Plongées en eaux troubles et records d’apnée au Sahara

Parmi les oasis du Sahara, certaines exploitent ou ont exploité des eaux artésiennes (fig. 1), c’est-à-dire des eaux souterraines remontant naturellement jusqu’à la surface ou jaillissant en raison d’une configuration topographique et hydrogéologique particulière (fig. 2). Dans certains secteurs, la formation de sources a permis la fixation d’activités nomades ou sédentaires dès la Préhistoire (fig. 3). Là où l’eau sourdait naturellement, des sources ont ensuite été aménagées par les hommes, puis des puits ont été creusés et entretenus, menant à l’apparition de spécialistes pour le moins inattendus : les plongeurs apnéistes du Sahara.

Fig.1 : Carte de localisation des régions mentionnées, des principales oasis artésiennes et des aquifères assurant leurs réserves en eau (M. Crépy 2017).

Fig. 2 : Schéma explicatif simplifié des facteurs géologiques et topographiques à l’origine de l’artésianisme (M. Crépy 2017).

Fig.3 : Source tarie (zone circulaire ensablée au centre de la photographie) dans le sud de la dépression de Kharga (désert Libyque, Égypte). A proximité, le sol est jonché de vestiges néolithiques (M. Crépy, novembre 2010).

Une exploitation millénaire avant l’introduction de la sonde artésienne et des contraintes inhérentes à l’artésianisme

Dans la dépression de Kharga, des puits artésiens peu profonds ont été aménagés, directement dans les griffons de sources (orifices par lesquels l’eau sourd), dès le Néolithique (Caton-Thompson 1952). Dans cette région, le creusement du plus ancien puits découvert remonte à une période comprise entre 4800 et 4200 avant notre ère (Briois et al. 2012). Si l’aménagement de sources paraît avoir suffi pour irriguer les cultures dans certains secteurs, comme dans le Nefzaoua (Bisson 2003), de nombreux puits artésiens ont été forés puis entretenus au Sahara dès l’Antiquité (Trousset 1986 ; Bousquet 1996 ; fig. 4 et 5) et durant la période médiévale (Crépy 2016, Crépy et Callot à paraître en 2017), pour pallier le tarissement ou le faible débit des sources ou pour créer de nouveaux secteurs agricoles. Dans la seconde moitié du XIXè s., l’introduction par les colons européens de la sonde artésienne (ensemble de matériel de forage), vite maîtrisée par les populations locales, a entraîné une multiplication des puits artésiens. Il en a découlé à la fois un développement agricole rapide et un rabattement des nappes exploitées, c’est à dire une baisse du niveau de l’eau souterraine. Entre les premiers puits artésiens creusés directement dans les griffons de source et l’introduction récente de la sonde artésienne, l’évolution des techniques, peu connue, nécessite des études plus approfondies.

Fig. 4 : Puits artésien creusé à l’époque romaine et restauré par l’Institut Français d’Archéologie Orientale à Aïn Manawir, dans le sud de la dépression de Kharga. Son implantation sur un point haut s’explique par des remontées artésiennes le long de fractures (M. Crépy, décembre 2012).

Fig. 5 : Vue depuis l’intérieur de la cuve du puits artésien romain d’Aïn Manawir. L’obscurité dans ce puits pourtant à sec et peu profond permet d’envisager les conditions de travail des maîtres-foreurs et des plongeurs (M. Crépy, novembre 2010).

Creuser un puits paraît, a priori, simple et aisé, mais une telle opération présente une contrainte technique majeure en contexte artésien : après le percement de l’aquiclude (formation géologique dont la porosité et la fissuration faible limitent ou interdisent la circulation de l’eau) séparant l’aquifère (formation géologique dont la porosité et/ou la fracturation permettent la circulation de l’eau) en charge du fond du puits, la pression entraîne une montée des eaux rapide dans la cuve. Or il est essentiel de continuer à l’aménager et de la curer pour favoriser le débit, malgré une colonne d’eau dont la recharge permanente rend inefficace les opérations de vidange. De même, l’entretien d’un puits artésien comblé ne peut être réalisé à sec. Afin de comprendre les modalités pratiques du forage et de l’entretien des puits artésiens traditionnels au Sahara, l’analyse des récits de voyageurs, de colons et de savants constitue un outil essentiel. Dix ouvrages antérieurs à 1910 mentionnant des pratiques traditionnelles avec une bonne précision ont été identifiés et étudiés (tableau 1). L’accès à ces ouvrages a été grandement facilité par la plateforme Gallica de la Bibliothèque Nationale de France (BNF) et par le projet Internet Archive qui ont mis en ligne de nombreux ouvrages numérisés. Ces récits mettent en lumière des techniques de creusement des puits simples, reposant sur des ouvriers spécialisés dans les travaux subaquatiques.

Tableau 1: Époques et régions concernées par les ouvrages du corpus (M. Crépy 2017).

Forage et entretien des puits artésiens traditionnels dans les oasis du Bas-Sahara algérien et du désert Libyque (Égypte)

Le corpus recèle des informations exploitables sur quatre grands sujets: les caractéristiques des puits, les outils utilisés, les étapes de creusement et le travail des plongeurs du Sahara. Parfois, les récits divergent. Par exemple, Ibn Khaldoun (1332-1406, traduction de 1856) est le seul à mentionner l’une des méthodes de forage que nous décrirons, et les auteurs ne distinguent pas tous les mêmes types d’ouvriers et d’opérations. Si certaines de ces divergences témoignent probablement de disparités réelles dans les pratiques (évolution probable des techniques, absence de forage de nouveaux puits dans certaines régions), d’autres pourraient simplement être le fait du degré de compréhension et de détail dans la description des opérations par les auteurs.

La profondeur des puits dans le Bas-Sahara algérien était comprise entre 50 m et plus de 75 m (Al Ayyachi 1628-1679, traduction de 1846 ; Berbrugger 1862). Les cuves étaient de section carrée et de 70 cm à 1 m de côté (Berbrugger 1862 ; Pein 1871). Un boisage de madriers en palmiers jointoyés par un mélange d’argile et de noyaux de dattes armait le conduit, sauf dans les sections de roches plus cohérentes où ce travail était inutile (Berbrugger 1862). Dans le désert Libyque, le cuvelage fait de troncs d’acacias ou de stipes de palmiers couvrait l’ensemble de la profondeur du puits, qui pouvait atteindre 120 m (Beadnell 1909).

Les outils utilisés pour la réalisation des puits artésiens, en Algérie comme en Égypte, étaient sommaires : houes, cordes de lifa (bourre de palmiers), delou (seaux), couffins et paniers (Berbrugger 1862 ; Beadnell 1909). Seul Ibn Khaldoun (1856) évoque l’usage d’un outil un peu plus avancé : une lourde masse de fer lâchée depuis le sommet du puits pour briser l’aquiclude.

Les forages étaient pratiqués dans le Bas-Sahara algérien selon quatre grandes étapes : l’excavation d’une fosse (amma) large et profonde de plusieurs mètres, le creusement et le coffrage du conduit, le forage de l’aquiclude et le curage du conduit en eau. La largeur de la fosse, creusée par des ouvriers non spécialisés, était adaptée aux formations peu cohérents et susceptibles de s’effondrer qui constituaient les premiers mètres et facilitait la vidange des eaux d’infiltration qui s’y concentraient (Berbrugger 1862 ; Pein 1871 ; Mellion 1890). Ensuite, les ouvriers perçaient le puits au centre de la fosse, pendant que les charpentiers préparaient et posaient le boisage nécessaire. Une fois le cuvelage suffisamment avancé, la fosse était rebouchée, donnant au puits son apparence finale (Berbrugger 1862 ; Mellion 1890).

À partir du stade où les ouvriers parvenaient à l’aquiclude, les versions divergent. D’après Ibn Khaldoun (1856), des ouvriers l’amincissent à l’aide de pics et de pioches avant d’utiliser une lourde masse de fer lancée depuis la surface comme un trépan rudimentaire et rompant l’aquiclude : l’eau remonte à la surface, où elle forme un ruisseau. La mention d’un tel appareillage peut surprendre, mais des légendes du Bas-Sahara algérien mentionnent l’usage de la tarière du « prince aux deux cornes » (Dou’l-Kornin, personnage mythique qui aurait été un prophète contemporain d’Abraham et aurait vécu plus de 1 000 ans) pour forer des puits dans des temps reculés (Berbrugger 1862 ; Reclus 1886). L’appareillage constituant une sonde artésienne n’était peut-être pas complètement inconnu au Bas-Sahara avant son « introduction » par les colons.

Au contraire, le reste du corpus mentionne un travail de percement de l’aquiclude effectué par un spécialiste depuis le fond du puits et à l’aide d’outils simples, suivi d’un curage manuel effectué par des plongeurs une fois le puits en eau. Ces travaux exigent la présence d’ouvriers spécialisés, le maître-foreur (haffar) et les plongeurs (rhetassin/ghattasin) que tous les auteurs ne distinguent pas clairement (tableau 2). A l’aide d’une simple houe, le haffar ou l’un des rhetassin perce l’aquiclude et ouvre ainsi le chemin vers la surface aux eaux de l’aquifère sous-jacent (Al Ayyachi 1846 ; Berbrugger 1862 ; Pein 1871 ; Mellion 1890). Tous insistent sur le danger de noyade ou de blessure inhérent à cette étape : il faut se représenter l’eau jaillissant sous pression en charriant des sédiments et l’ouvrier jusqu’à la surface, le long d’un conduit de moins d’un mètre de côté. L’eau s’élevait parfois plus lentement, gênée dans sa progression par les sables obturant le conduit (Shaw 1738 ; Pein 1871). La dernière étape consistait en un curage du puits pour en augmenter et en régulariser le débit (Berbrugger 1862 ; Pein 1871 ; Reclus 1886).

Tableau 2 : Mentions et désignation des différents spécialistes employés lors du creusement d’un puits artésien (M. Crépy 2017).

Ce travail, et l’entretien ou la remise en service de puits comblés, reposait sur des Sahariens spécialistes de l’apnée, capables de travailler à grande profondeur dans l’obscurité d’une eau turbide. Les plongeurs descendaient les pieds en bas jusqu’au fond du puits, en s’aidant d’une corde lestée, puis ils ramassaient à la main les sédiments présents et en chargeaient un panier avant de remonter à la surface (Berbrugger 1862 ; Pein 1871 ; Mellion 1890), parfois aidés par des hommes restés en haut et tirant à la corde (Beadnell 1909). A. Berbrugger (1862), témoin du creusement d’un puits de 56 m de profondeur, a précisément décrit les opérations : le plongeur se chauffe près du feu, récite une prière et se bouche les oreilles avec de la graisse, puis il descend dans l’eau du puits jusqu’aux épaules et s’immerge une première fois la tête avant de se dégager les voies respiratoires et de s’oxygéner quelques minutes. Enfin il plonge vers le fond, charge son panier, remonte plusieurs minutes plus tard et retourne auprès du feu. L’auteur a chronométré plusieurs plongées et a obtenu un résultat maximal de 5 min 55 s (tableau 3). Trois plongées étaient effectuées par jour et par personne. Malgré ce nombre réduit de plongées, les rhetassin souffraient de problèmes de santé chroniques et prenaient de gros risques pour permettre l’alimentation en eau des oasis. Ils étaient respectés pour cela (Berbrugger 1862 ; Pein 1871 ; Mellion 1890 ; Beadnell 1909) mais leur profession s’est progressivement éteinte, à mesure de la diffusion de la sonde artésienne. En 1925, il ne serait resté que douze rhetassin dans toute l’Algérie (Hull 1926).

Tableau 3 : Temps et profondeurs de plongée des rhetassin (M. Crépy 2017).

De nos jours, leur métier disparu est rarement mentionné et menace de tomber dans l’oubli malgré un amusant paradoxe : du XVIIè au XXè s., le Sahara, où l’eau manque, a été le berceau de générations d’apnéistes dont la réputation dépassait largement les oasis où ils exerçaient et dont les performances étaient comparables à celles des athlètes de haut niveau des compétitions actuelles d’apnée en immersion libre.

Bibliographie

Al Ayyachi A.-S. 1628-1679, traduction de 1846. Voyage d’El Aïachi, in Berbrugger A. (traducteur) 1846. Exploration scientifique de l’Algérie pendant les années 1840, 1841, 1842, tome IX, Voyages dans le sud de l’Algérie et des États Barbaresques de l’ouest et de l’est par El-Aïachi et Moula-Ah’med, Imprimerie Royale, Paris.

Beadnell H.J.L. 1909. An Egyptian oasis; an account of the oasis of Kharga in the Libyan desert, with special reference to its history, physical geography, and water-supply. J. Murray, Londres.

Berbrugger A. 1862. Les puits artésiens des oasis méridionales de l’Algérie, seconde édition, Alger.

Bisson J. 2003. Mythes et réalités d’un désert convoité : Le Sahara, L’Harmattan.

Bousquet B. 1996. Tell-Douch et sa région. Géographie d’une limite de milieu à une frontière d’Empire, Documents de Fouilles de l’Institut Français d’Archéologie Orientale, 31, Le Caire.

Briois F., Midant-Reynes B., Marchand S., Tristant Y. Wuttmann M., De Dapper M., Lesur J., Newton C. 2012. Neolithic occupation of an artesian spring : KS043 in the Kharga Oasis, Egypt, Journal of Field Archaeology 37 (3), 178-191.

Caton-Thompson G. (1952). Kharga oasis in prehistory, Londres, Athlone Press.

Crépy M.2016 – Les Paysages du vent : géohistoire et géoarchéologie de la dépression de Kharga (désert Libyque, Égypte) du cinquième siècle avant notre ère à nos jours, thèse de doctorat, Université de Lyon, non-publiée.

Crépy M. et Callot Y. à paraître en 2017. Du vent, de l’eau et des hommes. Le bassin sud de l’oasis de Kharga de la XXVIIe dynastie à nos jours, Cahiers de la Céramique Égyptienne 11 : La céramique du désert occidental de la fin du Néolithique à l’époque arabe. La Marmarique, le Wadi Natroun et les oasis de Siwa, Bahariya, Dakhla et Kharga. IFAO.

Ibn Khaldoun 1332-1406, traduction de 1856. Histoire des Berbères et des dynasties musulmanes de l’Afrique Septentrionale, vol. III, Alger, Imprimerie du Gouvernement, 1856, trad. W. Mac Guckin de Slane.

Mellion A. 1890. Le Désert, Hachette, Paris.

Pein T. 1871. Lettres familières sur l’Algérie – Un petit Royaume Arabe, Ch. Tanera, Paris.

Reclus É. 1886. Nouvelle géographie universelle : la terre et les hommes – Tome XI L’Afrique septentrionale, deuxième partie, Hachette, Paris.

Shaw T. 1738. Travels or Observations Relating to Several Parts of Barbary and the Levant, Oxford.

Trousset P. 1986. Les oasis présahariennes dans l’Antiquité : partage de l’eau et division du temps, Antiquités africaines 22, 163-193.

L’auteur

Maël Crépy est docteur en géographie, spécialiste des interactions entre hommes et environnement sur le temps long en milieux arides et chercheur associé à l’UMR 5133-Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Maël Crépy. Plongées en eaux troubles et records d’apnée au Sahara, ArchéOrient - Le Blog, 10 mars 2017, [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/7207

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *