Casser la graine et rembobiner l’histoire : utilisation, production et circulation du lin et du coton au Proche et Moyen-Orient ancien.

Retracer le fil d’une histoire sans fils, telle est l’entreprise à laquelle s’attelle cette année le séminaire d’actualité des méthodes et terrains au Proche-Orient ancien du laboratoire Archéorient. Comment évoquer le textile, lorsque les vestiges archéologiques de vêtements, tissus, cordelettes ou simples fils, soumis à l’action inexorable du temps, se font si rares ? Parmi les différents chemins pouvant être empruntés pour raconter cette histoire en filigrane, le présent billet éclaire celui (par-)semé de quelques embûches, mais surtout de graines. L’étude de ces dernières en contexte archéologique – on parle alors de carpologie – permet en effet de nourrir un dialogue critique au sujet de l’utilisation, de la production et de la circulation des plantes textiles. L’histoire du lin et celle du coton se prêtent volontiers à cet exercice, d’une part en raison de leur importance économique au sein des sociétés anciennes proche et moyen-orientales, et d’autre part du fait de l’abondance et de la diversité des données acquises : graines bien évidemment, mais également fibres brutes et tissées et mentions textuelles.

Rappelons tout d’abord les deux principaux aspects méthodologiques et contextuels inhérents aux vestiges carpologiques concernés tissant la toile de fond des possibles interprétations. Le premier est que ces restes végétaux sont préservés à la faveur de conditions particulières. Sous climat hyperaride, comme en Egypte, ces vestiges peuvent être retrouvés sous forme desséchée. Ailleurs, ils sont majoritairement préservés sous forme carbonisée (Fig. 1 et 2), suite à un contact non destructif avec le feu, involontaire (incendie, accident de cuisine), ou intentionnel (utilisation comme combustible, mise au rebut, gestes techniques), transformant la matière organique périssable en carbone imputrescible. Une partie du matériel végétal originel part donc littéralement en fumée, tandis qu’une autre est abîmée, rendant l’identification morphologique des restes peu aisée. C’est particulièrement le cas des graines riches en huile, telles celles du lin et du coton, ayant tendance à se déformer sous l’effet de la chaleur. Le second aspect concerne surtout le lin et est directement liée à sa propriété oléagineuse, qui rend la plante intéressante aussi bien pour ses graines que pour ses tiges riches en fibres textiles. Ce double usage se retrouve ainsi au cœur des discussions portant sur ses premières attestations archéologiques.

Le lin

Les plus anciennes graines de lin découvertes à ce jour (10e-9e millénaires) proviennent de Tell Mureybet, en Syrie (Van Zeist & Casparie 1968). Leur taille et le contexte laissent penser qu’il s’agit de lin sauvage (Linum usitatissimum subsp. angustifolium), la plante poussant naturellement dans la région. Plusieurs sites en Turquie, Syrie, Iran, Jordanie des 9e –8e millénaires présentent de petites graines de lin brûlées, s’apparentant aussi aux formes sauvages. Leur présence sur des sites où l’on trouve par ailleurs les premiers signes de mise en culture végétale, laisse en suspens la question de leur propre statut, sauvage ou cultivé (Zohary et al. 2012, 103–4). Des fragments de capsule provenant de Jéricho et datés du début du 8e millénaire constitueraient les plus anciennes traces de lin domestiqué (Linum usitatissimum) (Fu & Allaby 2010 ; Hopf 1983), hypothèse confirmée par la présence de graines de grande taille sur plusieurs sites du Croissant fertile de la fin du 8e millénaire (Zohary et al. 2012, 103–4). Il est souvent dit que le lin aurait été utilisé en premier lieu pour ses graines plutôt que pour ses fibres (McCorriston 1997). L’un des raisonnements avancés est que la récolte, actuelle, des tiges de lin se fait lorsque la plante est encore en phase de croissance, avant la montée en graines. L’existence même des graines sur les sites indiquerait donc leur consommation plutôt que la récolte des tiges, leur état carbonisé pouvant en plus s’expliquer par des ratés de préparation correspondant à la torréfaction des graines avant mouture pour en extraire l’huile (Ertuğ 2000, 181). Cette hypothèse fait écho aux études phylogénétiques montrant que les variétés de lin à huile seraient plus anciennes que les variétés à fibres (Allaby et al. 2005 ; Fu & Allaby 2010).

Fig. 1 : graine de lin carbonisée, profil (gauche) et face ventrale (droite). Bosra, Syrie, 2e-4e s. ap. J.-C.

Fig. 1 : graine de lin carbonisée, profil (gauche) et face ventrale (droite). Bosra, Syrie, 2e-4e s. ap. J.-C.

Pour autant, des fibres de lin sont reconnues dès le début du 9e millénaire dans la région de la mer Morte (Schick 1988), soulignant une utilisation textile précoce. Par ailleurs, la présence de graines sur les sites, brûlées ou non, peut s’expliquer de bien d’autres façons, en particulier celle de constituer un stock permettant de replanter d’une année à l’autre. Enfin, il n’est pas certain que nos critères modernes différenciant les usages selon les variétés aient eu cours dès ces époques anciennes et l’on peut penser qu’une même récolte ait pu servir doublement, comme ressources oléagineuse et fibreuse. Le nombre d’occurrences de graines de lin au Proche-Orient ne cesse de s’accroître entre le 7e et le 2e millénaires avant de diminuer durant les premiers millénaires av. et apr. J.-C. (Zohary et al. 2012 : 103-104; base de données Ademnes ). Pourtant, les attestations de tissus et mentions textuelles pour ces périodes récentes témoignent de l’importance du lin, aux côtés de la laine, au sein de l’artisanat textile (voir par exemple Granger-Taylor 2007). Bien que ce contraste soit en partie lié à un effet de source – les sites récents ayant fait l’objet de moins d’études archéobotaniques publiées – il met possiblement en valeur une évolution des usages et pratiques. La réduction du nombre de graines de lin pourrait en effet être le résultat de la sélection progressive de variétés privilégiant des qualités de fibres intéressantes, et de l’essor de l’olivier fournissant un nouvel approvisionnement en huile.

Dès lors, la carpologie s’avère peu efficace pour retracer l’histoire récente du lin au Proche et Moyen-Orient. En revanche, elle devient pour ces mêmes périodes un marqueur important des dynamiques de diffusion du coton hors de son aire de répartition naturelle que sont les zones tropicales et sub-tropicales.

Le coton

La présence de graines de coton sur un site archéologique résulte de l’égrainage. Cette étape, indispensable avant le filage et le tissage des fibres, vise à séparer ces dernières des graines auxquelles elles sont attachées. Contrairement aux textiles, qui peuvent faire l’objet de commerce sur de longues distances, la découverte de graines est ainsi plus à même d’indiquer le lieu de production. Retrouvés la plupart du temps au sein des zones d’habitat, desséchés ou brûlés, entiers ou fragmentés, ces sous-produits de la chaîne opératoire textile ont pu également avoir été utilisés pour leur richesse en huile, sans toutefois représenter une ressource économique importante, contrairement aux graines de lin. Les graines de coton sont en effet naturellement impropres à la consommation humaine et pour beaucoup d’animaux en raison de la présence d’une molécule toxique, le gossypol. La sélection moderne de variétés non-toxiques permet aujourd’hui l’exploitation de l’huile de coton dans l’industrie agro-alimentaire et cosmétique, mais à ce jour, aucun indice ne laisse penser que de telles variétés existaient dans le passé. En revanche, on peut prêter aux graines archéologiques des utilisations secondaires comme combustible ou complément alimentaire pour de petits ruminants, ou bien encore comme huile d’éclairage ou produit de pharmacopée (Bouchaud et al. en prép.).

Fig. 2 : graine de coton carbonisée. Mouweis, Soudan, 3e s. ap. J.-C.

Fig. 2 : graine de coton carbonisée. Mouweis, Soudan, 3e s. ap. J.-C.

Le coton dans l’Ancien monde correspond à deux espèces domestiquées, non différenciables par de simples observations morphologiques de graines ou de fibres. On place la domestication de la première, Gossypium arboreum, au nord du sous-continent indien, où l’on trouve un nombre croissant de fibres et graines entre le 6e et le 4e millénaire attribuées arbitrairement à cette espèce en raison de critères phytogéographiques (Fuller 2008, Moulhérat et al. 2002). La présence de graines et textiles dans des niveaux achéménides de l’île de Bahreïn, dans le golfe Persique, et la description de cotonnier arborescent par Théophraste (Histoire naturelle IV.7.7) montrent une probable diffusion du coton indien dans cette région dans le courant du 1er millénaire av. n. ère, phénomène également éclairé en Mésopotamie par une relecture récente des sources écrites babylonienne (Muthukumaran 2016). L’essor de la seconde espèce, Gossypium herbaceum, n’est documenté qu’à la fin du 1er millénaire av. n. ère au nord-est de l’Afrique, identification confirmée par analyse archéogénomique de graines desséchées du site de Qasr Ibrim, en Basse Nubie (Palmer et al. 2012). Entre le 1er et le 4e siècle de notre ère, le nombre d’occurrences archéobotaniques, textiles et/ou textuelles de coton s’accroît considérablement, montrant sa production et son utilisation au Soudan central, en Nubie, dans les oasis du désert occidental d’Egypte et aux confins sud du royaume Nabatéen (nord-ouest de l’Arabie Saoudite) (Bouchaud et al. 2011, Clapham & Rowley-Conwy 2009, Tallet et al. 2012).

Les sites de production identifiés correspondent tous à des oasis situées en plein désert ou sur les bords du Nil, milieux les plus à même de répondre aux besoins en eau et chaleur du coton. Parallèlement, des linceuls de coton apparaissent aux côtés de ceux faits de lin et de laine dans plusieurs tombes proche-orientales de Syrie et Jordanie. Ces pièces de coton pourraient ainsi provenir des sites voisins de production d’Arabie et d’Egypte, hypothèse mettant à mal l’idée longtemps soutenue d’une origine indienne (Granger-Taylor 2007, Stauffer 2000). Au regard de la distribution géographique des découvertes, les deux espèces de coton peuvent avoir été impliquées dans ces dynamiques de diffusion. Celles-ci prennent un essor considérable au tournant des 10e-12e siècles, époque où le coton est mis en culture dans l’ensemble du Proche-Orient, en Afrique de l’Ouest et dans tout le pourtour méditerranéen (Watson 1983, 35–41). Pour l’heure, aucun élément ne permet de supposer que la culture de ces cotons ait fortement impacté les ressources hydriques. Au contraire, il apparaît plutôt que les deux espèces présentent des exigences modérées en eau (Eyhorn et al. 2005). Ces cotons ne sont pratiquement plus cultivés de nos jours et ont été mondialement supplantés à partir du 19e siècle par deux espèces américaines, Gossypium hirsutum et G. barbadense, présentant une qualité de fibres plus adaptée aux critères économiques modernes. Depuis, le coton fait l’objet de constantes sélections et améliorations variétales et est devenu un produit emblématique de l’exploitation humaine et des organismes génétiquement modifiés, interférant négativement sur son emprise historique qui ne demande pourtant qu’à être réhabilitée.

Graines de lin ou de coton constituent ainsi deux fils de trame de l’histoire des hommes et participent activement à l’élaboration d’un discours interdisciplinaire visant l’étude des productions agraires et artisanales, celle des pratiques de consommation et de transformation ainsi que l’analyse des dynamiques d’échange et de circulation. Si l’étude du lin dans ces régions permet d’appréhender des dynamiques anciennes remontant, au plus tard, aux premiers temps de la néolithisation, celle du coton, surtout utilisé à partir de l’Antiquité, donne à voir une histoire bien loin des désastres écologiques et humains auxquels il est désormais associé.

Bibliographie

Allaby R.G., Peterson G.W., Merriwether D.A., Fu Y.-B. 2005. Evidence of the domestication history of flax (Linum usitatissimum L.) from genetic diversity of the sad2 locus, Theoretical and applied Genetics 112/1, 58–65.

Bouchaud C., Clapham A.J., Newton C., Tallet G., Thanheiser U. En préparation. Cottoning on to cotton (Gossypium sp.) in Arabia and Africa during Antiquity, Plants and people in the African past: Progress in African archaeobotany.

Bouchaud C., Tengberg M., Dal Prà P. 2011. Cotton cultivation and textile production in the Arabian Peninsula during antiquity: the evidence from Madâ’in Sâlih (Saudi Arabia) and Qal’at al-Bahrain (Bahrain), Vegetation history and archaeobotany 20, 405–417.

Clapham A., Rowley-Conwy P. 2009. The archaeobotany of cotton (Gossypium sp. L.) in Egypt and Nubia with special reference to Qasr Ibrim, Egyptian Nubia, in : A. Fairbairn, E. Weiss (eds), From foragers to farmers. Papers in honour of Gordon C. Hillman, Oxford, Oxbow Books, 244–253.

Ertuğ F. 2000. Linseed oil and oil mills in central Turkey Flax/Linum and Eruca, important oil plants of Anatolia, Anatolian studies 50, 171–185.

Eyhorn F., Ratter S.G., Ramakrishnan M. 2005. Organic cotton crop guide. A manual for practitioners in the Tropics, Frick, Research Institute of Organic Agriculture.

Fu Y.-B., Allaby R.G. 2010. Phylogenetic network of Linum species as revealed by non-coding chloroplast DNA sequences, Genetic resources and crop evolution 57/5, 667–677.

Fuller D.Q. 2008. The spread of textile production and textile crops in India beyond the Harappan zone: an aspect of the emergence of craft specialization and systematic trade. Linguistics, archaeology and the human past, 1–26.

Granger-Taylor H. 2007. Textiles of the herodian, nabataean and roman periods from the Dead Sea area, in : K.D. Politis  (ed.), The world of the Nabataeans, Stuttgart, Steiner-Verlag, 301–307.

Hopf M. 1983. Jericho plant remains, in : K.M. Kenyon, T.A. Holland  (eds), Excavations at Jericho 5, Londres, British school of archaeology in Jerusalem, 576–621.

McCorriston J. 1997. The fiber revolution: Textile extensification, alienation, and social stratification in ancient Mesopotamia, Current anthropology 38/4, 517–549.

Moulhérat C., Tengberg M., Haquet J.F., Mille B. 2002. First evidence of cotton at Neolithic Mehrgarh, Pakistan: Analysis of mineralized fibres from a copper bead, Journal of archaeological science 29/12, 1393–1401.

Muthukumaran S. 2016. Tree cotton (G. arboreum) in Babylonia, in : E. Foietta, C. Ferrandi, E. Quirico, F. Giusto, M. Mortarini, J. Bruno, L. Somma (eds), Cultural and material contacts in the Ancient Near East. Proceedings of the international workshop 1-2 December 2014, Torino, Sesto Fiorentino, Apice libri, 98–105.

Palmer S.A., Clapham A.J., Rose P., Freitas F.O., Owen B.D., Beresford-Jones D., Moore J.D., Kitchen J.L., Allaby R.G. 2012. Archaeogenomic evidence of punctuated genome evolution in Gossypium, Molecular biology and evolution 29/8, 2031–2038.

Schick T. 1988. Nahal Hemar cave: cordage, basketry and fabrics, Atiqot 38, 31–43.

Stauffer A. 2000. The textiles from Palmyra: technical analyses and their evidence for archaeological research, in : D. Cardon, M. Feugère (éds), Archéologie des textiles, des origines au Ve Siècle, Actes du colloque de Lattes, octobre 1999, Montagnac, éd. Monique Mergoil, 247–252.

Tallet G., Gradel C., Letellier-Willemin F. 2012. « Une laine bien plus belle et douce que celle des moutons » à El-Deir (oasis de Kharga, Égypte) : le coton au cœur de l’économie oasienne à l’époque romaine, in : S. Guédon (éd.),  Entre Afrique et Égypte: relations et échanges entre les espaces du sud de la Méditerranée à l’époque romaine, Bordeaux, Ausonius, 119–141.

Van Zeist W., Casparie W.A. 1968. Wild einkorn wheat and barley from Tell Mureybit in northern Syria, Acta Botanica Neerlandica 17, 44–53.

Watson A.M. 1983. Agricultural innovation in the Early Islamic World: The diffusion of crops and farming techniques, 700-1100, Cambridge, Cambridge University Press.

Zohary D., Hopf M., Weiss E. 2012. Domestication of Plants in the Old World: The Origin and Spread of Domesticated Plants in Southwest Asia, Europe, and the Mediterranean Basin, Oxford, Oxford University Press.

L’auteur

Charlène Bouchaud est chargée de recherche au CNRS. Spécialiste en archéobotanique de la période antique au Proche et Moyen-Orient. UMR 7209-AASPE, Sorbonne Universités, Muséum national d’histoire naturelle, CNRS, CP56, 55 rue Buffon, 75005 Paris, France

Pour citer ce billet : Charlène Bouchaud. Casser la graine et rembobiner l’histoire : utilisation, production et circulation du lin et du coton au Proche et Moyen-Orient ancien., ArchéOrient - Le Blog, 13 janvier 2017, [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/7002


1 réponse

  1. 16 janvier 2017

    […] Retracer le fil d’une histoire sans fils, telle est l’entreprise à laquelle s’attelle cette année le séminaire d’actualité des méthodes et terrains au Proche-Orient ancien du laboratoire Archéorient. Comment évoquer le textile, lorsque les vestige  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *