L’archéozoologie en Grèce protohistorique : une recherche en pleine expansion

Creuzieux - Aegaeum 14 - PhysisDepuis plusieurs années, les études sur le fonctionnement des sociétés en Égée protohistorique bénéficient de la multiplication des problématiques environnementales. La présence de plus en plus régulière de spécialistes dans les équipes de recherche permet la réalisation de véritables travaux interdisciplinaires traitant de l’exploitation des ressources, animales comme végétales, présentes à proximité des implantations humaines.

Pourtant, en Grèce, les études sur le matériel faunique n’ont pas toujours été systématiques depuis les premières grandes campagnes de fouilles de la fin du XIXe siècle. Les protocoles et des stratégies d’échantillonnages définis en amont comme le ramassage à vue, le tamisage ou la flottation n’ont été adoptés que récemment. Avant les années 1950, il était également courant que les restes de faune découverts en contextes archéologiques soient signalés dans les rapports de fouilles anciennes mais ne fassent pas l’objet d’analyses approfondies, et la plupart n’ont été ni conservés ni même collectés. Dans ce contexte et malgré une quantité d’informations publiées limitées, K. F. Vickery a pourtant effectué en 1936 un travail de synthèse sur l’ensemble des données disponibles traitant de l’économie animale pour les périodes préhistoriques et protohistoriques. Cette étude constitue le premier véritable travail de synthèse sur le sujet mais ne consiste encore qu’en une compilation de données provenant de carnets de fouilles et mentionnant simplement des noms d’espèces avec parfois quelques comptages succins.

Depuis 1846 et la fondation de l’École Française d’Athènes, une dizaine d’instituts étrangers ont vu le jour en Grèce. Ces derniers ont fortement contribué à la multiplication des études paléo-environnementales durant ces vingt dernières années. Cependant, l’émergence des premières réflexions concernant l’exploitation des ressources animales par les sociétés protohistoriques n’a véritablement débuté que dans les années 1950 à 1960, avec les premiers rapports d’études, souvent intégrés à des monographies. On peut citer entre autres J. Boessneck en 1962 sur le site d’ArgissaMagula en Thessalie et, E. S. Higgs la même année à Néa Nikomédia en Macédoine. Ces études étaient constituées d’une simple description ou d’un dénombrement des espèces présentes, mais les problématiques spécifiques à la discipline commençaient à émerger au sein de la littérature archéologique. Les premiers volumes entièrement consacrés à l’archéozoologie apparaissent avec l’analyse des échantillons osseux de Lerna, en Argolide (N. G. Gejvall 1969) et plus tard de Kastanas, (C. Becker 1986). Dès lors, les études replacent davantage les ossements dans leur contexte archéologique, fournissant ainsi de plus amples informations sur les modalités de gestion des espèces animales à l’échelle d’un site.

En parallèle, la création de la première chaire de Préhistoire à l’Université Aristote de Thessalonique a permis une augmentation du nombre d’études préhistoriques et protohistoriques en Grèce du Nord, notamment sous l’impulsion de D. R. Theocharis et G. H. Hourmouziadis à partir du milieu des années 1970. L’augmentation du nombre de sites fouillés pour ces périodes en est une conséquence directe et elle apporte une documentation plus fournie pour des chronologies qui étaient jusque-là moins bien connues. La Grèce septentrionale devient alors un terrain privilégié qui contribue grandement à la diffusion des problématiques environnementales sur l’ensemble du territoire égéen.

zooarchgrcbigÀ partir des années 1980, un nouveau seuil est franchi et l’on assiste en Grèce à la publication des premiers travaux de synthèse ou d’actes de colloques, les plus importants en termes de diffusion étant le « Reader’s Guide » de S. Payne en 1985, « Recent work in Greek Zooarchaeology » de D. S. Reese en 1994, les actes du colloque d’E. Kotjabopoulou en 2003 « Zoaarchaeology in Greece. Recent advances » et très récemment dans un registre plus large, les quatorzièmes rencontres égéennes internationales « Physis » en décembre 2012, dont la publication est prévue pour le premier semestre 2014. Ces travaux ont apporté de nombreuses informations tant en données chiffrées pour le territoire égéen en général qu’en articles méthodologiques, contribuant ainsi à élargir la diffusion des problématiques et des réflexions de la discipline, qui ne sont dès lors plus réservées aux seuls spécialistes du monde animal.

Depuis une quinzaine d’années, la généralisation des études environnementales dans les cursus archéologiques a fortement contribué à l’augmentation de l’intérêt porté à cette spécialité. Les travaux qui se sont alors multipliés se présentent principalement sous forme de synthèses bibliographiques ou ostéologiques sur des zones géographiques ou des chronologies précises. La thèse d’E. Yannouli (Université de Cambridge) sur des sites du Néolithique et de l’Âge du Bronze en 1993, ou plus récemment celle de J. Cantuel (Université Clermont-Ferrand II) sur l’apport de l’archéozoologie à la connaissance du Néolithique égéen en 2010 en sont de très bons exemples.

Une grande hétérogénéité apparaît entre les différentes périodes du point de vue de la quantité d’informations disponibles dans les données publiées. Certaines ont fait l’objet d’un nombre conséquent d’études, tandis que d’autres sont moins bien documentées. En ce qui concerne l’Âge du Bronze, le corpus est certes moins fourni que pour le Néolithique ou la transition Chalcolithique, mais il reste tout de même considérable, notamment grâce à ces études universitaires ainsi qu’aux campagnes de fouilles récentes. Un second point très intéressant apparaît avec la grande diversité des travaux au sein même de cette spécialité qu’est l’archéozoologie : ils ne se limitent pas aux mammifères mais concernent également les restes de poissons et de mollusques ainsi que l’artisanat sur matières dures d’origine animale : bois, os, écailles avec les travaux de R. Christidou (Université de Crète, associée au laboratoire Archéorient).

Creuzieux - US catCes dernières années, la multiplication des études interdisciplinaires réunissant des chercheurs de plusieurs pays démontre bien le dynamisme grandissant de ces recherches sur le monde animal dans l’Égée protohistorique. Le site d’Archontiko en Macédoine occidentale est de ce point de vue un exemple remarquable de collaboration entre archéozoologues français et grecs. L’association de chercheurs spécialisés en macrofaune terrestre (A. Gardeisen, UMR 5140 – Lattes ; A. Creuzieux, UMR 5140 – Lattes / Université Montpellier III), ichtyologie (T. Theodoropoulou, American School of Classical Studies at Athens), malacologie (R. Veropoulidou, Musée de la Culture Byzantine de Thessalonique), avifaune (L. Garcia Petit, Université de Barcelone), herpétofaune (M. Cheylan, Université Montpellier II) ou encore en paléo-parasitologie, permet une vision à la fois globale et détaillée. De plus, les discussions régulières avec les archéologues, archéobotanistes, géomorphologues et céramologues permettent d’obtenir une meilleure image de la manière dont ces sociétés tiraient profit de leur environnement.

Loin d’être systématiques, ces collaborations entre chercheurs grecs et étrangers sont toutefois de plus en plus nombreuses et permettent, à travers la diversité des questions abordées lors des discussions et des recherches, de mieux appréhender les modalités et la grande diversité de cette exploitation du monde animal. De nombreuses régions restent cependant toujours très peu documentées comme l’Epire ou la Thrace. Ces dernières constituent un laboratoire au potentiel énorme qui, à n’en pas douter, enrichira notre connaissance du fonctionnement de ces sociétés égéennes protohistoriques dans les années à venir.

Bibliographie indicative

Cantuel J. 2010. Les apports de l’archéozoologie à notre connaissance du Néolithique Egéen. Thèse de Doctorat vol. 1, Université Clermont-Ferrand II, 353 p.

Creuzieux A. en cours, Économie animale en Grèce septentrionale durant l’âge du Bronze. Thèse de Doctorat, Université Montpellier III.

Gardeisen A. 2003. Bouchées archéozoologiques, Revue Archéologique de Narbonnaise suppl. 35, 411-420.

Kotjabopoulou E. et al. 2003. Zooarchaeology in Greece. Recent Advances, British School at Athens Studies 9, Londres.

Lafineur R. (dir.) à paraitre. Actes du colloque Aegaeum 14: Physis, INHA-Paris, 10-14 Décembre 2012, à paraitre dans la série Aegaeum.

Payne S. 1985. Zoo-archaeology in Greece: A « Reader’s Guide, » in : Wilkie N. C. and Coulson W. D. E. (dir.), Contributions to Aegean Archaeology, Minneapolis, 211-244.

Reese D. S. 1994. Recent Work in Greek Archaeozoology, in :  Kardulias P. N. (dir.), Beyond the site, Regional studies in the Aegean area, Lanham-University Press of America, 191-221.

Theodoropoulou T. 2007. L’exploitation des ressources aquatiques en Egée septentrionale aux périodes pré- et protohistoriques, Thèse de Doctorat vol. 1, Université Paris-I, 628 p.

Yannouli E. 1994, Aspect of Animal Use in Prehistoric Macedonia, Northern Greece, example from the Neolithic and Bronze Age, Thèse de Doctorat, Université de Cambridge, 439 p.

L’auteur :
Aurélien Creuzieux est doctorant de l’Université Montpellier III.
Doctorat Temps, territoires, sociétés, développement – ED 60
UMR 5140 – Archéologie des sociétés méditerranéennes, Lattes


Pour citer ce billet : Creuzieux A., « L’archéozoologie en Grèce protohistorique : une recherche en pleine expansion », ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 8 mars 2013. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/629


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 9 mars 2013

    […] Depuis plusieurs années, les études sur le fonctionnement des sociétés en Égée protohistorique béné…  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *