Textes et impressions de sceaux à Nuzi : le cas du scribe Taya fils d’Apil-Sîn

Du 16 au 19 novembre dernier s’est tenue la réunion annuelle de l’ASOR (The American Schools of Oriental Research) à San Antonio au Texas. J’ai eu le plaisir d’y être invitée et de représenter le laboratoire Archéorient à une session intitulée : Object, Text and Image.,  Interdisciplinary Approaches to Seals, Sealing Practices, and Administration. Au cours de cette session j’ai présenté mes travaux de recherches sur l’importance de l’étude des sceaux à Nuzi et les différentes pratiques sigillographiques identifiées dans cette localité à travers le cas d’un scribe : Taya fils d’Apil-Sîn.

Introduction

La ville de Nuzi, qui correspond au site actuel de Yorghan Tepe, est située dans le Kurdistan irakien à quelques kilomètres au sud-ouest de la ville de Kerkouk.

Lors des fouilles menées à Nuzi, environ 6000 tablettes datant des 15ème-14ème s. av. J.-C. ont été mises au jour dans différents secteurs (palais, temple et les quartiers autour de ces bâtiments ainsi qu’en périphérie).

Cette documentation a été produite par près de 260 scribes, mais il est probable qu’ils aient été plus nombreux, car la majorité des homonymes n’ont pas été comptabilisés (Negri-Scafa, 2015 : 345). Dans la plupart des cas cependant, l’indication de leur patronyme permet de les distinguer les uns des autres et parfois même d’identifier des familles sur plusieurs générations, comme par exemple la famille de scribes d’Apil-Sîn (Lacheman, 1962 : 236-238).

L’objectif de mes travaux de thèse est de conduire une étude prosopographique des 12 scribes ayant écrit pour le compte d’une femme, Tulpun-naya, et d’identifier les processus de leur formation. Ces scribes ont également écrit pour d’autres commanditaires, il a donc fallu identifier la présence de chacun des scribes de Tulpun-naya dans les répertoires onomastiques de Nuzi et les index des différentes études menées sur les petites archives (NPN, 1943 ; AAN, 1977 ; Grosz, 1988 ; Müller, 1998 ; Lacheman/Morrison/Owen, 1987 : 357-703, 1993 : 133-398 ; Lacheman/Owen, 1995 : 85-357 ; Fincke, 1996 : 379-468, 1998 : 217-384, 2002 : 169-320 et Spering, 2005 : 201-251 et 2009 : 681-723).
Cette recherche a mis en évidence la présence de nombreux scribes homonymes que j’ai dû distinguer des scribes de Tulpun-naya afin de délimiter leur corpus de textes. Pour ce travail, j’ai établi plusieurs critères de comparaisons :

  • Entourage du scribe (commanditaires, témoins, juges, collègues).
  • Le type de texte que le scribe rédige.
  • La mobilité du scribe.
  • Ses traits rédactionnels.
  • Ses activités autres que celle de scribe.
  • La fourchette chronologique durant laquelle le scribe est actif.

Grâce aux financements du ministère de l’éducation supérieur et de la recherche et du laboratoire Archéorient, j’ai pu collationner près de 360 tablettes conservées à l’Oriental Institute de Chicago (OIC) concernant ce groupe de scribes au cours d’une mission de deux mois. Je remercie par ailleurs le Professeur Susanne Paulus de m’avoir donné son autorisation pour la publication des photographies de cette étude. J’ai pu ainsi intégrer à mes recherches le critère sigillographique, qui s’est révélé être un outil très précieux, notamment dans l’identification des scribes homonymes.

L’apposition d’un sceau sur un texte est destinée à son authentification par les différents acteurs (témoins, juges, scribes) présents lors de la rédaction de ce document.

Dans la plupart des cas, les sceaux de Nuzi ne comportent pas de légendes. C’est la raison pour laquelle le scribe indique par une suscription écrite au-dessus ou en-dessous de l’empreinte des sceaux le nom de son utilisateur d’après la formule : sceau de + nom propre (NP) (NA4.KIŠIB INP) (Fig. 1).

Fig. 1 : Exemple d’une tablette de Nuzi avec ses empreintes de sceau et ses suscriptions, © V. Pataï.

Fig. 1 : Exemple d’une tablette de Nuzi avec ses empreintes de sceau et ses suscriptions, © V. Pataï.

Dans le cadre de mes recherches, j’ai pu identifier les sceaux déjà répertoriés par E. Porada (1947) et D. Stein (1987 : 225-320 et 1993a et b) qui ont publié les études les plus complètes concernant les sceaux de Nuzi. D. Stein (1987 : 232-235) a d’ailleurs souligné l’importance des empreintes de sceaux dans différents cas :

  • La restitution des noms incomplets dans la suscription.
  • L’identification du scribe et des témoins dans le cas où leur sceau n’est pas associé à une suscription.

Le cas du scribe Taya, l’un des scribes travaillant pour Tulpun-naya, illustre l’importance de l’étude des empreintes de sceaux dans les différentes situations présentées par D. Stein.

Le corpus du scribe Taya

Une recherche systématique du nom propre Taya en tant que scribe dans les répertoires de noms propres et la collation des tablettes de son corpus à l’OIC ont permis de le mettre en relation avec 147 textes dont 110 scellés par lui. Ces données se répartissent de la façon suivante :

  • Taya sans patronyme rédige dans 67 textes dont EN 9/2 27, pour Tulpun-naya. Il scelle 42 textes.
  • Taya fils d’Apil-Sîn, est impliqué dans 80 textes, dont 7 en tant que témoin. Il scelle 68 textes.

Il s’agit donc de déterminer s’il s’agit de la même personne ou bien d’un homonyme.

Inventaire des sceaux utilisés par les deux scribes

Dans son étude, E. Porada a attribué deux sceaux à Taya sans patronyme et 13 sceaux différents à Taya fils d’Apil-Sîn. G.G.W. Müller a également identifié un sceau supplémentaire utilisé par Taya sans patronyme dans son étude des tablettes de Nuzi conservées au British Museum (Müller, 1998 : 67).

En plus des 16 sceaux déjà répertoriés par E. Porada et G.G.W. Müller, il faut ajouter 14 autres sceaux utilisés par Taya avec ou sans patronyme :

  • J’ai pu identifier 9 sceaux inédits au cours de mon séjour à l’OIC.
  • 2 sceaux (Po 11 et Po 508) utilisés par Taya fils d’Apil-Sîn mais qu’E. Porada n’avait pas pu attribuer faute de suscription. Ces sceaux ont pu finalement être assignés à Taya fils d’Apil-Sîn. En effet Po 11 apposé sur JEN 695, est en réalité associé à une suscription portant le nom du scribe. Sur JEN 709, Po 508 ne dispose pas d’une suscription, mais il est utilisé sur trois autres tablettes (JEN 133, JEN 703 et JEN 992) par le scribe avec la suscription : « Sceau de Taya fils d’Apil-Sîn, scribe » (Fig. 2 et 3).
Fig. 2 : Le sceau Po 11 sur JEN 695 et sa suscription: [NA4.]KIŠIB I Ta-a-a DUB.SAR, © V. Pataï.

Fig. 2 : Le sceau Po 11 sur JEN 695 et sa suscription: [NA4.]KIŠIB I Ta-a-a DUB.SAR, © V. Pataï.

Fig. 3 : Le sceau Po 508 sur JEN 703 et sa suscription, © V. Pataï.

Fig. 3 : Le sceau Po 508 sur JEN 703 et sa suscription, © V. Pataï.

Les deux scribes partagent 7 sceaux en commun (Po 134, Po 179, Po 184, Po 374, Po 508, Po 523a et Po 640). Leurs empreintes sont retrouvées sur 18 tablettes écrites par Taya fils d’Apil-Sîn et 29 écrites par Taya sans patronyme. Il en ressort que ces 29 tablettes peuvent être attribuées au fils d’Apil-Sîn.

Le partage de sceaux par Taya fils d’Apil-Sîn

À Nuzi, plusieurs personnes peuvent parfois utiliser un même sceau : son propriétaire, et les personnes à qui il le prête. Ce type de situation a été mise en évidence par D. Stein qui a établi que le propriétaire du sceau devait être identifié à la personne qui l’utilise le plus souvent (Stein, 1993a : 74).

Taya fils d’Apil-Sîn partage un sceau avec d’autres personnes à trois reprises.

Po 653

Taya fils d’Apil-Sîn écrit JEN 693 et scelle cette tablette avec le sceau Po 653 (Fig.4). Ce sceau est également utilisé par Taya fils d’Apil-Sîn sur JEN 46.

Fig. 4 : Le sceau Po 653 sur JEN 693 avec la suscription : NA4.KIŠIB I Ta-a-a, © V. Pataï.

Fig. 4 : Le sceau Po 653 sur JEN 693 avec la suscription : NA4.KIŠIB I Ta-a-a, © V. Pataï.

Sur JEN 224, le même sceau est cette fois utilisé par le témoin Itḫišta fils de Tamar-tae. Cependant, Itḫišta a en sa possession un autre sceau Po 44, qu’il appose sur de nombreuses tablettes (JEN 51, JEN 58, JEN 70, JEN 408, JEN 581, JEN 582, JEN 690 et JEN 908).

Cette situation indique que le sceau Po 44 est son sceau personnel et que Po 653 est le sceau de Taya fils d’Apil-Sîn.

Po 10

Taya fils d’Apil-Sîn écrit JEN 74 et JEN 684 et signe ces deux tablettes avec le sceau Po 10 (Fig.5). Ces deux tablettes appartiennent à un groupe de textes qui inclut JEN 21, JEN 685 et JEN 766 également rédigés par Taya fils d’Apil-Sîn. En effet, ces textes partagent une séquence de témoins identiques, ils font référence à la même ville Šinina, et au même employeur Teḫip-Tilla (Weeks, 1972 : 203-204).

Fig. 5 : Le sceau Po 10 apposé sur JEN 74 et JEN 684 par Taya fils d’Apil-Sîn, © V. Pataï.

Fig. 5 : Le sceau Po 10 apposé sur JEN 74 et JEN 684 par Taya fils d’Apil-Sîn, © V. Pataï.

Les sceaux utilisés sur JEN 21 et JEN 766 n’ont pas pu être identifiés car les tablettes sont endommagées. La collation de la tablette JEN 685 a révélé que Taya fils d’Apil-Sîn avait utilisé un sceau inédit (N°15). On est donc certain que le sceau Po 10 est utilisé deux fois par Taya. Or, le sceau Po 10 est également apposé sur JEN 40 par Šeḫliya fils de Ḫut-Arrapḫe. Ce dernier utilise un autre sceau (Po 724) sur JEN 378.

Dans ce cas, il est difficile d’identifier le propriétaire du sceau Po 10 sur la base statistique évoquée par D. Stein. Le lien entre les deux individus n’est visible ni dans JEN 40, dans lequel Taya fils d’Apil-Sîn n’est pas impliqué, ni dans le groupe de textes identifié par N.K. Weeks, où Šeḫliya n’apparaît pas en tant que témoin.

Po 309

Le sceau Po 309 est utilisé par trois membres d’une même famille : Taya et ses deux fils (Fig. 6) :

  • Taya fils d’Apil-Sîn, scribe de JEN 556.
  • Waqar-bêli fils de Taya, scribe de JEN 237 et JEN 577.
  • Itḫ-apiḫe fils de Taya, scribe de JEN 249 et JEN 714.
Fig. 6 : Po 309 sur les tablettes JEN 237, JEN 249, JEN 556, JEN 577 et JEN 714, © V. Pataï.

Fig. 6 : Po 309 sur les tablettes JEN 237, JEN 249, JEN 556, JEN 577 et JEN 714, © V. Pataï.

Contrairement au groupe de tablettes rédigées dans la foulée évoquée précédemment, celles sur lesquelles ce sceau est utilisé ne sont pas écrites lors d’une même occasion. Aucun des trois scribes ne semble être impliqué d’une manière ou d’une autre lorsque son frère ou son père produit le document. Dans ce cas, il pourrait s’agir d’une transmission de sceau d’un père à son fils.

À Nuzi, cette pratique a été identifiée par D. Stein (1993a : 76) et P.M. Purves (1940 : 164) dans deux familles : la famille royale et la famille de Teḫip-Tilla.

Po 653 est par exemple utilisé par Puḫi-šenni fils de Turi-šenni sur JEN 552. Ce sceau deviendra par la suite le sceau principal de son fils Teḫip-Tilla.

Le sceau du roi Šauštatar (Stein 711) est aussi utilisé par ses arrières petits-fils Artašumara et Tušratta.

Dans le cas de Taya et ses fils, nous avons ici un nouvel exemple de transmission d’un sceau entre un père et ses fils mais cette fois documentée dans une famille de scribes.

Conclusion

L’étude des empreintes de sceau est importante car elle permet de résoudre de nombreux cas de scribes homonymes.

Taya sans patronyme et Taya fils d’Apil-Sîn partagent 7 sceaux en commun. 29 textes écrits par Taya sans patronyme peuvent être ainsi attribués au fils d’Apil-Sîn. Il ne s’agit donc pas d’un homonyme.

Nous avons également voulu montrer les différentes pratiques de partage de sceau :

  • Itḫišta fils de Tarmar-tae emprunte Po 653 à Taya fils d’Apil-Sîn.
  • Le cas du sceau Po 10 utilisé par Taya fils d’Apil-Sîn et Šeḫliya fils de Ḫut-Arrapḫe illustre bien la difficulté d’identifier parfois le propriétaire du sceau.

Nous ne savons malheureusement rien des circonstances exactes du partage des sceaux Po 10 et Po 653. Itḫišta ainsi que Šeḫliya n’ont, semble-t-il, pas de lien familial ou professionnel avec Taya.

  • Taya partage son sceau Po 309 avec ses deux fils : Itḫ-apiḫe et Waqar-bêli. Il s’agit de l’unique exemple d’une transmission de sceau au sein d’une famille de scribes.

L’ensemble de ces cas révèle que le sceau était certes un objet personnel mais qu’il pouvait être transmis au sein d’une même famille et aussi prêté à des personnes extérieures. De ce fait, au regard de l’authentification, on peut considérer qu’en définitive le texte de la suscription (sceau de + NP /NA4.KIŠIB I NP) primait sur l’image de l’empreinte.

Bibliographie

Cassin E. et Glassner J.J. 1977 : Anthroponymie et Anthropologie de Nuzi, Volume 1, Les Anthroponymes.

Fincke J.C. 1996 : Weitere Joins von Nuzi-Texten. In: D.I. Owen/G. Wilhelm (ed.), Richard F.S. Starr memorial volume (Studies on the civilization and culture of Nuzi and the hurrians 8), 273–280.

Fincke J.C. 1998 : Excavations at Nuzi 10/2, 66–174. In: D.I. Owen/G. Wilhelm (ed.), General studies and excavations at Nuzi 10/2 (Studies on the civilization and culture of Nuzi and the hurrians 9), 219–373.

Fincke J.C. 2002 : Excavations at Nuzi 10/3, 175–300. In: D.I. Owen/G. Wilhelm (ed.), General studies and excavations at Nuzi 10/3 (Studies on the civilization and culture of Nuzi and the hurrians 12), 169–304.

Gelb I.J, Purves P.M. et MacRae A.A. 1943 : Nuzi personal names (OIP 57).

Lacheman E.R.1962 : The word šudutu in the Nuzi tablets, Actes du Congrès international des Orientalistes 25, 233–238.

Lacheman E.R. et Owen D.I. 1995 : Texts in the Harvard Semitic Museum: excavations at Nuzi 9/3. In: D.I. Owen (ed.), general studies and excavations at Nuzi 9/3 (Studies on the civilization and culture of Nuzi and the hurrians 5), 87-357.

Lacheman E.R., Morrison M. et Owen D.I. 1987 : Texts in the Harvard Semitic Museum. Excavations at Nuzi 9/1. In: D.I. Owen/M. Morrison (ed.), general studies and excavations at Nuzi 9/1 (Studies on the civilization and culture of Nuzi and the hurrians 2), 355-702.

Lacheman E.R., Morrison M. et Owen D.I. 1993 : Texts in the Harvard Semitic Museum. Excavations at Nuzi 9/2. In : E.R. Lacheman/M. Morrison/D.I. Owen (ed.), The eastern archives of Nuzi and excavations at Nuzi 9/2 (Studies on the civilization and culture of Nuzi and the hurrians 4), 131–398.

Müller G.G.W.1998 : Londoner Nuzi-Texte (SANTAG 4).

Negri-Scafa P. 2015 : Continuity and discontinuity in a Nuzi scribal family. In: A. Archi (ed.), tradition and innovation in the ancient near east: proceedings of the 57th rencontre assyriologique internationale at Rome 4–8 July 2011, 345–353.

Porada E. 1947 : Seal impressions of Nuzi (Annual of the American Schools of Oriental Research 24).

Purves P.M. 1940, The Early scribes of Nuzi, AJSL 57, The University of Chicago Press, Chicago, p. 162-187.

Spering B. 2005 : Excavations at Nuzi 11/1, 1–60. In: D.I Owen/G. Wilhelm (ed.), general studies and excavations at Nuzi 11/1 (Studies on the civilization and culture of Nuzi and the hurrians 15), 201–251.

Spering B. 2009 : Excavations at Nuzi 11/2, 61–111. In: G. Wilhelm (ed.), general studies and excavations at Nuzi 11/2 in honor of David I. Owen on the occasion of his 65th birthday october 28, 2005 (Studies on the civilization and culture of Nuzi and the hurrians 18), 681–723.

Stein D. 1987 : Seal impressions on texts from Arrapha and Nuzi in the Yale babylonian collection. In : D.I. Owen/M.A. Morrison (ed.), general studies and excavations at Nuzi 9/1 (Studies on the civilization and culture of Nuzi and the hurrians 2), 225–320.

Stein D. 1993a : Das Archiv des Šilwa-Teššup. Heft 8: The seal impression (text), Harrassowitz Verlag, Wiesbaden.

Stein D. 1993b : Das Archiv des Šilwa-Teššup. Heft 9: The seal impression (catalogue), Harrassowitz Verlag, Wiesbaden.

Weeks N.K. 1972 : The real estate interests of a Nuzi family, Brandeis University.

L’auteur

Véronique Pataï est doctorante à l’Université Lumière-Lyon 2, Doctorat Mondes anciens, ED 483, UMR 5133-Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Véronique Pataï. Textes et impressions de sceaux à Nuzi : le cas du scribe Taya fils d’Apil-Sîn, ArchéOrient - Le Blog, 16 décembre 2016, [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/6959

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 20 décembre 2016

    […] Du 16 au 19 novembre dernier s’est tenue la réunion annuelle de l’ASOR (The American Schools of Oriental Research) à San Antonio au Texas. J’ai eu le plaisir d’y être invitée et de représenter l  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *