Les textiles funéraires, des objets archéologiques à part entière

Les bandelettes qui enveloppent les momies, perpétuels sujets d’étonnement, font sans doute partie des textiles les plus représentatifs de l’Égypte ancienne. La description, dans le Journal des Goncourt (Goncourt 1867, 129-133), d’une séance de « débandelettage » d’une momie lors de l’Exposition Universelle de Paris illustre l’attrait exercé par ces textiles – attrait qui existe encore de nos jours. Les bandelettes sont connues dès les débuts de l’Egypte pharaonique (vers 2900 av. J.-C.), comme l’atteste la tombe du pharaon Djer à Abydos (Ière dynastie) : on y a trouvé un avant-bras momifié, enveloppé de lin et de quatre bracelets richement ornés (Dunand et al.1998, 21).

Dans la suite, je livre le résultat de quelques réflexions sur l’étude de terrain de ces textiles funéraires. Sur un site archéologique funéraire, les bandelettes sont les premiers textiles visibles et accessibles. Considérées comme des objets archéologiques à part entière, dans leur contexte de fouille, elles contribuent à l’étude et à la compréhension du site au sein d’une démarche pluridisciplinaire. Si on leur applique la même méthodologie que pour tous les autres textiles, les bandelettes peuvent apporter de nombreuses informations, sur les pratiques funéraires, sur les défunts, mais également sur la vie quotidienne.

Fig.1 : Le site, la forteresse et le temple d'El Deir © F. Letellier-Willemin

Fig.1 : Le site, la forteresse et le temple d’El Deir © F. Letellier-Willemin

Les bandelettes des nécropoles du site d’El Deir, fouillé actuellement sous la direction de Gaëlle Tallet, constituent mon matériau d’étude (Fig.1). Le site d’El Deir, au nord de l’oasis de Kharga dans le désert occidental égyptien, se trouve au carrefour de nombreuses pistes qui le relient à la vallée, à l’oasis de Dakhla (formant avec Kharga la Grande Oasis), aux oasis du nord (comme Bahariya, Siwa) et à la Nubie. Il a été occupé de 600 av. J.-C. à 600 ap. J.-C. (Dunand et al., 2010). Son environnement est particulier, isolé en dehors de la vallée, mais aussi témoin et acteur de nombreux échanges sur une période longue et complexe. Dominé par une forteresse datée de l’époque de Dioclétien (284-305), le site possède un petit temple ptolémaïque, de très nombreux parcellaires étendus, des zones de gisements d’alun et d’ocres, six nécropoles (cinq traditionnelles, respectant la religion égyptienne, et une chrétienne), un atelier d’embaumeur, et des ruines non encore identifiées, très probablement d’époque tardive, IIIe -IVe ap. J.-C à en juger par la céramique (Fig.2).

Fig. 2 : L’atelier d’embaumeur © F. Letellier-Willemin

Fig. 2 : L’atelier d’embaumeur © F. Letellier-Willemin

La plupart des textiles sont d’origine funéraire (Dunand et al., 2010, 2012, 2015) et ont été préservés grâce à un environnement extrêmement sec. Ils ont souffert des pillages qui ont eu lieu depuis l’origine du site jusqu’à nos jours et qui compliquent leur étude mais, même fragmentaires, ils restent porteurs d’information. Paradoxalement, ce sont les pillages eux-mêmes qui permettent d’accéder à l’ensemble des textiles de nombreuses momies.

La présence de cette grande quantité de textile exige une approche méthodologique rigoureuse, pour pouvoir se livrer d’abord à une évaluation qualitative et statistique puis à des comparaisons avec les textiles provenant d’autres sites ou appartenant à des momies de personnages identifiés dans les collections des musées. Le travail de terrain repose en premier lieu sur le tri, étape essentielle quasi irréversible. Toutes les bandelettes ne pouvant être retenues, le choix doit représenter statistiquement un corps, une tombe, un caveau, une nécropole. Il faut ensuite documenter le contexte archéologique de chaque bandelette retenue : les autres textiles, le corps, le bois, la vannerie, les bijoux, les amulettes, les cartonnages, le sarcophage. Enfin une fiche technique, avec tous les caractères du textile spécifique de chaque bandelette, est insérée dans la base de données : fibres, fils, tissages, décors, ainsi que les éventuels objets associés tels que fragments de cartonnage adhérant aux fibres, signes d’écriture (Letellier-Willemin 2010, 221), produits d’embaumement, dorure, végétaux… Chaque textile représente la somme de nombreuses interventions humaines, depuis la production de la fibre jusqu’à son utilisation !

Fig. 3 : Trois techniques de « bandelettage » © F. Letellier-Willemin

Fig. 3 : Trois techniques de « bandelettage » © F. Letellier-Willemin

Comment définir une bandelette ? Une bandelette est un textile funéraire constitué d’une bande étroite, de longueur variable. La longueur (jusqu’à 307 cm) répond à son usage, tout comme la largeur. Mais l’enveloppement diffère selon les corps momifiés et les nécropoles. La technique appartient à une période donnée, et sans doute aussi, dans ce contexte funéraire, à des choix esthétiques et économiques de la famille du défunt et de l’atelier d’embaumeur (Fig. 3). Dans le contexte funéraire égyptien traditionnel, seules les fibres végétales sont autorisées, comme le lin et le coton présents sur le site d’El Deir. Les fibres animales, considérées comme impures, font l’objet d’un interdit fondamental, toujours respecté au long des millénaires (Sauneron 1988, 47).

Fig. 4 : Bandelettes traditionnelles en lin et une bandelette chrétienne en coton (la 2e à partir du bas de l’image) © F. Letellier-Willemin

Fig. 4 : Bandelettes traditionnelles en lin et une bandelette chrétienne en coton (la 2e à partir du bas de l’image) © F. Letellier-Willemin

Techniquement, les bandelettes sont toujours fabriquées à partir d’une toile dont les fils sont de torsion S (rotation du fuseau vers la droite lors du filage). Les fils de chaîne, dominants, occupent toujours leur longueur pour plus de tenue. Les bandelettes peuvent se présenter sous l’aspect d’une simple bande, ou d’une bande pliée en deux sur elle-même ou avec deux bords repliés (Fig. 4). Elles possèdent les caractéristiques traditionnelles immuables déjà mises en évidence sur les textiles des premières dynasties (Barber 1991, 145-162). Les franges constituent le seul décor, variable selon la mode du moment. La couleur dépend des tombes et de la période concernée : la plupart des bandelettes sont écrues mais certaines sont teintes (Fig.5).

Fig.5 : Bandelettes de couleur © F. Letellier-Willemin

Fig.5 : Bandelettes de couleur © F. Letellier-Willemin

L’origine des bandelettes constitue une autre source d’information. Deux sortes de textiles sont présentes sur le site : les textiles neufs tissés pour l’occasion, et les textiles du quotidien réutilisés. Dans les nécropoles traditionnelles, les bandelettes en lin neuves sont rares : elles ne sont généralement tissées que pour le pharaon, les hauts dignitaires, les grands prêtres. Or, une bandelette en lin neuve a été mise au jour dans la tombe traditionnelle P5 d’El Deir. Cette simple toile de lin à deux lisières interpelle car cette tombe, à l’architecture particulière et unique sur le site, a également fourni une importante proportion de textiles en coton, particulièrement rares dans les autres tombes de cette nécropole et les autres nécropoles du site (Tallet et al.2012). De plus, le tissage d’un de ces fragments en coton n’a pas d’équivalent à ce jour en Egypte (Letellier-Willemin et al., 2012, 61-71). Cette bandelette illustre bien la contribution d’un objet textile de terrain à l’interprétation générale du site. Elle nous amène à nous interroger sur le personnage inhumé, sur l’économie de ses funérailles, sur son statut, et même sur son identité.

La nécropole chrétienne témoigne de nombreux changements dans les pratiques funéraires, y compris dans les textiles : on constate la présence de bandelettes en lin neuves, étroites, correspondant à l’emploi d’un métier à tisser spécifique. Fabriquées en grand nombre, la plupart du temps par des moines, elles remplacent très vite les bandelettes traditionnelles (Heurtel 2003, 60-1, Bénazeth 2002, 101). Mais les fils de lin utilisés et le tissage de ces étroites bandelettes ont perdu en qualité (Fig. 6). Quelques rares bandelettes en coton dénotent l’utilisation de cette autre fibre végétale, qui tend à se généraliser à cette période.

Fig.6 : Trois bandelettes en lin, étroites, à deux lisières, de la nécropole chrétienne d'El Deir © F. Letellier-Willemin

Fig.6 : Trois bandelettes en lin, étroites, à deux lisières, de la nécropole chrétienne d’El Deir © F. Letellier-Willemin

Comme je l’ai dit plus haut, dans les nécropoles égyptiennes traditionnelles, les bandelettes en lin réutilisant des textiles du quotidien constituent l’immense majorité, quel que soit le contexte social funéraire (Bruyère 1938, 73-107), observation confirmée dans le cas d’El Deir. Leur quantité et leur qualité reflètent non seulement les pratiques funéraires mais aussi leur économie, en nous informant sur le mode de vie des inhumés et leur niveau social (Dunand 1991, 101). Envelopper un défunt demande du temps et du matériel.

Fig.7 : Supports de pots

Fig.7 : Supports de pots

Fig.8 : Une des amulettes textiles en lin © F. Letellier-Willemin

Fig.8 : Une des amulettes textiles en lin © F. Letellier-Willemin

 

Pour terminer ce bref aperçu sur les bandelettes d’El Deir, il est important de signaler que nous les retrouvons aussi dans la confection d’autres objets funéraires, comme les supports de pots, les mèches de lampe, les bouchons de nez, les rembourrages spécifiques, les bracelets de bras dorés, les amulettes textiles (Fig. 7 et 8) et les décors des momies de chiens. Pour ces dernières, le rôle décoratif des bandelettes est essentiel et certaines teintes et motifs sont caractéristiques d’une période donnée (par exemple pour les bandelettes romaines des Ier et IIe siècles ap. J.-C., les motifs à carreaux par exemple). Le site possède plusieurs centaines de momies de chien, témoins d’un culte local (Dunand et al. 2016) (Fig.9).

Fig.9 : Une momie de chien et son décor de bandelettes © F. Letellier-Willemin

Fig.9 : Une momie de chien et son décor de bandelettes © F. Letellier-Willemin

Ce bref aperçu permet de prendre la mesure de l’importance des bandelettes d’El Deir pour l’étude du site. Ces dernières montrent que la tradition textile funéraire, fondamentale, identitaire, est strictement respectée jusqu’au IIIe siècle AD. Dans cette tradition, le lin trouve son origine dans la sueur divine (Derchain 1965, 137). Elle s’exprime fortement malgré les diverses présences étrangères qui ont exercé le pouvoir au cours de cette longue période, traversée par les Perses, les Grecs, les Romains, sans oublier les influences véhiculées par les échanges avec les pays limitrophes ou plus lointains. Les bandelettes, comme les autres textiles funéraires, constituent, avec le corps momifié, ce que l’on appelle une momie, où corps et textiles sont indissociables (Zivie-Coche et al.1991, 175, 316-21) : « The act of wrapping a body… in linen had the power to transform mundane, or even impure, matter into something pure and godlike » (Riggs 2014, 3). Les bandelettes restent ainsi l’un des symboles forts de la civilisation égyptienne dans notre monde moderne.

Leur usage funéraire ne doit pas nous faire oublier leur place dans l’évaluation économique d’El Deir. Leur quantité et leur qualité sont également celles des habitants à une période donnée (Bagnall 1993, 82-3 ; Wipszycka 1965 ; Préaux 1939, 93-116)). Les bandelettes fabriquées à partir de fibres de qualité sont aussi les marqueurs d’une économie textile prospère, basée essentiellement sur le lin. Or cette économie textile occupe une place importante, localement bien sûr, mais aussi régionalement et dans toute l’Egypte. Enfin, comme les autres textiles d’El Deir, les bandelettes ouvrent d’autres champs de recherche, comme la place de la culture des fibres végétales dans les stratégies agricoles, la gestion de l’eau, l’origine des produits d’embaumement et des teintures (Cardon 2003), les ateliers locaux, l’origine de certaines fibres ou encore les échanges commerciaux (Ballet 1998, 31-8). C’est aussi ce que nous apprend l’étude de terrain, où tout objet textile doit être considéré comme un objet archéologique, un marqueur des institutions et de la vie quotidienne (Crubézy et al. 2007, 10).

Bibliographie

Bagnall R. S. 1993. Égypt in Late Antiquity. Princeton. Princeton University Press, 82-83.

Ballet P. 1998. Cultures matérielles des déserts d’Egypte sous le Haut et le Bas-Empire. Productions et échanges. Life on the Fringe. Leiden, Olaf E. Kaper, 31-38

Barber E.J.W. 1991. The Prehistoric Textiles. Princeton. Princeton University Press, 145-162.

Bénazeth D. 2002. Notice et photo 101, in : Maximilien Durand et Florence Saragoza (dir.). Égypte la trame de l’Histoire. Paris, Somogy, 135.

Bruyère B., Bataille A. 1939. Une tombe gréco-romaine de Deir el-Medineh. BIFAO 38. Le Caire, IFAO, 73-107.

Cardon D. 2003. Le Monde des Teintures naturelles. Paris. Belin.

Crubézy E. 2007. L’étude des sépultures, ou du monde des morts au monde des vivants, in : Ferdière A. (dir.), Archéologie funéraire, Paris, Errance (Collection « Archéologiques »), 80-60.

Derchain P. 1965. Le papyrus Salt 825 (B. M. 10051). Rituel pour la conservation de la vie en Égypte. Bruxelles, 2 volumes, II, 137.

Dunand F. 1991. Croyances et rituels funéraires, in : Françoise Dunand et Christiane Zivie-Coche. Dieux et hommes en Égypte. Paris, Armand Colin, 316-321.

Dunand F., Lichtenberg R. 1991. Un décompte de frais de funérailles, Studien für Papyrologie und Papyruskunde XXII, 56, Socnopéonèse, IIe siècle apr. J-C., in : Les momies. Un voyage dans l’éternité. Paris, Gallimard (Collection découvertes Gallimard), 101.

Dunand F., Lichtenberg R. 1998. Les momies et la mort en Égypte. Paris. Errance, 21.

Goncourt E. de 1822-1896, Goncourt J. de 1830-1870. Journal des Goncourt : mémoires de la vie littéraire. Paris, G. Charpentier et E. Fasquelle 1887-1896, 3e volume 1866-1870, p. 129-133.

En ligne : http:/catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34163155m

Heurtel C. 2003-204. Tissage et tissus funéraires, in : Myriam Wissa (dir.). Grafma Bulletin No 7/8. Paris, Myriam Wissa, 60-62.

Letellier-Willemin F. 2010. Les textiles, in : Françoise Dunand, Jean-louis Heim, Roger Lichtenberg, avec la collaboration de Sophie Brones et Fleur Letellier-Willemin, et la participation de Céline Boutantin et Anne-Sophie Delmas. EL-DEIR NÉCROPOLES I. La nécropole Sud. Paris, Cybèle, 221.

Letellier-Willemin F., Médard F. 2012. Techniques inattendues dans un fragment textile en coton, du site d’El Deir, Oasis de Kharga, Désert Occidental Égyptien, in : Archeological textiles Review N°. 54. Copenhagen. Society Friends of ATN, 61-71.

Letellier-willemin F. 2016. Des chiens et des bandelettes, in : 1st International Symposium on Animals in Ancient Égypt. Juin 01-04 2016, musée des Confluences, Lyon. A venir.

Préaux C. 1939. L’économie royale des Lagides. Bruxelles, Fondation Égyptologique Reine Élisabeth.

Riggs C. 2014. Unwrapping Ancient Égypt. Londres, Bloomsbury Publishing Plc, 3.

Sauneron S. 1998. Les prêtres de l’ancienne Égypte. Cahors, Tardy Quercy, 47.

Wipszycka E. 1965. L’industrie textile dans l’Égypte Romaine. Varsovie.

Zivie-Coche C. 1991. La mort viendra, in : Françoise Dunand et Christiane Zivie-Coche. Dieux et hommes en Égypte. Paris, Armand Colin, 175.

L’auteur

Fleur Letellier-Willemin est radiologue, chercheure associée au laboratoire CRIHAM-EA 4270 (Université de Limoges). Elle collabore à la mission archéologique d’El-Deir (oasis de Kharga en Égypte) dirigée par Gaëlle Tallet, Maître de Conférence en histoire grecque à l’Université de Limoges, et fait partie du LabEx ARCHIMEDE (Université Paul-Valéry Montpellier 3).

Pour citer ce billet : Fleur Letellier-Willemin. Les textiles funéraires, des objets archéologiques à part entière, ArchéOrient - Le Blog, 27 janvier 2017, [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/7040


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *