État des lieux … d’hygiène et d’aisances en terre d’Islam au Moyen Âge

Fig. 1 : Affiche de la journée d'étude

Fig. 1 : Affiche de la journée d’étude

Le dossier thématique du n° 70 de la revue Médiévales 2016 (à paraître) est consacré à un sujet particulier : celui des lieux d’hygiène et lieux d’aisances au Moyen Âge en terre d’Islam. Il s’agit en partie de la publication d’une journée d’étude (cf. programme) qui avait été organisée à Lyon le 18 mars 2014 par le Centre Interuniversitaire d’Histoire et d’Archéologie Médiévales (CIHAM) et le Groupe de Recherches et d’Études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient (GREMMO) (fig. 1). Elle a rassemblé historiens et archéologues autour d’une question largement ignorée de l’historiographie habituelle : celle des latrines, lieux d’aisances et autres commodités. Ce domaine de recherche, qui commence ainsi à être défriché, impose de recourir à des disciplines variées et complémentaires, dont l’archéologie, qui offre aujourd’hui des perspectives particulièrement fructueuses et novatrices.
Cette publication se propose d’en présenter quelques exemples, choisis dans diverses régions du monde musulman médiéval et portant chacun sur un aspect spécifique.

Purification du corps et purification de l’esprit sont indissociables dans la plupart des cultures. Dans l’Islam, la pratique des ablutions est quotidienne et constitue l’une des réponses à cette exigence d’hygiène personnelle et collective. Les travaux sur le bain (hammâm) se sont multipliés dans les dernières décennies et ses caractéristiques architecturales et fonctionnelles sont aujourd’hui bien connues (voir, en dernier lieu, Fournier 2016 pour al-Andalus et Boussac et al. 2014 pour le Proche-Orient). Il n’en est pas de même de ces autres types d’installations, publiques ou privées elles aussi, que sont les latrines et pour lesquelles un grand nombre de questions demeurent encore sans réponse, faute souvent d’avoir été posées. Ce désintérêt, qui n’est pas aussi marqué chez les historiens et les archéologues du monde occidental chrétien, peut être compris dans notre champ d’étude comme une réticence face au caractère incommode (pour ne pas dire tabou) d’un sujet perçu, de plus – et sans aucun doute à tort –, comme marginal. Or pour le Moyen Âge islamique, les informations existent mais sont extrêmement morcelées et dispersées.

Quoique l’usage des latrines relève de la plus grande intimité, leur étude rejoint celle de l’ensemble des règles régissant la collectivité. C’est pourquoi, en milieu urbain surtout, cette question s’inscrit dans une perspective plus vaste, celle de l’assainissement et de la gestion coordonnée du domaine public et du privé (Cressier et al. 2000). Les données archéologiques, issues principalement de fouilles d’urgence menées en milieu urbain et donc pratiquement limitées à la péninsule Ibérique, sont de plus en plus nombreuses, même si seules celles de quelques villes ont fait l’objet d’une analyse un tant soit peu systématique ainsi qu’en témoigne la synthèse de Ieva Reklaityte (Reklaityte 2012).

Fig. 2 : Latrine des appartements du calife omeyyade à Madînat al-Zahrâ’ (cliché A. Vallejo Triano)

Fig. 2 : Latrine des appartements du calife omeyyade à Madînat al-Zahrâ’ (cliché A. Vallejo Triano)

On ne s’étonnera pas que, au sein de l’architecture domestique, les latrines constituent un élément de différenciation sociale entre groupes ou individus d’origine et de capacité économique diverses : par leur présence ou leur absence tout d’abord, par leur monumentalité et la qualité des décors qu’elles reçoivent ensuite, mais aussi par le mode et la fréquence de leur approvisionnement en eau. On signalera ainsi que, au xe siècle, toutes les maisons des immenses faubourgs de Cordoue sont dotées de toilettes, ne différant pas dans leur conception de celles de Madînat al-Zahrâ’ (fig. 2), le siège du pouvoir califal omeyyade, sauf peut-être dans la continuité de l’approvisionnement en eau. Les palais islamiques, qu’il s’agisse des ensembles résidentiels ou des bâtiments à fonction administrative, jouissent évidemment d’aménagements privilégiés. Elena Pezzini nous livre une première synthèse sur cette question dans la Palerme islamique. La lecture des espaces à partir de la distribution des latrines contribue aussi à la compréhension du fonctionnement de la zone palatiale de Madînat al-Zahrâ’ et amène à y distinguer les zones à caractère privé de celles vouées aux activités administratives, comme le montre Antonio Vallejo Triano.

En revanche, si les lieux d’aisances sont bien attestés dans les fortifications médiévales, aussi bien en Occident chrétien qu’au Proche-Orient (Mesqui et Fauchère 1992 ; Wagener 2014), c’est parce qu’ils sont indispensables aux impératifs de défense, comme le montrent Füsun Tülek et Cyril Yovitchitch, ce qui curieusement ne semble pas avoir préoccupé les constructeurs de forteresses d’al-Andalus.

Fig. 3 : Latrines de la zâwiya-madrasa mérinide de Chella (XIVe siècle) à Rabat (cliché P. Cressier)

Fig. 3 : Latrines de la zâwiya-madrasa mérinide de Chella (XIVe siècle) à Rabat (cliché P. Cressier)

Fonctions rituelles et hygiéniques se confondent dans les latrines publiques (fig. 3), dont le nombre des fidèles fréquentant les mosquées rend la construction indispensable. Certaines font partie des monuments majeurs de l’architecture islamique. Quelques (rares) études leur ont été consacrées : sur les salles d’ablution et latrines des grandes mosquées de Cordoue (xe siècle), Marrakech (xiie siècle), Séville (fin xiie siècle) ou encore de la mosquée Zaytuna à Tunis (fin xve siècle). Le caractère somptueux des cas qui viennent d’être énumérés (par exemple la coupole de l’édifice de Marrakech, qui illustre la couverture de l’ouvrage, fig. 4) peut surprendre si l’on considère la nature des monuments qui en ont bénéficié. Ce serait ignorer l’importance donnée en terre d’Islam à la purification du corps, ce qui explique que certaines d’entre elles soient des fondations étatiques ou pieuses. Par ailleurs, il est vrai que cette nécessité n’est pas vécue avec la même intensité selon les courants spirituels et juridiques et selon les régions. Marie-Odile Rousset présente le cas particulièrement significatif de la salle d’ablution et des latrines de la mosquée de Tyr, récemment fouillée, dans le cadre d’une réflexion qui s’étend plus largement au Proche-Orient. Si l’usage de latrines collectives est plutôt propre aux établissements antiques, celles-ci ont pu avoir une influence, au moins architecturale, sur le plan des latrines publiques du début de l’époque islamique, comme l’évoque Louise Blanke à propos de Jérash (Jordanie).

Fig. 4 : Coupole des latrines de la mosquée almoravide de Marrakech (XIIe siècle), aussi nommée Qubba al-Barûdiyyin (cliché P. Cressier)

Fig. 4 : Coupole des latrines de la mosquée almoravide de Marrakech (XIIe siècle), aussi nommée Qubba al-Barûdiyyin (cliché P. Cressier)

On se gardera d’oublier que, dans un lieu public comme dans un espace privé, l’accomplissement des besoins physiologiques s’accompagne d’une série de comportements codifiés (gestes, invocations) et d’interdits, parfois propres à l’une ou l’autre des grandes écoles juridiques, dont on sait qu’elles s’attachent à prendre en considération tous les aspects de la vie du croyant. Mais toilette du corps et purification rituelle ne peuvent être complètement confondues. Dans sa contribution, Yassir Benhima propose une analyse très éclairante des notions de pur et d’impur appliquées à la question des excréments et des excrétions corporelles en général.

Sur ce point évidemment, l’archéologie est à peu près muette. L’identification même des objets liés à ces pratiques faisant problème, la question principale est de savoir si l’on a affaire à des récipients liés aux ablutions rituelles ou à la toilette et/ou aux besoins naturels, les deux fonctions n’étant pas vraiment interchangeables. Si la réponse est à peu près certaine pour les petites cuvettes rectangulaires qui se généralisent en Occident à partir de l’époque almohade, elle est beaucoup moins sûre pour les hauts vases cylindriques que l’on désigne en espagnol sous le nom de « bacines » et qui perdurent après la « Reconquête » chrétienne. Claire Déléry fait le point sur cette production céramique généralement porteuse d’une ornementation soignée.

La richesse de l’information obtenue à partir des analyses pratiquées sur les résidus des latrines est connue depuis longtemps et ces méthodes permettent en particulier d’accéder à une connaissance objective des pratiques alimentaires et des parasitoses des populations concernées (Mitchell 2013). Les résultats que nous présentent Marie-Pierre Ruas, Jean-Pierre Van Staëvel, Ahmed S. Ettahiri et Abdallah Fili sur l’établissement du fondateur du mouvement almohade, le Mahdî Ibn Tûmart, dans l’Anti-Atlas marocain abordent de façon très pragmatique la vie quotidienne de ce personnage clé de l’histoire du Maghreb.

Pour rester dans le domaine des pathologies et de la médecine, rappelons que toutes les humeurs du corps humain ne finissent pas dans les latrines… En effet, la lecture des urines a joué un rôle essentiel dans l’établissement de diagnostics durant tout le Moyen Âge, tant en terres chrétiennes que musulmanes. À partir des sources écrites, complétées ponctuellement par l’iconographie, Laurence Moulinier évoque l’uroscopie, dans un souci de comparatisme entre deux mondes.

L’exposé des résultats de réflexions et de travaux de terrain menés dans des perspectives disciplinaires très différentes les unes des autres met en évidence l’intérêt historique de cet objet d’étude particulier et permet d’aborder également des aspects aussi méconnus que révélateurs de la société islamique médiévale.

Bibliographie citée

Fournier C. 2016. Les bains d’al-Andalus viiie-xve siècles, Presses Universitaires de Rennes.

Cressier P., Fierro M. et Van Staëvel J.-P. (dir.) 2000. L’urbanisme dans l’Occident musulman au Moyen Âge. Aspects juridiques, Madrid.

Boussac M.-Fr., Denoix S., Fournet Th. et Redon B. (dir.) 2014. 25 siècles de bain collectif en Orient, Proche-Orient, Égypte et péninsule Arabique, Actes du colloque Balnéorient, Damas 2009, Le Caire-Beyrouth.

Reklaityte I. 2012.Vivir en una ciudad de al-Ándalus: hidráulica, saneamiento y condiciones de vida, Saragosse.

Mesqui J. et Fauchère N. 1992. L’hygiène dans les châteaux forts au Moyen Âge, in : A. Debord, La Vie de château, Les Cahiers de Commarque, Le Bugue, 45-74.

Mitchell P. (dir.) 2013. Sanitation, Latrines and Intestinal Parasites in Past Populations, Oxford.

Wagener O. (dir.) 2014. Aborte im Mittelalter und der Frühen Neuzeit. Bauforschung – Archäologie – Kulturgeschichte, Petersberg.

Les auteurs

Patrice Cressier et Sophie Gilotte sont chercheurs, rattachés au laboratoire CIHAM-UMR 5648 (CNRS, Lyon) et spécialistes de l’Islam d’Occident.

Marie-Odile Rousset est chercheur spécialiste du Proche-Orient médiéval, UMR 5133-Archéorient, UMR 5291-GREMMO (2011-2015), MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon

Pour citer ce billet : Patrice Cressier, Sophie Gilotte et Marie-Odile Rousset. État des lieux … d’hygiène et d’aisances en terre d’Islam au Moyen Âge, ArchéOrient - Le Blog, 29 avril 2016, [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/5960

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 8 mai 2016

    […] Posté dans fr.hypothesesLe dossier thématique du n° 70 de la revue Médiévales, 2016 (à paraître), est consacré à un sujet pa…  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *