Étude des grandes lames de Tell ‘Arqa (Plaine du Akkar, Liban Nord)

Le 12 décembre 2016 s’est tenu un atelier organisé par l’équipe 3 “Identités et marqueurs culturels” du Laboratoire Archéorient ayant pour sujet la « mécanisation » de la taille du silex à la fin de la préhistoire et au début des âges des métaux. C’est dans ce cadre que nous avons présenté deux aspects de notre recherche sur l’industrie lithique de Tell Arqa : “la technologie et la tracéologie d’une production ciblée : les grands produits laminaires issus du débitage par pression au levier”.

Le débitage par pression au levier

Diverses techniques de taille coexistent et se répartissent en trois grandes familles : la percussion directe, la percussion indirecte et la pression. Le travail expérimental réalisé sur les débitages par pression non mécanisés, utilisant la force humaine à l’aide d’une béquille, permet d’obtenir des produits laminaires extrêmement réguliers et standardisés d’environ 17 cm de long pour 2 cm de large pour les plus imposants (Pelegrin 2012a). Ces mesures peuvent varier en fonction de la qualité des silex travaillés, mais elles constituent un ordre de grandeur communément admis par les expérimentateurs pour ce type de débitage. Si la régularité de ces lames est similaire à celle des lames du début de l’âge du Bronze, leur dimension est bien inférieure à certaines productions de cette période. C’est pourquoi la technique envisagée pour le débitage de grandes lames est la pression assistée d’un levier, système combinant mécanique et force humaine qui permet l’obtention de grandes lames régulières pouvant aller jusqu’à 40 cm de long et 3 à 6 cm de large dont les stigmates de taille correspondent aux lames archéologiques. Au début des années 90, deux systèmes de levier sont mis au point : celui de P. Volkov (1991) utilisant une corde et celui de J. Pelegrin (1993-1994) permettant l’application de plusieurs centaines de kilos de pression grâce à un très grand bras de levier (fig.1). Récemment, F. Abbès met au point un nouveau type de levier inspiré des presses à huile traditionnelles marocaines combiné à un grand bras de levier et H. Arrok conçoit un petit levier (avec un bras long d’un mètre) permettant, malgré sa taille, de réaliser des lames de grandes dimensions, les deux étant inspirés des travaux et du grand levier de J. Pelegrin.

Fig. 1 : Expérimentation de J. Pelegrin du débitage par pression au levier à Lejre, Danemark (Extrait du film « Flint Experiments at Lejre 93-94 »)

Entre le 4ème et le 3ème millénaires av. J.-C., le phénomène des produits laminaires de très grandes dimensions marque différentes régions du Levant où elles portent le nom de « lames cananéennes », d’Europe et d’Asie (Pelegrin 2012b).

Le site archéologique de Tell ‘Arqa

Tell Arqa est un site majeur du Liban-Nord, en raison d’une séquence stratigraphique complète allant du Néolithique à l’époque mamelouke. Situé en bordure méridionale de la plaine du Akkar, le tell de 7 ha de superficie et 40 m de hauteur contrôle la partie sud d’une des rares plaines côtières à fort potentiel agricole du littoral syro-libanais (fig.2 et fig. 3). La plaine du Akkar forme aussi le débouché maritime de la « trouée de Homs » ; cette région est l’une des principales voies de communication stratégiques et commerciales à travers la chaîne montagneuse qui isole la côte méditerranéenne de la Syrie intérieure proche et du monde mésopotamien (Thalmann 2006). Depuis 2010, un projet pluridisciplinaire vise à restituer, sur la base de l’ensemble de la documentation disponible (architecture, céramique, botanique, zoologie, lithique, etc.), l’évolution technique, économique et sociale de la plaine du Akkar aux 3ème et 2ème millénaires. Notre recherche sur les industries lithiques d’Arqa s’inscrit dans le cadre de ce projet.

Fig. 2 : Tell Arqa, Vue sur le Tell depuis le nord-ouest (Photo : F. Marchand)

Fig. 3 : Séquence stratigraphique des niveaux Bronze Ancien (J.-P. Thalmann)

Les grandes lames de Tell ‘Arqa

L’industrie lithique des niveaux étudiés est représentée par 50% de produits laminaires. Au sein de ces productions, nous nous sommes rapidement focalisés sur la problématique des grandes lames qui, à elles seules, constituent un peu plus de 30% des produits laminaires. Deux types de grands produits laminaires sont présents : le premier type, local et plus ancien, est issu du niveau 17 (ECL4, 2700-2500 Cal. B.C.). Ces lames sont retrouvées associées à des déchets de taille ce qui implique un débitage sur le site même. Elles sont unipolaires, leurs longueurs maximales ne dépassent guère 15 cm de long pour 2-3 centimètres de large. Les talons sont lisses et les bulbes épais. Leurs sections sont trapézoïdales ou, dans certains cas, triangulaires. Les nervures et les négatifs de taille sont ondulés. Les stigmates de taille associés suggèrent que ces lames ne sont pas le résultat d’un système mécanisé mais elles nous indiquent une nette volonté de concevoir des grands produits laminaires bien avant l’introduction d’un système mécanique pour les produire (fig.4).

Fig. 4 : Exemplaire de lame locale, 08/272.001 (Photo : F. Marchand)

Le second type de grands produits laminaires, sujet principal de ce billet, apparaît dans les niveaux 16/15 (ECL5/ECL6, 2500-2000 Cal. B.C.). L’introduction de ces lames à Tell Arqa est donc un phénomène plus tardif au regard des autres régions du Proche-Orient où elles sont présentes depuis la fin du Chalcolithique – début du Bronze Ancien. Leur matière première est exogène et d’une très haute qualité. Elles sont considérées comme importées en raison de l’absence de déchets de débitage. Elles sont unipolaires et toutes issues de plein débitage sous formes de lames entières ou de fragments de lames. Leurs longueurs sont estimées à plus de 25 cm pour des largeurs allant jusqu’à 4 cm. Les talons sont dièdres et les bulbes peu épais, les nervures extrêmement régulières et parallèles aux bords, les sections trapézoïdales, plus rarement triangulaires. La technique de débitage proposée pour ce type de lame est la pression au levier, seule technique connue permettant la régularité et la puissance nécessaire à leur obtention. Ces lames sont le résultat d’un passage à la mécanisation du système de taille afin d’obtenir des produits standardisés de grandes dimensions (fig.5).

Fig. 5 : Exemplaire de lame importée, 96/274.001 (Photo : F. Marchand)

Aspects tracéologiques

Pour le 3ème millénaire, les analyses tracéologiques se sont focalisées sur l’étude des grandes lames lustrées et leur utilisation comme éléments de tribulum (outil agricole servant à dépiquer les céréales, fig. 6). Connu à partir du 4ème millénaire dans l’iconographie grâce à un sceau-cylindre provenant d’Arslantepe (Frangipane 1997, fig. 7), il est encore utilisé au Proche-Orient, dans le bassin méditerranéen, en particulier dans les Balkans, en Turquie et en Syrie jusqu’au 20ème siècle.

Fig. 6 : Tribulum d’Alep (Sir J. Evans, 1897, fig. 194)

A Tell ‘Arqa, l’étude préliminaire réalisée par Eric Coqueugniot (Coqueugniot 2006) a cependant démontré que les grandes lames lustrées ont été utilisées comme éléments de faucille. Notre premier objectif était de confirmer cette analyse et de nous assurer de l’absence d’éléments de tribulum tandis que le second objectif était d’obtenir des informations sur l’outillage laminaire non lustré, afin de documenter l’ensemble des utilisations de ces grandes lames.

Fig. 7 : Représentation d’un tribulum sur un sceau-cylindre provenant d’Arslantepe (M. Frangipane, 1997, fig. 16.1)

Le travail des plantes

Les analyses tracéologiques ont démontré que les grandes lames d’importation sont des éléments de faucille confirmant ainsi les conclusions de E. Coqueugniot. Aucune grande lame n’a été utilisée comme élément de tribulum à Tell ‘Arqa à la différence de nombreux autres sites du Proche-Orient. Leur utilisation semble longue et intensive, comme en témoigne le lustre très important visible à l’œil nu sur les lames mais aussi le réaffutage des lames au cours de leur utilisation à l’aide de séries de retouches (fig. 8).

Fig. 8 : Lame d’importation dont le lustre est visible à l’œil nu (face ventrale), à gauche : réaffutages multiples du bord ; à droite : micropoli de faucille, 09/138.002 (Photos : F. Marchand)

L’identification des éléments de faucille nous a conduit à nous intéresser aux dispositifs d’emmanchement. Le lustre et l’usure des lames permettent de discerner les limites de l’emmanchement à l’œil nu : ce dernier est de type courbe axial ou droit axial. L’adhésif couramment utilisé au Proche-Orient est le bitume mais il n’existe pas à l’état naturel au Liban. La loupe binoculaire nous a permis de définir qu’un autre type d’adhésif a été employé pour les lames de Tell ‘Arqa : des résidus organiques ont été retrouvés sur la surface des lames et particulièrement sur les zones corticales (fig. 9).

Fig. 9 : Résidus organiques sur le cortex de la lame, 08/310.001 (Photo : F. Marchand)

Certaines grandes lames ont aussi sur leur extrémité des enlèvements de type burinant. Il pourrait s’agir de burin d’angle mais une autre hypothèse est envisageable : si la lame reste coincée dans le manche, un ou plusieurs coups peuvent lui être portés afin de la désemmancher, provoquant ce type d’enlèvement (fig. 10).

Fig. 10 : Enlèvements burinants sur angle, 03/900.006 (Photo : F. Marchand)

Grâce au microscope métallographique, nous retrouvons un poli plat et des stries longitudinales au centre des grandes lames importées, correspondant à la friction entre le manche et l’élément de faucille (fig. 11). A l’heure actuelle, le matériau utilisé pour confectionner le manche n’a pas encore été identifié.

Fig. 11 : Micropoli d’emmanchement, 95/227.001 (Photo et dessin : F. Marchand)

Le travail de la matière animale et les tâches multiples

Le second objectif de nos analyses tracéologiques était d’obtenir des informations sur l’outillage non lustré. Dans ce but, nous avons réalisé des observations sur un échantillonnage aléatoire de grandes lames. Les résultats montrent, par exemple, qu’un fragment proximal de lame importée a été utilisé pour couper de la peau (fig. 12).

Fig. 12 : Micropoli de coupe de peau, 03/900.028 (Photos : F. Marchand)

Dans un autre cas, un fragment distal de lame importée a été utilisé sur son bord gauche comme élément de faucille. Le bord droit présente un poli de type minéral avec des stries longitudinales conséquence d’un travail sur de la céramique (fig. 13).

Fig. 13 : Micropoli de faucille (bord gauche) et d’un travail de la céramique (bord droit), HS/JPT.003 (Photos et dessin : F. Marchand)

Dans un autre cas encore, un fragment proximal de lame importée a servi, dans un premier temps, d’élément de faucille. Une série de retouche postérieure au lustre végétal a été effectuée sur l’extrémité distale de la lame pour obtenir une morphologie de perçoir. Cette extrémité montre un poli de pierre, des écaillures et des stries transversales. Ce perçoir sur lame a été utilisé pour perforer une matière minérale dure (fig. 14).

Fig. 14 : Micropoli de faucille (Bords gauche et droit) et de perforation d’une matière minérale dure (extrémité distale), 04/907.002 (Photos : F. Marchand)

Conclusion

Les grands produits laminaires sont présents dans le débitage local à partir du niveau 17 mais sont remplacés au niveau 16/15 par des produits laminaires importés d’une régularité et d’une standardisation extrêmes. Ce changement dans les productions laminaires marque le passage d’une production locale non mécanisée à une production importée. La communauté villageoise ne conçoit plus ces lames, elle perd progressivement son savoir-faire du travail de la pierre et son autonomie de production de l’outillage en silex.

L‘origine de ces lames est encore problématique. De nombreux ateliers sont connus pour les périodes anciennes de l’Anatolie au Levant Sud ou encore en Iran dès le 4ème millénaire et jusqu’à la seconde moitié du 3ème millénaire. Seul l’atelier de grandes lames de Titriş Höyük, situé à 400 km, est contemporain des lames importées de Tell ‘Arqa (Titriş Höyük est en activité entre 2600 et 2100 B.C ; Hartenberg et al. 2000, Algaze et al. 2001, Hartenberg 2002). Cependant, aucune preuve concrète d’un réseau d’échange à très grande échelle n’existe.

L’absence de tribulum à Tell ‘Arqa démontre qu’il faut, à présent, envisager une utilisation des grandes lames pour d’autres activités, par exemple comme éléments de faucille pour la moisson des céréales, pour le travail de la céramique, pour la coupe de peau, pour le travail de la pierre, etc. Il s’agit de produits de grande qualité employés pour des tâches variées de la vie quotidienne. La grande lame est un outil polyvalent.

Dans une perspective plus générale, l’âge des métaux est une période où la mécanisation est florissante comme le montre la conception du levier pour l’outillage en pierre, l’utilisation du tribulum dans les pratiques agricoles, le dispositif de forage de la vaisselle en pierre (Morero 2014) ou encore le façonnage au tour de la céramique (Roux et Thalmann 2016). L’homme cherche à amplifier sa force et à accroître ses compétences techniques en mettant au point des machines lui permettant de décupler et de standardiser ses productions.

Remerciements

Nous tenons à remercier chaleureusement J.-P. Thalmann directeur de la Mission française de Tell ‘Arqa, le Ministère des affaires étrangères et la Direction libanaise des Antiquités pour leur soutien et leur amicale collaboration.

Bibliographie

Algaze G., Dinckan G., Hartenberger B., Matney T., Pournelle T.J., Rainville L., Rosen S., Rupley E., Schlee D. et Vallet R. 2001. Research at Titriş Höyük in Southeastern Turkey: The 1999 Season, Anatolica 27, 23-106.

Coqueugniot E. 2006. Les outillages en pierre taillée et la question des lames « cananéennes » : étude préliminaire, in : J.-P. Thalmann, Tell Arqa-1, Les niveaux de l’âge du Bronze, BAH 177. Beyrouth, 195-202.

Evans J. Sir 1897. The Ancient Stone Implements, Weapons and Ornaments of Great Britain, Longmans, Green and Co., London and Bombay.

Frangipane M. 1997. A 4th-millennium temple/palace complex at Arslantepe-Malatya. North-South relations and the formation of early state societies in the Northern regions of Greater Mesopotamia, Paléorient 23/1, 45-73.

Hartenberger B.E. 2002. Organization of Flint Sickle Blade Production at an Early Bronze Age Workshop in Anatolia, in : P. Vandiver, M. Goodway et J.L. Mass (eds.), Materials Issues in Art and Archaeology VI, Symposium Held November 26-30, 2001, Massachusetts, U.S.A, Materials Research Society Symposia Proceedings 712, 185-191.

Hartenberger B.E., Rosen S.A. et Matney T. 2000. The Early Bronze Age Blade Workshop at Titris Höyük in an Urban Context, Near Eastern Archaeology 63/1, 51-58.

Morero E. 2014. Reconstitution expérimentale des techniques de forage de la pierre en Crète minoenne, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 25 septembre 2014.

Pelegrin J. 2012a. New Experimental Observations for the Characterization of Pressure Blade Production Techniques, In : Desrosiers P. M. (éd.) 2012. The Emergence of the pressure blade making, From origin to modern expérimentation, Springer, Westmount Québec Canada, 465-500.

Pelegrin J. 2012b. Conférence inaugurale grandes lames de l’Europe Néolithique et alentour, in : J.-C. Marquet et C. Verjux (eds.), L’Europe déjà, à la fin des temps préhistoriques. Actes de la table ronde internationale, Tours (Indre-et-Loire), vendredi 7 septembre 2007, Supplément à la revue Archéologique du centre de le France 38, Tours : ARCHEA/FERACF, 15-43.

Roux V. et Thalmann J.-P. 2016. Evolution technologique et morpho-stylistique des assemblages céramiques de Tell Arqa (Liban, 3ème millénaire av. J.-C.) : Stabilité sociologique et changement culturels, Paléorient 42/1, 95-121.

Thalmann J.-P. 2006. Tell Arqa-1, les niveaux de l’âge du Bronze, BAH 177. Beyrouth.

Volkov P. V., Guiria E. Iou 1991. Recherche expérimentale sur une technique de débitage, in : 25 ans d’études technologiques en préhistoire, XIe Rencontres Internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, Ed. APDCA, Juan-les Pins, 379-390.

Vidéographie

Malling O. et Pelegrin J., Flint Experiments at Lejre 93-94, Mediaworkshop, Lejre Research Centre, Danemark.

L’auteur

Florine Marchand est doctorante en archéologie à l’Université Libre de Bruxelles (Centre de Recherches en Archéologie et Patrimoine – CreA Patrimoine) en Belgique. Elle est spécialiste des industries lithiques de l’âge du Bronze et consacre sa thèse à l’étude de l’industrie lithique du site de Tell ‘Arqa (Plaine du Akkar, Liban Nord).

Pour citer ce billet : Florine Marchand. Étude des grandes lames de Tell ‘Arqa (Plaine du Akkar, Liban Nord), ArchéOrient - Le Blog, 12 mai 2017, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/7464


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *