Hommage à Olivier Pelon

Olivier Pelon à la Maison de l'Orient en 2005 (photo C. Delmas)

Olivier Pelon à la Maison de l’Orient en 2005 (cliché C. Delmas)

Olivier Pelon a quitté ce monde dans la nuit du 23 octobre dernier à Athènes, à l’âge de 78 ans. De retour de sa  dernière mission à Malia en Crète orientale, il s’était arrêté quelques jours à l’École française pour y déposer le manuscrit du tome VI du Palais de Malia, auquel il venait de mettre la dernière main : il aura été, littéralement, un chercheur en activité jusqu’à son dernier jour.

Les membres de la Maison de l’Orient et du laboratoire Archéorient, deux institutions auxquelles il a appartenu dès leur création respective en 1975 et 2003, souhaitent rendre hommage à leur collègue et à son parcours professionnel. Si j’endosse la responsabilité de rédiger ces lignes en leur nom, c’est que je connaissais Olivier Pelon depuis longtemps, pour avoir été jadis l’une de ses « thésardes » – c’est d’ailleurs lui qui m’avait généreusement proposé comme sujet l’un de ses propres dossiers, la nécropole mycénienne de Médéon de Phocide, qu’il avait fouillée sous la direction de Claude Vatin en 1962-63, dès son arrivée à l’École d’Athènes. J’ai aussi partagé avec lui, à plusieurs reprises au cours de ces dernières années, la maison de fouille de l’École française à Malia ; une certaine camaraderie avait peu à peu remplacé la relation quasi filiale que les doctorants entretiennent, de manière plus ou moins distante, avec leur directeur de thèse. Cependant, comme tous les étudiants qui ont bénéficié de son enseignement, je garde un souvenir très vif de ses cours et il restera pour moi, avant tout, mon professeur d’archéologie. Lui-même accordait du reste une grande importance à son métier d’enseignant, exercé durant près de quarante ans à l’Université de Lyon (1969-1999, puis comme professeur émérite jusqu’en 2008). Mais j’y reviendrai plus bas. Pour l’heure, j’aimerais préciser que ceci n’est pas une présentation exhaustive de la carrière d’Olivier Pelon. Une notice circonstanciée a paru dans Le Monde du 21 novembre 2012, ceux qui le souhaitent pourront s’y reporter. Je m’attacherai plutôt à évoquer sa mémoire (avec l’aide de quelques uns de ses anciens collègues et étudiants, que je remercie au passage de leur collaboration) et à souligner certains aspects de sa contribution scientifique à l’archéologie égéenne, qui constituait son domaine de prédilection.

En effet, malgré les nombreuses campagnes de fouilles qu’il a conduites à Porsuk, en Cappadoce méridionale (Turquie), fouilles reprises ensuite par Dominique Beyer, la plus grande partie de ses recherches a porté sur la Grèce de l’âge du Bronze. Pour rappel, c’est à lui qu’on doit le long article de l’Encyclopedia Universalis sur le monde égéen.

Fig_04_voïdokilia

Tombe à tholos et tumulus de Voïdokilia (© G.E. Korrès/Société Archéologique d’Athènes)

Dans sa thèse d’État, consacrée aux tombes circulaires de l’âge de Bronze égéen (Pelon 1976), il avait proposé d’expliquer la genèse des tombes à tholos mycéniennes (grandes chambres en forme de ruche protégées par un tumulus de terre) comme une fusion entre les tombes circulaires de type crétois et les tumuli helladiques. Cette théorie s’est trouvée validée plus tard par les fouilles de l’archéologue grec Georgios Korrès à Voïdokilia en Messénie (Grèce du sud-Ouest), où une tombe à tholos mycénienne a été découverte au milieu d’un tumulus plus ancien. Olivier Pelon a d’ailleurs toujours suivi les progrès de la recherche sur les tombes à tholos et a publié, à deux reprises, des mises à jour de son travail dans la revue Topoi (Pelon 1994 et 1998).

C’est toutefois à Malia et à la Crète minoenne qu’il a consacré l’essentiel de sa carrière, fouillant d’abord le bâtiment Epsilon (Pelon 1970), puis publiant le palais (Pelon 1980) et effectuant de nombreux sondages sous les sols de cet édifice, à la recherche d’un premier état remontant au Minoen moyen et à d’éventuels prédécesseurs. Ces recherches devaient faire l’objet du tome VII de la série consacrée au palais de Malia, qui était en préparation.

Son arrivée à Malia a correspondu à un changement drastique des méthodes de fouille : il s’est efforcé d’établir une séquence détaillée des différentes phases d’occupation du site, non plus selon l’évolution typologique de la céramique mais bien selon les couches stratigraphiques, pour dépasser la distinction sommaire faite par les premiers fouilleurs entre « Première époque » et « Seconde époque ». En 1966, l’École française avait même temporairement “importé” sur le site, à sa demande, le contremaître des fouilles d’Argos, Nikos Trikaliotis, spécialiste de “stromatographie” !

Site archéologique de Malia (la Maison Epsilon est en bas à gauche)

Site archéologique de Malia (la Maison Epsilon est en bas à gauche) (© EFA)

Pendant la fouille, Olivier Pelon ne quittait pas le chantier – sauf pour la pause du petit-déjeuner à 8h – et conduisait les travaux en collaboration avec ses assistants, principalement le Berlinois Veit Stürmer, mais aussi avec ses ouvriers crétois : il connaissait les qualités et les défauts de chacun (les minutieux mais lents, les rapides mais un peu brouillons…) et les plaçait dans les différents sondages selon leurs compétences. Lui qui donnait l’impression d’être plus à l’aise avec un stylo qu’avec une truelle, il était d’abord, à Malia, un homme de terrain. D’ailleurs, il ne s’était pas fait prier pour prospecter avec Anne Schmitt, actuelle directrice de la Maison de l’Orient, les environs accidentés du site archéologique, après lui avoir confié la tâche d’identifier les matériaux de construction du palais.

Détail du palais de Malia

Le palais de Malia (© EFA)

C’est de haute lutte qu’il avait obtenu la direction de ses chantiers maliotes, après des débuts difficiles : à son arrivée comme jeune membre de l’EFA, il avait été fort mal accueilli par Henri van Effenterre, maître incontesté des lieux à cette époque. Olivier Pelon racontait parfois des épisodes de cet antagonisme notoire aux occupants de la maison de fouille, réunis le soir autour de la table commune. Nous savourions surtout le passage où il évoquait sa fuite clandestine à Athènes pour aller requérir l’appui du directeur de l’époque, Georges Daux ; à leur retour à Malia, ce dernier avait prudemment attendu pour intervenir, caché derrière un caroubier, que la fureur de Van Effenterre se calme !

Ces péripéties, qui paraissent amusantes avec le recul, avaient véritablement traumatisé le jeune Olivier, mais c’est peut-être grâce au mal qu’il avait eu à se tailler une place à Malia qu’il a aimé plus tard y séjourner pour conduire ses campagnes d’étude. Il appréciait les petits bonheurs de la vie en Crète, entre autres la baignade en fin de journée, le traditionnel déjeuner du dimanche dans les tavernes de montagne et la cuisine d’Eleni, notre intendante locale, efficacement initiée par Françoise Pelon aux secrets du flan caramel…

A Lyon, il se consacrait surtout à ses étudiants : il en a formé des générations entières, dont quelques personnalités du monde archéologique de Lyon, comme Hughes Savay-Guerraz (directeur du musée Gallo-romain de Fourvière), Rémy Boucharlat (Directeur de la mission de Pasargade-Persépolis en Iran et ancien directeur de la MOM), ou encore Pierre Lombard (directeur de la mission française de Bahrein et directeur adjoint du laboratoire Archéorient). Tous ont de lui le souvenir d’un très bon professeur, qui dispensait des leçons de haut niveau, bien structurées et bien illustrées. Son CM du samedi matin à 8h à la Maison de l’Orient faisait salle comble, c’est tout dire ! Georges Rougemont se souvient qu’un jour, en passant récupérer un dossier dans son bureau, il avait entendu Olivier Pelon donner son cours par la porte restée entrouverte, et qu’il était resté incognito une bonne vingtaine de minutes dans le couloir, captivé par la qualité de son élocution et de son exposé.

Les étudiants rapportent aussi le soin qu’il mettait à suivre leurs mémoires et leurs thèses, son exigence et sa sévérité (il était tatillon sur la forme), mais aussi son impressionnante érudition, son ouverture d’esprit dans les discussions de fond et, surtout, son réel souci de leur avenir. Au moment de son départ à la retraite, il avait refusé le traditionnel volume de mélanges dont le projet était en gestation et avait tenu à rassembler lui-même des contributions écrites par ses étudiants de maîtrise et de doctorat, dans l’idée de leur mettre le pied à l’étrier avec un premier article. Ces travaux, qui lui ont demandé un gros investissement de temps et d’énergie, ont paru à la Maison de l’Orient (Barthomeuf et al. 2004). Certains de ces étudiant(e)s avaient du reste gardé un contact régulier et étaient reçus chez lui une ou deux fois par an.

D’une manière générale, il s’efforçait de soutenir chacun dans la voie qu’il s’était choisie, même si elle s’éloignait de ses propres intérêts, comme en témoigne l’anthropologue Frédérique Blaizot, qui a bifurqué après une maîtrise en archéologie égéenne à Lyon : c’est bien grâce à Olivier Pelon qu’elle a pu conduire à Porsuk sa première étude sur les squelettes de la nécropole et publier son premier article en solo (Blaizot 1999). Pierre Lombard, de son côté, se souvient de lui avoir fait part avec un peu d’appréhension de son désir de travailler plutôt sur la péninsule d’Oman, et d’avoir eu la bonne surprise de recevoir son approbation et son aide, sans l’ombre d’un ressentiment, pour trouver un directeur de thèse spécialiste de cette région du monde.

La Maison de l’Orient doit aussi à Olivier Pelon l’enrichissement du fonds égéen de sa bibliothèque, devenue au cours des années quatre-vingt la plus complète de France dans ce domaine. La diathèque avait été, de même, largement alimentée par ses soins. En 2010, lorsque la généralisation des images numériques l’a rendue obsolète, elle a été transférée au Musée des Moulages et Olivier Pelon avait contribué à préparer son déménagement, content de savoir qu’elle ne disparaîtrait pas purement et simplement. Plus récemment, en février 2011, il avait accepté la proposition de Claudine Maréchal, responsable du Service Communication de la Maison de l’Orient, de présenter la citadelle hittite de Porsuk dans le cadre des conférences Jean Pouilloux (le podcast est en ligne sur le site de l’Université Lumière-Lyon 2).

S’il lui avait sans doute fallu du temps pour se sentir chez lui à la Maison de l’Orient, dans des locaux plutôt spartiates, comparés à la grande salle à parquet et verrière sous les toits de Lyon 3 (qui était à l’époque la Faculté des Lettres de l’Université de Lyon), où il avait pris la succession de Jean Deshayes, Olivier Pelon y laisse l’image d’un homme réservé, mais disponible. Son successeur Olivier Rouault, en particulier, qui a partagé son bureau quelques années, a beaucoup apprécié l’accueil amical qu’il a reçu à son arrivée et Bruno Helly lui voue une reconnaissance éternelle pour l’intérêt qu’il avait manifesté, dès le début, à l’égard de ses travaux de prospection et d’archéologie spatiale en Thessalie – à une époque pas si lointaine où certains “Athéniens” trouvaient que la prospection archéologique était tout juste bonne pour ceux “qui pensent avec leurs mollets” !

Pour terminer, il faut évoquer le fidèle soutien que Françoise Pelon a apporté à son mari, qu’elle avait épousé (je la cite) « non parce qu’il est archéologue, mais malgré le fait qu’il le soit ». Bien que n’ayant pas d’attirance particulière pour le romantisme à la Indiana Jones, elle l’a accompagné à Malia comme à Porsuk, où elle assumait la préparation des repas de l’équipe de fouille dans des conditions de confort plus que rudimentaires. Qu’elle soit ici remerciée d’avoir ainsi contribué, de manière discrète mais efficace, et au détriment de sa propre carrière dans le milieu médical, aux progrès de l’archéologie hittite et minoenne.

Bibliographie

 Barthomeuf D., Clamagirand A.-C., Danrey V., Da Silva K., Lazzarini C., Maquieira A., Marle-Grand B., Repellin T., Tschora N. (sous la direction de O. Pelon) 2004. Studia aegeo-anatolica, TMO 39, Lyon.

 Blaizot F. 1999. L’ensemble funéraire tardo‐antique de Porsuk : approche archéo‐anthropologique (Ulukisla, Cappadoce méridionale, Turquie). Résultats préliminaires, Anatolia Antiqua 7 : 179‐218.

 Pelon O. 1970. Malia. Maison III : Le Quartier Epsilon, Etudes Crétoises XVI, Paris.

 Pelon O. 1976. Tholoi, tumuli et cercles funéraires, BEFAR 229, Athènes-Paris.

 Pelon O. 1980. Le Palais de Malia V (2 tomes), Etudes Crétoises XXV, Paris.

 Pelon O. 1994. Les tombes circulaires dans l’Égée de l’âge du Bronze : état des questions, Topoi 4 : 153-207.

 Pelon O. 1998. Les tombes circulaires dans l’Égée de l’âge du Bronze : état des recherches sur les tombes à tholos, Topoi 8 :  95-158.

L’auteur :
Sylvie Müller Celka est Chargée de Recherche au CNRS.
Archéologue, spécialiste du Monde Egéen.
UMR 5133-Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.


Pour citer ce billet : Müller Celka S. 2013. Hommage à Olivier Pelon, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 29 mars 2013. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/714


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. JE NE PRENDS CONNAISSANCE QU’AUJOURD’HUI DU DECES DE CE CHER OLIVIER PELON QUI FUT MON CONDISCIPLE AU LYCEE JANSON DE SAILLY , DE 1944 A 1951, DE LA 6 EME A LA PHILO… SES QUALITES D’HELLENISTE ET DE LATINISTE LE PREPARAIENT DEJA A SA CARRIERE DE CHERCHEUR.
    JE PRESENTE A TOUS LES SIENS MES PLUS SINCERES CONDOLEANCES.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *