Compte-rendu du Sixth Annual Oxford Postgraduate Conference in Assyriology

L’Oxford Postgraduate Conference of Assyriology (OPCA), organisé par des doctorants de l’Université d’Oxford, est un colloque international qui réunit chaque année, depuis 2012, doctorants et jeunes chercheurs en assyriologie au Wolfson College, Université d’Oxford. L’édition d’avril 2017 a rassemblé 24 participants originaires de 7 pays et de 17 universités. L’OPCA, principalement local à ses débuts, a pris de l’ampleur au fil des ans et s’est largement ouvert à l’international, avec pour vocation de devenir un lieu de rencontres et d’échanges pour les jeunes assyriologues du monde entier.

Fig.1 : Poster de l’OPCA© OPCA

Deux invités d’honneur, le Dr. Anne Goddeeris de l’Université de Gand, et le Pr. Walther Sallaberger de l’Université Ludwig Maximilians de Munich ont tenu une conférence clôturant chacune de ces deux journées.

Les communications, organisées en neuf sessions, ont embrassé toutes les thématiques chères à cette discipline : philologie, religion, histoire politique, iconographie…

La session « Approaches to the Study of Religion and Ritual » a ouvert le colloque avec la présentation de Julia Giessler, de la Freie Universität de Berlin. Elle a abordé la question du marquage des animaux et des esclaves comme signe d’appartenance aux temples et étudié leur valeur légale à partir de textes juridiques du Ier millénaire. Krzysztof Kalek, de l’Université de Poznan, a ensuite traité des textes décrivant les entrailles des animaux sacrifiés dans le cadre des questions oraculaires adressées au dieu Šamaš. Ces textes ne donnent aucune information sur la valeur augurale (positive ou négative) des 250 marques qu’il a pu recenser. L’intervenant a néanmoins été en mesure de déterminer cette dernière grâce à la collection de référence relative aux oracles de la divination par extipicine (barûtu) dans laquelle la description du signe (protase) est associée à la prédiction (apodose). Les travaux d’Adam Howe, de l’Université d’Oxford, sont quant à eux relatifs aux conséquences de certaines prédictions. Il a abordé la question du roi-substitut, placé sur le trône temporairement pour préserver le véritable roi d’un mauvais présage, et a expliqué l’importance politique de ce rituel. Pour clore cette session, le festival KI.LAM a été présenté par Michael Moore, de l’Université de Californie, qui a montré comment de telles célébrations permettaient de renforcer la hiérarchie de la cour hittite, notamment par le positionnement des individus par rapport au roi lors des festivités.

La session « Approaches to Medicine in Ancient Mesopotamia » a permis de présenter diverses problématiques liées aux textes médicaux de Mésopotamie. Francesca Minen, de l’Université Ca’Foscari de Venise, a abordé la question de la peau et de sa description. Elle a insisté sur la complexité de la terminologie et sur les difficultés de traduction et d’interprétation avec le cas de la série SA.GIG. La présentation de Gioele Zisa, de l’Université Ludwig-Maximilian de Munich, a porté sur les rituels ŠÀ-ZI.GA contre l’impuissance. Grâce aux apports de l’anthropologie, il a étudié dans ce corpus les différentes interactions en jeu dans le processus curatif comme notamment la relation entre incantation et prescription médicale, ou encore le rôle joué par les formules magiques ou les images d’animaux en rut.

Izabella Nowak, de l’Université de Poznan, a ouvert la session « Communication Strategies in Letter-Writing ». Son intervention a porté sur une analyse des formules de salutation dans les lettres paléo-babyloniennes, à l’aide notamment de méthodes statistiques. Jane Gordon, du University College de Londres, a examiné les stratégies de communication des émotions à travers les échanges épistolaires au cours de la période paléo-assyrienne chez les marchands de Kanesh (20ème-18ème siècle av. J.-C.). Sa communication a mis en relief les normes et conventions sociales qui encadrent les comportements et l’expression des émotions à l’écrit.

Fig. 2 Lettre. Ashur-Malik se plaint auprès de son frère Ashur-Idi, Kanesh. © Trustees of the British Museum

La session « Dealing with the Vicissitudes of Life » a débuté avec la présentation de Sara Manasterska, de l’Université de Varsovie, sur l’analyse des différents aspects des plaintes (formulations, acteurs, objets, traitements, aboutissements) dans la correspondance royale néo-assyrienne qu’elle a ensuite comparés avec les textes littéraires et religieux de la même époque. Sophus Helle, de l’Université d’Aarhus, a exposé une interprétation plus positive de la vision de la mort à travers l’analyse du monologue sur la mort d’Ut-napishti (épopée de Gilgamesh I.X 301-322). Christoph Schmidhuber, de l’Université de Cambridge, a conclu cette session par une étude des différents codes de lois qui a mis en lumière le statut social et juridique des enfants à l’époque paléo-babylonienne par rapport à l’adoption.

 La session « Of Animals and Men » s’est concentrée sur les interactions de l’homme avec les animaux. La capture et la gestion des espèces sauvages ont été abordées par Alexandra Llado, du CCHS-CSIC de Madrid, avec le cas particulier de l’ours. Grâce aux archives de Puzriš-Dagān à la période d’Ur III, elle a démontré l’existence de tout un pan de l’administration consacré à la gestion des animaux sauvages capturés. Andréa Vilela, de l’Université Lyon 2, a ensuite étudié les descriptions du comportement du chien dans les présages et les proverbes. Elle a insisté sur leur complexité et sur l’éclairage qu’elles apportent sur les rapports quotidiens avec cet animal. Pour finir, Jill Marcum, de l’Université d’Oxford, s’est intéressée à l’image symbolique des animaux dans les fables sumériennes. À partir d’exemples concrets comme celui du renard, elle a mis en relation la perception de cet animal comme étant rusé et fourbe et celle du logogramme le désignant. En effet, ce dernier peut être lu à la fois comme ka5 (ka5-a signifiant « renard ») et comme lul (lu2-lul signifiant « menteur »).

Fig.3 : ka5-a qui signifie « renard » en sumérien © ePSD

Fig. 4 : lú-lul qui signifie « menteur » en sumérien © ePSD

Cette première journée de conférence s’est conclue par la présentation du Professeur Walther Sallaberger, de l’Université de Ludwig-Maximilians à Munich, sur les participants au festival dédié à la déesse Bau à Girsu à l’époque du Bronze ancien. Un examen des documents économiques trouvés dans le « quartier des dames » (E2.MUNUS) lui a permis de les identifier et de cerner leurs implications dans la préparation de ce festival. Les listes de denrées alimentaires destinées aux offrandes et aux sacrifices, dont certaines en précisent la provenance, ainsi que les listes de rations constituent des sources précieuses dans l’analyse prosopographique des participants. Il semble qu’en dehors de l’élite, une partie de la population ait également pris part à l’organisation de ce festival, mais il reste difficile d’en quantifier le pourcentage avec exactitude.

La seconde journée de cette rencontre s’est ouverte sur la session « Questions of Identity and Function in the Cuneiform Text Corpus » avec la présentation de Szilvia Jáka-Sövegjártó, de l’Université de Heidelberg. Elle a démontré, par une analyse des textes bilingues suméro-akkadiens de l’époque paléo-babylonienne, qu’ils n’étaient pas issus d’un développement des gloses (annotations du scribe en akkadien), mais bien d’un choix stratégique du scribe et revête deux fonctions bien distinctes. Brandon Simonson, de l’Université de Boston, nous a fait part de ses recherches sur l’identification des noms propres araméens par rapport aux autres noms ouest sémitiques, dans les textes cunéiformes du Ier millénaire avant J.-C, à travers des critères linguistiques, mais également culturels, théologiques, généalogiques et géographiques.

La session « Interdisciplinary Approaches to the Scribal Tradition » a commencé par la présentation de Véronique Pataï, de l’Université Lyon 2, sur les processus de formation des scribes de Nuzi à l’époque du Bronze récent, formation qu’elle a tentée d’identifier en comparant les corpus de scribes issus d’une même famille. Soheil Delshad, de l’Antike Kollege de Berlin, a ensuite abordé les inscriptions royales de l’époque achéménide sous l’angle de leurs matérialités (localisation et matériaux). Il a cherché à savoir comment ces différents aspects vont intervenir dans le processus de composition des inscriptions et dans la définition du travail du scribe et du public cible auquel elles sont destinées.

Au cours de la session « Contextual and Intertextual approaches to Text Analysis », Johannes Bach, de la Freie Universität de Berlin, a proposé une approche transtextuelle des récits royaux assyriens, d’après la théorie de G. Genette, qui analyse le texte selon sa relation avec d’autres textes.

Fig. 5 : Sargon II. Panneau mural en albâtre. © The Trustees of the British Museum.

Ludovica Bertolini, de l’Université Sapienza de Rome, a mis en exergue, lors de sa communication sur le couple mythologique et littéraire Dumuzi et Inanna, le lien entre le contexte littéraire du mythe et son contexte socio-culturel et religieux.

Sophia Witzig, de l’Université Lyon 2, a ouvert la session « Approaches to Ideology and State Administration ». Elle a fait une présentation générale des gouverneurs de la province de Girsu/Lagash au cours de la troisième dynastie d’Ur (21e siècle av. J.-C.). Elle a montré que contrairement à ce qui est observé dans les provinces voisines à la même époque, les gouverneurs n’appartiennent pas à l’élite provinciale, mais sont proches du roi, et occupent des postes dans l’administration royale. Alexander Johannes Edmonds, de l’Université de Tübingen, a présenté ses méthodes de localisation des sites de la région du Zagros datant de la fin de l’âge du bronze au début de l’âge du fer. Celles-ci reposent notamment sur l’étude diachronique des toponymes dans les langues autochtones, qui démontre une certaine continuité linguistique et culturelle dans la région étudiée. Sophie Walker, de l’Université de Manchester, a analysé l’image de la reine Liballi-Sharrat à travers sa représentation dans la Scène du banquet d’Assurbanipal. Selon l’auteure, la reine symbolise l’appropriation de la culture élamite et assure ainsi une cohésion sociale en s’adressant à l’élite étrangère de l’empire.

Fig. 6 : Scène du Banquet d’Assurbanipal. © The Trustees of the British Museum

Dans sa communication, Melissa Benson, du University College de Londres, a expliqué la stratégie de délégation du roi Darius auprès de ses généraux, et le rôle des mutilations exécutées sur les chefs ennemis, qui relèvent des prérogatives royales.

Le colloque s’est conclu par une présentation du Dr. Anne Goddeeris sur l’importance de l’aspect matériel de la documentation administrative et juridique de la période paléo-babylonienne. Elle a insisté sur les différents éléments pouvant varier en fonction du type de texte. Parmi eux figurent la taille et la forme de la tablette, le type d’argile, l’organisation du texte lui-même (en colonnes ou non), les types de sceaux employés… Tous ces éléments pouvaient permettre de faciliter le classement des documents dans les archives et même, dans certains cas, de certifier de leur validité. Elle a également démontré que ces usages variaient en fonction de la période ou de la région, attestant ainsi de la force des traditions locales.

Fig. 7 : Alexander Johannes Edmonds interprétant « Summertime » en sumérien © OPCA

C’est sur une note musicale que s’est terminée cette rencontre avec une chanson en sumérien, interprétée à la guitare par Alexander Johannes Edmonds. Sa prestation a conclu avec bonne humeur cette sixième édition de l’OPCA. Cette année encore, ce colloque a su rassembler de jeunes assyriologues originaires de nombreux pays et des invités tels que le Dr. Goddeeris et le Pr. Sallaberger qui ont contribué à accroître la visibilité de l’OPCA, un événement qui commence à prendre sa place parmi les rencontres incontournables pour les jeunes chercheurs en assyriologie.

Fig. 8 : Les participants de la conférence dans la cours du Wolfson College à Oxford © OPCA

Les auteurs

Véronique Pataï est docteure à l’Université Lumière Lyon 2, Doctorat Mondes Anciens, ED 483, UMR 5133-Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Andréa Vilela est doctorante à l’Université Lumière Lyon 2, Doctorat Mondes Anciens, ED 483, UMR 5133-Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Sophia Witzig est doctorante à l’Université Lumière-Lyon 2, Doctorat Mondes anciens, ED 483, rattachée au laboratoire Archéorient UMR 5133, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Véronique Pataï, Andréa Vilela et Sophia Witzig. Compte-rendu du Sixth Annual Oxford Postgraduate Conference in Assyriology, ArchéOrient - Le Blog, 26 mai 2017, [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/7530

Enregistrer


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *