Vers un projet d’étude archéologique du bâti de la commanderie de Jalès

Les ordres militaires sont connus pour leur rôle dans la défense des États latins en Terre Sainte pendant les Croisades. L’Ordre du Temple, puis l’Ordre de l’Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem ont possédé en Occident des milliers de domaines constitués à partir des donations des fidèles. Ces commanderies, qui rassemblaient à la fois des bâtiments, des terres, des droits et des hommes, ont formé l’arrière-garde des ordres militaires ; elles fournissaient, par leur production agricole et par leur rôle dans l’encadrement des fidèles, les moyens humains et financiers nécessaires aux activités en Orient. Installés dans tous les royaumes chrétiens d’Occident, de l’Angleterre aux pays baltes, de la Scandinavie à la péninsule italienne, du Portugal à Chypre, les templiers et les hospitaliers ont constitué un patrimoine important, bien que relativement méconnu du grand public.

Fig.1 : Localisation de la Commanderie de Jalès, en sud Ardèche, au pied des Cévennes (E. Régagnon)

Fig.1 : Localisation de la Commanderie de Jalès, en sud Ardèche, au pied des Cévennes (E. Régagnon)

Située au pied des Cévennes dans le sud du département de l’Ardèche (fig.1), la commanderie de Jalès est fondée par l’Ordre du Temple dans le deuxième tiers du XIIe siècle. Elle est établie à proximité de plusieurs axes de circulation, notamment la voie de Régordane, qui relie la ville du Puy, haut lieu de pèlerinage, à celle de St Gilles du Gard, qui abritait des établissements primordiaux d’embarquement vers la Terre Sainte. Moins prospère que la Provence, ce territoire possède néanmoins un potentiel de ressources agricoles et forestières, que 500 ans de gestion monastique ont su faire fructifier.

Encore isolée du reste de l’habitat comme elle l’était au Moyen Âge, la maison de la commanderie templière de Jalès se situe légèrement en hauteur dans la plaine environnante. Passé aux hospitaliers au début du XIVe siècle, puis vendu aux biens publics à la Révolution, le site a été habité en permanence jusqu’à aujourd’hui, restant axé autour d’une activité agricole. Inscrits partiellement au titre des Monuments historiques depuis 1981, les bâtiments sont maintenant en partie privés et en partie la propriété du Conseil départemental de l’Ardèche ; ils hébergent notamment l’antenne du laboratoire Archéorient.

Malgré les vicissitudes des siècles, l’ensemble de la maison de la Commanderie construite par les templiers est toujours parfaitement perceptible, et fait la singularité du site. Tout d’abord parce que seules les chapelles ou les églises du Temple sont en fait nombreuses ; ensuite, parce que les ensembles conventuels complets ou presque sont pour la plupart dus aux hospitaliers de Saint-Jean, et datent en majorité de la fin du Moyen Âge, voire de l’époque moderne ; Jalès est donc un exemple rare en France de Maison du Temple encore lisible, et dont l’architecture primitive est restituable par une analyse archéologique et pluridisciplinaire adaptée. Ce potentiel archéologique indéniable est encore renforcé par un riche chartrier médiéval et des archives modernes non moins abondantes, qui offrent l’opportunité d’approcher l’économie de la commanderie et fournissent des informations sur les bâtiments, les réaménagements, les fonctions des pièces, tous susceptibles d’être confrontés aux études de terrain.

Jusqu’à présent, l’ensemble de la commanderie templière de Jalès n’a jamais fait l’objet d’une étude globale et approfondie, et son histoire n’est connue que dans ses grandes lignes. Les multiples reprises des façades (fig. 2) laissent pourtant deviner une chronologie architecturale bien plus complexe.

Fig. 2 : Carte postale ancienne représentant la cour du puits (Ed. Balmelle)

Fig. 2 : Carte postale ancienne représentant la cour du puits (Ed. Balmelle)

Le laboratoire Archéorient a initié un projet d’étude archéologique du bâti en décembre 2015, avec l’idée de concrétiser cet objectif en développant pour cela un programme interdisciplinaire. Réunissant de nombreux partenaires, aussi bien dans les collectivités territoriales que dans le monde scientifique, parmi les entreprises privées et les associations locales, le projet est orchestré par une équipe de médiévistes archéologues du bâti, et s’appuie sur deux socles fondateurs : la recherche méthodologique, tissée par la collaboration de spécialistes issus de disciplines variées, et la formation des étudiants.

L’étude, prévue sur 4 ans, se décline en 6 volets d’investigations. Le premier d’entre eux portera sur le domaine archivistique. La gestion de la commanderie et de son territoire, soumise à des rapports réguliers au sein des ordres militaires, permet d’appréhender des indices qui seront d’une grande aide pour reconstituer son histoire. Ces recherches entrent dans le cadre d’une thèse préparée à Lyon 2 par Maxime Bonnal, et dirigée par Anne Baud (ArAr, Université Lyon 2) et Damien Carraz (Université Blaise Pascal, Clermont Ferrand 2). Traitant des ordres militaires dans le Vivarais, Jalès fait partie du corpus, et Maxime collabore naturellement au projet. Ces recherches seront l’occasion de compléter un fonds documentaire initié par Claudine Maréchal (Maison de l’Orient et de la Méditerranée), alors qu’elle travaillait entre 1986 et 1997 à la valorisation de la commanderie de Jalès. En cela, un programme de numérisation des archives historiques concernant Jalès est prévu en partenariat avec les Archives Départementales.

Les recherches en archives donneront également des renseignements de première main sur les activités agricoles de la commanderie et sur la valorisation de son territoire. Pour y répondre, une approche géographique est programmée, portant sur l’histoire du paysage et l’exploitation des ressources. Pilotée par Nicolas Jacob-Rousseau (Archéorient, Université Lyon2) et menée par un étudiant en master, cette étude donnera naissance à un SIG multiscalaire et diachronique, replaçant la commanderie dans son contexte géographique et environnemental. Ce système d’information sera étendu à l’échelle régionale, intégrant les Cévennes et l’accès à la mer, mais surtout développé à l’échelle du domaine de la commanderie. Enfin, un relevé micro topographique, centré sur l’extension de la maison de la commanderie sera réalisé, venant ainsi ajouter une troisième échelle au SIG. Ces relevés, effectués par Olivier Barge et Emmanuelle Régagnon (Archéorient) fourniront entre autres les repères cartographiques pour l’étude géophysique.

Fig. 3 : Premières expérimentations géophysiques au radar dans la cour du puits, avec C. Benech et L. Darras (photo : O. Barge)

Fig. 3 : Premières expérimentations géophysiques au radar dans la cour du puits, avec C. Benech et L. Darras (photo : O. Barge)

Ce volet, dirigé par Christophe Benech avec le concours de Lionel Darras (Archéorient), permettra une reconnaissance des sous-sols des parcelles attenantes à la commanderie. Cette prospection s’insère dans un projet de recherche méthodologique plus large, qui donnera lieu à l’expérimentation de plusieurs méthodes de prospection (fig. 3). Elles seront aussi étendues à d’autres surfaces, en particulier certains murs des bâtiments, recouverts d’enduits ou très épais, et pouvant cacher des indices de remaniements : l’utilisation du radar permettra alors de les sonder sans méthode intrusive. Afin de vérifier certaines hypothèses et d’alimenter l’étude du bâti, des sondages archéologiques sont également planifiés. Ils concerneront les fondations et les murs arasés apparents en surface dans les cours. Cette tâche sera prise en main par Audrey Saison, de la mission archéologique du Conseil départemental de l’Ardèche.

L’étude des élévations est évidemment la pièce centrale de ce projet. Elle sera abordée par deux approches distinctes, à savoir l’architecture et l’archéologie. Un cabinet d’architectes opérera, d’une part, sur les relevés plans, coupes selon les critères propres à leur métier. Il se penchera d’autre part sur la pathologie et le diagnostic sanitaire du bâti. Cette étude donnera lieu à une évaluation des travaux de restauration souhaitables, avec une hiérarchisation des priorités. Cet examen, indispensable pour le devenir de la commanderie de Jalès, entre dans les questionnements du Conseil départemental de l’Ardèche.

Fig. 4 : Affiche présentant l’intervention des étudiants en ENSA à Jalès, en Avril 2016 (A. Voisin)

Fig. 4 : Affiche présentant l’intervention des étudiants en ENSA à Jalès, en Avril 2016 (A. Voisin)

L’aspect formation ne sera pas négligé pour l’architecture, grâce au concours de l’association de développement local RESTe ! Accueillant depuis plusieurs années des jeunes de tous horizons sur son site de la Mérigue, elle propose entres autres des stages de construction. Antoine Voisin, architecte et membre de l’association, a déjà fait intervenir 22 stagiaires à Jalès pendant 4 jours au mois d’avril 2016. Etudiants en deuxième année d’Ecoles Nationales Supérieures d’Architecture (ENSA), ils venaient de partout en France : Grenoble, Montpellier, Lyon, St Etienne, et Versailles (fig 4). Se concentrant sur l’étude de l’aile nord de la commanderie, les étudiants ont d’abord calculé les grandes cotes et triangulé les mesures pour dégager la structure du bâtiment (fig. 5).

Fig. 5 : Croquis préparatoire de la façade de l’aile nord de la commanderie

Fig. 5 : Croquis préparatoire de la façade de l’aile nord de la commanderie

Ils ont ensuite procédé à la réalisation des plans pièce par pièce, sans négliger aucun détail constitutif : ouvertures (souvent moulurées), cheminées, plafond (fig. 6).

Fig. 6 : Croquis du relevé d’une pièce

Fig. 6 : Croquis du relevé d’une pièce

Les relevés font également état d’autres détails architecturaux : type de sol, aspect des murs. Enfin, les étudiants ont réalisé de nombreux croquis (fig. 7), de détails ou d’ambiance, qui illustrent la commanderie de façon très esthétique et inusitée dans nos disciplines.

Fig. 7 : Croquis d’ambiance de la porte XVIIIe de la cour du puits, par Laure Nicoud. Le porche sud de la commanderie, en bandeau dans ce billet, est signé Petra N'guyen

Fig. 7 : Croquis d’ambiance de la porte XVIIIe de la cour du puits, par Laure Nicoud. Le porche sud de la commanderie, en bandeau dans ce billet, est signé Petra N’guyen

L’étude archéologique du bâti, enfin, déterminera les relations physiques, stratigraphiques et chronologiques entre les bâtiments et leurs différentes composantes pour établir les phases de constructions et d’aménagements. Elle s’appuiera sur des séries de relevés déjà initiés par les architectes, et complétés pour les besoins de l’analyse. Du fait des surfaces importantes de murs, la photogrammétrie sera privilégiée, offrant l’opportunité d’une confrontation des méthodes utilisées pour la restitution du modelé de terrain et celles appliquées au bâti. Elle permettra également la modélisation en 3D de l’ensemble. Ce travail d’acquisition et de synthèse de données, au carrefour de l’ensemble des recherches du projet, sera orchestré par une entreprise d’archéologues médiévistes et spécialistes du bâti, Laurent D’Agostino et Evelyne Chauvin-Desfleurs (Atelier d’Archéologie Alpine). Ce volet permet également l’intégration de stages de terrain pour les étudiants en archéologie, dans le cadre des enseignements licence et master des universités de Lyon 2 et Clermont-Ferrand 2.

Le projet d’étude du bâti de la commanderie de Jalès propose d’obtenir une vision globale de la commanderie dans son histoire, tant du point de vue de son contexte historique et territorial qu’architectural. Jamais d’étude aussi complète sur le sujet n’a encore été menée en France, permettant d’attendre de nombreuses retombées scientifiques, tant du point de vue méthodologique que sur la connaissance des ordres militaires. C’est pourquoi dès sa conception, le projet accorde beaucoup d’importance à la valorisation, vers la communauté scientifique mais aussi auprès du grand public. Il s’appuie pour cela sur les compétences des collectivités locales, la Communauté de Communes du Pays des Vans et les municipalités des Vans et de Berrias et Casteljau. Le domaine associatif joue un rôle également important, par le biais d’ACT’Jalès, association des Amis de la Commanderie, qui oeuvre à faire vivre le site depuis 10 ans, en y organisant des visites, des concerts et des conférences. Outre des expositions au musée des Vans et à Jalès, cette diffusion vers le grand public pourra donner lieu à des journées de manifestations médiévales, grâce au concours de l’archéosite Randa Ardesca.

Cette année 2016 est donc préparatoire, et structure les forces pour un lancement, espère-t-on, en Janvier 2017. Les actions déjà mises en place ont été possibles grâce à un investissement fort de tous les acteurs du projet. Elles sont coordonnées par Laurent D’Agostino grâce à un contrat pris en charge par plusieurs partenaires : l’association ACT’Jalès, la Communauté de Communes, le laboratoire Archéorient, et dans une plus large part, le Conseil départemental de l’Ardèche. Au-delà des réalisations attendues, cette collaboration éclectique et dynamique rend le projet encore plus enthousiasmant.

Les auteurs

Emmanuelle Régagnon est ingénieure d’étude au CNRS. Topographe, Cartographe.
UMR 5133 – Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Laurent D’Agostino est archéologue indépendant, Atelier d’Archéologie Alpine. Ancien directeur de l’agence Rhône-Alpes pour le bureau d’études Hadès (2010-2015). Membre de la mission française au château des Hospitaliers de Saint-Jean de Belvoir en Israël.

Pour citer ce billet : Emmanuelle Régagnon et Laurent D’Agostino. Vers un projet d’étude archéologique du bâti de la commanderie de Jalès, ArchéOrient - Le Blog, 16 septembre 2016, [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/6580


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 18 septembre 2016

    […] Les ordres militaires sont connus pour leur rôle dans la défense des États latins en Terre Sainte pendant les Croisades.  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *