Les 13e rencontres de l’ASWA à Chypre

C’est à l’université de Chypre (University of Cyprus, Nicosie) que les 13e rencontres internationales de l’ ASWA (Archaeozoology of Southwest Asia and Adjacent Areas ) se sont déroulées du 7 au 9 Juin 2017. Elles ont rassemblé 72 spécialistes de l’étude de faunes archéologiques, en provenance de 22 pays différents.

L’ASWA est un des groupes de travail spécialisés issus de l’organisation internationale des archéozoologues (ICAZ-International Council for Archaeozoology). Comme son nom l’indique, ce groupe rassemble les archéozoologues du Proche- et Moyen-Orient, de la Méditerranée orientale et des régions adjacentes qui travaillent sur des périodes qui vont du Paléolithique aux époques médiévales. Créé en 1992 à Groningen, date des premières rencontres, les rencontres de l’ASWA ont lieu tous les deux ans en alternance dans un pays de la zone d’étude (SWA) et dans un pays hors de la zone d’étude (hors SWA) et leurs actes sont publiés.

C’est ainsi que les rencontres 2017 ont été organisées à Chypre par Jean-Denis Vigne (UMR 7209- Archéozoologie-Archéobotanique CNRS/MNHN, Paris), Vasiliki (Lina) Kassianidou (Department of History and Archaeology, University of Cyprus, Nicosia), Julie Daujat (Department of Archaeology, University of Nottingham, UK) et Angelos Hadjikoumis (Department of Archaeology, University of Sheffield, UK)  avec l’aide de Jwana Chahoud (UMR 5133-Archéorient, CNRS/Lyon 2, Lyon) et de Rémi Berthon (UMR 7209- Archéozoologie-Archéobotanique CNRS/MNHN, Paris). Les rencontres ont bénéficié de soutiens financiers du CNRS, de l’Institut français de Chypre, de l’université de Chypre et du Muséum national d’Histoire naturelle.

Conférence de Jean-Denis Vigne à l’institut français de Chypre (© E. Vila)

Ce symposium est devenu pour les archéozoologues du Proche- et Moyen-Orient le moment très attendu de pouvoir se retrouver. Il représente une occasion appréciable de contacts, d’échanges et de discussions entre chercheurs de tous pays sur des thématiques propres, occasion d’autant plus précieuse que la recherche et les chercheurs, soumis aux carcans politico-diplomatiques et aux aléas des conflits, sont touchés par les problèmes qui existent dans la zone d’étude et ne peuvent pas se rencontrer facilement.

La présentation des travaux scientifiques avait été prévue sous deux formes, d’une part des communications orales de 20 minutes, discussion comprise, d’autre part des posters assortis de séances de présentations éclairs « Poster speed dating presentation » de 5 minutes, questions comprises. Cette formule s’est révélée fort efficace, notamment grâce aux efforts des participants pour respecter le temps imparti et à la fermeté des chair(wo)men : elle a permis que les présentations se déroulent en dix sessions successives sur trois jours. Le programme étant très chargé, le rythme a donc été fort soutenu.

La première session intitulée «  Humans and biodiversity » a permis d’approcher des questions précises en relation avec l’étude de taxons particuliers : la tortue et sa consommation en Méditerranée orientale (F. Koolstra et al.), la souris domestique comme indice, à l’époque natoufienne, du processus de sédentarisation dans le Levant sud (T. Cucchi et al.) et, à la période néolithique, de la dispersion des acquis néolithique à Chypre et en Anatolie (K. Papayiannis et al.), l’introduction volontaire de faune sauvage, des sangliers et des daims, à Chypre au début du Néolithique (J.-D. Vigne et al.), les micro-mammifères, notamment les gerbilles, comme argument de l’existence de pratiques agricoles dans le désert du Néguev à l’époque byzantine (T. Fried et al.).

Des animaux au Musée de Nicosie (© E. Vila)

Une double session sur la « Domestication » (sessions 2 et 3) a été très riche en discussions autour des études récentes d’assemblages fauniques datés du tout début de la néolithisation. Ces études inédites ont apporté des précisions sur les datations et les caractéristiques régionales comme, par exemple, la sélection ciblée des caprinés à Aşıklı Höyük dès 8200 av. J.-C. (M. Stiner et al.), les stratégies d’exploitation des caprins sauvages au Néolithique acéramique (PPNA) dans le sud de la Jordanie (C. Makarewicz), le passage de l’économie de chasse à l’économie d’élevage dans la moyenne vallée du Tigre en Turquie entre le 10e et le 7e millénaires av. J.-C. (H. Hongo & S. Arai). La domestication et le développement des premiers élevages encore mal connus dans le sud Caucase ont été discutés pour le site de Damjili en Azerbaidjan (S. Arai et al.). Ces questions ont été également abordées pour l’Iran sur le site de Choga Golan (B.  Starkovich et al.) et complétées par une synthèse régionale pour le Zagros à partir du cas du site de Tepe Rahmat Abad (H. Davoudi et al.). L’hypothèse d’une domestication locale du cheval sur le plateau anatolien a été émise à partir d’une synthèse des données sur les équidés (B. Arbuckle). L’exploitation des oiseaux a aussi été évoquée avec l’élevage des pigeons à l’époque byzantine dans le Néguev (N. Marom et al.) et la consommation du poulet dans le monde gréco-romain (Perry-Cla et al.). De nouvelles approches méthodologiques pour mettre en évidence les premiers stades d’élevage des caprinés ont été aussi présentées dans cette session : l’utilisation de la tomographie (CT) sur les humérus des chèvres (R. Alcàntara et al.) et l’analyse des altérations pathologiques sur les humérus de mouton (M. Zimmermann et al.) pour repérer d’éventuels stigmates révélateurs de stress.

La session 4 « Strategies for animal exploitation from the Palaeolithic to the Neolithic » a été l’occasion d’aborder des époques plus anciennes, avec des travaux méthodologiques sur l’interprétation des représentations squelettiques comme indicateurs de transports de carcasse à l’Épipaléolithique au Levant (E. Yeshurun & G. Bar-Oz). Ensuite, l’approvisionnement en nourriture carnée au cours du Natoufien et du PPNA (Néolithique Précéramique A) a été discuté pour la Jordanie orientale en relation avec les changements climatiques et la mobilité humaine (L. Yeomans). Dans le cadre de cette session, trois autres interventions ont traité des pratiques cynégétiques au Néolithique : la chasse aux camélidés sauvages dans la péninsule arabique (M. Beech et al.), l’exploitation des ressources animales en Thrace (S. Vitezovic et al.), la collecte de mollusques en Arménie (L. Harutyunova et al.).

La session 5 «  Animal economy during the Chalcolithic and Bronze Age » a rassemblé diverses interventions parmi lesquelles une approche des modes de subsistance au Turkménistan (J. Eger), un aperçu des données fauniques du Chalcolithique au Liban (Y. Hourani et al.) et une étude pluridisciplinaire sur l’économie animale en Bulgarie aux Âges du Bronze final et du Fer (De Cupere et al.). Des études de contextes domestiques de différentes périodes ont été présentées pour l’Anatolie (S. Emra & A. Galik ; F. Slim & C. Cakirlar ; E. Maini et al.), la Syrie (S. Rufolo), Israël (H. Greenfield et al.) et Oman (L. Strolin) ainsi que les nouvelles données archéozoologiques sur le Néolithique et l’Âge du Bronze en Grèce (A. Hadjikoumis). Enfin, les objets en os de Tepecik en Cappadoce, parmi lesquels des phalanges d’équidés façonnées, ont été décrits (P. Crabtee et al.).

La session 6 « Animal economy during the historical times » était axée sur les périodes historiques avec des interventions sur les pratiques alimentaires en relation avec les caractéristiques urbaines ou rurales des sites à l’époque nabatéenne (S. Lehnig) et aux époques médiévales au Proche-Orient (E. Vila et al. ; P. Bangsgaard), en Ouzbékistan (E. Serrone et al.) et dans la péninsule arabique (Van Neer et al.).

Un vase qui rappelle la Maison de l’Orient (© E. Vila)

La session 7 «  Animal, bones and archaeology : theories and methods » a consisté en présentations de posters consacrés aux approches méthodologiques. Elle a permis de discuter de sujets aussi divers que le potentiel des collections de comparaison en 3D imprimable (G. Bar-Oz et al.), les analyses microscopiques des traces de boucherie (J. Beller et al.), les problèmes de fragmentation des vestiges (A. Brown et al. ; G.K. Kunst & H. Böhm), l’estimation des âges des agneaux à partir des mesures des ossements (N. Pöllath et al.), entre autres.

La session 8 « Animal management and husbandry » intégrait des travaux ciblant la problématique de l’élevage du cochon dans le nord de la Mésopotamie (M. Price) ainsi que celle des déplacements saisonniers en lien avec les stratégies d’élevage (D. Meiggs et al. ; A. Hadjikoumis et al. ; S. Amiri Beyramis & Mashkour).

Les deux dernières sessions de ces rencontres, la session 9 « Symbolic use of animals during the Neolithic and Bronze Age » et la session 10 « Symbolic and funeral practices during the historical times », étaient dédiées aux aspects symboliques de la relation de l’homme avec l’animal. Ces sessions ont intégré des travaux sur l’iconographie : réinterprétation d’une représentation animale sur le site néolithique de Göbekli Tepe en Turquie, qui s’avèrerait être une larve d’abeille véhiculant un fort potentiel métaphorique (S. Walter & N. Benecke), et identification des représentations d’oiseaux sur les mosaïques byzantines de Tall Bi’a en Syrie (L. Bartoziewicz & G. Kalla). Ces deux sessions ont également accueilli des études sur la place des animaux dans les pratiques funéraires : description des dépôts de pattes de fouines, de renards et de belettes dans une tombe du Néolithique final à Çatalhöyük en Turquie (K. Pawlowska), analyse d’une inhumation de cochon dans la Vallée de Jezreel (Israël) au 2e millénaire av. J.-C. où les contextes funéraires contiennent rarement des dépôts de suidés, bien que le cochon fasse partie de la diète courante (Z. Turgeman-Yaffe et al.), réflexions sur le culte de Horus et Thot en Égypte d’après les tombes de Thèbes dans lesquelles se trouvaient de nombreux rapaces et des ibis, ce qui soulève la question de l’élevage en captivité d’oiseaux (S. Ikram & M. Spitzer), analyse des nombreuses tombes d’animaux de la nécropole Ptolémaïque de Syène en Égypte où les moutons dominent (U. Mutze et al.), et description des tombes romaines de chevaux découvertes à Beyrouth au Liban (J. Chahoud et al.). Enfin ont été aussi abordées les thématiques des banquets (feasting) pour l’Âge du Bronze à Chypre (M. Metzer et al.), de la boucherie sacrificielle (?) en Israël (R. Bouchik) et des repas cérémoniels pour les périodes classiques à Milet en Turquie (A. Galik et al.).

En conclusion, les 13e rencontres de l’ASWA ont été passionnantes et extrêmement stimulantes. Une fois de plus, ces rencontres se sont révélées un espace formidable de déclinaison des projets et des axes de recherche des chercheurs archéozoologues où s’échangent idées et résultats, où se proposent et se découvrent des avancées ou des expérimentations méthodologiques. A ce propos, il convient de souligner l’importance qu’ont prise, dans les études archéozoologiques, les approches reposant sur les analyses des isotopes stables – oxygène, carbone, azote et strontium- contenus dans les tissus animaux (os et dent). Ces analyses, qui permettent d’appréhender les questions de l’alimentation des animaux et du milieu dans lequel ils évoluent, deviennent un des outils méthodologiques utilisés de plus en plus fréquemment en archéozoologie proche-orientale, ce dont il convient de se réjouir.

L’organisation irréprochable et l‘ambiance chaleureuse de ces rencontres en ont fait un événement très réussi, qui s’est clôturé par une journée d’excursion pour visiter quelques-uns des sites phares de l’île : Amathonte, Klimonas, Kourion (déjeuner sur la plage), Khirokitia et le Musée de Limassol. Que soient sincèrement remerciés les organisateurs, l’université de Chypre et son personnel qui a aussi largement contribué à la réussite de ces journées ainsi que le Musée de Chypre à Nicosie et l’Institut Français de Chypre qui ont accueilli très cordialement les participants.

Dîner à Nicosie (© E. Vila)

L’auteur

Emmanuelle Vila est Chargée de Recherche au CNRS. Archéozoologue, spécialiste de l’Asie du Sud-Ouest. UMR 5133-Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Emmanuelle Vila. Les 13e rencontres de l’ASWA à Chypre, ArchéOrient - Le Blog, 23 juin 2017, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/7633

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *