Hommage à Eddie Peltenburg

Cet été un collègue, un ami, Eddie Peltenburg, nous a quittés.
Ce serait faire injure à son caractère que de lui rendre hommage avec des mots tristes.
Car l’impression immédiate qu’on avait de lui, et l’image qui persistait, et qui persistera toujours, est celle d’un homme jovial, chaleureux, rieur et bon vivant.

Ce qui ne l’empêchait pas d’être un archéologue de haut niveau, habité par une curiosité scientifique sans limites. Et d’abord un archéologue de terrain, qui accordait une importance primordiale aux données de première main, avant tout exercice interprétatif. Son activité s’est principalement déployée au Proche-Orient, à Chypre et en Syrie, où il s’est consacré à la fouille de sites néolithiques aussi bien que de la période Uruk, ou plus tardifs.

A Chypre, dans le Centre Archéologique de Lemba qu’Eddie avait créé dès 1975 non loin de Paphos, sa convivialité a enchanté plusieurs générations d’étudiants et de chercheurs, notamment ceux des équipes françaises de Shillourokambos et de Klimonas (dirigées par J. Guilaine et J.-D. Vigne) qui y ont séjourné. Ce lieu chaleureux, bouillonnant d’échanges scientifiques, a servi de base à de nombreux projets archéologiques, comme la construction d’un village expérimental du Chalcolithique et la fouille de Myloukhtia. « Esprit aventureux », comme le relève l’annonce officielle de sa disparition, il a été l’un des premiers, à partir de la fouille de Myloukhtia, à attirer l’attention sur la précocité de la colonisation de Chypre (Peltenburg, Wasse (eds) 2004).

Parmi ses principales interventions de terrain, il a participé à la campagne de sauvetage liée à la construction du barrage de Tichrine, au Nord de la Syrie, en fouillant Jerablus Tahtani, au bord de l’Euphrate. Les réflexions que de très beaux résultats de terrain lui ont inspirées témoignent de ce même esprit aventureux et innovant. Ce site d’époque Uruk devient au IIIe millénaire l’établissement fortifié d’un petit Etat. Très vite, Eddie Peltenburg souhaite élargir la perspective en replaçant cette découverte dans le contexte de l’ensemble du Moyen-Euphrate où les fouilles de sauvetage se sont multipliées avant la mise en eau de trois barrages (Tichrine, qui le concernait, mais aussi Carchemish et Birecik en Turquie). La dynamique engagée le conduit à organiser une session de l’ICAANE à Berlin en 2004, dont le mérite essentiel a été de regrouper des archéologues travaillant de part et d’autre de la frontière syro-turque. La discussion pouvait ainsi s’engager entre chercheurs disposant de données nouvelles, issues de récentes explorations de terrain. L’ouvrage collectif de référence qui en résulte (Peltenburg 2007), paru peu de temps après une monographie importante sur le sujet (Cooper 2006), peut être considéré comme une étape majeure dans la compréhension des formes d’organisation sociale et politique du Bronze ancien au Levant Nord.

Lors d’un colloque organisé à Lyon par C. Marro et C. Kuzuoglu (Marro, Kuzuoglu 2007), Eddie Peltenburg apprit avec une vive curiosité la découverte récente de Tell Al-Rawda, ville remontant au milieu du IIIe millénaire. La discussion chaleureuse qui s’ensuivit fut si passionnée qu’elle déboucha, quelques mois plus tard, sur un article cosigné, paru dans la revue Antiquity (Castel, Peltenburg 2007).

L’équipe de fouille de D. Stordeur et la sienne étaient voisines lors des fouilles du site néolithique précéramique (PPNA) de Jerf el Ahmar. Les restes architecturaux, révélant la transformation des maisons rondes en maisons rectangulaires, puis l’existence d’un village bien organisé, l’avaient captivé. Il est venu plusieurs fois visiter notre fouille, toujours enthousiaste, et il nous a guidés, avec passion, lorsque nous avons visité la sienne. Nous avons été impressionnés par la qualité de la fouille et par les témoins des crues gigantesques et dévastatrices de l’Euphrate, qu’il évoquait avec éclat. Et tout finissait par de joyeux apéros et toujours l’envie de nous retrouver. Nous avons souvent partagé nos interrogations et nos réflexions, par exemple lors d’une réunion scientifique à Lyon sur le « Trou noir » (non publiée), zone de Syrie vide de sites, quelle que soit l’époque. Enfin, quand son épouse et ses collègues ont fait le projet de lui rendre hommage à travers un livre collectif, c’est avec joie qu’un article lui a été offert, sur un sujet qui l’intéressait particulièrement (Stordeur 2010).

Ainsi, du Néolithique à l’Age du Bronze, de Chypre à la Syrie du Nord, se sont tissés avec Eddie des liens scientifiques et amicaux privilégiés. Une préoccupation commune, cependant, nous rapproche particulièrement. Comme le soulignent ses collègues et ses proches, son attachement à la Syrie et au peuple syrien restait intense. Il entretenait toujours des échanges avec eux et souffrait profondément, comme nous tous, du malheur de ce pays.

Son épouse, Diane Bolger, qui partage cet attachement, a insisté lors de l’annonce de sa disparition, pour que l’on pense à lui en contribuant au soutien d’une association :  SAVE THE CHILDREN for Syrian refugees
Cette photo nous a été transmise par Diane Bolger, épouse de E. Peltenburg, que nous remercions ici avec chaleur. Elle a été prise à Kouklia, à environ 10 km à l’Est de Paphos, où le couple a travaillé ces quinze dernières années.

Cette photo nous a été transmise par Diane Bolger, épouse de E. Peltenburg, que nous remercions ici avec chaleur. Elle a été prise à Kouklia, à environ 10 km à l’Est de Paphos, où le couple a travaillé ces quinze dernières années.

Bibliographie

CASTEL C., PELTENBURG E. 2007. Urbanism on the Margins: Third Millennium BC Al-Rawda in the Arid Zone of Syria », Antiquity 81. 601-616.

COOPER L. 2006. Early Urbanism on the Syrian Euphrates. New York, Routledge.

 MARRO C., KUZUOGLU C. 2007. Sociétés humaines et changement climatique à la fin du troisième millénaire : une crise a-t-elle eu lieu en Haute-Mésopotamie ? Actes du Colloque de Lyon (5-8 décembre 2005) Varia Anatolica vol. XIX, Institut Français d’Etudes Anatoliennes, Paris, diffusion de Boccard.

PELTENBURG E., WASSE A. (eds.) 2004. Neolithic Revolution. New perspectives on southwest Asia in light of recent discoveries on Cyprus. Oxford, Oxbow Books

PELTENBURG E. 2015. Tell Jerablus Tahtani, Syria, I.  Mortuary practices at an Early Bronze Age fort on the Euphrates River. Oxford, Oxbow, Levant Supplementary Series 17.

STORDEUR D. 2010. Domestication of plants and animals. Domestication of symbols ? In D. BOLGER, L. C. MAGUIRE (Eds) Development of Pre-state Communities in the Ancient Near East: Studies in Honour of Edgar Peltenburg. Oxbow books. 123-130.

Les auteurs

 Danielle Stordeur est Directeur de Recherche émérite au CNRS. Préhistorienne, Néolithicienne, elle a été Directrice de la mission permanente El Kowm-Mureybet (Syrie) du Ministère des Affaires Étrangères. CNRS UMR 5133 – Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Corinne Castel est Directrice de Recherche au CNRS. Archéologue, spécialiste du Proche-Orient et des sociétés de l’Age du Bronze. CNRS, UMR 5133 – Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon. Directrice de la Mission archéologique franco-syrienne de Tell Al-Rawda (Syrie).

George Willcox est Directeur de Recherche au CNRS. Archéobotaniste, spécialiste de la domestication des plantes au Proche-Orient. UMR 5133 – Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Danielle Stordeur, Corinne Castel et George Willcox. Hommage à Eddie Peltenburg, ArchéOrient - Le Blog, 23 septembre 2016, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/6605


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *