Gouverner à Sumer au 21e siècle (av. J.C.)

Figure 1: Empreinte du sceau-cylindre d’Ayakalla, gouverneur d’Umma, ca. 2034 av. J.C. CDLI n°P392634

Fig. 1 : Empreinte du sceau-cylindre d’Ayakalla, gouverneur d’Umma, ca. 2034 av. J.C. CDLI n°P392634

La troisième dynastie des rois d’Ur, dite Ur III (2112-2004 av. J.-C), tire son nom de sa position dans la Liste royale sumérienne, un document historiographique sumérien qui énonce les différents règnes de Mésopotamie. Cette période est parfois qualifiée de renaissance sumérienne, car elle marque un renouveau après une domination culturelle et politique akkadienne. Fondé par le roi Ur-Namma, l’empire couvre une vaste zone géographique comprenant d’une part la Mésopotamie, d’autre part la Susiane (partie occidentale de l’Iran actuel). Le cœur de l’empire, résultat de l’unification politique du pays de Sumer et de la Babylonie, est lui-même divisé en une vingtaine de provinces correspondant aux territoires des cités-États sumériennes.

Les sources textuelles

Fig. 2: Statuette de fondation représentant le roi Ur-Namma © Trustees of the British Museum

Fig. 2 : Statuette de fondation représentant le roi Ur-Namma © Trustees of the British Museum

Les tablettes d’Ur III sont en grande partie de nature administrative et économique, et nous renseignent sur le fonctionnement quotidien du cœur de l’empire. S’il s’agit du siècle le plus abondamment documenté de l’antiquité (Lafont 2002 : 69), il faut toutefois noter que le contexte archéologique fait souvent défaut. En effet, une grande partie des textes provient de fouilles clandestines, et de nombreux lots sont dispersés dans des collections privées ou des musées à travers le monde. Molina (2005) estime à plus de 120 000 le nombre de tablettes pour la période néo-sumérienne, et environ 87 000 sont actuellement consultables en ligne sur le site de la BDTNS, une base de données créée à son initiative regroupant les textes de cette période. Muller (2013) explique dans son billet l’interface de cette base de données majeure pour l’étude de cet empire.

De nombreuses tablettes comportent une date, ce qui permet d’affirmer que les documents administratifs couvrent principalement la période allant de la trentième année du règne de Šulgi (ca. 2064 av. J.C) à la cinquième année du règne d’Ibbi-Sin, dernier roi d’Ur III (ca. 2023 av. J.C.), soit une quarantaine d’années. Le règne du fondateur, Ur-Namma, et la fin de la dynastie ne sont donc que peu documentés. Les dates se présentent sous la forme d’un nom d’année, qui reprend un fait marquant, comme une victoire ou des travaux importants, et un nom de mois, donné en fonction des travaux agricoles ou des festivals religieux. Le jour exact peut aussi être mentionné. Le site de la CDLI propose ici une liste de noms d’années par période.

Les textes économiques, qui constituent le gros de ces archives, étaient produits par l’administration centrale et par les différents bureaux provinciaux. Ces tablettes documentent le fonctionnement de l’empire et permettent de reconstituer la circulation des biens, depuis la production des matières premières jusqu’à la redistribution des produits manufacturés. Dans cette catégorie peuvent être classés les reçus, les inventaires, les bilans comptables, les documents de gestion comptable etc., identifiables par mots-clés dans la BDTNS : kišib (sceau), šu ba-ti (a été reçu) etc.

Fig. 3: ditila, photo BDTNS 058046, M. Molina. Database of Neo-Sumerian Texts

Fig. 3 : ditila, photo BDTNS 058046, M. Molina. Database of Neo-Sumerian Texts

Moins abondants mais tout de même essentiels, les comptes-rendus de procès, ou « di-til-la » (affaire terminée), qui, associés aux textes économiques, peuvent représenter un point de départ intéressant pour établir les réseaux sociaux des notables des provinces d’Ur III grâce aux listes de noms qui y figurent systématiquement. L’ouvrage de Falkenstein (1957) regroupe une grande partie des ditila d’Ur III. On retrouve également dans la catégorie des textes juridiques des contrats d’embauche, de vente, de location, ou de prêt, qui témoignent de la contribution des acteurs privés à l’économie des provinces de l’empire d’Ur III.

D’autres types de textes comme les impressions de sceaux-cylindres, ou encore les nombreuses inscriptions royales publiées dans la série RIM (Frayne 1997) peuvent apporter des informations complémentaires sur l’histoire politique de l’empire.

Si les assyriologues ont identifié une vingtaine de provinces centrales, les lots d’archives les plus importants, tous rédigés en sumérien, proviennent principalement des sites de Girsu (Tello), Umma (Jokha), Ur (Muqqayar), Nippur (Niffer) et Puzriš-Dagan (Drehem). Le fonctionnement de la périphérie de l’empire est par conséquent moins bien connu.

Fig. 4: carte des sites mentionnés (The Oriental Institute of The University of Chicago)

Fig. 4 : carte des sites mentionnés (The Oriental Institute of The University of Chicago)

Ces provinces sont contrôlées par un pouvoir bicéphale : d’une part, un gouverneur civil, l’ensi, qui dirige l’administration et le secteur des temples et représente la plus haute autorité judiciaire de la province (Edzard 1967 : 147), et d’autre part un gouverneur militaire, le šagina, à la tête de l’armée. Celui-ci relève directement de l’autorité du roi, ou du grand vizir – il est donc indépendant de l’ensi (Lafont 1999). De nombreux šagina sont liés à la famille royale par le mariage ou par le sang, et portent des noms étrangers (Steinkeller 1987 : 21), ce qui signifie qu’ils ne sont pas issus des élites locales.

La province de Girsu 

Girsu fait partie des principaux centres d’Ur III, et grâce à la richesse de la documentation retrouvée sur ce site – plus de 27 000 textes sont recensés sur la BDTNS – il est possible de mener des études prosopographiques de l’élite en place. De telles recherches ont été réalisées notamment pour la province d’Umma (Dahl 2007), et pour certains corps de métiers à travers l’empire, mais peu d’études complètes sur la période d’Ur III ont été publiées après celle de Sallaberger (1999). La province de Girsu est en revanche moins connue, malgré l’abondance des tablettes qui en proviennent.

Fig. 5 : Carte des sites autour de Girsu

Fig. 5 : Carte des sites autour de Girsu

Des documents administratifs portant des titulatures complètes permettent d’identifier six gouverneurs civils de Girsu : Ur-Lamma, Nanna-Zišagal, Šarakam, Arad-mu et Lu-Utu. Nanna-Zišagal, d’abord échanson du roi Amar-Sin (2046-2038 av. J.C.), aurait été installé par ce dernier en vue de mettre un terme aux ambitions grandissantes du gouverneur Ur-Lamma et de ses proches (Maekawa 1996). Šarakam, qui succède à Nanna-Zišagal, aurait lui aussi servi dans l’administration royale avant d’occuper son poste de gouverneur à Girsu. S’il semble que les ensi soient en règle générale issus de grandes familles locales, dans le cas de Girsu on observe des exceptions. De même, si le titre d’ensi est héréditaire à Nippur (Hallo 1972) et à Umma (Dahl 2007), ce n’est visiblement pas le cas à Girsu où aucun lien n’a été observé entre les différents gouverneurs attestés (Allred 2013).

Malgré d’abondantes sources textuelles, la succession au sein de la famille royale est peu documentée. Il reste encore à établir s’il existait une loi en la matière, et si celle-ci était commune aux différentes provinces centrales de cette période, ou encore si les élites provinciales suivaient le même modèle que la famille royale. Mon projet de thèse, qui a pour objet les gouverneurs de Girsu, tentera notamment d’apporter un nouvel éclairage sur ces questions.

La chute d’Ur III

On observe l’arrêt de la production d’archives administratives dans les grands centres de l’empire dès la cinquième année du règne troublé d’Ibbi-Sin (2028-2004 av. J.-C.), et ce phénomène n’est pas imputable au simple hasard. En effet, on constate une répartition chronologique des lots d’archives similaire entre les principaux sites (Civil 1991 et Lafont 1995), ce qui laisse penser que les bureaux d’Ur III ne fonctionnaient plus normalement à cette période.

La Lamentation sur la destruction de Sumer et d’Ur, texte poétique probablement rédigé sous la première dynastie d’Isin (2017-1794 av. J.C.) qui se réclame de la prestigieuse lignée des rois d’Ur, relate la fin de la troisième dynastie d’Ur, abandonnée des dieux. Cette composition témoigne de l’importance symbolique de cet empire, et met par ailleurs en exergue la brutalité de sa chute, face à un ennemi venu de l’est. Mais la Lamentation nous rappelle également le caractère éphémère de cet empire – et la fragilité du pouvoir :

La royauté a bien été transmise à Ur, mais pas un règne éternel.
Depuis des temps immémoriaux, depuis que le Pays fut fondé, jusqu’à ce que la population se multipliât,
Qui a déjà vu un règne (de royauté) prévaloir pour toujours ?». (Michalowski 1989 : 59).

Fig. 6 : Fragment, Lamentation sur la destruction de Sumer et d’Ur, lignes 347-87, CDLI n° P260902

Fig. 6 : Fragment, Lamentation sur la destruction de Sumer et d’Ur, lignes 347-87, CDLI n° P260902

Bibliographie

Allred L. 2013. Tenure of provincial governors: some observations. in Garfinkle S., Molina M. (éd.), From the 21st Century B.C.to the 21st Century A.D. Proceedings of the International Conference on Sumerian Studies Held in Madrid 22–24 July 2010, Winona Lake, Indiana, Eisenbrauns, 115-123.

Civil M. 1987. Ur III Bureaucracy: quantitative aspects. in Gibson McG. et Biggs R. D. (dir.), The Organization of Power: Aspects of Bureaucracy in the ancient Near East, The Oriental Institute of the University of Chicago, Chicago, 35-44.

Dahl J.L. 2007. The Ruling Family of Ur III Umma: a Prosopographical Analysis of an Elite Family in Southern Iraq 4000 Years ago. Leiden, Nederlands Instituut voor het Nabije Oosten (PIHANS 77).

Frayne D. R. 1997. Ur III Period (2112-2004) The Royal Inscriptions of Mesopotamia. Early Periods, 3, 2. Toronto, University Press of Toronto.

Lafont B. 1995. « La chute des rois d’Ur et la fin des archives dans les grands centres administratifs de leur empire ». Revue d’Assyriologie et d’archéologie orientale 89/1, 3-13.

—1999. Sumer : institutions, économie, société, article “Sumer” II/1, in Briend J., Quesnel M. (éds), Supplément au Dictionnaire de la Bible 72, Paris, Letouzey & Ané, 124-204.

—2002. Questions autour des premiers empires : Akkad et Ur III, in Charvát P., Lafont B., Myná J. (éds), L’État, le pouvoir, les prestations et leurs formes en Mésopotamie ancienne. Actes du Colloque assyriologique franco-tchèque. Prague, Charles University in Prague, 67-77.

Michalowski P. 1989. The Lamentation over the Destruction of Sumer and Ur, Winona Lake, Eisenbrauns.

Muller V. 2013. Le sumérien à l’ère du numérique (2), ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 25 octobre 2013. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/1875

Molina M. 2005 . The corpus of Neo-Sumerian tablets: an overview in Garfinkle S., Johnoson J.C. (éds.), The Growth of an Early State in Mesopotamia: Studies in Ur III Administration, Madrid, Consejo superior de investigaciones científicas, 19-53.

Sallaberger W., Westenholz A. 1999. Mesopotamien: Akkade-Zeit und Ur III-Zeit. Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht (OBO 160/3).

Steinkeller P. 1987. The Administrative and Economic Organization of the Ur III State: The Core and the Periphery, in Gibson McG. et Biggs R. D. (dir.), The Organization of Power: Aspects of Bureaucracy in the ancient Near East, The Oriental Institute of the University of Chicago, Chicago, 19-41.

L’auteur

Sophia Witzig est doctorante à l’Université Lumière-Lyon 2, Doctorat Mondes anciens, ED 483, rattachée au laboratoire Archéorient UMR 5133, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Sophia Witzig. Gouverner à Sumer au 21e siècle (av. J.C.), ArchéOrient - Le Blog, 9 décembre 2016, [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/6934

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *