Sortons les squelettes des placards !

L’ antenne ardéchoise du laboratoire Archéorient est logée dans une partie de la commanderie templière de Jalès, dont l’espace disponible permet de développer plusieurs pôles d’activités. L’un d’entre eux est l’archéozoologie, avec une collection comprenant d’une part les restes fauniques issus de sites archéologiques fouillés par l’équipe fondée par Jacques Cauvin, et d’autre part la collection de comparaison ostéologique de Daniel Helmer .

Daniel Helmer est archéozoologue, ancien directeur de recherche au CNRS, et a mené ses recherches aussi bien dans le sud de la France qu’au Proche-Orient. Attentif aux évolutions morphologiques qui accompagnent le processus de domestication et les techniques d’élevage, il a fait de nombreuses découvertes qui ont mis en lumière le rapport homme/animal lors de la néolithisation. Dès les années 1960, il a entrepris de constituer une collection de référence ostéologique, en rassemblant les spécimens rapportés de ses voyages et de ceux des membres et amis de la famille. Il l’a peu à peu complétée, ajoutant notamment des espèces domestiques à son corpus. Cette collection se compose aujourd’hui de plus d’une centaine d’espèces animales, surtout des mammifères, mais également des oiseaux, des poissons, des reptiles. Elles proviennent d’Europe, du Proche-Orient et d’Afrique. Certaines espèces sont plus représentées que d’autres, incluant des individus d’âges différents. Ceci permet une comparaison plus aisée, les restes osseux étant parfois difficilement identifiables aux premiers stades de croissance.

Constituer une telle collection est un très long travail, et n’est possible qu’avec un peu de chance et beaucoup de persévérance. Il faut d’abord trouver les animaux qui vous intéressent, morts de préférence, depuis un temps plus ou moins long. Ceci pose quelquefois des problèmes de transport, et ceux qui fréquentent les archéozoologues ont tous fait, un jour ou l’autre, un voyage en voiture toutes fenêtres ouvertes à cause de l’odeur qui remonte du coffre. Une fois l’animal rapatrié, s’il reste de la chair, il faut l’enterrer jusqu’à ce que les os soient nettoyés. Creuser une fosse pour un blaireau n’est pas trop difficile, mais quand il s’agit de chèvres, de moutons ou de bœufs (espèces privilégiées par l’homme pour la domestication), c’est une autre échelle. Il faut une bonne pioche, mais aussi de la place dans son jardin (et un(e) époux(se) conciliante). En cela, les terrains de Jalès ont aussi eu leur utilité, prenant la relève lorsque l’espace familial était vraiment saturé. Il faut ensuite attendre, de quelques mois à deux ans, puis déterrer soigneusement le cadavre. Certains os étant minuscules, toute la terre doit être tamisée. Ensuite, il faut encore faire bouillir les os plusieurs heures avec de la lessive, non pour les blanchir, mais pour les dégraisser. Le squelette est alors prêt à être recomposé, marqué, inventorié. Faute de temps et de moyens humains, tous les stades de l’opération n’ont pas pu être menés au fur et à mesure pour chaque individu.

Fig. 1 : La collection avant rangement (F.Barbot)

Fig. 1 : La collection avant rangement (crédit F.Barbot)

Daniel Helmer, en prenant sa retraite en 2011 et ralentissant de facto son activité de chercheur, a confié la responsabilité de sa collection à Emmanuelle Vila, et son hébergement à l’UMR Archéorient à Jalès. En 2015, la nécessité de réaliser des travaux dans les locaux de l’ostéothèque a été l’occasion de vider les lieux ; C’était le moment de profiter de cette réinstallation pour donner un coup de neuf à cette importante collection de référence, et ranger les collections archéozoologiques (fig. 1). Nous nous sommes chargés de l’organisation générale, la feuille de route et l’équipe de travail étant dirigée par Moussab Al Besso.

Fig. 2 : Appel à volontaire pour une des sessions de travail (E. Régagnon)

Fig. 2 : Appel à volontaire pour une des sessions de travail (E. Régagnon)

Fig. 3 : Apprendre à identifier les os ( E. Régagnon)

Fig. 3 : Apprendre à identifier les os ( E. Régagnon)

Une équipe, composée principalement d’étudiants de master et de doctorat, a réalisé une première phase de rangement et d’inventaire. Ce travail a été effectué au cours du printemps et de l’été 2015 (fig. 2), sur une période cumulée d’un mois. En ce qui concerne la collection de référence, la première étape de cette mission consistait à la trier dans son ensemble afin de distinguer rapidement les ossements déjà inventoriés de ceux qui ne l’étaient pas encore, et de vérifier la présence de l’ensemble des éléments répertoriés dans l’inventaire existant. D’autre part, il était important d’identifier les individus (fig. 3) de chaque espèce, car les os parfois mélangés dans un même carton donnaient naissance à de curieuses morphologies. En amont de tout cela, il a fallu réaménager les locaux abritant la collection et construire de nouveaux supports permettant d’augmenter la capacité de rangement. Les membres de l’équipe permanente de Jalès ont mis la main à la pâte, notamment O. Barge, Y. Cadel et F. Barbot. Le fond archéozoologique de la bibliothèque de Jalès a été déménagé dans l’ostéothèque, pour faciliter sa consultation lors des travaux d’études.

Fig. 4 : La cuisine des archéozoologues (E. Vila)

Fig. 4 : La cuisine des archéozoologues (E. Vila)

L’équipe a pu ensuite ranger les squelettes dans les nouveaux tiroirs étiquetés, en les classant par espèce et par individu, selon l’inventaire pré-existant. Un travail de classement a été entamé sur les restes encore non inventoriés. Les étudiants ont pu ainsi s’initier aux travaux occultes de l’archéozoologue, longues lessives nauséabondes (fig. 4), séchage des os à l’abri du vent, patient travail du marquage. Une façon efficace de mémoriser qu’un squelette se compose de BEAUCOUP de pièces différentes (fig. 5 et fig. 6)

Fig. 5 : Tri, marquage, conditionnement (crédit L. Ayeb)

Fig. 5 : Tri, marquage, conditionnement (L. Ayeb)

Fig. 6 : Inventaire des ossements (crédit E. Régagnon)

Fig. 6 : Inventaire des ossements (E. Régagnon)

Cette mission s’est poursuivie en avril 2016. L’inventaire devant être mis à jour espèce par espèce, le travail de cette année s’est concentré sur les suidés. Tiroir par tiroir, l’équipe a vérifié si les parties squelettiques présentes correspondaient bien à celles de l’inventaire (fig. 7). Certaines anomalies ont ainsi pu être mises en évidence. En effet, plusieurs restes avaient été mal reclassés lors de certaines manipulations de consultants et n’appartenaient ni à l’individu inventorié, ni même à l’espèce. Les ossements non inventoriés ont dans un premier temps été lavés puis un numéro leur a été attribué (fig. 8)

Fig. 7 : Rangement et étiquetage des tiroirs ( E. Régagnon)

Fig. 7 : Rangement et étiquetage des tiroirs ( E. Régagnon)

Fig. 8 : les tiroirs une fois classés (C. Giguet)

Fig. 8 : les tiroirs une fois classés (C. Giguet)

La mission réalisée ne constitue que le préambule d’un travail de longue haleine, visant à terminer ce qui a été entrepris, à tenir à jour l’inventaire et le classement et à instaurer une certaine visibilité sur le web. Par la variété des espèces qu’elle présente comme par sa spécialisation sur les mammifères domestiques, cette collection de comparaison mérite en effet d’être accessible au plus grand nombre, et plus largement qu’au seul laboratoire Archéorient. Son utilisation est maintenant optimisée du fait de cette opération de mise à jour, de vérification, de marquage et de classement des spécimens ostéologiques. Aujourd’hui, l’ostéothèque de Jalès comprend des espaces appropriés pour travailler et permet l’étude sur place de faunes archéologiques dans de bonnes conditions (fig. 9 et 10).

Fig. 9 : La collection de référence à Jalès (O. Barge)

Fig. 9 : La collection de référence à Jalès (O. Barge)

Fig. 10 : Les collections archéologiques (crédit O. Barge)

Fig. 10 : Les collections archéologiques (O. Barge)

Nous remercions très chaleureusement tous les étudiants qui ont pris part au rangement de la collection de Daniel Helmer : Loubna Ayeb, Florence Bissardon, Ninon Blond, Emilie Courquin, Sophie Crampette, Sarah Enjolras-Daclin, Caroline Hemard et Michael Seigle. Leur participation enthousiaste valorise cette collection précieuse, et rend à son auteur un hommage qui nous tient à cœur.

Les auteurs

Moussab Al Besso est doctorant à l’Université Lumière-Lyon 2, Doctorat Mondes anciens, ED 483. UMR 5133 – Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Emmanuelle Régagnon est ingénieure d’étude au CNRS. Topographe, Cartographe. UMR 5133 – Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

 

Pour citer ce billet : Moussab Al Besso et Emmanuelle Régagnon. Sortons les squelettes des placards !, ArchéOrient - Le Blog, 6 mai 2016, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/5991

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *