Une moisson expérimentale de céréales, Séranon (août 2016)

Du 22 au 27 août 2016, une session expérimentale de moisson et de traitement des céréales s’est tenue à Séranon, une commune de l’arrière-pays niçois située dans le parc naturel des Préalpes d’Azur. Organisées par Jimmy Linton et Fiona Pichon, ces expérimentations ont été prises en charge financièrement durant cette saison par l’Université de Liège et la Commission Européenne à travers les subsides de la bourse post-doctorale Marie-Curie Cofund de Jimmy Linton. Elles ont aussi bénéficié du soutien de Patricia Anderson, directrice de recherche au CEPAM (CMRS-UMR 7264) à Nice. Travaillant sur les origines des techniques agricoles, Patricia a mené de nombreuses expérimentations sur les céréales sauvages en Syrie, dans le sud-est de la Turquie et à l’Institut de Préhistoire orientale de Jalès en France (Anderson et al., 1991 ; Anderson, 1992), puis dans les Alpes-Maritimes avec la moisson et le dépiquage au tribulum, notamment dans le cadre du GDR 2517 (2002-2014) et du programme EARTH.

L’équipe se composait de neuf expérimentateurs, archéologues-tracéologues, post-doctorants et doctorants (Fig. 1) travaillant sur des industries lithiques paléolithiques et néolithiques du Proche-Orient et de la Méditerranée et sur des industries lithiques et osseuses des villages néolithiques littoraux des lacs nord-alpins. La problématique de recherche qui a guidé les expérimentations de moisson était de déterminer si, du point de vue des traces d’utilisation observées a posteriori sur les outils, une variabilité pouvait être observée entre la coupe haute (sous les épis) et la coupe basse (près du sol). Certains participants ont également mené des expérimentations exploratoires dans l’objectif de se familiariser avec les gestes de la récolte et de se constituer un premier référentiel de traces de moisson et de traitement des céréales sur des outils en silex, en os et en cuivre.

Fig.1: Photographie des participants aux moissons de céréales à Séranon 2016. De gauche à droite et de haut en bas : Nicolas Cayol, Carolyne Douché, Jimmy Linton, Manar Kerdy, Mustafa Al-Najjar, Patricia et Tony Anderson, Fiona Pichon, Sonja Kacar, Souhair Alkalesh, Ward Alkalesh et Sabine Negroni. Cliché : Mustafa Al-Najjar.

Fig.1: Photographie des participants aux moissons de céréales à Séranon 2016. De gauche à droite et de haut en bas : Nicolas Cayol, Carolyne Douché, Jimmy Linton, Manar Kerdy, Mustafa Al-Najjar, Patricia et Tony Anderson, Fiona Pichon, Sonja Kacar, Souhair Alkalesh, Ward Alkalesh et Sabine Negroni. Cliché : Mustafa Al-Najjar.

La coupe de plantes siliceuses (graminées, herbacées, céréales) produit sur les tranchants des lames en silex utilisées un lustre visible à l’œil nu. À partir des résultats de programmes expérimentaux, différents chercheurs ont proposé des critères, tels que la microtopographie et la brillance des micropolis, la densité et la morphologie des stries, pour distinguer les traces de moisson de céréales de la coupe des plantes siliceuses sauvages (Anderson, 1992 ; Korobkova, 1992 ; Jensen, 1995 ; Gibaja et Clemente, 1998 ; Unger-Hamilton, 1992).

Au sein même des traces de moisson de céréales, une variabilité des stigmates a été reconnue : elle s’exprime notamment dans la quantité de stries observée sur les micropolis et dans la composante plus ou moins abrasive de ces micropolis. À partir des travaux expérimentaux, cette variabilité a été mise en relation avec plusieurs facteurs parmi lesquels la durée d’utilisation des tranchants (Anderson, 1992), l’humidité des tiges – et donc la maturité des plantes – au moment de la coupe (plus les tiges sont sèches, plus le poli semble terne, plat et rugueux ; Anderson, 1991, 1992 ; Unger-Hamilton, 1992), la présence d’adventices dans le champ moissonné (plus les mauvaises herbes sont nombreuses, plus les polis sont striés ; Jensen, 1995) et la présence de particules abrasives entre l’outil et la matière travaillée (plus la coupe est proche du sol, plus les particules sont nombreuses, plus les stries sont nombreuses ; Anderson, 1991, 1992 ; Clemente et Gibaja, 1998).

Le champ moissonné durant cette saison expérimentale avait une superficie de 840 mètres carrés environ (Fig. 2). Les graines récoltées durant la moisson de l’été précédent (43 kilogrammes) ont été semées à la volée durant le printemps par M. Rebuffel, un agriculteur de la région de Séranon. Le terrain était dans l’ensemble plutôt meuble et le sédiment contenait de nombreuses pierres calcaires. La densité des tiges dans le champ a été mesurée sur deux surfaces d’un mètre carré chacune : l’un, en bordure de champ, comptait 530 tiges de céréales, parmi lesquels 3 étaient encore vertes, et 5 plantes adventices (principalement de l’ivraie, Lolium sp.) ; l’autre, au centre du champ, comptait 632 tiges de céréales, toutes mûres, et aucune adventice. Dans l’ensemble, le champ présentait peu de mauvaises herbes : les espèces identifiées sont la Renouée des oiseaux (Polygonum aviculare), l’ivraie (Lolium sp.), la camomille (Matricaria sp.) et le laiteron épineux (Sonchus asper).

Fig. 2 : Champ expérimental de céréales domestiques : Triticum Monococcum, également appelé petit épeautre, à l’état mûr. Clichés : F. Pichon.

Fig. 2 : Champ expérimental de céréales domestiques : Triticum Monococcum, également appelé petit épeautre, à l’état mûr. Clichés : F. Pichon.

Différents types d’outils de récolte ont été utilisés : des faucilles courbes à inserts multiples parallèles, dont l’emploi est notamment attesté en Syrie du Nord à partir du PPNB ancien (Ibáñez et al., 1998 ; Fig. 3.a et 5.a-c) ; une faucille courbe à inserts obliques (Fig. 5.a), modèle connu au Proche-Orient dès la fin du PPNB moyen (Astruc, 2004 ; Ibáñez et al., 1998) et en Méditerranée occidentale aux alentours de 6000 cal. BC (Ibáñez, et al., 2015) ) et des petits couteaux à manche latéral parallèle court présents entre autres dans les ensembles Horgen, un groupe culturel qui occupe le Plateau Suisse entre 3500 et 2900 av. J.-C. (Honegger, 2001 ; Figure 3.b). Les armatures ou lames en silex ont été fixées dans la rainure des manches en bois végétal ou animal grâce à des adhésifs (mélange de cire d’abeille et de résine, bitume). Des outils de récolte en os ont également été utilisés : une côte de bœuf (Fig. 4.a) et une mâchoire de bœuf (Fig. 4.b). Il s’agissait pour M. Kerdy de tester le fonctionnement et l’efficacité des outils en os dans le processus de récolte des céréales. En effet, plusieurs vestiges de côtes découverts dans des assemblages néolithiques de sites lacustres pourraient avoir été utilisés pour moissonner des céréales parallèlement aux outils en silex. Deux hauteurs de coupe ont été pratiquées : une moisson haute environ 30 centimètres sous les épis (Fig. 3 et 4) et une moisson basse, qui présente l’avantage de récupérer à la fois les grains et la paille et de ne rien laisser dans le champ, à 15 centimètres du sol en moyenne (Fig. 5).

Fig. 3 : Moisson de céréales domestiques (T. Monococcum) en coupe haute, à environ 30 centimètres sous les épis les plus hauts, à l’aide d’une faucille courbe (a) ou de couteaux à moissonner (b). Les armatures sont en silex. Clichés : F. Pichon et N. Cayol.

Fig. 3 : Moisson de céréales domestiques (T. Monococcum) en coupe haute, à environ 30 centimètres sous les épis les plus hauts, à l’aide d’une faucille courbe (a) ou de couteaux à moissonner (b). Les armatures sont en silex. Clichés : F. Pichon et N. Cayol.

Fig. 4 : Moisson de céréales domestiques (T. Monococcum) en coupe haute, à environ 30 centimètres sous les épis les plus hauts, à l’aide d’une côte de bœuf (a) et d’une mandibule de bœuf (b). Clichés : M. Al-Najjar.

Fig. 4 : Moisson de céréales domestiques (T. Monococcum) en coupe haute, à environ 30 centimètres sous les épis les plus hauts, à l’aide d’une côte de bœuf (a) et d’une mandibule de bœuf (b). Clichés : M. Al-Najjar.

Fig. 5 : Moisson de céréales domestiques (T. Monococcum) en coupe basse, à environ 15 centimètres au-dessus du sol, à l’aide de faucilles plus ou moins courbes à inserts obliques (a) ou parallèles (b et c). Les armatures sont en silex. Clichés : N. Cayol et F. Pichon.

Fig. 5 : Moisson de céréales domestiques (T. Monococcum) en coupe basse, à environ 15 centimètres au-dessus du sol, à l’aide de faucilles plus ou moins courbes à inserts obliques (a) ou parallèles (b et c). Les armatures sont en silex. Clichés : N. Cayol et F. Pichon.

Une fois la récolte achevée, les gerbes de blé ont été disposées sur une aire de battage circulaire en terre (Fig. 6.a) pour un traitement au tribulum (Fig. 6.b et c).

Fig. 6 : Traitement de la récolte (battage) : dépiquage du blé récolté et hachage des tiges. (a) Gerbes de blé disposées sur l’aire de battage circulaire en terre en une couche épaisse. (b et c) Traction du tribulum et foulage par les chevaux sur les tiges permettant le dépiquage des grains et le hachage de la paille. (d) Détail d’une lame du tribulum après utilisation. Clichés : F. Pichon, M. Al-Najjar et S. Negroni.

Fig. 6 : Traitement de la récolte (battage) : dépiquage du blé récolté et hachage des tiges. (a) Gerbes de blé disposées sur l’aire de battage circulaire en terre en une couche épaisse. (b et c) Traction du tribulum et foulage par les chevaux sur les tiges permettant le dépiquage des grains et le hachage de la paille. (d) Détail d’une lame du tribulum après utilisation. Clichés : F. Pichon, M. Al-Najjar et S. Negroni.

Le tribulum est un instrument agricole utilisé grâce à la traction animale pour séparer les grains des tiges (dépiquage et égrenage) et hacher la paille en morceaux (Anderson, 2006). Il prend généralement la forme d’un traîneau en bois sur la face inférieure duquel sont insérés des éléments tranchants en pierre (Figure 6.d) – silex, obsidienne, basalte – ou en métal et qui est tracté sur le blé moissonné par un ou plusieurs animaux – bœufs, chevaux, ânes – selon une trajectoire circulaire (Figure 6.b et c ; Anderson, 2006). C’est l’action combinée du poids de l’instrument armé des inserts et du foulage par les animaux qui permet de couper les tiges et de séparer les grains de la paille et de l’enveloppe (Vargiolu et al. 2003, Anderson, 2006). Des exemples ethnographiques montrent l’utilisation de ces instruments en Syrie, en Anatolie, dans le sud des Balkans, en Grèce, dans le nord-ouest de l’Espagne ou dans les fêtes traditionnelles en Catalogne (Anderson, 2000).

L’emploi du tribulum est attesté archéologiquement au Proche-Orient à partir du Néolithique précéramique B, aux alentours de 8300 BP (Anderson, 2006), période où le bœuf, les céréales et certaines légumineuses sont domestiqués (Helmer et al., 1998). C’est l’identification des traces d’utilisation caractéristiques du tribulum sur des lames en silex (longues stries continues souvent courbes, arrachements en forme de comètes) et l’analyse de la morphologie des phytolithes prélevés au sein des habitats (bords caractéristiques d’une coupe nette et finesse de la fraction des phytolithes) qui a permis de déduire l’utilisation de cet outil agricole sur le Moyen-Euphrate dès le néolithique précéramique.

 D’autres méthodes ont également été testées sur une petite partie de la récolte pour le dépiquage : l’érussage, qui consiste à faire glisser transversalement une lame avec un angle oblique sur les tiges posées sur un tissu ou sur un support dur (Fig. 7.a), et une coupe des tiges posées directement sur le sol sous les épis (Fig. 7.b).

Fig. 7 : Traitement de la récolte (battage) : séparation des épis et des tiges par érussage (a) et par coupe, sous les épis, des tiges posées directement sur le sol (b). Clichés : N. Cayol.

Fig. 7 : Traitement de la récolte (battage) : séparation des épis et des tiges par érussage (a) et par coupe, sous les épis, des tiges posées directement sur le sol (b). Clichés : N. Cayol.

Après trois heures de battage, les différents produits obtenus (paille hachée et grains de céréales) sont séparés par vannage. Ils sont soulevés dans le vent à l’aide de fourches (Fig. 8.a et b) et retombent alors en deux tas différents : sous l’action du vent, la paille, plus légère, s’envole plus loin alors que les grains retombent directement au sol (Fig. 8.c). Dans les villages agricoles, les grains récoltés sont utilisés à des fins alimentaires et la paille hachée est utilisée comme fourrage ou litière pour les animaux ou encore comme combustible ou dégraissant végétal pour la terre à bâtir (Perello, 2013 et 2015).

Fig. 8 : Vannage de la récolte. Les produits du battage, paille hachée et grains, sont à l’aide de fourches (a et b) et retombent en deux tas différents sous l’effet du vent (c). Clichés : M. Al-Najjar et N. Cayol.

Fig. 8 : Vannage de la récolte. Les produits du battage, paille hachée et grains, sont à l’aide de fourches (a et b) et retombent en deux tas différents sous l’effet du vent (c). Clichés : M. Al-Najjar et N. Cayol.

Les expérimentations conduites cette année ont permis de récolter 203 kilogrammes de grains de céréales que nous espérons pouvoir semer l’année prochaine pour de nouvelles expériences et la poursuite de nos recherches. Nous envisageons également d’intégrer aux étapes de récolte et de battage des céréales celle du traitement des grains tel que le décorticage ou la mouture.

Bibliographie

Astruc L. 2004. Des pointes de flèches aux faucilles. Mutations économiques et sociales au VIIème millénaire av. J.-C. en Méditerranée orientale : l’exemple de la vallée du Balikh en Méditerranée (Syrie du Nord), Annales de la fondation Fyssen 18, 69-77.

Anderson P. 2006. Premiers Tribulums, Premières Tractions Animales au Proche-Orient vers 8000-7500 BP? : in Petrequin, P. et Arbogast, R.-M. (éds), De l’araire au chariot. Premières tractions animales en Europe occidentale du Néolithique à l’age du Bronze moyen. Actes du Table-tonde Internationale, Le Frasnois (Jura, 12-15 juin 2002), Éditions du CNRS, 299-316.

Anderson P. C. 1992. Experimental cultivation, harvesting and threshing of wild cereals and their relevance for interpreting the use of Epipalaeolithic and Neolithic artefacts, in: Anderson P. C. (éd.), Préhistoire de l’agriculture : Nouvelles approches expérimentales et ethnographiques, Paris, CNRS Editions, 179-210.

Anderson P. C. 2000. La tracéologie comme révélateur des débuts de l’agriculture, in : Guilaine, J. (éd), Les premiers paysans du monde. Naissance des agricultures, Paris, Errance, 99-119.

Anderson-Gerfaud P., Deraprahamian G., Willcox G. 1991. Les premières cultures de céréales sauvages et domestiques primitives au Proche-Orient néolithique : résultats préliminaires d’expériences à Jalès (Ardèche). Cahiers de l’Euphrate 5-6, 191-232.

Gibaja J. F., Clemente I. 1998. Working Processes on Cereals: An Approach Through Microwear Analysis, Journal of Archaeological Science 25-5, 457-464.

Helmer D., Roitel V., Sana M., Willcox, G. Interprétations environnementales des données archéozoologiques et archéobotaniques en Syrie du Nord de 16000 BP à 7000 BP, et les débuts de la domestication des plantes et des animaux, TMO 28-1, 9-33.

Honegger M. 2001. L’industrie lithique taillée du Néolithique moyen et final de Suisse, Paris, CNRS Éditions, 353 p.

Ibáñez J. J., Gibaja J. F., Gassin B., Mazzucco N. 2015. Les premières faucilles et l’expansion de l’agriculture en Europe, ArchéOrient – Le Blog (Hypotheses.org), 6 mars 2015. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/3788

Ibáñez J. J., Gonzalez-Uruijo J. E., Palomo A., Ferrer A. 1998. Pre-Pottery Néolithic A and Pre-Pottery Neolithic B Lithic Agricultural Tools on the Middle Euphrates: The Sites of Tell Mureybit and Tell Halula, in : Damania, A.B, Valkoun, J., Willcox, G., Qualset, C.O., (éds), The Origins of Agriculture and Crop Domestication, Alep, ICARDA, 133-144.

Jensen J. H. 1995. Flint Tools and Plant Working: Hiddent Traces of Stone Age, Aarhus University Press, Aarhus, 263 p.

Korobkova G.-F. 1992. The study of flint tools and the origin of farming in the Near East. Archaeological News 3, 166-180.

Perello B. 2013. La terre : matériau d’hier et de demain, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 16 mai 2013. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/1042

Perello B. 2015. Pisé or not pisé ? Problème de définition des techniques traditionnelles de la construction en terre sur les sites archéologiques, ArchéOrient – Le Blog (Hypotheses.org), 4 septembre 2015. file://localhost/%5BEn ligne%5D http/::archeorient.hypotheses.org:4562

Unger Hamilton R. 1992. Experiments in harvesting wild cereals and other plants, in : Anderson, P. C. (éd), Préhistoire de l’agriculture : Nouvelles approches expérimentales et ethnographiques, Paris, CNRS Editions, 211-224.

Vargiolu R., Zahouani H., Anderson P. C. 2003. Étude tribologique du processus d’usure des lames de silex et fonctionnement du tribulum, in : Anderson, P. C., Cummings, L. S., Schippers, T. K. Simonel, B. (éds.), Le traitement des récoltes : un regard sur la diversité du Néolithique au présent, Antibes, Éditions ADPCA, 439-454.

L’auteur

Fiona Pichon est doctorante en archéologie du Proche-Orient ancien, spécialité tracéologie, à l’Université Paris-Sorbonne sous la co-direction de Jean-Yves Monchambert (UMR 6137 – Orient et Méditerranée) et d’Éric Coqueugniot (UMR 5133 – Archéorient). Dans le cadre de sa thèse, elle étudie la fonction de l’outillage lithique néolithique de Dja’de-el-Mughara (Syrie).

Pour citer ce billet : Fiona Pichon. Une moisson expérimentale de céréales, Séranon (août 2016), ArchéOrient - Le Blog, 14 octobre 2016, [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/6667


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *