B. Entre 4800 et 3400 avant J.-C., le niveau marin monte et Le Pirée devient alors une véritable île.

    C. À partir de 2800 avant J.-C., on assiste à une diminution de la vitesse de montée de la Méditerranée et à un apport de sédiments provenant des cours d’eau. Un paysage lagunaire se met en place.

    D. Au Vesiècle avant J.-C., les lagunes existaient toujours et les ingénieurs de l’époque ont été amenés à combler ces zones marécageuses afin d’édifier les « Longs Murs ».

Évolution des paysages côtiers dans la région du Pirée
dao : Julien Cavero CNRS – UMR 5133

 

Autrement dit l’assertion de Strabon est correcte. Le Pirée a bien été une île mais à une époque très reculée : du 5e millénaire au milieu du 4e millénaire avant J.-C., soit 2500 ans avant le passage de Strabon dans cette région.

Deux hypothèses peuvent expliquer l’intuition de Strabon. La première relève de la tradition écrite, celle de ses prédécesseurs géographes, doublée d’une spéculation sur l’étymologie du mot « Pirée » : « πέραν τῆς ἀκτῆς » signifie « au-delà de » et renvoie à l’image de la « terre d’en face », c’est à dire séparée du continent. La seconde se base sur une autopsie du paysage côtier lors du passage de Strabon à Athènes au tournant de notre ère : le rocher du Pirée émergeait autour d’une plaine littorale encore marécageuse et le géographe grec en a déduit que la mer devait être présente à cet endroit à une époque plus ancienne. On peut aussi proposer une synthèse entre les deux hypothèses, illustrant les deux facettes du savoir de Strabon : il était à la fois un bon descripteur des paysages et de leur évolution mais aussi un bon connaisseur des sources antiques et de la toponymie qu’il utilisait pour élaborer ses hypothèses.

Aujourd’hui, les scientifiques se posent la question suivante : avec la montée du niveau marin, la plaine d’Athènes ne risque-t-elle pas d’être de nouveau envahie par la mer et dans ce cas, le rocher du Pirée ne redeviendrait-il pas une île ?

Bibliographie

Goiran J.-P., Pavlopoulos K. P., Fouache E., Triantaphyllou M., Etienne R. 2011. Piraeus, the ancient island of Athens: Evidence from Holocene sediments and historical archives, Geology 39 (6),  531-534.
http://geology.gsapubs.org/content/39/6/531.abstract?sid=3d5dafdf-d857-4b26-a0e1-3f0245c02d95

L’auteur :
Jean-Philippe Goiran est Chargé de Recherche au CNRS.
Géo-archéologue, il travaille sur l’histoire des ports antiques et les paléoenvironnements littoraux et deltaïques.
UMR 5133 – Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.


Pour citer ce billet : Goiran J.-P. 2012. Le Pirée : des scientifiques valident une assertion du savant grec Strabon vieille de 2000 ans, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 9 novembre 2012. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/77

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *