Bilan et perspectives de l’archéologie islamique en Égypte

Du 2 au 4 mai 2017 se sont déroulées au Caire des journées d’étude destinées à dresser un bilan et dégager des perspectives de recherche pour l’archéologie de la période islamique en Égypte. Elles ont été financées par l’Institut Français d’Archéologie Orientale et le laboratoire Archéorient et ont eu lieu dans les magnifiques locaux de l’Ifao : le palais Mounira (fig. 1).

fig. 1 : Présentation de Ahmad Al-Shoky dans la salle des séminaires de l’Ifao

La nécessité d’une telle rencontre s’est imposée du fait de l’évolution des conditions de travail en Égypte, notamment depuis la fin des opérations de terrain pour les missions emblématiques de l’Ifao : Istabl ‘Antar Fustat et les murailles du Caire. À l’heure où les budgets se réduisent et où l’accès au terrain, dans certaines régions, est plus difficile, voire impossible il semblait nécessaire de réfléchir ensemble à l’avenir de la discipline.
Nicolas Michel et moi-même avions invité à la fois des spécialistes de l’archéologie copte et islamique (cf. Programme). Si le terme « archéologie islamique » est ailleurs plutôt utilisé pour désigner l’archéologie de la période qui débute avec l’avènement de l’islam, en Égypte cette définition ne paraît pas forcément évidente pour tous. En effet, l’« archéologie copte », qui va de l’étude de l’Antiquité tardive jusqu’à celle des monastères d’époque islamique est considérée comme une discipline indépendante. Plutôt que de s’interroger une fois de plus sur la pertinence de la distinction entre les deux, nous avons confronté les résultats obtenus sur nos différents sites. Les deux premiers jours ont été consacrés à des présentations réparties par grandes régions : le Delta, le Sinaï, le Fayoum, la vallée du Nil et Fustat – Le Caire. La dernière journée a vu des présentations plus méthodologiques et disciplinaires, sur les sources matérielles de l’histoire de l’occupation humaine et de l’environnement puis une réflexion sur les bilans, attentes et perspectives des institutions.

Affiche des journées d’études

Le bilan

Les échanges ont débuté avec le trio d’Alexandrie (Marie-Dominique Nenna, Delphine Dixneuf et Kathrin Machinek) qui a décrit les travaux archéologiques et les publications du CEAlex dans le centre-ville, en insistant sur ceux de la citerne El-Nabih (construite à l’époque mamelouke dans des niveaux ayyoubides), de Fouad (citernes associées à une maison mamelouke) et du fort de Qaytbay. La difficulté, pour ouvrir de nouveaux chantiers à Alexandrie, réside dans le fait que que les missions étrangères ne peuvent plus faire de fouilles de sauvetage en ville ; elles peuvent seulement intervenir dans les propriétés du Service des Antiquités. Cela pourrait être le cas sur le tracé de la muraille dans le secteur du fort Nahasin, le dépôt archéologique du CEAlex.

La mission Taposiris Magna développe un programme spécifique sur les niveaux tardifs du site (du début de la période islamique). Joachim Le Bomin et Julie Marchand en ont montré les composantes étudiées à ce jour : des bains construits à l’époque romaine tardive et une maison de plan rectangulaire, tous deux occupés jusqu’au viie siècle. Ces chantiers permettent d’avoir une vision plus claire du matériel, notamment céramique, de la période de transition. Dans le futur, l’accent sera mis sur l’alimentation en eau de la ville.

Julie Marchand et Sylvain Dhennin ont montré la production d’amphores et de céramique commune à Kôm Abou Billou à l’époque byzantine. La prospection a montré que l’occupation d’époque islamique (la Tarrana des sources écrites) s’est développée, à partir du ixe siècle, dans la partie sud du site, à Abou Billou el-Agouza. Ce site aurait pu permettre d’étudier un cas d’urbanisme dans le delta occidental, ainsi que d’éventuels ateliers de production de verre primaire à l’époque islamique mais il a hélas été rasé en 2014…

Plusieurs contraintes entravent le travail sur le site de Tinnis, par ailleurs bien connu des sources textuelles, qui le donnent comme un très grand centre de production de textiles. Le site en bordure du lac Manzala a été entièrement troué par les récupérateurs de briques cuites et de sebakh, c’est-à-dire les couches organiques des sites égyptiens, utilisé comme engrais pour les cultures. Alison Gascoigne a mis en évidence une transformation de l’activité au cours des périodes romaine à médiévale, en relation avec les modifications de l’environnement, notamment de la ligne du rivage. L’interprétation de l’imagerie satellite a montré de grands alignements, les bâtiments importants par leur taille, comme une église et la grande mosquée. Cette chercheuse a pu ainsi élaborer plusieurs hypothèses sur le développement de la ville. Ces travaux sont en cours de publication à l’Ifao.

Jean-Michel Mouton, à partir des sources écrites et du matériel archéologique retrouvé dans la forteresse de Sadr, a fait revivre les hommes de cet établissement au milieu du xiie siècle (de 1150 à 1160). Ses travaux, publiés en 2010, attestent d’un fonctionnement tout à fait original, avec une trentaine d’unités d’habitation adossées à la courtine, dans chacune desquelles habitaient 2 à 3 personnes. Ils ont fourni des données très précises sur l’approvisionnement et le fonctionnement de la fortification. Par exemple, les études archéozoologiques ont révélé la présence d’un seul boucher, identifié par des gestes répétitifs sur les os.

Sami Abdalmalik a dressé un panorama des sites d’époque islamique fouillés dans le Sinaï, d’une grande variété chronologique et morphologique bien que limitée principalement aux établissements sur les routes et les fortifications. Cependant, les études de matériel provenant des sites fouillés par le Service des Antiquités restent exceptionnelles.

Tebtynis, dans le sud du Fayoum a livré des occupations du viie au xe siècle, mises en évidence par les fouilles et prospections. Plusieurs maisons ont été fouillées, ainsi qu’une grande nécropole (830 tombes) comprenant 93% de tombes d’enfants chrétiens. Mais le plus intriguant reste la zone Nord, complètement décaissée, avec une cinquantaine de broyeurs à olives et d’éléments de pressoirs dispersés à sa surface. Ils attestent d’une production importante d’huile d’olive, mais aussi de vin, qui n’est toujours pas précisément datée.

Le site de Baouït, dans la Moyenne Égypte, est une référence pour les études coptes. Les fouilles conduites depuis 1980 sur le monastère et les églises montrent que les viie-viiie siècles correspondent à l’apogée du site, par ailleurs occupé jusqu’au xiie siècle. Les fouilles récentes portent sur l’église Nord et dégagent de nombreuses peintures murales et une documentation écrite importante (graffiti, ostraca, papyrus, stèles…).

Les mines d’or du Wadi Alaqi ont été exploitées du viiie jusqu’à la fin du xe siècle. Un site d’exploitation de cette période a été étudié à Samut par Julie Marchand, dans le cadre de la mission du désert oriental dirigée par Bérangère Redon. Des carrières de pierre tendre sont également connues dans le secteur et sont restées en activité jusqu’à l’époque mamelouke.

Les fouilles en milieu urbain sont opérées dans des conditions de travail très variables. Wolfgang Müller et Gregory Williams réussissent à pratiquer une archéologie de sauvetage dans la ville d’Assouan. Par une action concertée de communication, d’information et d’implication des partenaires institutionnels et locaux, l’Institut Suisse, implanté de manière permanente à Assouan, opère des fouilles préliminaires aux constructions, rendant ensuite le terrain aux habitants. Ils ont pu ainsi montrer que la ville islamique médiévale était beaucoup plus grande (40 ha) que la ville d’époque classique. Ce type de travaux est exceptionnel en Égypte et n’a pu se dérouler qu’avec une présence intensive sur le terrain et des moyens financiers importants.

Les fouilles de Fustat / Istabl ‘Antar dirigées par Roland-Pierre Gayraud sont terminées depuis 2005 et la publication définitive est en cours. Les deux premiers tomes publiés concernent des études de matériel : les ivoires et os sculptés et des assemblages céramiques des ixe-xe siècles, ce dernier venant tout juste de sortir des presses de l’Ifao.

Les travaux de Stéphane Pradines sur les murailles du Caire ont mis en évidence les tracés des trois murailles successives. Les deux premières, en pisé avec les portes en pierre puis en brique crue avec les portes en pierre, datent de l’époque fatimide. La dernière, de l’époque de Saladin, est entièrement construite en pierre. Ces fouilles ont permis de former des inspecteurs ainsi qu’une centaine d’étudiants. Les travaux ont inclus la restauration des vestiges avec, pour l’un des chantiers, la création d’un parcours archéologique. Une des difficultés pour les fouilles urbaines est de définir des contextes cohérents et non perturbés pour l’étude des céramiques. C’est la tâche à laquelle s’est attelée Julie Monchamp, dont les travaux seront bientôt publiés à l’Ifao.

Synthèses par disciplines

La synthèse de Sylvie Marchand sur la céramique islamique en Egypte a montré quels étaient les points faibles et les points forts de cette discipline, qui sont aussi ceux de l’archéologie islamique en général. Parmi les premiers, l’un des plus évidents est la disparité, géographique (certaines régions ne comportent aucun site de référence fouillé) et archéologique. De ce point de vue, les types de sites qui ont fourni des séquences stratigraphiques sont d’une part des grandes agglomérations (Le Caire, Alexandrie, Assouan) ou des monastères, qui sont fouillés depuis le début du xxe siècle. Les villes moyennes et les sites ruraux restent peu représentés (Tebtynis). D’une manière générale, le début de la période est mieux connu que les époques plus récentes. Enfin, les études céramologiques se focalisent encore trop souvent sur les seules pièces décorées au détriment de l’ensemble de la céramique et on déplore le manque de véritables séquences stratigraphiques qui permettraient des présentations statistiques du matériel. Malgré cela, il est possible de dresser une carte des lieux de production de l’époque byzantine et médiévale jusqu’au xviiie siècle, d’après les ateliers fouillés et les mentions de la Description de l’Égypte. Depuis une quinzaine d’années, les assemblages régionaux sont mieux connus. Il est donc maintenant possible de déterminer quelles sont les céramiques exogènes dans une région, comme les jarres produites dans la vallée du Nil aux xiie – xiiie siècles et retrouvées dans toute l’Egypte mais uniquement le long des routes caravanières.

Mennat el-Dory a exposé les méthodes et buts de l’analyse archéobotanique, prenant pour exemple deux contextes monastiques, l’un dans le Wadi Natrun et l’autre à Assouan. La confrontation des résultats avec les pratiques traditionnelles et les textes et objets médiévaux permet leur interprétation. Par exemple, l’étude des restes de fèves montre que les moines consommaient de la soupe de fèves germées dont ils ôtaient la peau ; les graines de coton retrouvées en contextes monastiques ne témoignent pas du tissage de cette fibre mais de leur pressage pour l’huile. La discipline est débutante en Egypte et ne permet pas, pour l’instant, d’apporter des éléments nouveaux sur les pratiques agricoles ou l’économie. Aucun contexte d’époque islamique n’a encore été étudié et tout reste à faire pour cette période.

Nicolas Michel s’est interrogé sur la matérialité des problématiques historiques et a dressé un panorama de l’apport respectif des sources textuelles et archéologiques pour l’étude de l’Egypte rurale. Sur le plan chronologique, les premiers siècles de l’Islam sont assez bien étudiés. On peut s’interroger sur l’abandon de la plupart des grands sites de l’Antiquité tardive à la fin du xe siècle. Du xe au xve siècle, l’image générale est connue mais les spécificités sont quasiment ignorées. Le xvie siècle voit des changements dans les villes qui peuvent paraître paradoxaux : durant cette période de prospérité, plusieurs des centres majeurs se sont déplacés. Se pose donc par conséquent la question de la représentativité des sites fouillés.

La communication de Maël Crépy a montré tout ce qu’une étude géographique et géo-archéologique peut apporter à la connaissance des milieux ruraux, avec pour exemple le cas de l’oasis de Kharga. Allant contre les interprétations catastrophistes de l’évolution des implantations humaines, il a montré que les modifications de l’occupation du sol ne sont pas dues à un quelconque changement climatique mais peuvent s’expliquer de façon très convaincantes par des phénomènes complexes d’érosion et de dépôt de sédiments. À Kharga, la grande quantité de lœss, dépôts qui sont normalement absents en milieu aride, est le signe d’activités humaines ; les paysages ont été construits par les agriculteurs au fil du temps. Les sédiments fins transportés par le vent sont piégés par l’humidité autour des puits et forment des buttes qui peuvent s’élever jusqu’à 10 m en un siècle et qu’il est nécessaire de raboter pour que l’eau continue à jaillir.

Fig. 2 : Visite du musée d’art islamique, guidée par son précédent directeur, Ahmad Al-Shoky

Une demi-journée a été consacrée à la visite du Musée d’Art islamique du Caire, commentée par son précédent directeur, Ahmad al-Shoki (fig. 2) (maintenant Chairman of the Egyptian National Library and Archives). C’est lui qui a été chargé de sa seconde restauration, suite aux destructions survenues durant la révolution, le 24 janvier 2014, c’est-à-dire quelques années seulement après la réouverture qui avait suivi sa rénovation. Cette nouvelle rénovation a été l’occasion de reprendre la muséographie, la signalétique, de préciser les contextes de découvertes des objets et de rendre la visite plus attractive pour les non-spécialistes et aux enfants. Les nombreuses actions de valorisation ont attiré un public nombreux et en ont fait un des grands musées du Caire en activité.

Considérations générales et perspectives

Le but de la rencontre était avant tout d’échanger entre spécialistes et il a largement été atteint car de nombreux temps de discussion, formels ou un peu moins (fig. 3), avaient été prévus. La discussion finale, conduite par Denis Genequand, a permis de revenir sur les disparités évoquées par Sylvie Marchand (régionales, chronologiques, ville/campagne…). Celles-ci tiennent à l’historiographie de la recherche mais sont également dues à des contraintes diverses. Il est indispensable d’interagir avec la réalité de l’Egypte, comme l’accroissement massif de sa population et le développement constant de l’habitat. Malheureusement, l’archéologie de sauvetage n’est pas une priorité et les propositions d’archéologie préventive ne fonctionnent pas (par exemple à Alexandrie). Par ailleurs, il n’existe pas de carte archéologique précise du pays, autre que celle des grands sites connus. Face à ces contraintes et aux difficultés actuelles, l’Ifao réinvestit des équipes sur des secteurs où il est possible de travailler.

Fig. 3 : Repos sur les pelouses de l’Ifao pendant la pause café

Ont été évoqués les types de projets archéologiques possibles et la façon de les organiser, notamment leur durée. L’expérience montre que les grands chantiers (19 ans de terrain pour Fustat, 17 ans pour celui de la Muraille du Caire) fournissent une masse de données inestimable mais sont beaucoup plus longs à publier alors qu’un projet comme celui de Sadr / Qal‘at al-Gindi, site de taille moyenne bien conservé, a pu être conduit en 5 ans et publié rapidement et complètement.

Un autre des problèmes est la faible représentation de certaines disciplines, comme l’archéozoologie (étudiée uniquement à Sadr) ou l’anthropologie funéraire (pratiquée par les missions polonaises de Kôm el-Dikka à Alexandrie et de Deir Naqlun dans le Fayyum) ou encore l’archéobotanique, encore inexistante pour les périodes islamiques.

Enfin, l’étude des occupations récentes, copte / islamique / médiévale, des sites anciens, n’a que rarement été envisagée par les égyptologues. Cet état de fait est l’héritage d’une longue tradition de dégagement massif des monuments et on retrouve encore parfois chez certains chercheurs (hélas) l’idée que les occupations médiévales ont dégradé les états antérieurs. La conséquence en est que, sauf exception, l’étude de la période médiévale n’est pas abordée ou pas valorisée sur ces sites. Or l’étude diachronique et la prise en compte de la totalité des périodes permet bien souvent de préciser l’analyse des niveaux favoris…C’est une situation qui est fort heureusement en train d’évoluer comme le montrent les travaux récents (par exemple à Tell Dibgou).

 L’auteur

Marie-Odile Rousset est chargée de recherche CNRS, spécialiste du Proche-Orient médiéval. UMR 5133 – Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Marie-Odile Rousset. Bilan et perspectives de l’archéologie islamique en Égypte, ArchéOrient - Le Blog, 19 mai 2017, [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/7504

Enregistrer


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *