Collections céramiques du Musée de Préhistoire Libanaise : une étude technique

Pour une approche technique de la préhistoire récente du Levant Nord

Le Liban représente un véritable vide documentaire pour la phase proto-urbaine. Effectivement, les connaissances pour les 7ème-3ème millénaires av. J.-C. sont encore largement limitées au sondage profond de Tell Arqa, ainsi qu’à l’occupation « néolithique » et « énéolithique » de Byblos et de quelques sites côtiers (Thalmann 2009 ; Dunand 1973 ; Saidah 1979). Néanmoins, depuis quelques années, on assiste à un regain d’intérêt pour la préhistoire récente du Levant Nord, avec les fouilles de Tell Koubba (par l’Université de Durham, sous la direction de G. Philip), de Fadous-Kfarabida (par l’Université Américaine de Beyrouth, sous la direction de H. Genz), ou encore de Yanouh (une mission franco-libanaise dirigée par R. Harfouche). C’est dans ce contexte que l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo) à Beyrouth a mené en 2016 un projet en collaboration avec le Musée de Préhistoire Libanaise visant à étudier des collections chalcolithiques inédites. Les assemblages de 25 sites ont été analysés, comprenant un total de 4815 tessons datant du Chalcolithique au début de l’Âge du Bronze. Une quantité similaire a aussi été collectée et examinée après des prospections ciblées de dizaines de sites de la côte et du Mont Liban. Bien que cet échantillon puisse apparaître suffisamment important, la large majorité des spécimens est représentée par des panses très érodées et des matériels non stratifiés, de sorte que le nombre des tessons diagnostiques varie entre 2 et 56 en fonction des sites. Dans ces circonstances, une approche traditionnelle, axée sur une taxinomie typologique des différentes formes ou « classes » céramiques, n’est pas possible. D’ailleurs, une étude purement typologique n’aurait pas été extrêmement informative puisque le répertoire des formes identifiées est largement le même, que ce soit pour la Beqaa (Badreshany 2013) ou pour Byblos la côte (Dunand 1973).

La procédure mise en place dépasse donc une perspective exclusivement morpho-stylistique. Il s’agit plutôt d’embrasser toutes les étapes du processus de fabrication et de définir des traditions techniques correspondant à différents groupes de producteurs. Dans leur travail pionnier, Roux et Courty (2005) ont documenté la distribution et l’évolution des traditions techniques céramiques au Levant Sud pendant le Chalcolithique Récent par une procédure tout à fait similaire. Le but était donc d’utiliser les collections du Musée de Préhistoire Libanaise pour dégager des informations du même ordre pour le Levant Nord, où les données manquent cruellement pour la préhistoire récente. Le façonnage, le traitement des surfaces, la pétrographie des pâtes, les modalités de cuisson, la variabilité des formes et des décors ont été mis sur un pied d’égalité quant à leur potentiel informatif et ont été examinés dans le but d’identifier les manières de faire propres aux différents groupes de producteurs.

Chaque chaîne opératoire est associée à un groupe particulier de producteurs en raison de sa transmission à travers les générations au sein du réseau d’apprentissage de ce même groupe (Gosselain 2002 ; Stark, Bowser et Horne 2008). Par conséquent, chaque chaîne opératoire exprime l’identité technique du groupe sous-jacent (Ali 2005 ; Livingstone-Smith 2007 ; Baldi 2013a). Il en découle que les chaînes opératoires traditionnelles peuvent être observées de façon synchronique (dans leur distribution spatiale pendant chaque phase chronologique), ou selon une perspective diachronique (dans leurs évolutions, conservatismes, contacts, échanges, hybridations, innovations, apparitions et disparitions). Le cas échéant, les collections du Musée de Préhistoire ont offert des contextes d’analyse synchronique des chaînes opératoires, dont la distribution territoriale a pu être observée par grandes phases chronologiques dans différentes zones de la région libanaise. D’autre part, l’évolution diachronique des chaînes opératoires à l’âge proto-urbain a été examinée en fonction de l’évolution morpho-stylistique des assemblages. Cela a permis de mettre en évidence des tendances évolutives à la fois sur le plan spatial et sur celui des systèmes de production.

Traditions de façonnage de la région libanaise à l’époque proto-urbaine

Or, dans la région libanaise, la variabilité des pâtes est largement fonction de l’emplacement des gisements exploités, tandis que l’évolution typologique des assemblages présente peu de particularités locales. Par conséquent, ce qui semble le plus intéressant est d’offrir ici un aperçu de la distribution et du changement des traditions de façonnage. Celles-ci ont été reconstituées en fonction de combinaisons récurrentes de macrotraces résultant du processus de fabrication des poteries ou de la finition des surfaces (Martineau 2010 ; Gosselain 2002 ; Gelbert 2003). Dès lors, les modes de façonnage ont été observés dans leur évolution dans différentes zones de l’aire libanaise. Ces zones correspondent à la fois à des provinces céramiques définies sur la base d’études typologiques récentes (Badreshany 2013) et à des cadres environnementaux ayant des caractères bien distincts (Thalmann 2009 ; Badreshany 2013) : les secteurs nord et sud de la côte et de la Vallée de la Beqaa, ainsi que le Mont Liban. Le but était donc de vérifier si à ces provinces céramiques et contextes écologiques correspondaient des manières de faire spécifiques et, par conséquent, des groupes de producteurs bien identifiables.

Fig.1 : Traditions de façonnage de la région libanaise par province céramique au Néolithique Céramique Ancien 1-2.

Fig; 2 : Façonnage par plaques.

Fig. 3 : Façonnage par creusage d’une motte et étirement des parois.

Dès le 7ème millénaire (Néolithique Céramique Ancien 1-2 – Fig. 1), le panorama technique est caractérisé par la présence de trois traditions de façonnage très différentes : un montage par plaques (à savoir par juxtaposition-superposition de dalles inégales d’argile, qui sont ensuite tassées et raclées à la main – Fig. 2), par creusage d’une motte d’argile et étirements et pincements des parois (Fig. 3), ainsi que par superposition de gros colombins aplatis (d’environ 4,5 cm d’épaisseur aux joints à l’orientation alternée vers l’intérieur et l’extérieur du vase – Fig. 4). Malgré l’absence de données concernant la côte sud à cette période, le façonnage par plaques apparaît partout minoritaire, tandis que les deux autres traditions sont représentées de manière équivalente.

Fig. 4 : Façonnage par superposition de colombins de 4,5 cm d’épaisseur aux joints alternés.

Fig. 5 : Traditions de façonnage de la région libanaise par province céramique au Néolithique Céramique Récent / Chalcolithique Ancien.

Fig. 6 : Façonnage par superposition de colombins de 2,5 cm d’épaisseur aux joints orientés vers l’intérieur.

Au Néolithique Céramique Récent (ou Chalcolithique Ancien, pendant la phase centrale du 6ème millénaire – Fig. 5), deux changements majeurs interviennent. D’une part, le façonnage par plaques, encore documenté en très faible quantité dans le secteur méridional de la Vallée de la Beqaa, tend à disparaître. D’autre part, une nouvelle technique apparaît dans toutes les provinces céramiques : il s’agit d’un façonnage par petits colombins d’environ 2-2,5 cm d’épaisseur aux joints orientés vers l’intérieur des récipients (Fig. 6). Bien que cette méthode utilise des boudins d’argile, elle ne peut en aucun cas être considérée comme une filiation de la technique aux gros colombins. Les différences, touchant à la fois aux dimensions des bobines d’argile employées et aux modalités de pose des joints, témoignent de gestes techniques profondément divergents. De plus, si la proportion de la tradition aux gros colombins reste partout comparable à celle par creusage d’une motte, la présence de la nouvelle technique aux petits colombins est beaucoup plus importante dans la Beqaa Nord. À partir de là, cette nouvelle méthode semble se diffuser surtout dans la Beqaa Sud et dans le Mont Liban, en touchant la côte seulement dans une moindre mesure.

Fig. 7 : Traditions de façonnage de la région libanaise par province céramique au Chalcolithique Moyen.

Fig. 8 : Traditions de façonnage de la région libanaise par province céramique au Chalcolithique Récent.

Cette tendance se confirme au Chalcolithique Moyen et Récent (respectivement 5300-4600 et 4600-3600 av. J.-C. – Fig. 7-8), quand le panorama reste quasiment le même, à ceci près que le façonnage par plaques disparaît définitivement et celui par petits colombins devient de plus en plus populaire, en s’imposant dans la Beqaa et ensuite aussi dans le Mont Liban comme la technique la plus fréquente. C’est également au Chalcolithique Récent que se produit une autre rupture majeure dans l’évolution des techniques céramiques, avec l’apparition du façonnage au tour (Fig. 9). Cette fois-ci, il s’agit bien d’une technique se développant sur la base d’une méthode déjà documentée, dans la mesure où le tour n’intervient que pour une reprise en rotation de récipients auparavant ébauchés aux petits colombins de 2-2,5 cm et aux joints orientés vers l’intérieur. Néanmoins, il serait erroné de considérer que cette nouvelle méthode n’est qu’une filiation de la technique par petits colombins car, comme c’est largement démontré pour le Levant Sud et la Mésopotamie du Nord (Baldi et Roux 2016), l’emploi de l’énergie cinétique rotative implique des habiletés techniques totalement nouvelles et extrêmement spécialisées. Il n’est donc guère étonnant d’assister, au début du Bronze Ancien – lors de l’essor des premières expériences urbaines au Levant Nord – à une très large diffusion de la technique des petits colombins et du tour (Fig. 10).

Fig. 9 : Façonnage par colombins tournés.

Fig.10 : Traditions de façonnage de la région libanaise par province céramique au Bronze Ancien I-II.

Un aperçu évolutif et des perspectives

Un résultat majeur de cette étude réside dans la preuve que la distribution des traditions techniques ne recoupe pas du tout les contextes environnementaux ou les provinces céramiques de la région libanaise. En d’autres termes, aucun des groupes de producteurs associés aux différentes traditions n’était basé dans une aire spécifique. Au contraire, dans chacune des zones prises en compte, des groupes tributaires de traditions fort différentes se côtoyaient au moins depuis le 7ème millénaire et produisaient – chacun à sa manière – des céramiques aux caractères morpho-stylistiques et fonctionnels tout à fait similaires. Néanmoins, la distribution des modes de façonnage n’a rien d’anodin. Si l’apparition de la technique par petits colombins, qui se répand très tard sur la côte, semble suivre essentiellement l’axe de la Vallée de la Beqaa depuis le nord, le premier emploi du tour semble se diffuser à partir du sud, mais de façon plus homogène. Dans les deux cas, il ne s’agit pas d’innovations ayant un degré de continuité suffisant par rapport aux traditions précédentes pour suggérer une origine locale, qui se serait vérifiée au détriment d’autres techniques. Le colombinage par petits boudins apparaît d’une manière qui semble compatible avec l’installation au Liban de petits groupes venant du Nord. Au contraire, l’essor du tour semble plutôt suggérer un contact avec le Levant Sud, où, vers la fin du 5ème millénaire, le tour est utilisé selon la même méthode des colombins tournés (Roux et Courty 2005 ; Baldi 2013b).

Pour le moment, il est néanmoins impossible d’établir si ces ruptures techniques ont eu lieu pour des raisons démiques ou sont plutôt liées à des échanges avec des producteurs tributaires de traditions étrangères à la région libanaise. À l’issue de l’étude des collections du Musée de Préhistoire Libanaise, ce projet – qui est encore en cours – s’est attaqué à l’analyse technique des chaînes opératoires de sites protohistoriques récemment fouillés, notamment Tell Arqa, Yanouh et Fadous-Kfarabida. Bien évidemment, il est question d’élargir l’échantillon et de le rendre davantage représentatif. Mais il s’agit surtout de vérifier l’évolution technique par le biais de matériels issus de séquences bien stratifiées, en essayant aussi de mieux identifier les relations entre les différentes techniques documentées dans chacune des provinces céramiques : est-ce que des échanges et des hybridations ont existé ou les traditions sont-elles restées imperméables les unes aux autres ? Notamment au Mont Liban – une aire qui émerge comme un véritable carrefour technique – une image plus précise de la distribution et de l’évolution des traditions céramiques pourrait offrir un aperçu inédit des relations sous-jacentes aux modes de production proto-urbains et de la première urbanisation au Levant Nord.

Remerciements

Je tiens à remercier la Directrice du Musée de Préhistoire Libanaise (Université de Saint-Joseph, Beyrouth), Maya Boustani : que cette étude soit le début d’une longue coopération scientifique.

Bibliographie

Ali N. 2005. The Development of Pottery Technology from the Late Sixth to the Fifth Millennium B.C. in Northern Jordan. Ethno- and archaeological studies: Abu Hamid as a key site, Oxford, Archaeopress (BAR International Series 1422).

Badreshany P. K. 2013. Urbanization in the Levant: An Archaeometric Approach to Understanding the Social and Economic Impact of Settlements Nucleation in the Biqā’ Valley, Department of Near Eastern Languages and Civilizations, Chicago, PhD Dissertation.

Baldi J. S. 2013a. Anthropological reading of the ceramics and emergence of a profession: a protohistoric North-Mesopotamian view from Tell Feres al-Sharqi, in: L. G. Anguizar, M. L. González, M. C. Lopes (éds.), Proceedings of the International Congress on Ceramic Studies. Tribute to Mercedes Vegas, Cádiz, Universidad de Cádiz, 477-504.

Baldi J. S. 2013b. Ceramic technology at Tell Qarassa North (southern Syria): from ‘cultures’ to ‘ways of doing’, in: L. Bombardieri, A. D’Agostino, G. Guarducci, V. Orsi et S. Valentini (éds.), SOMA 2012 Identity and Connectivity: Proceedings of the 16th Symposium on Mediterranean Archaeology, Florence, Italy, 1–3 March 2012, Oxford, Archaeopress (BAR International Series 2581, Vol. I “Near Eastern Identities”), 17-24.

Baldi J. S., Roux V. 2016. The innovation of the potter’s wheel: a comparative perspective between Mesopotamia and the Southern Levant, Levant 48 (3), 236-253.

Dunand M. 1973. Fouilles de Byblos V, Paris, Maisonneuve.

Gelbert A. 2003. Traditions céramiques et emprunts techniques dans la vallée du fleuve Sénégal. Ceramic Traditions and Technical Borrowings in the Senegal Valley, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2003.

Gosselain O. 2002. Poteries du Cameroun, Paris, CRA, CNRS.

Livingstone-Smith A. 2007. Chaîne opératoire de la poterie. Références ethnographiques, analyses et reconstitution, Tervuren, Musée royal de l’Afrique centrale.

Martineau R. 2010. Brunissage, polissage et degrés de séchage. Un référentiel expérimental, Les Nouvelles de l’Archéologie 119, 13-20.

Roux V.,Courty M.-A. 2005. Identifying social entities at macro-regional level: Chalcolithic ceramics of South Levant as a case study, in: A. Livingstone-Smith, D. Bosquet et R. Martineau (éds.), Pottery Manufacturing Processes: reconstruction and interpretation : actes du XIVe congrès de l’IUSPP, Liège, 2001, Oxford, Archaeopress (BAR International Series 1349), 201-214.

Saidah R. 1979. Fouilles de Sidon-Dakerman : l’agglomération chalcolithique, Berytus 27, 29-55.

Stark M. T., Bowser B., Horne L. (éds) 2008. Cultural Transmission and Material Culture. Breaking Down Boundaries, Tucson, Arizona University Press.

Thalmann J.-P. 2009. The Early Bronze Age: Foreign Relations in the Light of Recent Excavations at Tell Arqa, Bulletin d’Archéologie et d’Architecture Libanaises (BAAL) Hors-Série VI, 11-74.

L’auteur

Johnny Samuele Baldi est chercheur au Département d’Archéologie et Histoire Ancienne de l’Ifpo-Beyrouth, il est archéologue et céramologue, spécialiste de la phase proto-urbaine en Mésopotamie et au Levant Nord.

Pour citer ce billet : Johnny Samuele Baldi. Collections céramiques du Musée de Préhistoire Libanaise : une étude technique, ArchéOrient - Le Blog, 5 mai 2017, [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/7431

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *