Une journée de réflexion autour du thème : « Religion et sociétés antiques du Proche-Orient et de Méditerranée. Apport des études iconologiques. Âges du Bronze et du Fer »

Programme de la Table ronde

Affiche de la table ronde (Conception graphique : EO – eo.croidieu.com)

Une table ronde portant sur les études iconologiques au Proche-Orient et en Méditerranée aux âges du Bronze et du Fer s’est tenue le 12 mai 2016 à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, dans la belle salle qui abrite la bibliothèque de Joseph Reinach.

La rencontre, organisée par les auteures de ce billet, a réuni huit chercheurs autour d’un thème commun. L’ objectif était de questionner les rapports entre religion et sociétés antiques par le biais de deux champs d’étude complémentaires, l’iconographie et l’iconologie. L’iconographie religieuse, du point de vue artistique et de celui des concepts qu’elle véhicule, renseigne sur les relations existant entre la religion et la société et ce à différents degrés : politique, économique, social, flux migratoires, transferts culturels, etc.
En cela, son étude participe à la définition de l’identité culturelle d’une société. L’ objet artistique ou artisanal est reconnu comme un document sémantique précieux, analysé sous le prisme de son contexte dans la perspective d’une interprétation historique et culturelle.

L’ organisation de cette journée répondait à la volonté de développer une synergie entre les laboratoires de la MOM qui, s’ils se caractérisent par des aires géographiques et chronologiques distinctes, développent des thématiques de recherches croisées. Cette rencontre s’inscrit donc dans le cadre de deux thématiques de recherche développées par les équipes d’Archéorient (axe « Identités et marqueurs culturels », responsables G. Palumbi et R. Crassard) et d’HiSoMA (programme « Lieux sacrés et pratiques religieuses », responsable S. Fourrier). Elle a reçu le soutien de ces deux laboratoires, de la MOM et de l’Université Lumière Lyon 2. La thématique rejoint aussi les orientations récentes de la recherche s’attachant à l’étude des sociétés antiques : citons, par exemple, le labex « ResMED » (UMR 8167 « Orient & Méditerranée », dir. B. Caseau) qui étudie le rapport entre religions et sociétés en Méditerranée des origines jusqu’au monde contemporain ; le labex « TransferS » (ENS/Collège de France, dir. M. Espagne) dont l’une des problématiques majeures est l’étude des transferts culturels en Méditerranée.

À cette étape du projet, l’appel à participation a été ouvert aux membres des laboratoires Archéorient et HiSoMA (chercheurs, enseignants chercheurs, post-doctorants et doctorants). Dans une perspective d’ouverture, que nous souhaitons développer pour les rencontres futures, nous avons eu le plaisir d’accueillir une collègue du Louvre, H. Le Meaux, conservateur du patrimoine au Département des Antiquités Orientales.

Les huit communications nous ont emmenés de l’Iran jusqu’en Europe occidentale et nordique. Elles étaient limitées à 30 minutes et ont été suivies chacune par des échanges.
Dans la matinée, Laura Battini s’est intéressée aux animaux représentés dans la parure funéraire du site mésopotamien d’Ur (IIIe millénaire av. J.-C.). Après avoir succinctement détaillé le bestiaire retrouvé dans le « cimetière royal » d’Ur, toutes catégories de mobilier confondues, la chercheuse a mis en lumière la sélection, dans le domaine de la parure, d’un certain nombre de représentations animales (lion, taureau, bouquetin, grenouille, poisson, etc.). S’interrogeant sur les raisons de ces choix, L. Battini a ainsi souligné la présence fréquente sur les amulettes d’animaux ovipares dont la ponte est prolifique.

Michèle Casanova s’est ensuite intéressée à la vaisselle de prestige en portant plus particulièrement son attention sur l’iconographie des vases en chlorite du IIIe millénaire, retrouvés sur une vaste aire géographique, depuis l’Asie centrale jusqu’au désert de Syrie. L’étude de cette catégorie d’objets a été renouvelée récemment par les découvertes de la région de Jiroft, en Iran du Sud-Est. M. Casanova, au travers d’une riche documentation iconographique, a abordé la question des lieux de production de cette vaisselle, de même que celle des destinataires de ces créations, supports d’un répertoire iconographique très riche. Pourquoi certaines formes et certains thèmes iconographiques sont-ils attestés sur une vaste aire géographique (par exemple, les vases à décor architectural) alors que d’autres sont circonscrits à la région de Jiroft et ne semblent pas avoir été exportés ? Certaines productions ont-elles pu correspondre à des commandes spécifiques ? Quelle valeur symbolique revêt leur décoration ? Quels liens peuvent être établis entre les représentations et l’écosystème ? Certains vases, tels ceux décorés de personnages cornus associés à des serpents, pourraient-ils être des faux ? Autant de questions posées par la chercheuse qui poursuit actuellement une recherche sur ces objets.

Les deux dernières communications de la matinée ont porté sur l’iconographie du royaume levantin d’Ougarit au Bronze récent. Aurélie Carbillet s’est intéressée à une petite série d’appliques murales décorées d’une tête de taureau découvertes à Ougarit. Les appliques murales sont des objets en terre cuite couramment découverts à Ougarit dans les niveaux du Bronze récent. Ces objets sont également répertoriés sur plusieurs autres sites levantins ainsi qu’à Chypre et plus rarement en Grèce. Le corpus d’Ougarit, récemment publié par la chercheuse, compte plus de 160 spécimens, dont plus d’une centaine d’inédits. Il s’agit, de loin, du corpus le plus important connu au Proche-Orient, comparable à celui du site chypriote d’Enkomi. L’une des spécificités du corpus d’Ougarit est la diversité des décors et l’absence ou le nombre relativement faible de comparanda pour certains d’entre eux. C’est notamment le cas des quatre exemplaires décorés d’un protomé de taureau. Des parallèles, peu nombreux et plus récents, sont connus sur les sites levantins de Megiddo et de Sarepta ainsi que sur le site chypriote d’Enkomi. Ougarit semblerait donc à l’origine de la création de ce type d’applique qui se serait ensuite diffusé ailleurs au Levant et à Chypre. A. Carbillet s’est par ailleurs interrogée sur la fonction de ces objets qui demeure à ce jour sujette à discussions ainsi que sur la connotation symbolique et religieuse des représentations de taureau dans la culture matérielle d’Ougarit et de Chypre.

Valérie Matoïan est quant à elle revenue sur l’iconographie de deux découvertes majeures d’Ougarit : la stèle du Baal au foudre et le vase de Niqmaddu. L’analyse de leur décor permet d’avancer plusieurs lectures. Selon les interprétations proposées, la figure royale est associée à l’image du roi vivant ou à celle du roi mort, « divinisé », conduisant à réfléchir à nouveau à la place du culte des ancêtres dans la société ougaritique, sur laquelle nous renseignent les textes. Parmi les pistes de recherche évoquées, V. Matoïan insiste sur la question de l’ambivalence des images, sur la mise en perspective des images et des realia mis au jour dans le même contexte, sur l’idée selon laquelle le décor d’une œuvre prend sens par sa mise en perspective avec le décor d’autres œuvres. En conclusion, la valeur documentaire du matériel ougaritique dans une approche diachronique est soulignée, en particulier pour l’étude des figures royales et héroïques du premier millénaire, au Proche-Orient et en Méditerranée.

Franck Perrin, qui a ouvert la session de l’après-midi, a mis en lumière, au travers de nombreux témoignages iconographiques et matériels, l’existence d’échanges entre les pays scandinaves, l’espace méditerranéen, l’Égypte et le Proche-Orient dans la seconde moitié du IIe millénaire av. J.-C. Les découvertes renseignent sur la circulation, à très longue distance, de matières premières (comme l’ambre de la Baltique) et d’objets manufacturés (comme des perles en verre). L’enquête iconographique est riche d’enseignements et offre de nombreuses pistes de recherche. Celle menée par F. Perrin l’a conduit à retenir, entre autres fils d’Ariane, le motif de l’astre solaire et celui de la navigation, identifiés sur de nombreux supports et qui pourraient témoigner de l’existence d’un culte solaire.

La communication d’Hélène Le Meaux a retenu, dans un premier temps, notre attention sur les régions occidentales de la Méditerranée en s’intéressant aux représentations de femmes ailées datées des VIIIe-VIe s. av. J.-C. découvertes dans la Péninsule Ibérique (Medellin, Posomoro). Après avoir minutieusement détaillé les différentes composantes de ces êtres hybrides et les mécanismes de composition, H. Le Meaux a pisté l’origine de ce motif pour lequel on trouve des parallèles à l’autre extrémité de la Méditerranée dans les ivoires du début du Ier millénaire de Nimrud et de Megiddo. Lors de la discussion, les orientalistes ont suggéré un ancrage proche-oriental encore plus ancien sur la base de comparanda avec l’orfèvrerie levantine de l’âge du Bronze récent (cf. les découvertes récentes réalisées dans les tombes royales de Qatna, antérieures de plusieurs siècles).

Clara Granger a présenté un pan de la recherche doctorale qu’elle mène actuellement sur les couples et paires d’entités surnaturelles en Grèce aux époques archaïque et classique, sous la direction de N. Richer. Dans le cadre de cette table ronde, C. Granger s’est plus particulièrement intéressée à la figure d’Héraclès sur la céramique attique du VIe siècle av. J.-C. et a montré comment une analyse fine des productions céramiques permet d’éclairer l’existence de rapports entre l’iconographie de ce héros idéal et la tyrannie des Pisistratides.

Enfin, Francesca Onnis a clos la journée avec une communication portant sur la chimère grecque, dont les mythes narrent la défaite par Bellerophon et dont les plus anciennes représentations connues apparaissent au milieu du VIIe s. av. J.-C. dans l’art corinthien dit orientalisant. Comprendre l’origine de cet être hybride – tenant à la fois de la chèvre, du lion et du serpent et dont le souffle avait, selon Homère, « l’effroyable jaillissement d’une flamme flamboyante » – a été au centre de sa démonstration. Cette enquête l’a menée en Asie Mineure et l’a conduite à proposer l’hypothèse d’une image ayant influencé le mythe.

La journée s’est terminée sur le souhait de toutes et tous de voir se créer une dynamique, peut-être sous la forme d’un groupe de recherche se réunissant régulièrement afin de confronter les approches de chacun, de mettre en parallèle nos questionnements, sur des sujets qui, dans l’avenir, mériteraient d’être plus ciblés.

Les auteurs

Aurélie Carbillet est archéologue, responsable d’opération et de recherche à l’Inrap, chercheuse associée à l’UMR 5189 – HiSoMA. Membre de la Mission archéologique syro-française de Ras Shamra – Ougarit et de la Mission française d’Amathonte de Chypre.

Valérie Matoïan est archéologue, chargée de recherche au CNRS (HDR). Directrice française de la Mission archéologique syro-française de Ras Shamra – Ougarit, UMR 5133 – Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon

Pour citer ce billet : Aurélie Carbillet et Valérie Matoïan. Une journée de réflexion autour du thème : « Religion et sociétés antiques du Proche-Orient et de Méditerranée. Apport des études iconologiques. Âges du Bronze et du Fer », ArchéOrient - Le Blog, 10 juin 2016, [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/6253


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *