La Mésopotamie du sud et l’Iran du sud-ouest à la transition des IVe et IIIe millénaires avant notre ère

Les sociétés de Mésopotamie méridionale et d’Iran du sud-ouest ont été profondément transformées par les bouleversements sociaux, économiques et politiques qui se sont déroulés au IVe millénaire avant J.-C. L’apparition de la ville, qui est le fruit d’un long processus intimement lié à celle de l’État, fait entrer les habitants de la plaine alluviale mésopotamienne et de Susiane (Iran du sud-ouest), dans une nouvelle dimension. À l’instar des importants changements qui affectent de nombreux domaines (agriculture, textile, transport, architecture, iconographie, alimentation), le système bureaucratique s’est complexifié entraînant l’apparition de l’écriture (vers 3300 av. J.-C.) et marquant le début de l’Histoire.

Ces transformations ont été regroupées par Gordon Childe (1950) sous l’appellation de « révolution urbaine », matérialisée par la culture méridionale dite d’Uruk (vers 4000-3300 av. J.-C.). Celle-ci connaît une expansion considérable à partir du deuxième tiers du IVe millénaire, mettant en place des réseaux d’échanges allant de la Turquie au sud de l’Iran. Ces derniers sont vecteurs de diffusion du système économique mis au point dans les nouveaux centres sud-mésopotamiens, que l’on qualifie aujourd’hui de « proto-urbains », mais surtout la cause d’une apparente unification matérielle. Cette question de l’expansion urukéenne a fait l’objet de nombreux travaux et son historiographie est très riche (Rothman 2001, Butterlin 2003, Algaze 2005) (fig. 1).

Fig. 1 : Carte des sites mentionnés avec les aires géographiques liées au phénomène d’Uruk et proto-élamite (Fond de carte : Martin Sauvage, CNRS, USR 3225, Nanterre).

Au tournant du IIIe millénaire, ces réseaux cessent d’être actifs. Ce changement est expliqué traditionnellement par l’effondrement de tout un système commercial et colonial. L’idée d’une rupture brutale est renforcée par la diversité flagrante du matériel visible au début du IIIe millénaire, alors perçu comme une période d’éclatement culturel. En Mésopotamie du Sud, l’époque « Jemdet Nasr » (3300-2900 av. J-C.), très mal connue et qualifiée « âge sombre » marqué par de profondes restructurations, précédant le « renouveau » de l’« âge des Cités-États sumériennes » (Dynastique Archaïque 2900-2350 av. J.-C.). L’Iran du sud-ouest, qui semble exclu de la « Grande Mésopotamie », vit un phénomène proto-urbain de nature très différente, dit « proto-élamite » (3200-2800 av. J.-C.).

Mes recherches doctorales, principalement bibliographiques, entreprises depuis deux années sous la direction de Pascal Butterlin, s’attachent à étudier cette période de transition sur deux ensembles géographiques différenciés par leur nature et par la recherche mais pourtant très liés entre eux. Il m’a semblé intéressant de présenter ici une synthèse des grands bouleversements qui se sont déroulés au tournant du IIIe millénaire, en mettant en avant les principales problématiques qui conduisent notre travail.

L’effondrement des réseaux commerciaux de l’Uruk

À la fin du IVe millénaire, les colonies urukéennes installées sur le Moyen Euphrate, comme Habuba Kabira et Jebel Aruda, sont abandonnées de façon soudaine et sans doute violente. La chronologie de ces évènements pose toujours problème, notamment quand il s’agit de les corréler avec les importantes ruptures stratigraphiques reconnues sur le site de Warka (Uruk), la « métropole ». Cette question s’insère dans une réflexion plus globale sur l’idée d’un effondrement généralisé (un collapse) des réseaux commerciaux mis en place par les grands centres proto-urbains sud-mésopotamiens. Cette idée a été fortement influencée par une vision moderniste de l’expansion urukéenne qui est loin de faire l’unanimité et est représentée par la thèse de G. Algaze (2005). Plusieurs facteurs ont été avancés: invasions, dégradation des conditions environnementales, conflits internes, etc. Néanmoins, la permanence d’importants échanges sur certains axes commerciaux au début du IIIe millénaire (comme par exemple la route des piémonts du Zagros) entre en contradiction avec l’hypothèse d’une crise généralisée.

Bien que le maintien de liens entre la Mésopotamie et l’Iran du sud-ouest semble évident, cette dernière aire géographique appartenant au monde urukéen évolue vers un horizon différent, dit « proto-élamite ». (Fig . 1)

Le phénomène proto-élamite : un nouveau cycle proto-urbain ?

Vers 3200/3100 avant J.-C., apparaît sur une grande partie du plateau iranien une écriture originale différente du proto-cunéiforme sud-mésopotamien. (Fig . 2) Elle est dénommée par V. Scheil (1950) « proto-élamite ». Les tablettes porteuses de cette écriture sont retrouvées aux côtés d’éléments artistiques proprement iraniens (Amiet 1986) et d’assemblages céramiques originaires de la région du Fars, dit de « Banesh » (Alden 1979). Ces données matérialisent ainsi l’existence d’un « phénomène » d’expansion émanant soit des « Hautes Terres », autour du site de Tal e-Malyan (Sumner 1986), soit de la Susiane (Potts 1999). La question proto-élamite a fait l’objet d’une importante bibliographie et de nombreux débats (Petrie 2013, Abdi 2003), imposant une étude historiographique la plus fine possible. Postérieur au phénomène proto-urbain sud mésopotamien de l’Uruk et de nature très différente, le phénomène proto-élamite est pourtant très lié à ce dernier et peut représenter le pendant iranien de l’expansion urukéenne. Dans le détail, la question est infiniment plus complexe, répondant à des dynamiques très diverses qui ne permettent pas de soutenir l’analogie avec l’Uruk (Petrie 2013).

Fig. 2 : Tablette proto-élamite provenant de l’Acropole de Suse, fouilles J. de Morgan, 1901. Musée du Louvre, Sb 2801 © 2015 Hugo Naccaro (avec l’autorisation et la courtoisie de F. Bridey et M. Alassi, Musée du Louvre, département des Antiquités orientales).

La genèse de ce phénomène nous intéresse particulièrement dans mes recherches doctorales. Il s’agit de comprendre l’impact de l’expansion urukéenne sur le plateau iranien. Celle-ci a été pour une grande part sous-estimée, alors que de nombreux bols à bord biseauté (leitfossil urukéen) se retrouvent partout en Iran (Potts 2009).

La définition d’une culture céramique dite « proto-élamite » pose de nombreux problèmes. Il est clair que plusieurs types standardisés ou présentant une décoration spécifique sont récurrents sur de nombreux sites en Iran (Mutin 2013). La définition de l’assemblage dit de « Banesh » (Alden 1979), lié à la question proto-élamite, est à reprendre à la lumière des nouvelles découvertes.

Malgré son incroyable impact sur les sociétés iraniennes du début du IIIe millénaire, ce phénomène porteur d’innovations liées au système proto-urbain (administratives, culinaires, iconographiques, etc.) s’éteint et disparaît vers 2800 av. J-C.

La réapparition de la céramique peinte

La transition entre le IVe et le IIIe millénaire en Mésopotamie est marquée par la réapparition de la céramique peinte qui avait disparu des assemblages du IVe millénaire. Si ces poteries peintes peuvent difficilement être considérées comme l’expression d’une population différente, comme l’avait proposé J.-D. Forest (2011), elles semblent illustrer la réapparition des identités régionales, qui n’avaient pas disparues à la fin du IVe millénaire.

La période de « Jemdet Nasr » est caractérisée par l’apparition d’un style de céramique peinte éponyme de la période. Ces poteries présentent des motifs géométriques et parfois naturalistes. Pouvant être également monochromes, elles sont caractérisées par une peinture noire et rouge avec des nuances de prune et de violet foncé sur un engobe crème et rouge (Matthews 2002, Wilson 1986). Vers 2900 av. J.-C, la céramique de « Jemdet Nasr » est progressivement remplacée en Mésopotamie centrale par des jarres peintes en noir et en rouge vif dites « scarlet ware » (céramique écarlate) (Delougaz 1952, Del Bravo 2014) (Fig. 3). Ces vases présentent un décor géométrique, en général sur les épaules, et naturaliste sur la panse (bovidés, oiseaux, caprinés, poissons…), et parfois également anthropomorphe. Au début du IIIe millénaire, des céramiques polychromes très liées au style scarlett ware, voire même similaires, se retrouvent sur des sites de l’ouest de l’Iran (comme les styles dits « Aliabad et Mussian »). Ces liens sont également très étroits quand on compare les céramiques « Jemdet Nasr » avec les poteries peintes retrouvées en contexte proto-élamite iranien (Mutin 2013).

Fig. 3 : scarlet ware du site de Kheit Qassem I dans le la région du Hamrin en Mésopotamie Centrale. Inédit. 020-V2. (Dessin de J.-D. Forest, Archives des fouilles de Kheit Qassem, MAE Nanterre)

La question de l’Iran est centrale pour comprendre les origines de la réapparition des céramiques peintes mésopotamiennes au début du IIIe millénaire, la peinture n’ayant jamais disparu au IVe millénaire dans cette aire géographique. Quoi qu’il en soit, ce fait archéologique majeur montre une transformation de la société, qui atteste la présence de nouvelles élites très différentes de celles de l’époque d’Uruk.

Des ruptures stratigraphiques majeures

La transition entre les es IVe et IIIe millénaires correspond à d’intenses bouleversements au sein de l’occupation urbaine de plusieurs grands sites.

Les fouilles menées sur le site de Suse, en Iran du sud-ouest, sur le chantier de l’Acropole I (Lebrun 1971), ont permis de mettre en évidence une rupture nette entre les périodes de Suse II (Uruk) et de Suse III (proto-élamite) (Fig. 4). Un abandon de cette partie du site se dessine clairement au vu des données stratigraphiques. Selon les fouilleurs, cette rupture dans l’occupation architecturale est accompagnée d’un changement matériel radical (apparition de céramiques peintes, de tablettes proto-élamites, etc). Tout le problème réside dans le temps accordé à cet abandon (Dittmann 1986, Butterlin 2003, Petrie 2014). Une étude précise du matériel, et notamment de la céramique des niveaux-clefs dans la séquence de l’Acropole I pourrait permettre d’affiner les corrélations chronologiques qui reposent le plus souvent sur des comparaisons artistiques (glyptique) ou épigraphiques.

Fig. 4 : Coupe stratigraphique du chantier de l’Acropole I de Suse (détail), rupture stratigraphique entre les périodes de Suse II et Suse III (d’après Le Brun 1978 : 178, fig. 28).

En Mésopotamie, le site de Warka, l’ancienne Uruk, voit à la toute fin du IVe millénaire son centre monumental profondément transformé. Une rupture complète est observable entre les niveaux IV (période d’Uruk) et III (période de « Jemdet Nasr »), qui témoigne d’une opération massive de nivellement et de terrassement de tout le centre monumental dit de l’« Eanna » vers 3300 avant J.-C. (Eichmann 2013). Le dernier complexe de l’époque d’Uruk, qui peut être perçu comme un ensemble proto-palatial, est totalement détruit (Butterlin 2015). Une nouvelle planification du centre monumental d’Uruk est alors mise en place, en totale rupture avec celle de l’époque précédente. Ces grandes transformations de l’architecture monumentale de l’« Eanna », qui semble à ce moment acquérir de nouvelles fonctions, illustrent des bouleversements sociaux et sans doute politiques très importants.

Conclusion

La transition entre les IVe et IIIe millénaires reste une des périodes les moins bien comprises de l’histoire du Proche-Orient ancien. Les importants changements archéologiques et historiques qui s’y sont produits soulèvent de nombreuses questions qui guident nos recherches actuelles. Des études stratigraphiques précises sur les grands sites transitionnels et une meilleure définition de l’évolution des assemblages céramiques peuvent permettre d’apporter des éléments de réponse pour mieux comprendre l’évolution des sociétés de Mésopotamie méridionale et d’Iran du sud-ouest il y a 5000 ans.

Bibliographie

Abdi K. 2003. From Écriture to Civilization: Changing Paradigms of the Proto-Elamite Archaeology, in: N. F. Miller, K. Abdi (éds.), Yeki bud, yeki nabud : Essays on the Archaeology of Iran in Honor of William M. Sumner, Los Angeles, Cotsen Institute of archaeology, 140-151.

Alden J. R. 1979. Regional Economic Organization in Banesh Period Iran, thèse de doctorat, University of Michigan.

Algaze G. 2005. The Uruk World system, the Dynamics of Expansion of Early Mesopotamian Civilization, seconde édition (1993), London et Chicago, The University of Chicago.

Amiet P. 1986. L’âge des échanges inter-iraniens, 3500-1700 avant J-C, Paris, Editions de la Réunions des Musées Nationaux.

Butterlin P. 2003. Les temps proto-urbains de Mésopotamie. Contacts et acculturation à l’époque d’Uruk au Moyen-Orient, Paris, CNRS Édition.

Butterlin P. 2013. Die Expansion der Uruk-Kultur, in: N. Crüsemann, M. van Ess, B. Salje, M. Hilgert (éds.), Uruk. 5000 Jahre Megacity (Berlin, Pergamonmuseum, Vorderasiatisches Museum, 25 avril – 8 septembre 2013), Berlin, Michael Imhof Verlag.

Butterlin P. 2015. Late Chalcolithic Mesopotamia, towards a definition of sacred space and its evolution, in: N. Laneri (éd.), Defining the sacred, Approaches to the Archaeology of Religion in the Ancient Near East, Londres, Oxbow Books, 60-72.

Childe V. G. 1950. The Urban Revolution, Town Planning Review 21, 99-115.

Dittmann R. 1986. Betrachtungen zur Frühzeit des Südwest-Iran. Regionale Entwicklungen vom 6. Bis zum Frühen 3 Vorchristlichen Jahrtausen. Berliner Beiträge zum Vorderen Orient Band 4, Berlin, Dietrich Reimer Verlag.

Del Bravo F. 2014. ‘Scarlet Ware’: Origins, Chronology and Developments, in: M. Lebeau , P. de Miroschedji (éds), ARCANE Interregional Vol. I: Ceramics (ARCANE Interregional I), Turnhout, Brepols, 131-147.

Delougaz P. 1952. Pottery from the Diyala Region, Oriental Institute Publications, 63, Chicago, the University of Chicago Press.

Eichmann R. 2013. Frühe Grossarchitektur der Stadt Uruk, in : N. Crüsemann, M. van Ess, B. Salje, M. Hilgert (éds.), Uruk. 5000 Jahre Megacity (Berlin, Pergamonmuseum, Vorderasiatisches Museum, 25 avril – 8 septembre 2013), Berlin, Michael Imhof Verlag.

Forest J.-D. 2011. Some Thoughts about the Scarlet Ware Culture », in: P. A. Miglus, S. Mühl (éds.), Between the Cultures. The Central Tigris Region from the 3rd to the 1st Millennium BC, Heidelberger Studien zum Alten Orient, 14, Heidelberg, Heidelberger Orientverlag, 29-36.

Le Brun A. 1971. Recherches stratigraphiques à l’Acropole de Suse, 1969-1971, Cahier de la Délégation Archéologique Française en Iran 1, 163-216.

Matthews R. J. 2002. Secrets of the Dark Mound. Jemdet Nasr 1926-1928, Warminster, British School of Archaeology in Iraq.

Mutin B. 2013. The Proto-Elamite Settlement and Its Neighbors. Tepe Yahya Period IVC, Oxford et Oakville, Oxbow books.

Petrie C. (éd.) 2013. Ancient Iran & its Neighbours. Local development and long-range interactions in the fourth millennium BC, Oxford. The British Institute of Persian Studies.

Potts D. T. 1999. The Archaeology of Elam: Formation and Transformation of Ancient Iranian State, Cambridge, Cambridge University Press.

Potts D. T. 2009. Bevel-rim bowls and bakeries: Evidence and explanations from Iran and the Indo-Iranian Borderlands, Journal of Cuneiform Studies, 61(1), 1-23.

Rothman M. S. (éd.) 2001. Uruk Mesopotamia and Its Neighbors. Sante Fe, School of American Research Press.

Scheil V. 1905. Documents en écriture proto-élamite, Mémoires de la Mission archéologique de Perse 6, Paris, Ernest Leroux.

Sumner W. 1986. Proto-Elamite Civilisation in Fars, in: U. Finkbeiner, W. Röllig (éds.), Ğamdat Naṣr Period or Regional Style?, Wiesbaden, Dr. Ludwig Reichert, 199-211.

Wilson K. L. 1986. Nippur: The Definition of a Mesopotamian Ğamdat Naṣr Assemblage, in: U. Finkbeiner, W. Rollig, (éds.) Ğamdat Naṣr Period or Regional Style?, Wiesbaden, Dr. Ludwig Reichert, 57-89.

L’auteur

Hugo Naccaro est docotorant à L’Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, ED 112, rattaché à l’UMR 7041 ArScAn – VEPMO.
Il poursuit sa thèse sous la direction de Pascal Butterlin. Membre de la Mission archéologique « transfrontalière » du Qara Dagh Occidental (Irak)

Pour citer ce billet : Hugo Naccaro. La Mésopotamie du sud et l’Iran du sud-ouest à la transition des IVe et IIIe millénaires avant notre ère, ArchéOrient - Le Blog, 9 juin 2017, [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/7585

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *