Médiation et recherche en archéologie : « Yes, we scan ! »

Qu’y a-t-il de commun entre un cercle de réflexion « Révéler l’invisible : innovation, numérique et médiation » organisé en Ardèche et le marathon culturel Museomix dans un musée d’archéologie, au cœur de l’ancien monde arverne ? Archéorient, bien sûr !

En quelques jours, la Maison de l’Orient et de la Méditerranée et Archéorient sont intervenus conjointement lors de deux événements majeurs de la médiation numérique de l’archéologie en Région Auvergne Rhône-Alpes : d’abord pour participer à une réflexion collective sur les synergies à inventer entre acteurs privés et publics au service de la promotion du patrimoine pariétal, ensuite pour tenir un rôle d’« ingénieux » dans un événement éphémère, connecté, poétique, festif… et scientifique autour de la céramique, en particulier sigillée.

Premier acte : 10 novembre, Caverne du Pont-d’Arc

La MOM et Archéorient ont été invités, dès la mi-2015, à se joindre au projet de territoire « Image numérique & patrimoine » porté par les collectivités du Sud-Ardèche. Celui-ci s’inscrit dans la continuité de la réalisation de la Caverne du Pont-d’Arc, la reconstitution en « béton numérique sculpté et peint à la main » de la grotte Chauvet – déjà un très grand succès touristique, sans aucune concession à la fidélité des données scientifiques restituées. Or, l’antenne CNRS de Jalès est l’une des deux structures de recherche présentes dans le département, et la seule dédiée aux mondes anciens.
L’objet de la séance de réflexion collective organisée le 10 novembre sur le site de la Caverne était de confronter l’expérience accumulée dans la reconstitution et la médiation-valorisation de la grotte Chauvet et le réservoir d’innovations complémentaires que représentaient les chercheurs, start-ups et autres sociétés d’ingénierie réunis ce jour-là.

Divers exposés par Marie Bardisa, conservatrice de la grotte Chauvet, Richard Buffat, directeur du Syndicat mixte d’exploitation de la Caverne et « patron » du chantier de la reconstitution, Gilbert Mantovani, expert de la médiation des grottes ornées ou non, Didier Cailhol, chercheur géologue… ont montré ce que chacun a pu déjà retirer et peut encore espérer des numérisations successives du relief intérieur (sols et parois) et des décors de Chauvet. Résolution avec pas de 1 à 13 mm selon les espaces, 40 milliards de points relevés, 80 000 photographies couvrant 80 % de la grotte : l’ensemble des données a nourri un programme de photogrammétrie avec calcul en multi-corrélation de points, hébergé par une ferme de calcul dédiée, pour un modèle final de restitution d’une densité de points supérieure à celle d’un scanner laser (75 à 100 pixels/mm2, soit la limite de la puissance d’accomodation de l’œil) – l’objectif scientifique du programme, du point de vue de la conservation, étant de pouvoir s’affranchir de la descente en grotte pour une observation humaine.

Fig. 1 : releve-geomorphologique-a-permis-aux-chercheurs-de-realiser-le-modele-3D-de-la-grotte-avec-les-differentes-textures-geologiques

Fig. 1 : Une illustration partielle du modèle des données relevées. © Campenon Bernard Régions – Edytem – Pérazio

Fig.2 : Du relevé à la trame ferraillée du béton et à la pose du décor finalisé

Fig.2 : Du relevé à la trame ferraillée du béton et à la pose du décor finalisé. © Sycpa, Carole Fritz, Sébastien Gayet

Fig. 3 : Le retour de l’ours des cavernes : grrrooaarrr !

Fig. 3 : Le retour de l’ours des cavernes : grrrooaarrr ! © Sycpa – Sébastien Gayet

Couplée à une approche SHS (socio-environnementale, archéologique…), l’expertise accumulée ouvre la voie à une vision nouvelle de la présentation au public d’un tel patrimoine : non plus en termes génériques (l’eau, les concrétions, l’Homme, les premières manifestations sensibles et cultures matérielles), sans cesse copiés et ressassés d’un site à l’autre, mais une micro-histoire, site par site, de la part d’histoire humaine jouée localement et de ses particularités.
L’ensemble des savoir-faire devrait converger en la création, financée par un chapitre du Contrat de plan État-Région, d’un institut à vocation mixte – recherche et valorisation – baptisé IFREEMIS, auquel la MOM et Archéorient ont été invités à se joindre.

Fig. 4 : Approche synoptique du projet IFREEMIS, incluant l’archéologie

Fig. 4 : Approche synoptique du projet IFREEMIS, incluant l’archéologie

Deuxième acte : 11 novembre, musée de la Céramique de Lezoux (Puy-de-Dôme)

 Dès le lendemain, Archéorient et son expertise en scanners 3D portatifs, en la personne de Shadi Shabo, étaient l’un des « ingénieux » réunis pour accompagner le « makeathon culturel » Museomix : l’invasion généreuse et festive d’un musée par une centaine de « visiteurs invités » dont l’objectif commun est la réalisation, en équipes pluri-compétences, de dispositifs de médiation innovants, dans une démarche d’énergie créative et de prototypage rapide (do it yourself : DIY) : 3 jours pour concevoir, designer, fabriquer… et accompagner le test de ses créations par le public.

Le « numérique » et les outils de Fablab (lieu technologique ouvert dont le modèle a été défini par le Massachussets Institute of Technology), en tant qu’outils d’accélération de la création et de multiplication des possibles, sont au cœur de l’événement, décliné en 2016 dans 17 musées répartis dans 5 pays (France, Italie, Belgique, Suisse, Canada).

Côté Auvergne Rhône-Alpes, le musée « remixé » était le musée départemental de la Céramique de Lezoux, qui présente les collections archéologiques issues du site éponyme. Du début de notre ère au Ve siècle, les potiers gallo-romains y façonnèrent des centaines de millions de récipients en terre cuite, vases à boire, vaisselle de table, cruches, marmites, pots destinés à la cuisine ou à conserver des aliments, tuiles, tuyaux, amphores… Tout ce qui pouvait être fabriqué en terre cuite et servir à la vie de tous les jours semble l’avoir été à Lezoux ! Dont la fameuse vaisselle « sigillée » : une vaisselle de table, de couleur orangée ou rouge, décorée de motifs en reliefs et, la plupart du temps, signée par le potier. Elle fut fabriquée durant les cinq premiers siècles de notre ère et commercialisée en masse, et à grande échelle au IIe siècle, dans tout le monde romain occidental. Installé dans une ancienne fabrique de poteries réhabilitée, le musée abrite deux fours monumentaux du XIXe siècle, à laboratoires superposés (7 m de diamètre sur 10 m de hauteur), qui apportent une couleur particulière à la muséographie et à l’ambiance du lieu.

Fig. 5 : La partie supérieure du four, au 1er étage du musée

Fig. 5 : La partie supérieure du four, au 1er étage du musée

Mais qu’allait donc faire Archéorient dans cette trirème (galère antique) ? Apporter l’expertise acquise grâce au projet ArchéObjets 3D mené en 2015-2016 dans le cadre du PALSE-IPEM : scannérisation en 3D de collections d’artefacts, à des fins d’étude distante, sans risque pour l’objet lié à sa manipulation. Dans un musée présentant au public, sous vitrine, des centaines d’objets représentatifs d’une production standardisée, il était logique d’offrir la possibilité d’une reproduction numérique, potentiellement infinie, d’un échantillon. Parallèlement, des imprimantes 3D offraient d’ailleurs la possibilité de… rematérialiser des variantes de l’original.

C’est ainsi que Shadi Shabo a accepté une double mission : numériser une série d’artefacts dont les museomixeurs pourraient s’emparer, virtuellement, au gré de leur créativité, et dans le même temps former de futurs utilisateurs des machines acquises par Archéorient : deux scanners Artec (modèles Eva et Spider) adaptés l’un aux tessons et petits objets, l’autre aux pots, jarres, amphores, etc.

museomix museomix-122
Fig. 6 : De la vitrine au tesson numérique. © Brian Béduchaud/CD63/Museomix

Dans le scénario de Museomix, le premier jour est celui du remue-méninges, de l’idéation et de la cristallisation progressive des idées collectives. C’est le règne du « design thinking », des diagrammes d’interaction, des débats et des premières recherches de solutions opérationnelles : le rôle des « ingénieux » tels que Shadi, est essentiel à ce stade. Et comme tout échange, celui-ci n’est pas à sens unique : les équipes ont souvent des idées qui détournent l’usage habituel d’une technologie, ce qui devient une source d’inspiration nouvelle pour les experts.

museomix-81 museomix-114
Fig. 7 : Post-It et paper-board sont les deux mamelles de la création numérique. © Brian Béduchaud/CD63/Museomix

Troisième acte : 12-13 novembre, musée de la Céramique de Lezoux

Les deuxième et troisième jours sont un (très) long sprint raisonné pour les participants et leur écosystème : affiner la matérialisation de l’idée, imaginer des solutions sophistiquées ou de subtiles tricheries pour obtenir ou faire « voir » au public l’effet désiré, et puis organiser, découper, clouer, coder, régler, redécouper, tester, recoder… y compris une bonne partie de la nuit. Le rôle des ingénieux, de leurs expertises et de leurs technologies est là encore décisif pour trouver des solutions ou simplement mettre la main… à la pâte. Merci Archéorient !

museomix_j2-90 museomix_j2-19
Fig. 8 : Du réel au virtuel, de la matière à sa modélisation. © Brian Béduchaud/CD63/Museomix

Le troisième et dernier jour, le verdict tombe : que va dire le public ? Les équipes (et les musées) s’aperçoivent en général ce jour-là qu’au fond, les visiteurs se moquent pas mal des collections : ils viennent au musée pour vivre et/ou ressentir une expérience. Sentir la présence du passé, se glisser dans l’atelier de l’artiste ou dans les pas du conservateur : ce que presque toutes les études nous disent, Museomix permet de le faire exister pendant quelques heures.
En voici quelques résultats :

museomix_j3-61 museomix_j3-133
Fig. 8 : « Sigillée truck » : faire sa pâte soi-même, façon food truck. © Brian Béduchaud/CD63/Museomix
museomix_j3-67 museomix_j3-62
Fig. 9 : D’autres prototypes testés par le public : « Back to Lezoux ! » : venu du futur, s’immerger dans l’atmosphère sonore d’un atelier de potier antique. © Brian Béduchaud/CD63/Museomix
museomix_j3-112

Fig. 10 : « Le labo expérimental de la matière ». © Brian Béduchaud/CD63/Museomix

museomix_j3-122 Fig. 11 : « Pot’ring » (une battle d’hologrammes, façon slam)
Fig. 11 : « Pot’ring » (une battle d’hologrammes, façon slam). © Brian Béduchaud/CD63/Museomix

Épilogue : 13 novembre : « On r’viendra ! »

Ce qu’auront montré, chacun à sa façon, les deux événements auxquels se sont joints Archéorient et la MOM, c’est que la médiation de l’archéologie est en train de se transformer radicalement, et que les personnels de la recherche ont toute leur place dans cette (r)évolution.

L’archéologue a toujours été dans la Cité, à sa façon, entre la disponibilité généreuse des Fêtes de la Science et la tour d’ivoire de la recherche. La nouveauté est que la Cité le réclame au milieu d’elle, à cor et à cris. Elle a besoin de lui pour réinventer son rapport à son passé, et le lui fait savoir.

Fig 12 : L’équipe du musée de la Céramique – dont certains ont dormi sur place pendant l’événement ! –, applaudie par ses invités et les applaudissant en retour pour leur engagement et leur créativité.

Fig 12 : L’équipe du musée de la Céramique – dont certains ont dormi sur place pendant l’événement ! –, applaudie par ses invités et les applaudissant en retour pour leur engagement et leur créativité. © Brian Béduchaud/CD63/Museomix

L’auteur

Jean Pierre Girard est l’un des porteurs du projet Truelles & Pixels de médiation numérique de l’archéologie soutenu par la MOM. Il est aussi l’un des responsables de Museomix, en Auvergne Rhône-Alpes et en France.

Pour citer ce billet : Jean Pierre Girard. Médiation et recherche en archéologie : « Yes, we scan ! », ArchéOrient - Le Blog, 2 décembre 2016, [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/6889

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *