Décrire le corps chez les anciens : entre Physiognomonie et Ekphrasis

Affiche BabMed Workshop

Affiche BabMed Workshop

Le BabMed Project est le premier groupe de recherche entièrement dédié à l’étude des sciences médicales babyloniennes. Créé en novembre 2013, il vise à rendre plus accessibles aux non-spécialistes les sources textuelles cunéiformes, afin d’en faciliter l’étude et la diffusion. L’équipe adopte également une approche comparative en cherchant à mettre en relation la médecine mésopotamienne avec les médecines antiques et talmudiques. C’est dans cette volonté de rapprochement entre les disciplines que des rencontres sont organisées chaque année, réunissant des spécialistes des mondes antiques, médiévaux, et modernes. Les 16 et 17 février 2016 a eu lieu à la Freie Universität de Berlin le troisième Workshop annuel du projet, organisé par J. Cale Johnson et Alessandro Stavru et intitulé : « Physiognomy and Ekphrasis: The Mesopotamian Tradition and its Transformation in Graeco-Roman and Semitic Literatures ». (cf. programme)

La physiognomonie consiste en l’observation des caractères externes du corps, dans le but d’en tirer des informations sur les caractères internes (personnalité, état de santé, émotions, etc.). L’ekphrasis a été définie par Aelius Theon, un sophiste alexandrin du 1er siècle ap. J.-C., comme « un discours qui présente en détail et met sous les yeux de façon évidente ce qu’il donne à connaître » (Patillon 1997 : 66). Il s’agit donc d’un outil rhétorique qui permet de provoquer une émotion chez le spectateur/lecteur. Si à première vue ces deux concepts ont peu en commun, une analyse plus poussée permet de montrer que les étudier ensemble n’est pas aussi étrange qu’il y paraît. En effet, comme l’a signalé A. Stavru dans sa communication inaugurale, on pourrait même voir la physiognomonie comme un outil ekphrastique : « looking beyond the actual physiognomic features to what these features point at/rhetorically evoke (emotion, character, future, etc.) » : une description qui permet, par un effet rhétorique, d’évoquer une réalité immatérielle.

Après les communications inaugurales de A. Stavru, J. Cale Johnson, et Markham J. Geller (créateur du projet BabMed), les deux jours de conférence ont été articulés en trois sessions, réunissant neuf intervenants.

  • La première session était consacrée aux sources mésopotamiennes :

Nils P. Heessel a introduit la session en passant en revue la tradition mésopotamienne des augures physionomiques puis en présentant le processus de canonisation d’une série textuelle physiognomonique. Si cette discipline est très répandue dans les textes mésopotamiens, le terme d’ekphrasis, en revanche, n’y connaît pas d’équivalent et n’est d’ailleurs quasiment jamais cité dans les études mésopotamiennes. Cale Johnson a donc tenté de voir s’il était possible de trouver des éléments que l’on peut qualifier d’ekphrastiques dans les sources littéraires. Pour ce faire, il s’est tourné vers les cycles mythologiques ainsi que les textes de dédicaces d’objets votifs. A ensuite suivi une session de lecture d’une série physiognomonique mésopotamienne, dont la 2ème tablette traite, entre-autres, des cheveux :

 Si les boucles sur la tête d’un homme tournent vers la droite : ses jours seront courts.

Si les boucles sur la tête d’un homme tournent vers la gauche : ses jours seront longs.

Si les boucles sur la tête d’un homme sont situées sur le côté gauche : …

Si les boucles sur la tête d’un homme tournent vers la droite et la gauche : il subira des pertes. » (TBP 22a, l. 1 – 4)

Fig. 3 : TBP 22a, 2ème tablette de la série physiognomonique mésopotamienne Alamdimmû (© CDLI)

Fig. 3 : TBP 22a, 2ème tablette de la série physiognomonique mésopotamienne Alamdimmû (© CDLI)

S’éloignant quelque peu du Proche-Orient, Kenneth G. Zysk a fait une présentation de la tradition physiognomonique indienne, attestée dès le 1er s. av./1er s. ap. J.-C. et encore pratiquée aujourd’hui. Il a également tenté d’établir des points de comparaison entre les sources littéraires indiennes et les sources grecques et mésopotamiennes, afin de voir si des parallèles apparaissaient. Enfin, Marvin Schreiber a présenté une étude comparée entre augures physionomiques et astrologiques dans les sources tardives babyloniennes et a démontré qu’il existait des précurseurs mésopotamiens à la tradition grecque de la mélothésie (tradition selon laquelle les astres ont une influence sur les membres du corps humain).

  • La deuxième session a été consacrée au monde gréco-romain :

Stavru a répertorié les sources grecques dans lesquelles apparaissent les concepts de physiognomonie et d’ekphrasis, d’Aristote à la seconde sophistique. En se basant sur le Statuarum Descriptiones de Callistrate, Maria Gerolemou a ensuite montré comment des techniques physiognomoniques pouvaient être utilisées comme outil ekphrastique, par exemple dans les descriptions de Callistrate. Gian Franco Chiai, à travers une lecture des textes de Suétone, nous a exposé comment ce dernier utilisait des descriptions physiques et physionomiques dans ses portraits des empereurs romains, dans l’optique d’induire une réaction particulière chez le lecteur, ces descriptions devenant de fait des outils ekphrastiques.

Une session de lecture a ensuite été consacrée aux descriptions physiognomoniques dans les textes grecs et latins. Là encore les cheveux font partie des éléments permettant de définir le caractère d’un individu, comme le montre ce texte rédigé par un auteur latin anonyme :

 Le cheveu qui est droit et en même temps noir ou sale et d’une rougeur aqueuse et épais indique un homme violent : il en appelle au porc. Le cheveu qui est doux et excessivement beau, rouge et fin indique un manque de sang et un esprit faible, féminin, sans virilité, et plus il est fin, plus l’homme est sournois.

La troisième session, consacrée aux textes arabes, a fait intervenir Antonella Ghersetti sur la physiognomonie dans la tradition islamique médiévale. Elle en a présenté les racines arabes préislamiques ainsi que les influences grecques. Enfin, Emily Cottrel et Regula Forster ont fait une présentation du traité « Sir al Asrar » (le Secret des Secrets), et son chapitre sur la physiognomonie, ainsi qu’un manuscrit physiognomonique inédit.

Fig. 4 : Page d’un manuscrit du Secret des Secrets (MS A 57, fol. 1b), sur lequel on peut lire : « Extraits de l’ouvrage sur la physiognomonie, ainsi que de l’art de la politique » (l. 3 – 4) (U.S. National Library of Medicine)

Fig. 4 : Page d’un manuscrit du Secret des Secrets (MS A 57, fol. 1b), sur lequel on peut lire : « Extraits de l’ouvrage sur la physiognomonie, ainsi que de l’art de la politique » (l. 3 – 4) ( © U.S. National Library of Medicine)

Ces deux jours de conférences ont donc rassemblé sur un sujet commun des spécialistes de différents domaines et différentes aires géographiques et historiques, permettant un dialogue fructueux entre les disciplines.

Le prochain Workshop se tiendra les 6 et 7 juin prochains, et sera consacré aux différents systèmes culturels de classification des maladies.

Bibliographie

Patillon M. et Bolognesi G. (ed.) 1997, Aelius Théon, Progymnasmata, Paris, Les Belles Lettres.

Auteur

Loubna Ayeb est doctorante à l’Université Lumière-Lyon 2, Doctorat Mondes anciens, ED 483, UMR 5133-Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Loubna Ayeb. Décrire le corps chez les anciens : entre Physiognomonie et Ekphrasis, ArchéOrient - Le Blog, 3 juin 2016, [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/6232

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 4 juin 2016

    […] Le BabMed Project est le premier groupe de recherche entièrement dédié à l’étude des sciences médicales babyloniennes.  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *