Trois millénaires de production céramique à Erétrie (Grèce)

La cité d’Erétrie, en Eubée centrale (fig. 1), a connu une histoire presque ininterrompue du 3e millénaire av. J.-C. à nos jours. La fabrication de céramique y est attestée par des fours de potiers à diverses époques mais aussi par des productions au style bien reconnaissable, que l’on peut raisonnablement considérer comme locales en raison de leur singularité et de leur abondance à Erétrie même ou dans ses environs.

Fig.1 : carte de l’Eubée centrale (DAO Th. Theurillat).

Certains types de récipients caractérisent plus largement l’Eubée centrale, or cette région a pris une part active dans la colonisation grecque dès le 8e s. av. J.-C. et ses productions se retrouvent jusque dans les colonies grecques d’Italie du Sud et du Levant, par exemples les fameux skyphoi à demi-cercles pendants (bol à deux anses décoré au compas, fig. 2).

Fig. 2 : skyphos eubéen à demi-cercles pendants, première moitié du 8e. s. av. J.-C. ( Metropolitan Museum of Art, online collection).

Pour cette raison, les analyses archéométriques de céramique ont porté très tôt (et continuent à porter) sur ces productions et sur les principaux lits d’argile de la région, au bord du fleuve Lelas, à une quinzaine de kilomètres à l’ouest d’Erétrie (Jones 1986, Kerschner et Lemos 2014). Cependant, presque toutes les analyses ont concerné des groupes de céramique fine décorée d’époque historique. Ce n’est qu’en 2012 qu’est né un projet collaboratif international destiné à caractériser plus spécifiquement la production céramique d’Erétrie, dès le 3e millénaire et en incluant la céramique grossière, à travers des analyses pétrographiques et chimiques par spectrométrie de fluorescence des rayons X (WD-XRF). Ce projet, initié et coordonné par l’auteure de ce billet, réunit l’Ecole Suisse d’Archéologie en Grèce (ESAG), le Fitch Laboratory de l’Ecole britannique d’Athènes et le laboratoire Archéorient-UMR 5133 (CNRS/Université Lyon 2).

L’originalité du projet tient d’abord à la constitution d’un corpus de référence, qui permet désormais d’apprécier la compatibilité compositionnelle des productions céramiques d’Erétrie avec la géologie locale. Ce corpus inclut des roches et des minéraux, des sables alluviaux, des sédiments argileux prélevés dans le lit du cours d’eau qui traverse Erétrie, ainsi que des matériaux de construction autant archéologiques que modernes (briques crues, enduits argileux) et des éléments de fours de potiers provenant des fouilles de la cité antique d’Erétrie. En outre, une prospection géologique plus large, en Eubée centrale et méridionale ainsi que sur la côte nord de l’Attique, de l’autre côté du golfe euboïque, a permis de constituer une collection de comparaison. Quant aux vastes carrières d’argile du fleuve Lelas à Vassiliko et Phylla (fig. 3), elles ont été échantillonnées et analysées dans le cadre d’une collaboration du Fitch Laboratory avec l’équipe britannique qui fouille Lefkandi, sur l’estuaire du Lelas (Whitbread 2014).

Fig. 3 : une carrière d’argile du fleuve Lelas à Vassiliko (Eubée centrale) (photo S. Müller Celka)

L’autre particularité du projet réside dans son approche diachronique, puisqu’il couvre l’histoire d’Erétrie de l’âge du Bronze ancien à l’époque romaine, soit environ trois millénaires (2500 av. J.-C. à 500 AD). La céramique d’époque romaine, encore en cours d’étude, n’est toutefois représentée dans le projet que par des cales de potier, trouvées in situ dans un four du début du 5e s. AD. Des groupes de céramique issus de l’observation macroscopique des pâtes ont été préparés par les participants et 335 tessons au total ont été analysés. La méthode de préparation des échantillons de céramique a d’ailleurs été exposée sur ce blog en 2014 (ici et ).

Pour dresser un bilan des analyses effectuées à ce jour et esquisser l’interprétation archéologique des résultats (qui paraîtront dans un volume de la série Eretria), une table ronde s’est tenue les 2-3 mars 2017 à l’Université de Lausanne, siège de l’ESAG en Suisse (fig. 4). Le programme et les résumés sont accessibles en ligne sur le site de l’ESAG.

Fig. 4 : Université de Lausanne, Campus de Dorigny, bâtiment Anthropole

Après les mots de bienvenue du directeur de l’ESAG, Karl Reber, le workshop a débuté par un bref historique du projet et un résumé des recherches antérieures sur la composition des productions eubéennes et érétriennes (communication de S. Müller Celka). Les archéomètres ont ensuite présenté la méthodologie utilisée et les résultats globaux des analyses pétrographiques et chimiques, pour les matières premières et pour les groupes de céramique (communication de E. Kiriatzi, N. Müller et X. Charalambidou). Le métamorphisme qui marque l’environnement géologique d’Erétrie se reflète dans les inclusions de quartzite, de schiste micacé et de phyllites des pâtes grossières locales, tandis que l’argile fine est silicatée et contient des particules de mica argenté (« fine silicate A ») (fig. 5). La relation entre les pâtes fines et grossières locales a pu être établie non seulement par la proximité de leur composition chimique, mais aussi par leur emploi conjoint sur quelques récipients de l’Helladique ancien II (fig. 6). Plusieurs pâtes fines et une pâte semi-grossière présentant des matrices carbonatées sont peut-être également locales : elles apparaissent respectivement à la période archaïque (7e-6 e s. av. J.-C.) et vers la fin de la période classique (4e s. av. J.-C.), indiquant un changement dans l’origine ou la préparation de pâtes réservées à des séries spécifiques en termes de fonction et de contexte d’utilisation.

Fig. 5 : principales pâtes de la céramique locale d’Erétrie, grossière et fine (©Fitch Laboratory)

Fig. 6 : bol fabriqué par utilisation conjointe d’argile semi-grossière (panse) et fine (bord) (©S. Müller Celka).

La prospection géologique des carrières d’argile de Phylla et les groupes de céramique du Bronze récent de Lefkandi ont aussi fait l’objet d’un exposé détaillé (communication de I. Whitbread, E. Kiriatzi et N. Müller) : alors que les argiles grossières présentent une grande variété selon les points de prélèvement, les argiles fines sont homogènes et, pour le moment, ne paraissent pas pouvoir être distinguées de celle des productions en céramique fine d’Erétrie.

La suite du programme était consacrée aux présentations par période. Les groupes de céramique de l’Helladique ancien IIB et III (en gros, 2e moitié du 3e millénaire av. J.-C.) réservaient quelques surprises (communication de S. Müller Celka). D’abord, la céramique fine aux formes « anatolisantes » s’avère fabriquée avec de l’argile locale alors qu’elle a longtemps été considérée comme intrusive en raison de sa ressemblance avec celle d’Anatolie occidentale et de sa technique de fabrication, qui fait intervenir le tour de potier pour la première fois en Grèce continentale. Il semble en réalité que cette céramique relève d’un phénomène culturel commun à l’Anatolie occidentale et à une grande partie des îles de l’Egée et de la Grèce centrale vers 2500-2300 av. J-C., comme il ressort d’un colloque récemment organisé à Vienne. Ensuite, environ un tiers de la céramique grossière de la même période n’est pas locale : elle contient des inclusions de schiste vert caractéristique de l’Eubée du Sud et des Cyclades occidentales. Cependant son répertoire ne diffère pas de celui de la céramique locale, ce qui indique que le succès de cette production auprès des Erétriens devait tenir à une différence de qualité (facteurs socio-économiques) ou à un biais culturel. Enfin, à l’Helladique ancien III (vers 2300-2100 av. J.-C.), la production céramique accuse un renouvellement complet des formes et des gestes techniques (façonnage, cuisson, traitement de surface), en particulier avec l’apparition des bols à profils en S en céramique fine beige ou grise sans revêtement (fig. 7) mais, contre toute attente, les recettes de potier n’en sont pas affectées et perpétuent celles de la période précédente, tant pour la céramique grossière que pour la céramique fine.

Fig. 7 : bols de l’Helladique ancien III en argile fine grise et beige préfigurant la céramique minyenne (dessin et photo S. Müller Celka).

La céramique fine de l’Helladique moyen (communication de T. Krapf), dite « minyenne grise » et « minyenne beige », atteste elle aussi une continuité dans l’utilisation de l’argile locale. Ce résultat n’était pas prévisible dans la mesure où le site de cette période s’est déplacé au sommet de la colline de Kastelli, qui servira d’acropole à la future cité, et s’est réduit à un petit hameau. Le contraste entre cette céramique de très belle qualité et la modestie des vestiges d’habitat pose la question de son lieu de fabrication… d’autant plus que les jarres de cuisson et de stockage analysées sont, curieusement, de provenance inconnue.

L’Helladique récent (2e moitié du 2e millénaire av. J.-C.) est trop mal attesté à Erétrie pour pouvoir être pris en compte dans le programme d’analyse. Mais à la période géométrique, au 8e s. av. J.-C., la cité d’Erétrie se développe à nouveau dans la plaine côtière où s’était installé le site de l’Helladique ancien. La céramique grossière de cette période est compatible avec la géologie locale, et semblable à celle du Bronze ancien pour sa composition (communication de X. Charalambidou, S. Verdan et Th. Theurillat). Des groupes de céramique fine analysés antérieurement par activation neutronique (Verdan et al. 2014) ont été ré-analysés par WD-XRF pour tester la comparabilité des deux méthodes. Le résultat montre que la principale argile fine locale (fine silicate A) correspond bien à celle que H. Mommsen avait définie auparavant comme EuA (Mommsen 2014, avec références à des travaux antérieurs).

Fig. 8a : Hydries miniatures (Erétrie, Aire sacrificielle Nord, 7e-6e s. av. J.-C.) (d’après Pruvot et al. 2010, 2013, fig. 209).

 

Fig. 8b: pâtes carbonatées


Pour la période archaïque (communication de S. Huber), l’échantillonnage avait ciblé un groupe d’hydries miniatures en céramique fine (fig. 8), très caractéristiques des lieux de culte d’Erétrie, décorées sommairement par trempage ou lignes horizontales. Curieusement, ce groupe ne se rattache pas à la pâte fine locale identifiée pour les périodes précédentes mais à des variantes plus ou moins carbonatées, peut-être locales, qui ne recoupent pas les sous-ensembles définis par le mode de fabrication (tourné/non tourné, décor trempé/décor linéaire). Il est possible que des ateliers liés à certaines sources (locales ?) de matière première se soient spécialisés dans la fabrication de ces petits récipients à fonction très probablement rituelle. Cette hypothèse est peut-être étayée par le fait que ces pâtes se retrouvent dans les grandes amphores funéraires d’un des cimetières d’Erétrie à l’époque archaïque, celui du terrain Spanou au sud-ouest de la cité (communication de X. Charalambidou), puisque les pratiques funéraires constituent également une forme de rituel.

Durant la période classique, aux 5e-4e s. av. J.-C. (communication de K. Gex et C. Gamma), la provenance locale des groupes sélectionnés est en grande majorité confirmée par les analyses, tant pour les pâtes fines de la vaisselle de table et des lécythes (vases funéraires à corps cylindrique et col étroit) que les pâtes semi-fines et semi-grossières, en l’occurrence des mortiers et lécythes « géants » d’un type local à col obturé (fig. 9). Parmi les lécythes à fond blanc, trois sur dix s’avèrent cependant non compatibles avec la géologie locale, et de provenance inconnue. Cette surprise relance des interrogations antérieures à propos de l’atelier du « peintre de Berne », pour lequel on rencontre la même discordance entre la distribution très majoritairement érétrienne des vases et l’utilisation de différentes argiles, dont certaines non locales, comme l’ont indiqué des analyses antérieures à ce programme (Gex 2014).

Fig. 9 : Lécythe « géant » (env. 60 cm), vers 400 av. J.-C. (dessin M. Golubic, photo A. Skiadaressis).

Pour l’époque hellénistique (fin du 4e-1er s. av. J.-C.), seule la céramique commune semi-fine avait été sélectionnée (communication de G. Ackermann). Or malgré le fait que les échantillons représentent des séries quantitativement très importantes, homogènes du point de vue macroscopique, et dans certains cas propres à Erétrie du point de vue stylistique, les analyses indiquent que seules deux bassines (lekanai) sont fabriquées dans la pâte locale carbonatée qui apparaît à la fin de la période classique. Le reste reflète une grande diversité : deux pâtes, bien que sans équivalent, pourraient éventuellement être locales, les autres sont incompatibles avec la géologie de la région d’Erétrie. Cette situation traduit peut-être l’évolution politique du territoire de la cité qui, à cette période, englobe une grande partie de l’Eubée centrale et donc des environnements géologiques variés.

Fig. 10 : séance de synthèse (photo Th. Theurillat).

La séance de synthèse (fig. 10), présidée par E. Kiriatzi, S. Müller Celka et K. Reber, a permis de dresser le bilan des acquis, de cerner les lacunes et de préciser les nouvelles problématiques qui ont émergé des analyses. Il est apparu, entre autres, que la notion de production locale fluctuait au cours du temps : si elle se limite probablement aux environs immédiats d’Erétrie à l’âge du Bronze, elle concerne au minimum la région côtière entre Lefkandi et Amarynthos dès le début du premier millénaire et elle s’élargit au territoire de la cité d’Erétrie à l’époque hellénistique, c’est-à-dire à une grande partie de l’Eubée centrale, où devaient travailler de nombreux ateliers. Cette situation transparaît dans la diversité compositionnelle des pâtes de la vaisselle commune hellénistique. La définition d’une production locale peut aussi répondre à une organisation du territoire fondée sur des principes autres que politiques, qui nous échappe largement pour les périodes hautes. Par exemple, on pourrait imaginer que la « production locale » d’Erétrie était le fait d’ateliers de potiers installés près des bancs d’argile du Lelas sans dépendance à l’égard d’une cité ou d’une autre.

En outre, il faut prendre en compte la possibilité que l’argile crue ait été transportée, en particulier par voie maritime, ce qui introduit une distinction entre argile locale et fabrication locale. C’est peut-être la circulation des argiles qui explique le décalage parfois observé dans les diagnostics de provenance selon qu’ils s’appuient sur une analyse chimique ou sur une classification stylistique.

Autre constat : l’évolution morphologique et technologique de la production de céramique semble indépendante de l’approvisionnement en matières premières et des recettes de potiers. Les mêmes matrices argileuses et les mêmes dégraissants minéraux, bien qu’ajoutés dans des proportions variables, ont été utilisés du début de l’âge du Bronze jusqu’à la fin de la période archaïque pour la céramique grossière, et au moins jusqu’à la fin de l’époque classique (fin du 4e s. av. J.-C.) pour la céramique fine, en dépit des changements très distincts qui ont affecté les répertoires morphologiques et les procédés techniques au cours du temps, sans doute au gré d’innovations locales conjuguées à des influences culturelles ambiantes.

Notons enfin que les critères souvent retenus pour identifier des productions locales, tels que la présence de grands récipients de stockage (pithoi) et la prédominance quantitative d’un groupe stylistique et/ou fonctionnel, ne sont pas très fiables : les pithoi de l’Helladique ancien et moyen qui ont été analysés sont tous des importations, et la vaisselle commune la plus courante de la période hellénistique (env. 60% de l’assemblage) n’est pas fabriquée avec de l’argile locale.

Pour terminer, il faut saluer la générosité de la Fondation de l’ESAG, qui a financé l’essentiel de ce programme, avec des contributions du Fitch Laboratory et de l’UMR 5133-Archéorient. Merci aussi à l’Université de Lausanne qui a hébergé cette table ronde, ainsi qu’à la 11e Ephorie des Antiquités de Grèce qui nous a accordé l’autorisation de pratiquer les analyses. Enfin, je remercie chaleureusement tous les participants, dont l’implication active a fait de cette rencontre un vrai workshop : un atelier de production et d’élaboration du savoir scientifique.

Bibliographie

Charalambidou X., Kiriatzi E., Müller N., Georgakopoulou M., Müller Celka S., Krapf T. 2016. Eretrian ceramic products through time: Investigating the early history of a Greek metropolis, in Acts of the colloquium « Interdisciplinary Studies of Ancient Materials from the Mediterranean, University of Cyprus, Nicosia, 17-19 September 2014, Journal of Archaeological Science: Reports 7, 2016, 530-535. http://dx.doi.org/10.1016/j.jasrep.2016.01.012.

Gex K. 2014. Red-figure and White-ground Pottery from Euboean Workshops, in S. Schierup, V. Sabetai (éds), The Regional Production of Red-figure Pottery: Greece, Magna Graecia and Etruria, Aarhus University Press, Aarhus, 122-135.

Jones R. 1986. Greek and Cypriot Pottery. A Review of Scientific Studies, Fitch Laboratory occasional paper 1, British School at Athens, Athènes.

Kerschner M., Lemos I.S. (éds), Archaeometric Analyses of Euboean and Euboean Related Pottery: New Results and their Interpretations. Proceedings of the Round Table Conference held at the Austrian Archaeological Institute in Athens, 15 and 16 April 2011, Österreichisches Institut in Athen, Athènes.

Martin Pruvot Ch., Reber K., Theurillat Th. (éds) 2010. Cités sous terre. Des archéologues suisses explorent la cité grecque d’Erétrie, Infolio, Gollion.

Mommsen H. 2014. Provenancing by Neutron Activation Analyses and Results of Euboean and Euboean-related Pottery, in Kerschner et Lemos 2014, 13-36.

Müller Celka S., Kiriatzi E., Charalambidou X., Müller N.S. (sous presse). Early Helladic II-III Pottery Groups from Eretria (Euboea), in E. Alram-Stern, B. Horejs (éds), Pottery technologies and socio-cultural connections between the Aegean and Anatolia during the 3rd millenium BC, Vienna, 22-23 October 2015, ÖAW Verlag, Vienne.

Verdan S., Kenzelmann Pfyffer A., Theurillat T. 2014.Euboean’ Pottery from Early Iron Age Eretria in the Light of the Neutron Activation Analysis, in Kerschner et Lemos 2014, 71-90.

Whitbread I.K. 2014. Macroscopic Analyses of Late Bronze Age and Early Iron Age Pottery from Lefkandi: Preliminary observations, in Kerschner et Lemos 2014, 59-70.

L’auteur

Sylvie Müller Celka est chargée de recherche au CNRS, archéologue, spécialiste du monde égéen. UMR 5133-Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Sylvie Müller Celka. Trois millénaires de production céramique à Erétrie (Grèce), ArchéOrient - Le Blog, 17 mars 2017, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/7235


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Jean-François Vivicorsi dit :

    Excellent travail ! Très instructif ! Merci beaucoup.

    La distinction entre production locale et argile locale semble plus que pertinente ; plus je lis de travaux anciens et récents, plus j’ai l’impression qu’on se dégage de tous les a priori un peu dogmatiques des 19e et 20e siècles, notamment dans la façon d’envisager les échanges et les influences d’une région à l’autre. Mon impression est peut-être erronée ; dans tous les cas je suis ravi de ces avancées !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *