Inhumer les morts au Proche-Orient ancien : existe-t-il une économie funéraire de prestige?

« Exercer le pouvoir est une manière de tromper la mort » (Thomas 1999 : 156).

L’exercice du pouvoir offre une part d’immortalité. Il est nécessaire de laisser des traces durables : la tombe est un moyen, au travers des sommes dépensées dans la construction et les rituels, d’imposer le prestige de l’individu et de son groupe dans le temps. L’ensemble symbolique et matériel fait partie du discours idéologique du pouvoir. Il légitime l’élite dirigeante, la famille et les successeurs directs du défunt. C’est ce que j’ai voulu démontrer dans mes recherches sur les tombes royales et de prestige en Syrie du Nord et en Mésopotamie au IIIe millénaire av. J.-C. (Lazzarini 2011). Cette étude est basée sur douze sites, de grande ou de petite taille, situés en Syrie du Nord, dans la Vallée du Moyen Euphrate et en Mésopotamie, dans lesquels ont été mises au jour des tombes monumentales (fig. 1). Les découvertes du début des années 2000 en Syrie du Nord (Umm el-Marra, Tell Banat, Jerablus-Tahtani) ont contribué à redéfinir le rôle des tombes de prestige dans les communautés et l’importance idéologique de ces sépultures monumentales pour les élites locales ou régionales. J’aborderais ici le lien entre économie et pratiques funéraires de prestige, que je souhaite approfondir. Le rôle idéologique des tombes de prestige ne peut être fondé que sur une économie spécifiquement dédiée à ces pratiques par les élites.

Fig. 1 : Carte des sites dans lesquels ont été mises au jour des tombes de prestige (Lazzarini C., Sanz S. 2011)

Fig. 1 : Carte des sites dans lesquels ont été mises au jour des tombes de prestige (Lazzarini C., Sanz S. 2011)

Un colloque, organisé en 2013 à la MAE de Nanterre sur le prestige et les formes de différentiation sociale (Hurlet, Rivoal, Sidéra 2014), montre combien cette notion interpelle notre imaginaire. Elle nous interroge sur les constructions symboliques de nos sociétés : hier comme aujourd’hui, le « bling-bling » est un support de communication politique, on y est sensible ou on déteste. Dans son acception contemporaine, le prestige se définit par la richesse et la position sociale de l’individu. Cependant, le terme que l’on emploie aujourd’hui vient du latin praestigium, c’est-à-dire l’illusion. Le prestige funéraire ne serait qu’une illusion ? La richesse et la position sociale de l’individu dans des tombes de Syrie et de Mésopotamie est un fait. L’apparat parfois exceptionnel, dans les Tombes Royales d’Ur par exemple, est utilisé pour « mettre en scène » le défunt et le pouvoir qu’il représente. Ne serait-ce qu’une facette de la médaille ? Je soutiens qu’à travers l’ornementation du corps du défunt et du mobilier, l’élite exerce une manipulation de l’image du mort et de son groupe (Lazzarini 2014b : 192). Le prestige impose l’admiration, mais il permet également, par divers « artifices », de manipuler la communauté pour permettre à l’élite de renforcer son pouvoir. Le prestige s’exprime au moment des funérailles publiques pour l’ensemble de la société, puis s’inscrit dans le temps avec le monument funéraire.

Les pratiques funéraires de prestige amènent nécessairement à s’interroger sur le financement de la tombe et de l’apparat des funérailles. Il s’agit en effet d’un investissement important, à long terme, et d’autant plus important qu’il est question de souverains. Des études ethnographiques en Papouasie-Nouvelle Guinée ont montré que les familles accumulaient des biens pour les rites funèbres de leurs défunts : plus le prestige du mort est grand plus l’accumulation est importante (Lepowsky 1989 : 217-219). J’émets l’hypothèse d’une économie, dans son acception la plus rigoureuse, proprement funéraire, si l’on considère que des biens de luxe et des biens périssables (céréales, viandes, liquides) ne sont produits, échangés et consommés que pour les funérailles. Les investissements concernent quatre secteurs : (1) la construction des monuments funéraires ; (2) le mobilier funéraire déposé à proximité du mort et dans la tombe ; (3) l’apparat des cérémonies funèbres (cortèges, prêtres, pleureuses) ; (4) le banquet funéraire.

La construction des monuments funéraires a un coût, en temps et en argent. Le projet est planifié pour les nécropoles (Ur) (fig. 2) et les constructions intra-muros (Umm el-Marra, Tell Banat – tombe 7, Jerablus-Tahtani). Les complexes funéraires intra-muros sont construits dans la première moitié du IIIe millénaire dans une période d’extension des sites et de profondes modifications de l’espace habitable avec la construction de fortifications (Peltenburg 1999 ; Porter 2002 ; Schwartz 2006). On assiste donc à des changements dans l’organisation sociale et politique des sites. Un pouvoir local s’impose, disposant à la fois, de ressources suffisantes et d’une main d’œuvre nombreuse pour investir dans ces « grands travaux ». Les nouvelles élites « spéculent » sur la future valeur politique, et idéologique des constructions funéraires monumentales en les insérant dans leur environnement architectural.

Fig. 2 : Plan des Tombes Royales, Cimetière Royal d’Ur (Lazzarini C. 2011)

Fig. 2 : Plan des Tombes Royales, Cimetière Royal d’Ur (Lazzarini C. 2011)

Les sépultures sont intégrées dans un système économique complexe. La richesse des biens personnels et des objets accumulés dans l’espace funéraire, établit les fortes capacités économiques des élites. Les États de Mésopotamie et de Syrie ont une économie agraire : la valeur des céréales est basée sur la valeur fixe de l’argent (Warburton 2014 : 127). C’est la capacité d’accumulation de surplus agricoles (Warburton 2014 : 128-29 ; Parker Pearson 2006 : 86) qui permet d’acquérir des produits de luxe provenant d’échanges à longue distance comme le lapis lazuli (Casanova 2014 : 40-42 ; Warburton 2014 : 219) et les métaux précieux. Le besoin de consommer de plus en plus de biens de luxe et de surplus permet de maintenir le prestige et le pouvoir des élites. L’État contrôle et gère les stocks de matières précieuses ou semi-précieuses ainsi que les ateliers artisanaux. La valeur commerciale du lapis lazuli, comme celle des métaux, est importante et donc centrale pour les souverains. L’élite accumule des surplus pour acquérir des produits de luxe pour sa consommation immédiate. La question qui se pose est : anticipe-t-elle l’acquisition et la production de biens pour les funérailles dans la gestion des surplus?

Il apparaît que la tombe de prestige joue un rôle dans la régulation de l’économie de l’État. Dans certaines tombes, des anneaux en argent ou en or ont été mis au jour, interprétés dans un premier temps comme des parures. Pourtant leur diamètre ne correspond pas à celui des chevilles, ou des poignets, ni de bras. De forme standard, ces anneaux sont déposés pour leur valeur purement économique. Ce sont des « monnaies » ayant une valeur d’échange correspondant à leur poids, au même titre que certaines armes (Dayton 1974 ; Archi 1985). La tombe est une réserve de matières précieuses, sous forme brute ou transformée, extraites du marché dans le but de maintenir un prix et éviter l’inflation (Parker Pearson 2006 : 86). Cette réserve peut être utilisée en cas de besoin. Les textes de Mari font acte de dépôts d’anneaux en argent dans des tombes de la famille royale et, dans l’un d’entre eux, le roi demande de récupérer les objets en métal d’une tombe royale à Terqa, pour subvenir à la demande (ARMT XXV 539, 571 ; Limet 1986 ; Charpin 1989). D’un autre côté, les tombes ont dû servir de cachettes pour protéger une partie de l’héritage des héritiers trop gourmands. Toute l’économie funéraire de prestige est gérée et est destinée aux souverains et aux personnalités royales.

Ajoutée à la valeur économique, il y a la valeur symbolique des objets et des matériaux (lapis lazuli, cornaline, or). Le lapis lazuli est l’un des exemples les plus significatifs pour les tombes de prestige : c’est la pierre liée au pouvoir et au divin (Casanova 2014 ; Lazzarini 2014a). La couleur et les matériaux (bleu, orangé, or) sont des symboles de prestige et un fondement du discours idéologique et social du pouvoir.

Le mobilier funéraire ne constitue pas, dans son intégralité, le « bagage indispensable pour l’au-delà » du défunt. Une partie du mobilier funéraire entre dans un « échange symbolique » : ce sont des « offrandes », c’est-à-dire des dons destinés aux divinités. L’une des orientations à développer pour l’étude des pratiques funéraires de prestige, à mon sens, concerne l’économie du don et du contre-don, particulièrement bien étudiée en anthropologie sociale depuis Mauss (Mauss 1999-[1950]). Les offrandes montrent la capacité du défunt à accumuler de la nourriture, des biens précieux de toute nature (huiles, pierres semi-précieuses) dans le seul but de les sacrifier. Ce don est inégal et place l’élite en position inférieure par rapport aux dieux, puisqu’il n’y a pas de contre-don : pourtant le « retour sur investissement » est énorme : il assure au pouvoir un fondement idéologique et une place privilégiée du défunt à leur côté. Le prestige du défunt et du groupe est la clé du don et il réside dans la mobilisation de surplus pour financer les offrandes.

Cette hiérarchie du don est également l’enjeu du banquet funéraire. Lors des funérailles, le repas réunit les personnalités qui gravitent autour du défunt et sa famille. Ce rituel commensal intervient à des moments cruciaux de la vie sociale. C’est un rite de passage durant lequel l’ensemble des acteurs, va recréer, redéfinir son statut social et politique et en particulier celui du défunt (Dietler 2001). Il est essentiel dans l’organisation sociétale mésopotamienne puisque c’est un thème iconographique très populaire sur les sceaux cylindres ou les objets déposés dans les tombes (par exemple l’Etendard d’Ur). Le banquet funéraire permet à l’un des membres de l’élite de se proclamer successeur et de se faire reconnaître dans son nouveau rôle. Il faut offrir une quantité de nourriture importante, de mets spécifiques et fournir de la vaisselle pour les nombreux invités. C’est toute cette capacité d’investissement qu’il faut démontrer en déposant les restes dans la tombe: c’est une interprétation envisagée concernant la vaisselle entassée dans certaines tombes (Pollock 2003 : 26).

Cette approche économique permet de mettre en lumière des axes de recherches inédits, jusqu’ici peu explorés, sur les pratiques funéraires de prestige. Elle nous montre l’importance sociale de la mort dans l’organisation du pouvoir.

Bibliographie

Archi A. 1985. Circulation d’objets en métal précieux de poids standardisé à Ebla, in : Durand J.-M., Kupper J.-R. (dir.), Miscellanea Babylonica : mélanges offerts à Maurice Birot, Recherches sur les civilisations, Paris, 25-33.

Casanova M. 2014. Luxuries of precious materials, the Royal Cemetery pf Ur (Iraq) and the lapis lazuli, witness of intercultural relations in the Near East, in : Casanova M., Feldman M. (dir.) Les produits de luxe au Proche-Orient ancien, aux âges du Bronze et du Fer,  Travaux de la MAE, René-Ginouvès 19, Paris, Editions de Boccard, 31-44.

Dayton J. 1974. Money in the Near East before coinage, Berytus XXIII, 41-54.

Dietler M. 2001. Theorizing the Feast, in : Dietler M. et Hayden B. (dir.) Feasts : archaeological and ethnographic perspectives on foods, politics, and power, Washington, Londres, Smithsonian Institution Press, 65-108.

Hurlet F., Rivoal I., Sidéra I. (dir.) 2014. Le prestige. Autour des formes de la différenciation sociale, Colloques de la MAE, René-Ginouvès 10, Paris, Editions de Boccard.

Lazzarini C. 2011. Les tombes royales et les tombes de prestige en Mésopotamie en Syrie du Nord à l’Age du Bronze Ancien, Thèse de doctorat soutenue à l’Université Lyon II sous la direction de Mr Olivier Rouault. [en ligne] http://theses.univ-lyon2.fr/documents/lyon2/2011/lazzarini_cm#p=0&a=top

-2014a. Manifestation du prestige dans les pratiques funéraires. Le mort, cet objet précieux, in : Casanova M., Feldman M. (dir.) Les produits de luxe au Proche-Orient ancien, aux âges du Bronze et du Fer, Travaux de la MAE, René-Ginouvès 19, Paris, Editions de Boccard, 157-169.

-2014b. Les symboles du prestige dans les pratiques funéraires : le pouvoir du mort, in : Pälzner P., Niehr H., Pernicka E., Lange S., Köster T. (dir.), Contextualising Grave Inventories in the Ancient Near East, Proceeding of a workshop at the London 7th ICAANE in April 2010 and an International Symposium in Tübingen in November 2010, Qatna Studien Supplementa Band 3, Wiesbaden, Harrassowitz Verlag, 189-199.

Lepowsky M. 1989. « Death and exchange : Mortuary ritual on Vanatinai (Sudest Island) », in Damon F.H., Wagner R. (dir.). Death Rituals and Life in the Societies of the Kula Ring, Nothern Illinois Press, Illinois, 199-226.

Limet H. 1986. Textes administratifs relatifs aux métaux, ARM 25, Paris, Recherches sur les Civilisations.

Mauss M. 1999 [1950]. L’énigme du don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques, in : Mauss M., Sociologie et Anthropologie, PUF, Collection Quadrige, 8e édition, Paris, 142-279.

Parker Pearson M. 1999. Food, sex and death : cosmologies in the British Iron Age with particular reference to East Yorshire, Cambridge Archaeological Journal 9, 9-18.

-2006. The archaeology of Death and Burial, The History Press, Stroud.

Peltenburg E. 1999. The Living and the Ancestor: Early Bronze Age Mortuary practices at Jerablus Tahtani, in : Del Olmo Lete G., Monterro Fenollós J.-L. (dir.), Archaeology of the Upper Syrian Euphrates The Tishrin Dam Area, Aula Orientalis Supplementum 15, Barcelone, Editorial AUSA, 427-443.

Pollock S. 2003. “Feasts, funerals, and fast food in Early Mesopotamian states,” in Bray T.L. (dir.). The archaeology and politics of food and feasting in Early States and Empires, London, Springer, 17-38.

Porter A. 2002. The Dynamics of death: Ancestors, Pastoralism, and the Origins of a Third Millennium City in Syria, BASOR 325, 1-36.

Schwartz G. 2006. Status, Ideology, and memory in Third-Millennium Syria: “Royal” Tombs at Umm el-Marra, in : Laneri N. (dir.), Performing Death. Social analyses of Funerary traditions in the Ancient Near East and Mediterranean, Oriental Institute Seminars 3, Chicago, 39-67.

Thomas L.V. 1999. Mort et pouvoir, Paris, Payot.

Warburton D.A. 2014. Theorical aspects of Bronze Age exchange : values and prices, in : Casanova M., Feldman M. (dir.), Les produits de luxe au Proche-Orient ancien, aux âges du Bronze et du Fer, Travaux de la MAE, René-Ginouvès 19, Paris, Editions de Boccard, 125-134.

L’auteur

Catherine Lazzarini est chercheur associée au Laboratoire Archéorient, spécialisée dans l’étude des pratiques funéraires de prestige en Mésopotamie. UMR 5133-Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Catherine Lazzarini. Inhumer les morts au Proche-Orient ancien : existe-t-il une économie funéraire de prestige?, ArchéOrient - Le Blog, 17 juin 2016, [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/6283


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 19 juin 2016

    […] Exercer le pouvoir est une manière de tromper la mort (Thomas 1999 : 156) L’exercice du pouvoir offre une part d’immortalité. Il est nécessaire de laisser des traces durables : la tombe est un moyen, au travers des…  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *