LabCom GEO-HERITAGE: pour une meilleure gestion du patrimoine archéologique

Qu’est-ce qu’un LabCom ?

« LabCom » est simplement la forme contractée de « Laboratoire Commun », une structure basée sur un partenariat entre un laboratoire de recherche public et une entreprise privée. Il y a en effet de nombreux domaines (ingénierie, pharmacie, biologie, etc.) dans lesquels ces deux types de structure peuvent trouver des intérêts communs. Les laboratoires de sciences humaines et sociales peuvent sembler à première vue moins concernés par ce type de partenariat. Ils le sont pourtant car de nombreux outils mis en œuvre pour faire de la recherche nécessitent une forte interdisciplinarité et peuvent faire l’objet d’innovations, comme l’a montré le salon « Innovatives SHS » dont la troisième édition aura lieu à Marseille en mai prochain.

La construction d’un laboratoire commun repose sur la mutualisation de moyens humains, d’équipements ainsi qu’un apport financier émanant de l’entreprise, ce qui paraît logique lorsqu’on connaît les budgets des laboratoires de recherche publics. Cependant, afin d’encourager de nouveaux partenariats, l’Agence Nationale de la Recherche a lancé en 2013 un programme ANR « LabCom » avec pour objectif la création d’une centaine de partenariats. Cet appel d’offre permet aux laboratoires de disposer d’un fonds de départ équivalent à celui que l’entreprise choisie est prête à mettre dans l’aventure.

Considérant les domaines de recherches couverts par le laboratoire Archéorient en archéologie et en sciences appliquées à l’archéologie, notre choix de partenariat s’est naturellement orienté vers une entreprise française travaillant en archéologie préventive, la société Éveha, et plus spécifiquement sa filiale internationale Éveha International dont les activités de terrain recouvrent une partie des zones d’études d’Archéorient.

Le LabCom GEO-HERITAGE

Face au développement de l’immobilier et des infrastructures de nombreux pays, il devient important de mettre en place des stratégies visant à appréhender le plus en amont possible la question de l’étude et de la sauvegarde du patrimoine, en prenant en compte les spécificités administratives et juridiques qui encadrent le fonctionnement de l’archéologie préventive de ces pays.

Les pays hors Union Européenne n’ont pas signé la convention de Malte (excepté la Turquie), ni une convention équivalente (Braemer, 2011). D’un point de vue administratif et logistique, l’archéologie préventive y souffre donc d’un retard considérable par rapport aux pays occidentaux: cette situation pousse souvent les services des Antiquités de ces pays, seuls responsables des fouilles d’urgence avec parfois peu de moyens humains et financiers, à anticiper les questions de gestion du patrimoine afin de ne pas être surpris par l’ouverture de nouveaux chantiers dans des zones mal connues. Une telle démarche ne se substitue pas au diagnostic archéologique tel qu’il est pratiqué en France (la question de l’utilisation de la géophysique dans le diagnostic avait déjà été évoquée dans un précédent billet). Malheureusement, beaucoup de pays n’ont pas la chance de pouvoir procéder à une vérification aussi systématique et détaillée du patrimoine archéologique avant l’engagement de travaux.

Dans ce contexte, la reconnaissance par des méthodes géophysiques, couplée aux autres méthodes de prospection archéologique, constitue une approche préliminaire déterminante pour la gestion du patrimoine archéologique (Benech, 2016). Les entreprises de construction sont elles aussi particulièrement intéressées par ce type d’approche et se montrent de plus en plus enclines à les financer. Elles peuvent en effet leur permettre d’éviter d’engager des travaux sur des parcelles où la richesse des niveaux archéologiques risque d’entraîner des opérations de fouille importantes, et ainsi de retarder les travaux et entraîner un surcoût, voire un gel de la parcelle si les vestiges se révèlent particulièrement importants.

Géophysique, géomatique et géomorphologie sont les trois domaines de recherche sur lesquels porteront les efforts du LabCom pour une meilleure gestion du patrimoine archéologique

Le LabCom GEO-HERITAGE réunit les compétences complémentaires de l’UMR 5133 Archéorient et de la Société Éveha pour développer des outils et des logiciels d’analyse plus adaptés au contexte de l’archéologie préventive et pour proposer aux services des antiquités locaux une approche intégrante et unifiée des différentes disciplines qui permettent d’évaluer le potentiel archéologique d’un secteur, favorisant ainsi la reconnaissance générale d’un site. Les efforts en recherche et développement porteront sur l’adaptation technique des appareillages géophysiques à des terrains et des contextes géographiques variés et parfois difficiles d’accès, avec une interface logicielle permettant d’intégrer et de comparer les différentes sources de données, et enfin d’engager une réflexion sur la complémentarité des différents moyens d’investigation (géophysique, géomorphologie et géomatique) en développant en logiciel libre des plugins d’intégration de ces données pour les SIG.

Concrètement, des spécialistes de chaque discipline travailleront ensemble sur un programme en recherche et développement défini par la feuille de route du projet : les axes majeurs porteront sur la portabilité des appareillages géophysiques et sur le développement de logiciels permettant d’automatiser le traitement des données géophysiques et géomorphologiques tout en travaillant sur une meilleure intégration de ces résultats dans la documentation archéologique à travers les SIG.

Bibliographie

Benech C. 2016. Preventive Archaeology and Geophysics in Near and Middle East: Past, present and perspectives, in: F. Boschi (Ed.), Looking to the Future, Caring for the Past: Preventive Archaeology in Theory and Practice. Bononia University Press, Bologna, pp. 167–180.

Braemer F., Angevin R. 2011. L’archéologie en Méditerranée : situation internationale, évolutions  : Rapport de mission à l’attention des directions de l’Ecole française de Rome et de l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS. <halshs-00602463>

L’auteur

Christophe Benech est Chargé de Recherche au CNRS. Spécialiste en géophysique appliquée à l’archéologie. UMR 5133-Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Christophe Benech. LabCom GEO-HERITAGE: pour une meilleure gestion du patrimoine archéologique, ArchéOrient - Le Blog, 24 février 2017, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/7151

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 24 février 2017

    […] Qu’est-ce qu’un LabCom ? « LabCom » est simplement la forme contractée de « Laboratoire Commun », une structure basée sur un partenariat entre un laboratoire de recherche public et une entreprise privée. Il y a en effet de nombreu  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *