Les sépultures en jarre : tour d’horizon des pratiques pré- et protohistoriques

Fig. 1 : le logo du 10e ICAANE.

Fig. 1 : le logo du 10e ICAANE.

Un workshop international sur les sépultures en jarre s’est tenu le 27 avril 2016 à Vienne, dans le cadre du 10e ICAANE, organisé cette année par l’Institut OREA et hébergé par l’Académie autrichienne des Sciences du 25 au 29 avril 2016 (fig. 1).
Il était proposé par trois membres d’Archéorient (Bérengère Perello, Françoise Le Mort et moi-même) et s’intitulait Pot-burials in the Aegean and the Near East (6th-2nd millennium BC). Il visait à appréhender les contenants funéraires en terre cuite à une large échelle, tant géographique que chronologique : du Proche-Orient à la Crète en passant par le Caucase et la péninsule balkanique, et du Néolithique à la fin de l’âge du Bronze. En effet, les sépultures en jarre n’ont jamais encore fait l’objet d’une étude systématique à l’échelle de ce vaste domaine et en diachronie, alors qu’elles représentent un trait d’union significatif entre le Proche-Orient et l’Europe du Sud-Est au sortir du processus de néolithisation. La présence de divers spécialistes du sujet à Vienne, pour le 10e ICAANE, offrait une occasion idéale de conjuguer leurs expertises et de débattre collectivement : pour avancer, il faut parler (fig. 2) !

Fig. 2 : "Wir müssen reden !" : il faut causer ! (graffiti de la Bäckerstrasse à Vienne).

Fig. 2 : « Reden ist wichtig ! » : parler est important ! (graffiti de la Bäckerstrasse à Vienne).

Le but principal du workshop était de mettre en lumière le large spectre des pratiques que recouvre l’appellation « sépulture en jarre » : inhumation ou crémation, sépulture individuelle ou multiple, primaire ou secondaire, d’adulte ou d’enfant, intra– ou extra-muros, horizontale ou verticale, sans parler de la diversité des contenants en termes de forme, décor et taille. Il avait aussi pour ambition de détecter d’éventuelles relations interculturelles ou, au contraire, des spécificités locales. Quelques thèmes plus précis avaient été soumis à la réflexion des participants dès l’appel à contribution en mai 2015 : l’émergence de cette pratique funéraire en Méditerranée orientale, le problème de sa diffusion, ses relations avec d’autres types de sépultures, ses aspects symboliques, les rituels associés, les caractéristiques démographiques et sanitaires des sujets déposés dans des récipients en terre cuite, et pour finir le statut et la typologie des contenants, la question étant de savoir s’il s’agissait d’une production spécifique ou du recyclage de jarres de stockage.

Pour circonscrire le sujet, qui recoupait l’un des axes de recherche de l’équipe 4 du laboratoire Archéorient (« Pratiques funéraires : diversité, évolution »), les périodes postérieures à l’âge du Bronze avaient été délibérément exclues et les participants invités à privilégier les synthèses régionales plutôt que les études de cas.

Le workshop a réuni quinze chercheurs pour 13 communications (fig. 3) qui ont approché le sujet sous des angles aussi variés que ceux de l’anthropologie biologique, la typologie, l’économie, les pratiques rituelles et religieuses, l’iconographie, la cosmologie et l’ethnoarchéologie. Il était divisé en quatre sessions, consacrées respectivement à la Mésopotamie et au Levant (session 1), au Caucase et à l’Est de l’Europe (session 2), à la Grèce continentale et insulaire (session 3) et à la Crète (session 4), séparées par des temps de questions de 30 minutes. À midi, un repas pris en commun était offert par le laboratoire Archéorient et une discussion finale est venue clore la journée.

Fig. 3 : affiche du Workshop (DAO B. Perello).

Fig. 3 : affiche du Workshop (DAO B. Perello).

Dans la première session, Nicola Laneri s’est intéressé à la signification des contenants funéraires en terre cuite en partant des travaux de Claude Levi-Strauss pour mettre en évidence la dimension cosmologique du mélange argile-eau-feu et son rôle possible dans la généralisation de cette pratique chez les Assyriens et les Babyloniens entre le 3e et le 1er millénaire av. J.-C. Estelle Orrelle s’est ensuite penchée sur les premières sépultures en jarre néolithiques dans le Levant Sud, toutes en lien avec l’habitat et réservées à des enfants très jeunes ou morts en période périnatale, et a proposé d’y voir des sacrifices humains liés à des rituels de fertilité dans les premières sociétés agricoles, sur la base de comparaisons ethnographiques avec l’Afrique noire. Toujours au Levant mais à l’âge du Bronze moyen, les sépultures en jarre de Sidon (fig. 4) et d’autres sites levantins ont été présentées par Jwana Chahoud et Claude Doumet-Serhal et analysées selon une approche pluridisciplinaire tenant compte, en particulier, des restes animaux et végétaux déposés autour des tombes, témoins de repas funéraires.

Fig. 4 : jarre funéraire de Sidon, Liban (© Sidon Excavation).

Fig. 4 : jarre funéraire de Sidon, Liban (© Sidon Excavation).

À Sidon, les jarres funéraires sont majoritaires mais côtoient des caissons de pierre ou de brique crue et des inhumations en pleine terre. Elles contiennent des enfants ou des adolescents (et dans de rares cas une femme avec un fœtus/nouveau-né) au Bronze Moyen I mais une population plus diversifiée dans les deux phases suivantes, au cours desquelles les pratiques se complexifient avec la présence d’enclos funéraires puis de temples. Les corps sont systématiquement placés en position fœtale. À ce jour, les critères qui présidaient au choix de ce type de sépulture plutôt qu’à d’autres durant le Bronze moyen II et III ne sont pas éclaircis. Les jarres sont en général du type cananéen courant, déposées horizontalement avec la partie supérieure brisée pour y introduire le corps.

Dans la deuxième session, Krum Bacvarov et Kathleen McSweeney ont présenté les inhumations en jarre connues dans les Balkans à partir du VIe millénaire et dressé un panorama de la diffusion des sépultures en contenants de terre cuite au Néolithique à partir du Levant Nord au 7e millénaire av. J.-C., vers le Levant Sud et vers l’Anatolie puis l’Europe du Sud-Est. Ils ont proposé l’hypothèse de traitements post-mortem spécifiques pour les très jeunes enfants déposés dans des jarres (manipulations d’ossements notamment). Modwene Poulmarc’h a ensuite présenté les données actuellement disponibles pour le Sud Caucase au Chalcolithique et concernant pour l’essentiel la culture de Leilatepe (première moitié du 4e millénaire av. J.-C.). Il s’agit surtout de sépultures primaires d’enfants entre 0 et 1 an pour les sujets dont l’âge est connu, mais des sépultures secondaires concernant des enfants plus âgés sont également connues. L’étude anthropologique des sépultures d’Alkhantepe (Azerbaidjan) a récemment apporté une contribution importante à la connaissance encore embryonnaire de cette pratique dans les pays du Caucase et a montré que les enfants décédés entre 0 et 1 an n’étaient pas systématiquement inhumés dans des jarres. Pour finir, Bérengère Perello a livré une synthèse très complète sur les sépultures en jarre de l’Anatolie occidentale au Bronze ancien, un territoire bien circonscrit tant géographiquement que culturellement. La nécropole de Karataş-Semayük, dont elle prépare la publication, a servi d’exemple principal : les jarres funéraires consistent en de lourds récipients qui pouvaient atteindre plus de 2 m de hauteur et qui devaient nécessiter un important investissement de travail collectif, tant pour leur fabrication que pour leur transport (fig. 5). Ils n’ont pas d’équivalent parmi les jarres de stockage utilisées en contexte domestique et étaient donc produits à des fins spécifiquement funéraires. Enfouis dans le sol obliquement, ils pouvaient accueillir plusieurs inhumations successives (la dernière en position fœtale et les plus anciennes sous forme de réductions de corps) et étaient soigneusement fermés par une dalle de pierre ou un récipient retourné. Ils côtoient des caissons de dalles dans les mêmes nécropoles et le recrutement montre dans les deux types de tombes des individus des deux sexes et de tous les âges.

Fig. 5 : jarre funéraire Karataş-Semayük en Anatolie du Sud-Ouest (© cliché M. Mellink, courtoisie de B. Perello).

Fig. 5 : jarre funéraire Karataş-Semayük en Anatolie du Sud-Ouest (© cliché M. Mellink, courtoisie de B. Perello).

La troisième session a commencé par la présentation de Tina McGeorge sur des sépultures du Cycladique ancien (3e millénaire av. J.-C.) à Akrotiri, sur l’île de Théra, très probablement placées sous le sol d’habitations. Toutes appartenaient à des sépultures primaires d’enfants d’âge périnatal déposés dans de petites jarres de stockage et de cuisson, d’une manière similaire à celle qui avait cours à la même époque au Levant. Un crâne de femme dans une jarre du Cycladique moyen indique une persistance de cette pratique sur plusieurs siècles mais avec une évolution des usages. Les deux présentations suivantes étaient consacrées à la Grèce continentale, celle de Maia Pomadère centrée sur le Néolithique et le Bronze ancien de Grèce du Nord et celle d’Helène Whittaker sur le Bronze moyen de Grèce centrale et méridionale. La première a mis en évidence des pratiques proches de celles des Balkans, avec des inhumations et parfois des crémations d’enfants morts en période périnatale, toujours en lien avec l’habitat au Néolithique. Les récipients appartiennent pour la plupart au répertoire de la vaisselle domestique, certains vases zoomorphes semblant toutefois avoir eu un usage spécial (fig. 6). Les premiers cimetières indépendants apparaissent au Néolithique Final (4e millénaire), avec l’exemple de Képhala où des sépultures en jarre de jeunes enfants étaient placées dans des tombes collectives construites en moellons. M. Pomadere a conclu à une adaptation libre des influences balkaniques qui ont atteint les communautés de Grèce du Nord au Néolithique. H. Whittaker a montré que les sépultures en jarre étaient peu fréquentes dans le domaine helladique et concernaient surtout les régions occidentales. Elle a souligné la spécificité des pithoi (jarre de stockage) abritant des sépultures d’adultes et insérés horizontalement dans certains tumuli de l’Helladique moyen (1ère moitié du 2e millénaire av. J.-C.) selon une disposition rayonnante (fig. 7). Certains de ces pithoi, dont la taille pouvait atteindre celle d’un homme, présentent des marques de réparation et doivent donc avoir connu un usage domestique. N. Whittaker met leur utilisation en rapport avec la notion symbolique de ressources alimentaires, et plus particulièrement agricoles, véhiculée par ces récipients de stockage.

Fig. 6 : urne cinéraire zoomorphe de Plateia Magoula Zarkou, Néolithique récent (G. Papathanassopoulos (éd.) 1996, Neolithic Culture in Greece, 325, fig. 258).

Fig. 6 : urne cinéraire zoomorphe de Plateia Magoula Zarkou, Néolithique récent (G. Papathanassopoulos (éd.) 1996, Neolithic Culture in Greece, 325, fig. 258).

Fig. 7 : tumulus de Voïdokilia en Messénie (courtoisie du prof. G. Korrès).

Fig. 7 : tumulus de Voïdokilia en Messénie (courtoisie du prof. G. Korrès).

La dernière session était entièrement consacrée à la Crète minoenne du 2e millénaire av. J.-C., période durant laquelle les contenants funéraires en terre cuite (pithoi et sarcophages de formes diverses) se généralisent, toujours dans des nécropoles séparées de l’habitat. Contrairement aux pithoi funéraires de Grèce continentale, ceux de Crète sont toujours placés verticalement, parfois retournés sur l’embouchure (fig. 8), et leur taille n’excède pas 60 cm.

Fig. 8 : nécropole de Sphoungaras (E. Hall 1912, Excavations in Eastern Crete: Sphoungaras, pl. IX).

Fig. 8 : nécropole de Sphoungaras (E. Hall 1912, Excavations in Eastern Crete: Sphoungaras, pl. IX).

Ils contiennent des sépultures individuelles primaires d’adultes ou d’enfants en position fœtale et parfois des sépultures secondaires. Beaucoup proviennent malheureusement de fouilles anciennes où l’on n’a pas fait grand cas des ossements. Kostis Christakis a examiné l’utilisation des pithoi funéraires en Crète orientale, région où ils sont le plus nombreux, soit enfouis et regroupés en nécropoles, soit déposés sur le sol de tombes collectives monumentales. Il conclut à l’existence d’une production spécialisée pour un usage exclusivement funéraire, même si certains de ces récipients ne se distinguent pas, du point de vue typologique, de leurs homologues domestiques. Il a surtout montré qu’ils avaient une importante valeur économique et symbolique, qui définissait le statut social de leur propriétaire. Dans la foulée, Tina McGeorge a présenté des sépultures fouillées à Gournia dans les années 1960, dont elle a assuré l’étude anthropologique pour la publication que prépare Vance Watrous : un pithos et plusieurs petits sarcophages accompagnés d’un mobilier qui dénote la pratique du banquet funéraire, ainsi que des ossements qui ne peuvent plus être mis en relation avec leur contenant d’origine mais dont l’intérêt réside dans le fait qu’ils constituent à ce jour les seuls vestiges humains des nécropoles de la ville minoenne de Gournia. Des pathologies pouvant être liées à un cas de tuberculose ont été notées. Luca Girella a ensuite examiné la distribution des pithoi et des sarcophages durant les périodes des Premiers et des Seconds Palais et associé l’émergence de cette pratique au fait que l’ostentation sociale s’exprimait désormais dans l’architecture palatiale et les artisanats de luxe plutôt que dans les tombes construites monumentales de la période. L’usage de ces contenants funéraires faisait donc partie des nouveaux codes symboliques auxquels les élites recourraient pour maintenir leur cohésion à travers le rituel communautaire de la cérémonie funéraire, mais avec de fortes variations régionales. Il pourrait de ce fait caractériser des groupes sociaux distincts.

Fig. 9 : homme et pithos sur un sceau prismatique protopalatial (Corpus Minoischen und Mykenischen Siegel III, 160).

Fig. 9 : homme et pithos sur un sceau prismatique protopalatial (Corpus Minoischen und Mykenischen Siegel III, 160).

Fig. 10 : bague-cachet néopalatiale en or (Corpus Minoischen und Mykenischen Siegel VI,2, 278).

Enfin, dans ma propre contribution, j’ai exploré le corpus iconographique des sceaux et bagues-cachets minoens, à la recherche de représentations de pithoi funéraires. Cette démarche supposait de remettre en question les interprétations traditionnelles : potier au travail pour les sceaux protopalatiaux où apparaissent des pithoi associés à des êtres humains (fig. 9), et de bétyles ou rochers pour les curieuses formes ovales incluses dans des scènes complexes sur les bagues-cachets néopalatiales (fig. 10) et souvent surmontées de végétaux. J’ai proposé de voir dans ces « bétyles » des sépultures emmaillotées en position fœtale (shroud-burials), héritières des sépultures en pithos alors en cours de disparition, dans une mise en scène du cycle vie-mort-régénération grâce au passage par le monde souterrain, un mythe largement répandu dans le Proche-Orient ancien. Le fait que les pithoi étaient originellement destinés à entreposer et conserver des denrées alimentaires, en particulier des céréales et des légumineuses, a pu servir de support à l’idée que les défunts enterrés dans ces contenants contribuaient au renouveau de la végétation et, partant, des ressources agricoles.

Les actes de notre workshop seront publiés sous la forme d’une monographie dans la série OREA des presses de l’Académie autrichienne des Sciences) et ils comprendront une synthèse issue de la discussion finale.

Fig. 11 : la cage d'escalier du bâtiment de l'aula de l'Académie des Sciences (photo S. Müller Celka).

Fig. 11 : la cage d’escalier du bâtiment de l’aula de l’Académie des Sciences (photo S. Müller Celka).

La salle mise à notre disposition se trouvait au deuxième étage du bâtiment de l’aula de l’Académie des Sciences, un endroit quelque peu difficile à atteindre, soit en gravissant une vertigineuse volée de marches (fig. 11), soit en traversant sur la pointe des pieds une salle de conférence adjacente où les présentations suivaient malheureusement un horaire différent. On peut aussi regretter que les programmes des workshops n’aient figuré ni dans le même fascicule que celui des sessions, ni sur les panneaux d’affichage des divers bâtiments, mais aient été relégués à la fin du volume des résumés, ce qui compliquait les recherches du public potentiel. Cela dit, l’organisation d’un tel évènement, qui accueillait cette année près de 800 participants et regroupait 8 sections parallèles, 30 workshops et environ 80 posters, est d’une telle complexité que les organisateurs méritent avant tout nos félicitations. Un grand merci également pour la brillante réception du 26 mai au soir par le Maire de Vienne dans la Salle des Fêtes de l’Hôtel de Ville (fig. 12-13).

Pot-Burials_fig_12_Rathaus_façade Pot-Burials_fig_13_Rathaus_Festsaal

Fig. 12-13 : l’hôtel de ville de Vienne (photo S. Müller Celka).

L’auteur

Sylvie Müller Celka est chargée de recherche au CNRS, archéologue, spécialiste du monde égéen.
UMR 5133-Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Sylvie Müller Celka. Les sépultures en jarre : tour d’horizon des pratiques pré- et protohistoriques, ArchéOrient - Le Blog, 13 mai 2016, [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/6032

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 1 juin 2016

    […] Un workshop international sur les sépultures en jarre s’est tenu le 27 avril 2016 à Vienne, dans le cadre du 10e ICAANE, organisé cette année par l’Institut OREA et hébergé par l’Académie autrichienne des Sciences du…  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *