Nouveau terrain pour l’étude des objets de parure néolithiques: Kadruka 1, Soudan (État du Nord)

Mes recherches ont pour objectif la compréhension des systèmes symboliques des sociétés néolithiques à travers l’étude des objets de parure corporels. Elles traitent, sur un large spectre spatio-temporel, un certain nombre de questions socio-économiques et culturelles liées à cette catégorie d’objets : leur production, leur « consommation », leur transmission, leur circulation et leur diffusion. Dans la perspective d’identifier les expressions locales et les normes communes à l’art de paraître, j’étudie les ornements des sociétés dont le développement a suivi différents scénarios de la néolithisation. Ainsi, mes terrains d’étude s’étendent du Caucase du Sud à la vallée du Nil, en passant par l’Anatolie et le Proche-Orient. Dans ce billet je présente les avancées de travaux que je mène actuellement sur l’un de ces terrains, la vallée du Nil, plus précisément de l’étude en cours de la collection de parure de Kadruka 1 (KDK1), un site néolithique du district de Kadruka dans la Haute Nubie (Etat Nord du Soudan).

Kadruka : projet et secteur d’étude

Le programme « Kadruka » porte sur l’étude des sociétés néolithiques dans la Haute-Nubie, région de la moyenne vallée du Nil située entre la 3e et la 4e cataracte, au nord de l’actuel Soudan (Fig. 1). Le secteur d’étude correspond à une concession administrative située à l’est du Nil, parallèle à son cours et qui s’étend sur 25 km du nord au sud. Ce secteur a fait l’objet de nombreuses prospections et fouilles conduites entre 1986 et 2009 par l’archéologue Jacques Reinold, ancien directeur de la Section Française de la Direction des Antiquité du Soudan (SFDAS, Khartoum). C’est donc lui le concepteur initial du projet dont il n’a pas pu diriger pour cause de maladie. Grâce au financement du Qatar-Sudan Archaeological Project (QSAP), le projet « Kadruka » a été repris et poursuivi depuis 2014 par une équipe franco-soudanaise dirigé par O. Langlois (CEPAM-Nice) et composée d’anthropologues, d’archéologues, et de divers spécialistes de l’environnement et de la culture matérielle. Les objectifs sont d’une part la publication des travaux de J. Reinold et d’autre part la réalisation de nouvelles fouilles dans le secteur.

Parmi les nombreux sites prospectés (plus de 120 toutes périodes confondues, Fig.1), 17 buttes funéraires néolithiques ont été identifiées dans le secteur par J. Reinold. Trois buttes (KDK1, KDK18 et KDK21) et un cimetière de surface (KDK13) ont été fouillés de manière exhaustive ou quasi-exhaustive par cet archéologue. Deux autres buttes funéraires (KDK2 et KDK22) ont été partiellement fouillées et presque toutes les autres ont fait l’objet de sondages. Dans le cadre du nouveau programme Kadruka, la butte funéraire KDK23 fait l’objet de fouilles depuis 2014. Ma participation au projet consiste en l’étude des assemblages de parure découverts dans les buttes funéraires fouillées par J. Reinold et dans les nouvelles fouilles. Ainsi, depuis 2015, je me consacre à l’étude de la collection de KDK1 et KDK23. Dans ce billet, je présente la parure de KDK1, en montrant quelques résultats préliminaires et le potentiel d’étude de cette collection.

Kadruka 1 : le site et l’assemblage de parure

Le site de Kadruka 1 est situé au centre et à l’est de la concession (Fig.1). Il s’agit d’une butte de forme circulaire de 30 m de diamètre et de 1,5 m de hauteur. Les fouilles ont révélé un total de 142 tombes (Fig. 2). La majorité des sépultures, soit 96, datent du Néolithique tandis que le reste correspond à la période Kerma (2150-1450 cal. BC, d’après Honegger 2001). Des dates radiocarbones obtenues sur des bivalves de mollusques (Reinold 2001) situent l’occupation néolithique du site à la fin du 5e et au début du 4e millénaire BC (4330-4040, 4170-3990 cal. BC). D’après la chronologie établie récemment pour la Haute Nubie (Honegger 2014, Honegger & Williams 2015) à partir d’une grande série de datations ainsi que de la culture matérielle, notamment la céramique, l’ensemble des buttes funéraires néolithiques du secteur Kadruka correspondrait au Néolithique moyen. Le cimetière de KDK1 serait, quant à lui, utilisé tout à la fin de cette période.

Fig. 1: Localisation du site de Kadruka 1. A gauche : carte du Soudan ; au centre : la vallée du Nil ; à droite : le secteur de Kadruka. Cartes archives Projet Kadruka : O. Langlois.

Le cimetière de KDK1 contient des adultes et des enfants des deux sexes. Les inhumations sont majoritairement individuelles, rarement doubles. Il semble y avoir une orientation préférentielle ainsi qu’une latéralisation des individus, souvent sur le côté gauche. Le matériel associé est fréquent et peut être extrêmement abondant selon la sépulture (Fig.2). La richesse des sépultures ne semble pas être corrélée à l’âge ou au sexe (Reinold 2001).

Fig. 2 : Cimetière de KDK1. A gauche : plan des sépultures (d’après Reinold 2001) ; au centre : sépulture d’enfant avec du mobilier funéraire ; à droite : sépulture d’adulte extrêmement riche en mobilier. Documents archives Projet Kadruka : O. Langlois.

L’assemblage de parure néolithique : présentation générale

Parmi les 142 sépultures fouillées, 107 contenaient des objets de parure. Leur nombre totalise 12070 éléments, toutes périodes confondues. Parmi eux, 7984 éléments (soit 66,15%) sont néolithiques. Ils proviennent de 74 sépultures d’adultes et d’enfants. Les objets de la période Kerma, au nombre de 3116 (soit 25,82%), appartiennent à 26 sépultures. Enfin, 7 sépultures ayant fourni 970 éléments (soit 6,5%) n’ont pu être attribuées à une période précise. Les objets correspondent à différents types de parure : colliers, bracelets, ceintures sont les principaux types identifiés. Le nombre exact de ces parures par période et par sépulture n’a pas encore établi.

Le nombre d’objets dans les sépultures varie de un à plusieurs centaines d’éléments. La variabilité de la richesse des sépultures en parure est donc particulièrement marquée. On constate toutefois, de manière générale et sans recours aux analyses statistiques, que les individus ornés de moins de 10 éléments sont plus nombreux que ceux dont les parures se composent de plusieurs dizaines à plusieurs centaines d’éléments.

  • Entre 1 et 10 éléments : 33 sépultures ;
  • Entre 13 et 97 éléments : 20 sépultures ;
  • Entre 126 et 559 éléments : 20 sépultures ;
  • 1535 éléments : 1 sépulture.

L’étude précise du contexte via les documents produits par les anthropologues qui ont fouillé ces tombes (notes de terrain, dessins et photos) permettra de préciser l’emplacement des objets dans les sépultures : clairement associés aux corps ou simplement déposés dans la sépulture. D’après un premier examen de ces documents, il semble que les deux cas de figure existent. Les objets associés aux corps correspondent à des colliers, bracelets, ceintures ou peut-être à des éléments cousus sur des vêtements, tandis que ceux déposés dans les sépultures, parfois très proches des squelettes, correspondent à des matières premières, préformes ou ébauches de perles, bracelets, etc. Le deuxième cas de figure est plus rare. Il est important de souligner ici que des objets correspondant à différentes étapes de la chaîne opératoire (matières premières brutes, ébauches, préformes et objets abandonnés en cours de perforation) de certains types d’artefacts (parure, industrie osseuse), ont été trouvés dans les sépultures ou dans l’espace funéraire de KDK23 (Alarashi et al., 2016). Cet autre cimetière néolithique, situé à environ 7 km au sud-est de KDK1, en est en partie contemporain mais l’essentiel de son utilisation remonte à quelques siècles plus tôt (4500-4000 cal. BC). Bien entendu, ces observations incitent à poser la question de la nature et de la fonction principale de la parure à Kadruka : parure des vivants ou des morts, ou des deux ? L’étude des traces d’usure et de leurs stades sur les objets finis devrait permettre de répondre à cette question. Précisément, il sera possible de déterminer si ces parures furent utilisées avant leur dépôt dans les sépultures. Si oui, l’examen de l’homogénéité des usures sur les divers éléments devrait également permettre de déterminer les dynamiques de remplacement et d’entretien de la parure. L’étude techno-fonctionnelle (traces techniques et d’usure) est prévue pour 2018.

Formes et types

D’après le classement des objets de parure préhistoriques établi en 2014 (Alarashi 2014), les objets de KDK1 appartiennent à trois supra-groupes : les « objets à perforations larges » ; les « objets à perforations étroites » et les « objets accrochables sans perforation ». Le premier consiste en une seule classe typologique, celle des anneaux massifs, ou bracelets, qui sont fabriqués en ivoire dans cette région et plus généralement dans la Vallée du Nil. Leur étude a été confiée à M. Baumann (PACEA-Bordeaux), spécialiste de l’industrie osseuse. Le second se décline en deux catégories de formes, « anatomiques » et « géométriques ». Les formes anatomiques sont représentées par la diversité taxonomique des coquillages. Le genre dominant est celui de Nerita (Fig. 3), suivi par Engina. Les deux sont des gastéropodes mais de taille et forme différentes. Ces coquillages ont été percés sur leurs sommets et ont pu être enfilés en séries sur des cordelettes ou cousus individuellement sur des vêtements.

Fig. 3 : Elément de parure en coquille de Nerita, percée sur le sommet. Crédit photo : H. Alarashi.

Dans la catégorie des formes anatomiques, j’inclus également des pendeloques en pierre (Fig. 4) dont la forme évoque très fortement celle des craches de cerfs. Le phénomène d’imitation des craches de cerfs est connu dans de nombreux registres préhistoriques en Europe (e.g. Choyke 2001) et au Proche-Orient (e.g. Le Dosseur & Maréchal 2013 ; Christidou 2014, cf. fig. 4 ). En effet, la forme de cette dent, symboliquement très connotée, témoigne d’une très forte inertie spatio-temporelle et fut reproduite à partir de différents matériaux osseux ou minéraux.

Fig. 4 : Pendeloques, possibles imitations de craches de cerfs en natrolite. Crédit photo : H. Alarashi.

La catégorie des formes géométriques est celle des volumes de géométrie simple : cylindres, disques, sphères, ellipsoïdes, etc. Elle est représentée par deux classes typologiques : les perles (Fig. 5a) et les rondelles. La classe des rondelles est de loin la plus courante dans l’assemblage et est fabriquée dans une grande gamme de matières, de la plus tendre (œuf d’autruche) (Fig. 5b) aux plus dures (cornaline, agate) (Fig. 5d). Enfin, le troisième supra-groupe concerne exclusivement des objets qui ont été définis comme « labrets » par les archéologues, bien qu’il n’y ait aucune certitude qu’ils furent des ornements labiaux. Ces « labrets » se classent en différents types et sont fabriqués en matériaux de différentes natures et couleurs (Fig. 5c).

Fig. 5 : Diversité des types et des matériaux des objets de parure de KDK1 : a. perles tubulaires et sphériques en amazonite, b. rondelles en œuf d’autruche, c. « labrets » en amazonite et en natrolite, d. rondelles en cornaline, agate et amazonite. Crédits planche et photos : H. Alarashi.

Matières premières 

Comme on l’a vu plus haut, une partie des objets de parure de KDK1 est fabriquée à partir de matières dures d’origine animale (œuf d’autruche, ivoire et coquillages). Les matières d’origine minérale prennent une part plus importante dans l’assemblage. Certaines ont été analysées en laboratoire par divers méthodes (MEB-EDS, DRX). Elles correspondent à des roches et minéraux dont l’usage est commun pour la parure des sociétés néolithiques ailleurs en Afrique ou au Proche-Orient : amazonite (Fig. 5a, d), cornaline, agate (Fig. 5d), natrolite (Fig. 4) (silicates d’aluminium), quartz, et des variétés des roches ophiolitiques de type talcs, chlorites et serpentines. A l’exception des trois dernières familles de roches, ces pierres se caractérisent par une dureté élevée, supérieure à 6 sur l’échelle de Mohs. Grâce à la variété minérale, une large gamme de couleurs est représentée : différentes tonalités de bleu/vert (amazonite), rouge orangé (cornaline et agate), blanc beige à aspect nacré (natrolite), noire, gris/anthracite (chlorite et stéatite), vert foncé et claire, vert marbré et marron (ophiolites). De plus, la translucidité/transparence et la brillance se rencontrent dans les variétés de la famille de quartz (cornaline, agate, quartz). Outre ces matériaux, relativement « classiques » dans le domaine de la parure, les analyses ont permis l’identification d’une « nouveauté », celle de l’utilisation des matériaux vitrifiés et des premières glaçures. A KDK1, l’enstatite glaçurée a été employée dans la fabrication des micro-rondelles (Fig. 6). La couleur de la glaçure est verte tandis que la matière à l’intérieur est de couleur beige marron. Ce matériau est connu dans le Chalcolithique du Proche et Moyen-Orient (5e et 4e mill. BC) (Barthélemy de Saizieu 2000 ; Bar-Yosef Mayer et al. 2004 ; Pickard & Schoop 2013).

Fig. 6 : Micro-rondelle en enstatite glaçurée. A noter la différence entre la couche externe et interne. Crédit photo : H. Alarashi.

La détermination de la provenance des matériaux est en cours. Elle s’oriente sur quelques pistes. D’après l’identification taxonomique, la provenance des coquillages utilisés est la Mer Rouge. Toutefois, il n’est pas impossible qu’ils aient été collectés dans des gisements fossiles. La provenance des espèces minérales s’appuiera sur l’étude des distributions géologiques des ressources dans et autour de la région. D’après mes collectes personnelles dans les environs du secteur étudié, les variétés de quartz (cornaline et agate notamment) peuvent correspondre à des dépôts secondaires mobilisés par le déplacement des bras du Nil. Dans ce sens, ils peuvent être considérés comme des matières locales. L’amazonite, les natrolites et les ophiolites pourraient provenir de régions lointaines.

Comme mentionnée plus haut, l’étude technologique sera entreprise prochainement. Bien que les analyses des données soient encore en cours, il convient de souligner d’ores et déjà la haute complexité technologique que les formes, les types et les matériaux ont requise.

Premières hypothèses et perspectives

Outre les considérations technologiques, l’étude de la collection de parure de KDK1 permettra de traiter des aspects concernant l’organisation sociale et les pratiques économiques, culturelles et rituelles. Les résultats préliminaires présentés ici pointent d’ores et déjà vers une société complexe et hiérarchisée exprimant des appartenances identitaires diverses. En effet, la standardisation des formes, des types et des dimensions sur des matériaux présentant une importante variabilité dans leur nature et leurs couleurs témoigne d’une tradition ornementale relativement homogène mais ouverte aux innovations. Cette tradition semble également être en harmonie avec les normes transculturelles de l’art de paraître, comme l’indiquent les choix de certaines formes « perpétuées » et des matériaux largement répandus. De plus, quelles que soient les modalités d’acquisition des matériaux d’origine exogène, l’utilisation abondante de ces derniers indique des connexions avec des régions voisine à travers des circuits d’échanges ou de mobilité réguliers.

Pour conclure, la parure de KDK1 constitue donc une source d’information extrêmement riche dont l’étude contribuera à la compréhension des systèmes techniques, économiques et symboliques de ces sociétés néolithiques de Haute Nubie. Les études en cours et à venir des collections de parure issues des autres cimetières de la concession de Kadruka et leur mise en comparaison diachronique et synchronique permettront, pour la première fois, de caractériser les micro-variations typo-stylistiques et techno-fonctionnelles de la parure. Cela afin de détecter, à une échelle très fine, des expressions variables au sein d’un même groupe culturel et ainsi d’appréhender des notions telles que l’organisation sociale et l’identité tribale, clanique ou familiale.

Remerciements

Je remercie O. Langlois de m’avoir confié l’étude de ces magnifiques collections de parure africaines, P. Chambon pour l’accès aux données anthropologiques ainsi que le projet QUSAP pour le financement de mes missions d’étude et des analyses de matières premières. Un grand merci à la Direction générale des Antiquités à Khartoum pour l’accueil et les facilités administratives, à Mme S. Jacommet pour les analyses MEB-EDS menées à l’Ecole des Mines de Paris à Sophia Antipolis et M. G. Monge pour les analyses de DRX au CRAM à Sophia Antipolis. Je remercie très chaleureusement M. Dubar pour son aide concernant l’interprétation des résultats des analyses physico-chimiques et D. Binder pour les échanges et les intéressantes pistes de recherche sur les matériaux. Ma gratitude va également au CEPAM (UMR 7264) et à S. Beyries pour m’avoir facilité l’accès à la plateforme microscopique du laboratoire. Enfin, je remercie mon unité Archéorient pour son soutien permanent et pour la récente initiative d’aide aux jeunes chercheurs du Proche Orient de l’ AAMO, relayée par la revue Pèlerin, qui a permis l’acquisition d’un microscope portable (Dino-lite) très performant pour l’étude du matériel sur le terrain.

Références bibliographiques

Alarashi H., Gourichon L., Khalidi L., Baumann M., Langlois O., Chambon P. 2016. From raw materials to finished objects: stages of artifact production as grave offerings in middle Neolithic Kadruka 23 cemetery (Northern State, Sudan). Communication orale présentée lors du colloque international de la SAFA (Toulouse, Juin-Juillet 2016).

Alarashi H. 2014. La Parure Épipaléolithique et Néolithique de La Syrie (12e Au 7e Millénaire Avant J.-C.) : Techniques et Usages, Échanges et Identités, Thèse de Doctorat, Lyon, Université Lumière-Lyon 2.

Barthélémy de Saizieu, B. 2000. Émergence et évolution des matériaux vitrifiés dans la région de l’Indus du 5e au 3e millénaire (Merhgarh-Nausharo), Paléorient 26 (2): 93–112.

Bar-Yosef Mayer D.E., Porat N., Gal Z., Shalem D. & Smithline H. 2004. Steatite Beads at Peqi’in: Long Distance Trade and Pyro-Technology during the Chalcolithic of the Levant, Journal of Archaeological Science 31 (4): 493–502.

Choyke A.M. 2001. Late Neolithic Red Deer Canine Beads and Their Imitations, in: Choyke A.M. & Bartosiewicz L. (eds), Crafting Bone – Skeletal Technologies through Time and Space, Oxford, Archeopress BAR International Series 937: 251–66.

Christidou R. 2014. Bref aperçu sur les outillages osseux d’Aşıklı Höyük. ArchéOrient – Le Blog. http://archeorient.hypotheses.org/2678.

Honegger M. 2001. Evolution de la société dans le bassin de Kerma (Soudan). Des derniers chasseurs cueilleurs au premier royaume de Nubie, Bulletin de La Société Française d’Egyptologie 152 : 12–27.

Honegger M. 2014. Recent Advances in Our Understanding of Prehistory in Northern Sudan, in: Anderson J.R. & Welsby D.A. (eds), The Fourth Cataract and Beyond, Leuven, Paris, Walpole, Peters: 19–30.

Honegger M. & Williams M. 2015. Human Occupations and Environmental Changes in the Nile Valley during the Holocene: The Case of Kerma in Upper Nubia (Northern Sudan), Quaternary Science Reviews 130: 141–54.

Le Dosseur G. & Maréchal C. 2013. Bone Ornamental Elements and Decorated Objects of the Natufian from Mallaha, in: Bar-Yosef O. & Valla F. (eds), Natufian Foragers in the Levant. Terminal Pleistocene Social Changes in Western Asia, Ann Arbor: Archaeological Series 19: 293–311. International Monographs in Prehistory.

Pickard C. & Schoop U.L. 2013. Characterization of Late Chalcolithic Micro-Beads from Çamlıbel Tarlas. North-Central Anatolia, Archaeometry 55: 14–32.

Reinold J. 2001. Kadruka and the Neolithic in the Northern Dongola Reach, Sudan & Nubia 5: 2–10.

Lexique

DRX
Diffraction par Rayons X..

Echelle de Mohs
Echelle graduée de 1 à 10 se rapportant à des duretés « références », 1 désignant le matériau le moins dur de l’échelle (e.g. talc) et 10 le plus dur (diamant).

Glaçure
« mélange composite qui, appliqué sur un support minéral ou argileux, se vitrifie sous l’action d’une chauffe de haute température, formant une couche de verre à la surface » (Barthélemy de Saizieu 2000 : 94).

MEB-EDS
Microscope électronique à balayage équipé d’un détecteur de rayons X (EDS).

Pendeloques
Objets à perforation courte décentrée transversale.

Perles
Objets à perforation longue, axiale et centrée.

Rondelles
Objets à perforation courte axiale et centrée.

L’auteur

Hala Alarashi, archéologue, préhistorienne spécialiste de la parure épipaléolithique et néolithique. Chercheur associée à Archéorient UMR 5133. Chercheur en post-doctorat au Research Center for Anatolian Civilizations (RCAC-ANAMED) à l’Université de Koç (Istanbul).

Pour citer ce billet : Hala Alarashi. Nouveau terrain pour l’étude des objets de parure néolithiques: Kadruka 1, Soudan (État du Nord), ArchéOrient - Le Blog, 7 avril 2017, [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/7331

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *