Projet PARADISE sur les résidences achéménides, entre Caucase et sud de l’Iran

Du 4 au 7 avril dernier s’est tenue à Munich, en Allemagne, la réunion de lancement du projet de recherche franco-allemand PARADISE ayant pour objet : « Les résidences achéménides et leurs « paradis » : archéologie du paysage entre Perse et Caucase ». A l’occasion du démarrage de ce programme, cette note en propose une brève présentation.

Le  « paradis » achéménide demeure difficile à définir précisément par les sources textuelles et plus encore par l’archéologie. Les textes classiques traitant des Perses fourmillent de descriptions de luxueuses résidences achéménides entourées de vastes parcs appelés paradeisai. Leur étude associée à celle des archives administratives d’époque achéménide démontre qu’ils constituaient un type d’implantation aux fonctions variées : récréatives, symboliques, utilitaires et administratives. Concernant leur fonction récréative, ces « paradis » agréables et luxuriants pouvaient aussi abriter des parcs de chasse. Pour l’aspect symbolique, ils servaient à la propagande du pouvoir en démontrant la capacité des souverains à transformer et créer des paysages. Enfin, il s’agissait certainement de vastes domaines d’état qui assuraient un rôle de production (vergers, jardins de rapport, bois, réserves d’animaux…) et s’occupaient également de la gestion des territoires alentours.

Alors que des recherches archéologiques récentes commencent à démontrer, en plusieurs points de l’Empire achéménide, que ces « paradis », lieux de pouvoir, peuvent aussi servir de cadre au développement d’une urbanisation, le projet PARADISE a pour objectif de mieux caractériser leur organisation spatiale et leur fonctionnement en s’appuyant sur les méthodes de l’archéologie du paysage.

Un projet conjoint franco-allemand

Le projet PARADISE a obtenu un financement de quatre ans (2017-2020) dans le cadre d’un appel à projets spécifiquement ciblé sur les sciences humaines et sociales (appel FRAL-2016) et soutenu conjointement par l’ANR (Agence Nationale pour la Recherche ; projet enregistré sous le n° ANR-16-FRAL-0011-01) et par le DFG (Deutsche Forschungsgemeinschaft), son équivalent allemand. Ces appels à projets bilatéraux sont destinés à renforcer les liens entre des équipes de recherche allemandes et françaises : les deux équipes présentent un projet de recherche commun et chacune reçoit des crédits provenant de son agence nationale respective.

La mise en œuvre de ce projet repose sur le soutien de plusieurs équipes et établissements de recherche allemands et français. La Ludwig Maximilians Universität (LMU) de Munich constitue le principal établissement porteur de l’équipe allemande. Le laboratoire Archéorient et la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, avec l’aide du CNRS pour la gestion administrative du projet, accueillent et soutiennent une grande partie des travaux de l’équipe française. La coordination de ce projet est elle aussi partagée. Côté allemand, elle repose sur deux co-porteurs : Kai Kaniuth, maître de conférences en archéologie orientale à la LMU et directeur du département « Archéologie et Cultures » ; Jörg Fassbinder, professeur de géophysique au département des sciences de la terre et de l’environnement de la LMU et directeur du service « Prospection et archéologie aérienne » du Bayerisches Landesamt für Denkmalpflege, le bureau du Patrimoine de la région de Bavière. Côté français, la coordination du projet est assurée par l’auteur de cette note.

L’obtention de ce projet illustre plus largement les nombreuses collaborations nouées par notre laboratoire avec des partenaires allemands puisqu’il s’agit du troisième obtenu en archéologie depuis la création de l’appel ANR-DFG spécifique aux SHS (projet BADIYAH et MINES). Les recherches archéologiques allemandes et françaises hors de leur territoire national respectif recouvrent souvent des intérêts et des terrains communs. Les régions et thématiques étudiées restent souvent sous-explorées et nous amènent tout naturellement à nouer des contacts très étroits entre les équipes présentes, donc à l’internationalisation de nos recherches. Les appels bilatéraux sont donc parfaitement calibrés pour soutenir des programmes archéologiques à l’étranger nécessitant la mise en commun de moyens importants et l’intervention de nombreux spécialistes. Le projet PARADISE, basé sur l’utilisation de la prospection au service d’une meilleure compréhension de l’organisation et du fonctionnement des centres de pouvoir achéménides, témoigne également de la dynamique, au sein de notre laboratoire, des recherches s’appuyant sur diverses méthodes innovantes et complémentaires en archéologie du paysage. Cette dynamique est illustrée par la récente obtention du LabCom GEO-HERITAGE et par l’ANR GLOBALKITES, en voie de conclusion, ainsi que l’ERC ROMPS, toujours en cours.

Mieux comprendre l’organisation des centres de pouvoir achéménides

Les principales thématiques de recherche du projet PARADISE ont été définies à partir des résultats obtenus, ces dernières années, par des membres du laboratoire au sud de l’Iran, dans l’ancienne Perse, à Pasargades et à Persépolis. Ces travaux, s’appuyant essentiellement sur des méthodes de prospection et de cartographie à large échelle, ont permis de formuler de nouvelles hypothèses sur l’organisation et le fonctionnement de ces deux sites qui étaient des villes à la fois haut-lieux symboliques du pouvoir royal et capitales régionales. Au-delà des grands ensembles monumentaux, qui dominent les paysages actuels, nous avons commencé à mettre au jour une partie du plan des agglomérations dans lequel ils s’inséraient. Ces villes étaient conçues sur plusieurs kilomètres carrés comme de véritables paysages urbains où les jardins et les parcs occupaient une place prépondérante et intégraient les palais ainsi que les différents secteurs accueillant la population et ses activités quotidiennes (fig. 1). Cette organisation témoigne d’une ouverture des espaces urbains : les « paradis » autour des palais abritaient aussi de véritables villes au bâti peu dense.

Fig. 1 : Vue aérienne sous cerf-volant des vestiges du jardin royal de Pasargades. Au premier plan le palais royal P et vers la droite (vers l’est) les restes des canaux en pierre qui parcouraient le jardin (cliché B.N. Chagny pour la mission irano-française Shiraz).

Ce modèle d’organisation a paru longtemps limité à la seule province de Perse. Or, depuis une quinzaine d’années, un intérêt nouveau pour les zones dites « périphériques » de l’Empire achéménide et l’émergence d’une archéologie moins centrée sur les monuments, permise par le développement des méthodes de prospection, nous ont amenés à profondément réviser ce constat. Progressivement, nous accumulons les preuves matérielles d’une réelle empreinte achéménide sur la morphologie et le fonctionnement de plusieurs de leurs centres de pouvoir à travers l’Empire.

Fig. 2 : Carte de l’Empire perse achéménide et localisation des différents sites étudiés dans le cadre du projet PARADISE (DAO S. Gondet).

Les résultats les plus intéressants ont été obtenus dans le sud du Caucase. Cette région se situe aux confins de l’Empire, elle est mal documentée par les textes et son statut de province pleinement intégrée à l’espace impérial fait débat. C’est pourtant là-bas qu’un réseau de résidences aristocratiques et de centres de pouvoir aux caractéristiques proches de celles de la Perse est mis au jour depuis une dizaine d’années (Knauss 2006). Parmi ces sites, celui de Karačamırlı (localisation fig. 2), étudié depuis 2006 par une équipe allemande dirigée par Florian Knauss et  depuis deux ans par Kai Kaniuth, a révélé des résultats impressionnants (Knauss et al. 2007, 2013). Les fouilles et les prospections ont révélé l’existence sur ce site d’un palais d’architecture achéménide entouré d’un jardin (fig. 3). Dans un rayon de quelques kilomètres, plusieurs autres sites présentant des restes d’architecture monumentale ou d’occupation plus commune d’époque achéménide ont également été repérés. L’étendue du projet d’aménagement et sa morphologie constituent des points de comparaison évidents avec les exemples de la Perse. L’élaboration d’un projet portant sur les deux régions s’est imposée comme une évidence.

Fig. 3 : Proposition de reconstitution du complexe formé par le palais de Karačamırlı et son jardin (à gauche de l’image). Autour se répartissent, dans un paysage très ouvert, les différents autres bâtiments et secteurs d’occupation repérés (repris de Knauss et al. 2013 : 23-Abb.35).

Le programme s’intègre dans le cadre de nos travaux en cours à Pasargades (mission conjointe irano-française codirigée par Kourosh Mohammadkhani) et de ceux à Karačamırlı pilotés par nos collègues allemands de la LMU. Il s’agit de mieux comprendre l’organisation de ces deux centres de pouvoir achéménides, de physionomie très proche, par la mise en œuvre de méthodes et de réflexions communes. Le projet intègre également des travaux sur de nouveaux sites d’étude où des restes de constructions monumentales sont en partie connus : Gumbati en Géorgie (fig. 4) et Borazjan (fig. 5) au sud de la Perse près des rives du Golfe persique.

Fig. 4 : Le palais de Gumbati, plan partiel mis au jour après les fouilles germano-géorgiennes du milieu des années 1990 (repris de Knauss et al. 2013 : 3-Abb.3).

Sur ces différents sites, nous prévoyons de développer de nouvelles stratégies d’étude. Leur surface constitue le premier des défis à relever par la mise en œuvre de méthodes adaptées : prospections topographiques, aériennes et géophysiques. L’étude des jardins, qui reste délicate étant donné le peu de vestiges que laissent ces installations, demande également l’élaboration d’une méthodologie apte à restituer leur aspect. Elle intègrera aux travaux de cartographie des données pédologiques sur la nature des sols anciens et paléobotaniques sur les espèces cultivées. Enfin, l’étude de ces sites ne peut pas se concevoir sans une étude de leur territoire proche, des dynamiques environnementales et de leur mise en valeur par l’Homme, par exemple par le développement de systèmes d’irrigation.

Fig. 5 : Vue d’ensemble des restes de bases de colonne visibles à Sang-e Siyah, l’un des trois grands bâtiments achéménides partiellement mis au jour à Borazjan (cliché S. Gondet).

Les comparaisons entre les deux régions, le Caucase Sud et l’ancienne Perse, permettront de définir plus précisément le fonctionnement de ces sites, de mieux comprendre l’organisation administrative achéménide dans ces deux provinces et surtout d’en définir les spécificités en fonction de leurs environnements naturels et culturels. Il s’agit donc de démontrer que les Grands Rois perses ont pris grand soin de développer l’ensemble des territoires placés sous leur contrôle et donc de reconsidérer la notion de « territoires périphériques ».

Une équipe et des objectifs structurés suivant trois axes

Le groupe de recherche est formé de spécialistes français et allemands répartis en trois équipes constituées en fonction des grandes familles de méthodes mises en œuvre. L’objectif est de mener des travaux en commun sur le terrain et de partager nos expériences afin d’élaborer des reconstitutions les plus complètes possibles des centres de pouvoir achéménide, des « paradis » et de leur territoire proche.

Une première équipe regroupe des géophysiciens. Jörg Fassbinder, Florian Becker (Bayerisches Landesamt für Denkmalpflege), Julien Thiesson (UMR Metis, UPMC-Sorbonne Université) et un doctorant qui sera rattaché à la LMU se concentreront sur la cartographie et l’étude des propriétés magnétiques des sols, souvent très corrélées aux activités humaines. Christophe Benech, qui a initié les prospections à Pasargades au début des années 2000, et Lionel Darras participeront également au projet en lien avec le développement du pôle de géophysique appliquée de notre laboratoire.

La seconde équipe se concentre sur les approches paléoenvironnementales. Jean-Baptiste Rigot (géomorphologue à l’UMR CITERES, Université François Rabelais de Tours) et Marie-Laure Chambrade (géographe et future titulaire d’un contrat de recherche à Archéorient à partir d’octobre 2017) travailleront en collaboration avec les géoarchéologues et géomaticiens intervenant dans l’équipe allemande. En intégrant des données multiscalaires, sédimentaires, topographiques et de télédétection, leurs objectifs seront de reconstruire les dynamiques environnementales sur le long terme et de mesurer l’impact anthropique sur ces dernières.

La troisième équipe intègre des chercheurs impliqués dans l’étude et le relevé du matériel archéologique visible en surface. Kai Kaniuth, Martin Gruber (archéologue et topographe, LMU), Rémy Boucharlat (archéologue, UMR Archéorient) et Damien Laisney (topographe, FR Maison de l’Orient et de la Méditerranée) combineront leurs efforts pour cartographier et analyser restes architecturaux, céramiques de surfaces, anomalies topographiques… L’ouverture ponctuelle de sondages raisonnés sur certains points stratégiques est également prévue.

Prochaines étapes

Le second semestre 2017 marquera le début de nos travaux en commun sur le terrain. Au mois d’août prochain, une partie de l’équipe française participera à la mission allemande à Karačamırlı. Ensuite, en novembre 2017, des membres allemands viendront travailler sur le site de Pasargades et participeront au lancement des travaux à Borazjan. Sur ces deux derniers sites, au sud de l’Iran, nous prévoyons des recherches de terrain jusqu’en 2019. Dans le Caucase, dès 2018, les travaux se concentreront sur le site de Gumbati en Géorgie, situé à quelques dizaines de kilomètres au nord de Karačamırlı.

Notre programme de recherche intègre également l’organisation de plusieurs rencontres scientifiques, la prochaine étant prévue sous la forme d’un workshop que nous proposerons dans le cadre du prochain ICAANE (International Congress on the Archaeology of the Ancient Near East) qui se tiendra en avril 2018 à Munich.
Via le blog Archéorient, nous donnerons des informations régulières sur l’avancement du projet PARADISE. La suite au prochain épisode !

Bibliographie

Babaev I., Mehnert G., Knauss F. 2009. Die achaimenidische Residenz auf dem Gurban Tepe. Ausgrabungen bei Karačamırlı. 3. Vorbericht, Archäologische Mitteilungen aus Iran und Turan 41, 283-321.

Knauss F. 2006. Ancient Persia and the Caucasus, Iranica Antiqua 41, 79-118.

Knauss F., Ludwig N., Mehnert G. , Sens U.,  Wicke D. 2007. Ein Perserbau auf dem Ideal Tepe bei Karacamirli (Aserbaidschan), Arta 2007.002, 51p.[En ligne]  http://www.achemenet.com/ressources/enligne/arta/pdf/2007.002-Knauss.pdf

Knauss F., Gagošidse I., Babaev I. 2013. Karačamırlı: Ein persisches Paradies, Arta 2013.004, 29p.
[En ligne] http://www.achemenet.com/document/ARTA_2013.004-Knauss-Gagosidse-Babaev.pdf

L’auteur

Sébastien Gondet est archéologue, chargé de recherche au CNRS. Spécialiste en méthodes de prospection pour l’archéologie, en particulier des méthodes géophysiques, et de l’archéologie de l’Empire achéménide. Membre du laboratoire UMR 5133 Archéorient (CNRS/Lyon 2), Maison de l’Orient et de la Méditerranée.

Pour citer ce billet : Sébastien Gondet. Projet PARADISE sur les résidences achéménides, entre Caucase et sud de l’Iran, ArchéOrient - Le Blog, 28 avril 2017, [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/7409

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *