Pressure makes diamonds : le stage de taille de silex à Jalès (mai 2016)

Du 20 au 30 mai 2016, s’est tenu à l’antenne d’Archéorient en Ardèche, installée au sein de la Commanderie des Templiers de Jalès, le stage de taille expérimentale organisé annuellement par Frédéric Abbès (CNRS – Archéorient). Cette année,  le stage a réuni 16 participants (hormis les 3 encadrants) représentant une dizaine de nationalités différentes (française, ivoirienne, croate, italienne, syrienne, algérienne, belge et kurde) – débutants pour certains, davantage expérimentés pour d’autres – tous désireux de s’initier et de pratiquer la taille expérimentale du silex (fig. 1). L’hébergement des stagiaires s’est effectué sur place, dans les chambres du centre ou sous tente dans la cour, et les repas étaient préparés par l’ensemble des participants.

Fig. 1 : Photographie d’une partie des participants au stage expérimental de taille sur les marches de la commanderie de Jalès (2016).
Fig. 1 : Photographie d’une partie des participants au stage expérimental de taille sur les marches de la commanderie de Jalès (2016). De gauche à droite et de haut en bas : Ergul Kodas (encadrant), Rémy Thomas, Jérôme Kouadio, Florine Marchand, Michel Brenet (encadrant), Cécile Ménager, Sonja Kacar, Chloé Chapignac, Élise Cormarèche, Fiona Pichon, Mouloud Kada Mahammed, Frédéric Abbès (organisateur du stage et encadrant), Jérémie Vosges, Claire Brossard, Isabella Matera, Chiara Boni, Manar Kerdy et Mustafa Al Najjar. Sont absents sur la photographie : Claire Cohen, Marion Le Roy et Nicolas Tardy.
En technologie lithique préhistorique, la pratique de l’expérimentation est une démarche scientifique fondamentale pour comprendre les comportements techniques passés. En effet, si dans un premier temps, elle permet au chercheur de se familiariser avec les comportements mécaniques de la matière première et avec des méthodes et des techniques de taille telles qu’elles ont été reconstituées, l’objectif principal de toute approche expérimentale est d’être conduite en fonction des données archéologiques afin de les comprendre et de les interpréter.

Cette année, l’objectif du stage était d’initier les stagiaires à des méthodes et à des techniques « simples » de débitage de lame et de lamelle par percussion indirecte (chasse-lame) et par pression.

En technologie lithique, la « méthode » de taille est l’agencement, suivant une marche raisonnée, d’un certain nombre de gestes exécutés chacun grâce à une ou plusieurs technique(s). Ces dernières correspondent aux outils et aux gestes utilisés pour fractionner la matière (c.-à-d. la percussion directe avec un percuteur en pierre ou en bois, la percussion indirecte au punch, la pression, etc.) (d’après Inizan et al., 1995, p. 30.).

La technique de la percussion consiste à appliquer un choc sur la matière première pour la fractionner (Inizan et al., 1995, p. 30). Dans le cas d’une percussion dite indirecte, le coup est porté sur l’extrémité d’un outil, appelé chasse-lame ou « punch », qui est placé entre la matière première et le percuteur (fig. 2). Cet élément intermédiaire peut être en bois animal ou bois végétal, en os ou encore en métal. L’utilisation de cette technique – dont la première attestation est datée du Mésolithique – permet d’obtenir non seulement des éclats mais surtout des lames régulières.

Fig. 2 : Exemples de percussion indirecte au punch avec un maillet en bois. À gauche, punch en bois (É. Cormarèche) ; à droite, punch en bois de cervidé (C. Chapignac). Jalès, mai 2016.

Fig. 2 : Exemples de percussion indirecte au punch avec un maillet en bois. À gauche, punch en bois (É. Cormarèche) ; à droite, punch en bois de cervidé (C. Chapignac). Jalès, mai 2016.

La technique de la pression consiste à appliquer une pression sur la matière première, à l’aide d’un outil en bois végétal ou animal, en os ou en métal, afin de la fractionner (fig. 3). Il s’agit à la fois d’une technique de retouche, connue dès le Paléolithique supérieur, et d’une technique de débitage qui semble apparaître au Mésolithique, permettant l’obtention de lames et de lamelles très standardisées et une exploitation maximale des nucléus (Inizan et al., 1995, p. 77-78).

 Les recherches expérimentales conduites depuis les années 1960 (par ex. D. Crabtee, 1968 ; J. Tixier, 1984) ont permis de proposer l’emploi d’un outil appelé béquille, constitué d’un manche en bois et d’une pointe en os, en bois de cerf ou en cuivre, pour débiter des lames par pression. Cette béquille pourrait être manuelle ou d’épaule pour l’extraction des lamelles et pectorale ou abdominale pour l’obtention de produits laminaires plus longs (Inizan et al., 1995, p. 77 ; Abbes F. 2013 [en ligne] ; fig. 3).

Fig. 3 : Débitage expérimental par pression exercée à l’aide d’une béquille pectorale en bois avec pointe en cuivre. Jalès, mai 2016 (à gauche : F. Abbès, M. Al Najjar et M. Kerdy ; à droite : J. Kouadio).

Fig. 3 : Débitage expérimental par pression exercée à l’aide d’une béquille pectorale en bois avec pointe en cuivre. Jalès, mai 2016 (à gauche : F. Abbès, M. Al Najjar et M. Kerdy ; à droite : J. Kouadio).

D’autres dispositifs ont été imaginés pour expliquer la production des grandes lames (près de 40 cm) connues à partir du Chalcolithique et de l’Âge du Bronze (Inizan et al., 1995, p. 32), et non reproduites à l’aide des systèmes précédents. Il s’agit du levier qui, grâce à la force importante exercée par son bras (300 kilos), permet d’extraire des lames dont les dimensions sont comparables aux lames archéologiques. Enfin, un autre système a été mis au point par F. Abbès et H. Arrok (doctorant, Université de Lyon 2) : il s’agit d’un petit levier qui permet non seulement de reproduire les produits laminaires attribués à la pression par béquille mais également des lames régulières de plus de 25 cm de long et 3 cm de large.

Durant cette formation, ces deux techniques de débitage (c.-à-d. percussion indirecte et pression à la béquille) ont ainsi été expérimentées par les stagiaires (fig. 4 à 6).

Le débitage par pression a concerné essentiellement le silex qui provenait de Normandie ; toutefois, certains ont également pu s’essayer à la pression sur obsidienne. Pour la pression, l’une des opérations techniques les plus difficiles est la préparation du nucléus, étape fondamentale de la chaîne opératoire car c’est elle qui conditionnera le bon déroulement du débitage. Ainsi, sauf lorsque les stagiaires étaient suffisamment expérimentés pour assurer eux-mêmes cette étape, les nucléus étaient préparés par Frédéric Abbès. L’objectif de l’exercice consistait alors à mener un débitage de lames à deux nervures, c’est à-dire qu’à chaque lame obtenue, les deux nouvelles nervures qui apparaissent sur la surface de débitage permettent d’obtenir une nouvelle lame (fig. 4). L’immobilisation du nucléus – qui est particulièrement essentielle dans les débitages par pression – semble avoir constitué l’un des obstacles les plus difficiles à surmonter pour les stagiaires qui ont utilisé différents systèmes de calage, trous au sol ou dans des souches (fig. 5). Entre chaque lame obtenue, le plan de pression doit être préparé de nouveau par le dégagement d’une petite corniche et par abrasion, ce qui exige de dégager le nucléus puis de le caler à nouveau.

Fig. 4 : Production laminaire d’un débitage expérimental par pression sur obsidienne. Jalès, mai 2016 (M. Al Najjar et M. Kerdy).

Fig. 4 : Production laminaire d’un débitage expérimental par pression sur obsidienne. Jalès, mai 2016 (M. Al Najjar et M. Kerdy).

Fig. 5 : Débitage par pression à la béquille avec différents systèmes d’immobilisation du nucléus. Jalès, mai 2016 (à gauche : M. Al Najjar).

Fig. 5 : Débitage par pression à la béquille avec différents systèmes d’immobilisation du nucléus. Jalès, mai 2016 (à gauche : M. Al Najjar).

Le débitage par percussion indirecte s’est avéré quand à lui plus facile à appréhender. Les stagiaires réussissant assez rapidement (ce qui n’était pas le cas pour la pression) à produire des éclats allongés et des lames (fig. 2 et 6). Les deux techniques ont ensuite été combinées, la percussion indirecte au punch pour préparer et corriger les nucléus débités ensuite à la pression.

Fig. 6 : Produits laminaires et éclats allongés provenant d’un débitage expérimental par percussion indirecte au punch. Jalès, mai 2016 (M. Al Najjir).

Fig. 6 : Produits laminaires et éclats allongés provenant d’un débitage expérimental par percussion indirecte au punch. Jalès, mai 2016 (M. Al Najjir).

Tous s’accorderont à dire que si l’approche expérimentale développée durant ce stage est essentielle dans notre formation de technologue, ce stage constitue également un de ces moments d’échanges captivants et enrichissants entre des personnes provenant d’horizons différents. Certaines soirées ont également été l’occasion pour certains de tester arcs et sagaies expérimentaux et de bénéficier notamment des conseils de François Barbot en la matière (fig. 7).

Il est évident que ce type de rencontre influence grandement la construction de notre identité, non seulement en tant que chercheur, mais également en tant que personne. Le choix du lieu, cette commanderie médiévale dont les murs sont chargés de tant d’Histoire et d’histoire, participe pleinement de cette ambiance singulière.

Fig. 7: Moments de détente et tests de sagaies et arcs expérimentaux. Jalès, mai 2016.

Fig. 7: Moments de détente et tests de sagaies et arcs expérimentaux. Jalès, mai 2016.

Bibliographie

Crabtree, D.E. 1968. Mesoamerican Polyhedral Cores And Prismatic Blades. American Antiquity 33(4), 446–478.

Inizan M.-L., Reduron M., Roche H., Tixier J. 1995. Technologie de la Pierre Taillée, T. 4, CREP, Meudon.

Tixier J. 1984. Préhistoire de la pierre taillée, – Economie du débitage laminaire, T. 2, CREP, Meudon.

Webographie

Abbes F. 2013. Quelques réflexions sur les débitages de lame de silex par pression, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 27 septembre 2013. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/1672

Les auteurs

Fiona Pichon est doctorante en archéologie du Proche-Orient ancien, spécialité tracéologie, à l’Université Paris-Sorbonne sous la co-direction de Jean-Yves Monchambert (UMR 6137 – Orient et Méditerranée) et d’Éric Coqueugniot (UMR 5133 – Archéorient). Dans le cadre de sa thèse, elle étudie la fonction de l’outillage lithique néolithique de Dja’de-el-mughara (Syrie).

Sonja Kacar est doctorante en archéologie préhistorique à l’Université Toulouse 2 – Jean Jaurès sous la direction de Jean Vaquer et Catherine Commenge (UMR 5608- Traces) en co-tutelle avec l’Université de Zagreb (Croatie) sous la direction de Marcel Buric (Faculté de philosophie et lettres). Son sujet de recherche porte sur la néolithisation des façades orientales de l’Adriatique, notamment à partir de l’étude des industries lithiques.

Pour citer ce billet : Fiona Pichon et Sonja Kacar. Pressure makes diamonds : le stage de taille de silex à Jalès (mai 2016), ArchéOrient - Le Blog, 8 juillet 2016, [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/6401


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *