Comprendre les sociétés passées: étude techno-expérimentale des productions textiles

L’industrie textile (on entendra ici par textile toute construction réalisée à partir de l’enchevêtrement ordonné ou non de fibres, englobant donc étoffes * et tissus *), considérée au travers de ses relations avec de nombreux autres systèmes techniques, est un outil privilégié d’analyse des changements socio-économiques et culturels des sociétés. Pour la Préhistoire et la Protohistoire, son analyse passe nécessairement par une approche technologique et fonctionnelle. Il s’agit de dépasser la seule prise en compte des produits (étoffes, fils…), dont la conservation est par trop aléatoire, pour chercher à identifier les outils intervenant à différentes étapes des chaînes opératoires.

 

Valeurs utilitaires et symboliques

Les textiles sont omniprésents dans la plupart des sociétés anciennes et modernes. La réalisation d’étoffes peut être comprise en individualisant une série de chaînes opératoires plus ou moins complexes, faisant appel à de nombreux acteurs, depuis l’acquisition des fibres jusqu’à l’étoffe achevée. À l’exception du feutre et des écorces battues, elles doivent d’abord passer par la réalisation d’une importante quantité de fils, donc d’une production en amont.

De fait, les produits textiles sont régulièrement investis d’une forte valeur matérielle qui se traduit aussi bien dans leur gestion – entretien, réutilisation et/ou recyclage – que dans la place qu’ils peuvent prendre au sein de systèmes d’échanges de biens.

La diversité des fonctions utilitaires textiles est souvent doublée d’une valeur symbolique ou ostentatoire. Les témoignages ethnologiques, les textes des auteurs antiques, montrent que dans de nombreuses sociétés les activités textiles, et en particulier le filage et le tissage, sont riches de valeurs symboliques. Au même titre, les textiles eux-mêmes peuvent avoir une valeur particulière (Potlash*, bilum*…).

Des indices sont perceptibles à travers l’outillage lié à ces productions : nous verrons plus bas comment de petits disques d’argile permettent de réaliser des cordelettes aux aspects visuels très variés. Or, ce qui peut sembler un simple choix esthétique peut parfois se révéler plus complexe : cette variété visuelle peut illustrer l’identification de clans, de familles, de corps de métier, à l’instar des kumihimo * au Japon.

 

Une production liée aux ressources environnementales

Les productions textiles sont fortement liées aux ressources environnementales, tant dans la nature des fibres, et par conséquent dans les techniques permettant leur transformation, que dans la nature des outils mobilisés au sein des différentes étapes des chaînes opératoires.

Dans un contexte européen tempéré, une importante variété de fibres est disponible : végétales tels que clématites, orties, genêts, lin, carex, libers * de tilleul, de peuplier, de saule… ou animales comme les poils de cheval, de chèvre, de blaireau, laine de mouton (on ne peut parler de laine qu’à partir de l’Âge du bronze), byssus *….

 

Une recherche encore peu avancée

Les représentations actuelles de l’histoire des techniques textiles maintiennent les périodes très anciennes dans un flou où se mêlent des présupposés rarement discutés tels que la prédominance absolue des produits d’origine animale – peaux et tendons – dans la Préhistoire ; la quasi absence de vêtements dans les représentations d’Homo neanderthalensis (et que dire d’Homo heidelbergensis), contrastant avec les élégants vêtements de peau de H. sapiens sapiens…, sans compter des imprécisions importantes (l’ancienneté de certaines techniques par exemple).

La remise en question de ces présupposés et l’établissement d’un programme de recherche en histoire des techniques textiles constituent un objectif majeur dans l’optique d’une meilleure compréhension des sociétés de la Préhistoire et de la Protohistoire.

Nous présentons ici deux exemples qui illustrent parfaitement les apports d’une approche techno-fonctionnelle à la connaissance des industries textiles pré- et protohistoriques, approche qui ne prend toute son efficacité qu’une fois détachée de tous préjugés limitant les hypothèses explorées dans l’analyse d’objets parfois énigmatiques ou faussement simples.

 

Des disques à perforations multiples

Des disques de terre cuite, de section plate, présentant deux à huit perforations, ont été découverts ponctuellement dans certains sites datant du Néolithique, de l’Âge du Bronze, et plus occasionnellement de l’Âge du Fer, en Italie (Orthucchio, Abruzzes, inédit), dans le monde égéen et en Albanie (site de Sovjan). Quelques interprétations avaient été proposées, toutefois sans réelle considérations morphologiques ni fonctionnelles (couvercles d’encensoirs, poids de filets de pêche), mais aucune étude approfondie n’avait été menée. Leur présence en association avec d’autres objets dédiés aux activités textiles (fusaïoles, pesons) nous a conduite à mener une analyse détaillée de ces objets (Cheval, 2012).

Une recherche de données ethnographiques a permis d’identifier des objets similaires. Ces exemples, tirés de contextes mauritaniens (B. Vandoosselaere, information orale 2006) et du Sénégal (Thilmans, 1979 ; Mandiomé, 2010), fournissaient une hypothèse de fonctionnement liée à la production de cordelettes.

Une expérimentation a été menée sur un corpus de 16 reproductions de ces disques, afin de reproduire en double exemplaire chaque type rencontré sur le site de Sovjan (section/ nombre de perforations). L’objectif était de comprendre la localisation des polis observés sur les originaux. À la lumière des descriptions ethnographiques et de la corderie traditionnelle, nous avons enfilé les fils de chaîne un par un dans les perforations des répliques de disque. Ils ont ensuite été fixés par l’une des extrémités à un point stable, l’autre extrémité attachée à la ceinture permettant ainsi de réguler la tension au fur et à mesure du travail. Une fois ce dispositif installé, nous avons appliqué une rotation aux disques, tout en faisant passer un fil de trame à chaque rotation (fig. 1), ce qui a permis de produire des cordelettes dont le motif variait selon le nombre de perforations présentes sur les disques.

Figure 1 : Disques à cordeler de Sovjan, et leurs reproductions expérimentales mis en situation.

Figure 1 : Disques à cordeler de Sovjan, et leurs reproductions expérimentales mis en situation.

Suite à une utilisation répétée des disques expérimentaux, on a pu observer une série de stigmates permettant de déterminer les traces caractéristiques de ce type d’usage (fig.2).

La confrontation avec le matériel archéologique a permis de vérifier la bonne concordance des stigmates et tend à confirmer l’hypothèse de fonctionnement envisagée.

Cette démonstration a permis d’établir la fonction de ces outils et leur fonctionnement. Elle a permis également de mettre en évidence une industrie dont les produits, par nature périssables, ne nous sont pas parvenus. De prochaines investigations autour de la genèse et de l’histoire de cette technique particulière, que l’on ne connaît à ce jour que dans deux contextes distincts (Néolithique et Protohistoire du monde méditerranéen et période sub-contemporaine en Afrique), permettront de mieux saisir la place de ces productions dans les systèmes techniques qui nous intéressent et de comprendre les raisons de leur diffusion apparemment limitée dans l’espace et de leur pérennité ou de leur réinvention dans le temps.

Figure 2: Traces d’usure observées sur les artefacts et les reproductions expérimentales – 2a: Cordelettes réalisées avec deux disque à double perforation – 2b: Localisation des lustres accentués sur la face sortante des disques – 2c: Lustres obtenus sur un disque expérimental – 2d: Cordelettes réalisées avec un disque à 4 perforations (en haut) et 3 perforations (en dessous).

Figure 2: Traces d’usure observées sur les artefacts et les reproductions expérimentales – 2a: Cordelettes réalisées avec deux disque à double perforation – 2b: Localisation des lustres accentués sur la face sortante des disques – 2c: Lustres obtenus sur un disque expérimental – 2d: Cordelettes réalisées avec un disque à 4 perforations (en haut) et 3 perforations (en dessous).

 

Des lames en bois et en os…

Un second exemple concerne cette fois l’étape du tissage. En effet, l’un des outils associés à certaines techniques de tissage, la lame de tissage, représente un moyen intéressant de progresser dans la connaissance des fibres et des fils utilisés à différentes périodes.

Cet outil, dont la fonction est de tasser les fils de trame entre les nappes de fils de chaîne, n’a souvent fait l’objet que de mentions discrètes et de descriptions morphologiques. Largement documenté dans l’iconographie, la littérature ethnographique et les textes anciens, il a longtemps été absent de la réflexion des archéologues. Le tissage était alors essentiellement entrevu au travers des pesons de métiers (Carington-Smith, 1975 ; Cheval 2011) qui, bien que porteurs d’informations précieuses, ne permettaient que des hypothèses sur la nature des fibres et des fils tissés.

Sur la base d’une expérimentation portant sur un corpus de 9 lames utilisées comme lames de tissage et d’une comparaison avec les traces mises en évidence pour d’autres fonctions (Sénépart, 1992 ; Legrand, 2003; Maigrot, 2004), nous avons pu établir les stigmates diagnostiques de ce fonctionnement (Cheval 2011, 2013). Il est ainsi possible, sans préjuger de la fonction d’outil dont la morphologie est relativement ubiquiste, de réévaluer l’interprétation d’objets issus de différents contextes sur la base de critères objectifs. Ce type d’investigation doit permettre de renforcer notre connaissance des premières attestations des techniques de tissage dans les périodes anciennes. Par ailleurs, dans la mesure où ces outils sont en contact direct avec les fibres et fils travaillés (contrairement aux pesons de métiers et fusaïoles) il est possible d’envisager la détermination de ces derniers par l’analyse des micropolis d’usure reconnus sur les outils. C’est alors tout un champ nouveau qui s’ouvre à notre analyse.

Lors de cette expérimentation, des outils ont donc été façonnés dans différents matériaux (pin, bois de cervidé, côtes et fémurs de bovidé, métapodes de chevreuil et de mouton). Ces outils ont ensuite été utilisés pour tasser des fils de différentes natures : lin (Linum angustifolium/ L. usitatissimum), ortie (Urtica dïoica), liber de tilleul (Tilia cordata), laine de mouton de Soay.

Des polis bifaciaux sont rapidement apparus au niveau des zones de contacts (fig. 3).

Figure 3 : Représentation du geste effectué avec la lame de tissage et des zones de contact qui en résultent selon la section de l’outil.

Figure 3 : Représentation du geste effectué avec la lame de tissage et des zones de contact qui en résultent selon la section de l’outil.

Dans le cas des lames en os sur métapodes, le poli se localise surtout sur la face supérieure (face périostique) des pièces alors que la face inférieure (canal médullaire) est en contact sur une surface plus réduite avec les fils et présente donc des traces moins développées. Selon la largeur des chaînes, les zones de poli peuvent être plus ou moins larges. L’observation de tous les outils aux différentes échelles (macro-, méso- et microscopique) a permis d’identifier une série de traces caractéristiques :

– le lustre (visible à l’œil nu) varie d’un aspect légèrement plus terne pour les outils ayant travaillé uniquement la laine, à un aspect verni pour ceux ayant travaillé les fils de lin épais. Il renvoie à la formation d’un poli couvrant de coalescence douce et de texture lisse.

– des faisceaux de très fines stries parallèles se forment sur la zone de contact entre la lame et les fils de chaîne, perpendiculairement à l’axe longitudinal de l’outil. Bien que notre référentiel soit encore limité, on a pu constater que les stries marquées sur les objets ayant travaillé la laine et le fil d’ortie sont plus diffuses que celles résultant du travail du lin.

Les stigmates ne se marquent pas de la même manière selon la nature de l’outil : pour l’heure le référentiel des lames en bois n’est pas encore suffisamment développé, cependant les traces s’y lisent mal ; une lame de pin ayant plus de 50 heures de frottement contre des fils de chaîne en laine est à peine marquée. En effet, si l’on identifie à l’œil nu de petites plages de poli luisantes, les stries sont en revanche assez difficiles à diagnostiquer, comme si l’élasticité de la matière avait limité l’empreinte des fils. Par ailleurs, le pin s’use vite, et la matière a tendance à s’arracher. D’autres lames expérimentales en bois sont en cours d’usure (buis, chêne, bouleau). Sur l’os les traces se forment plus rapidement et sont plus contrastées. Le bois de cerf enregistre les traces d’usure moins rapidement moins vite, cependant les traces restent assez similaires à celles observées sur l’os, quoique sensiblement plus diffuses (fig 4).

Figure 4 : Exemplaires expérimentaux (métapode de mouton à gauche, bois de cerf à droite) ayant travaillé du lin (fil simple).

Figure 4 : Exemplaires expérimentaux (métapode de mouton à gauche, bois de cerf à droite) ayant travaillé du lin (fil simple).

La confrontation de ces résultats avec le matériel archéologique a permis de mettre en évidence l’existence de ce type d’outils dans plusieurs contextes : St Benoît (Alpes de Haute Provence, France ; Coiffard, 1964), Le Coste (Abruzzes, Italie ; Radi, 1995) et la Grotta dei Piccioni (Abruzzes, Italie ; Cremonesi, 1976).

Pour la plupart des objets étudiés, les polis restent très peu étendus en largeur, ce qui tend à démontrer un travail sur des chaînes relativement étroites, par exemple celles de petits métiers à sangle souvent employés pour la réalisation de rubans, avec des tissages aux tablettes (fig.5). En revanche, pour la lame de Le Coste (Cheval & Radi, 2013), polis et stries sont situés sur toute la longueur de l’objet. La répartition est donc plus proche de celles observées sur les lames expérimentales ayant travaillé sur des chaînes larges réalisées sur les grands métiers verticaux à pesons.

Figure 5 : Fac-similé de métapode à poulie employé pour un tissage aux tablettes (laine).

Figure 5 : Fac-similé de métapode à poulie employé pour un tissage aux tablettes (laine).

Deux pistes de recherches peuvent être identifiées concernant ces outils : (1) renforcer le référentiel pour affiner le diagnostic, y compris par confrontation avec d’autres fonctions envisageables pour des outils de cette morphologie, et pour tenter de préciser l’identification des fibres par les micropolis et (2) élargir le corpus archéologique au-delà du test initial afin d’évaluer la répartition de ces outils dans le temps et dans l’espace.

 

En conclusion


L’approche fonctionnelle renouvelle profondément nos connaissances de l’outillage textile et, sur les bases de celle-ci, une révision des données permet d’ébaucher les premiers éléments d’une histoire des techniques textiles qui reste encore à préciser.

Si l’on peut d’ores et déjà brosser une esquisse plus complexe de l’histoire des technique textiles que celle admise auparavant, le renforcement de ces connaissances va également permettre de se tourner vers des périodes plus anciennes que celles des plus anciens textiles conservés et des traces écrites. Cela passe nécessairement par une recherche systématique permettant la reconnaissance d’outils insoupçonnés participant aux productions textiles. Cela passe aussi par un effort pour se libérer du carcan de présupposés concernant l’ancienneté de ces productions et de certaines techniques.

 

Bibliographie

Carington Smith J. 1975. Spinning, Weaving and Textile Manufacture in Prehistoric Crete, University of Tasmania (Hobart). Ph. D.

Cheval C. 2011. Le matériel de tissage, analyse et expérimentation – Le monde égéen dans son contexte européen. Paris, Thèse – Université de Paris 1- Panthéon Sorbonne.

Cheval C. 2012. Une utilisation des disques perforés en terre cuite. – La série de Sovjan en Albanie méridionale. Bulletin de la Société Préhistorique Française 109, 157-160.

Cheval C., Radi G. 2013. Critères de détermination du travail des végétaux par l’analyse de l’outillage lié aux industries textiles – l’exemple des lames de tissage, In P. Anderson, C. Cheval, A. Durand (éds), Regards croisés sur les outils liés au travail des végétaux – XXXIIIe Colloque International d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, 23-25 octobre 2012, APDCA., Antibes, 323-339.

Coiffard P. 1964. Une station néolithique au vallon de Beauregard (Orgon, Bouches-du-Rhône). Cahiers ligures de préhistoire et d’archéologie 13 fasc, 1, 119-124 .

Cremonesi G. 1976. La Grotta dei Piccioni di Bolognanonelquadro delle culture dalNeoliticoall’EtàdelBronzo in Abruzzo, Pisa, Giardini.

Legrand A. 2003. Concordance des formes et des fonctions- étude techno-fonctionnelle des poinçons en os de Khirokitia (Néolithique pré-céramique, Chypre), Préhistoires Méditerranéennes, 189-196.

Maigrot Y., Martineau R. 2004. Les outils en os utilisés dans la fabrication des poteries néolithiques de Chalain 4 (Jura). Expérimentation céramique et étude tracéologique, In P. Bodu& C. Constantin (éds.), Approches fonctionnelles en Préhistoire, Actes du XXVe Congrès préhistorique de France, Nanterre, 24-26 novembre 2000, 83-95.

Mandiomé T. 2010. La céramique dans l’espace sénégambien: Un patrimoine méconnu, Études Africaine, Paris.

Radi G. 1995. Le Coste: stazionidell’eneolitico e della media eta’delbronzonelFucino (Pescina, L’Aquila), Origini – Preistoria XIX, 415-445.

Sénépart I. 1992. Les industries en matière dure animale de l’épipaléolithique au néolithique final dans le sud-est de la France, Paris X, Nanterre.

Thilmans G. 1979.Les disques perforés en céramique des sites protohistoriques du fleuve Sénégal, Notes Africaines 162, 29-35.

 

Glossaire
Bilum : Sac réalisé par les femmes à partir de fibres végétales non filées, en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Indispensable, aux usages multiples, il est employé par les femmes (sans décors) pour porter leur enfants, les produits de la cueillette et par les hommes. Il comprend parfois des éléments ajoutés tels que des plumes, coquillages… Ces sac sont utilitaires mais également porteurs d’une forte signification symbolique, personnelle, sociale, et culturelle.

Byssus : Fibres sécrétées par certains mollusques bivalves leur permettant d’adhérer au substrat. Pour le textile, c’est la Grande Nacre (Pinna nobilis) qui est employée. Les fibres, d’une grande finesse, une fois traitées, sont mordorées. Le byssus fut parfois appelé soie marine.

Étoffe : Toute construction réalisée à partir de l’enchevêtrement ordonné ou non de fibres (c’est le cas du feutre), et à partir de l’entrelacement plus ou moins complexe de fils de chaîne et de trame ou même seulement de chaîne (sprang).

Kumihimo : Le mot kumihimo signifie assemblage (kumi) de fils (himo). Ces « tressages » sont faits de fils de soie à l’aide de petits métiers en bois (marudai) où chaque fil est entouré sur des petites bobines de bois. Les motifs très complexes étaient un moyen de marquer le rang social.

Liber : Définit le tissu végétal cellulaire de la tige, de la racine ou de l’écorce d’une plante. Ici, le terme liber désigne les fibres recueillies sur la partie interne des écorces.

Potlash : Cérémonie de dons-contre dons. Chez les Salish (Ouest Canada) de grandes couvertures cérémonielles en poils de chèvre des montagnes et de chien laineux étaient tissées pour l’occasion. Elles témoignent du statut et de la richesse de leur propriétaire.

Sprang : Terme d’origine danoise qui désigne à la fois l’acte technique et son produit. Il est réalisé uniquement avec des fils de chaîne, croisés. La densité de la résille ainsi créée, est très variable allant de l’apparence d’une étoffe à celle d’un filet.

Tissu :  Entrelacement d’un ou plusieurs fils de trame entre un minimum de deux nappes de fils de chaîne.

 

L’auteur

Carole Cheval est docteur en Préhistoire et dessinatrice scientifique & muséographe.
Elle est rattachée à l’UMR 7041 – ArScAn Protohistoire égéenne, MAE, Nanterre.
Blog : http://carolecheval.artcheograph.fr/Blog/ artcheograph.fr
Dessin & archéologie : artcheograph.fr

Pour citer ce billet : Carole Cheval. Comprendre les sociétés passées: étude techno-expérimentale des productions textiles, ArchéOrient - Le Blog, 3 mars 2017, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/7166

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *