Animals: Cultural Identifiers in Ancient Societies? Un symposium commémoratif à Munich

Du 4 au 6 avril 2016, un symposium international intitulé « Animals: Cultural Identifiers in Ancient Societies? » a eu lieu à Munich. Organisé pour la commémoration du cinquantenaire de l’Institut für Paläoanatomie, Domestikationsforschung und Geschichte der Tiermedizin (Institut de Paléoanatomie, de Recherche sur la domestication et de l’Histoire de la médecine vétérinaire), ce symposium a réuni près d’une cinquantaine de chercheurs dont les travaux s’inscrivent dans les vastes champs de recherche couverts par cet Institut depuis sa création en 1965 par la faculté de Médecine Vétérinaire de l’université de Munich et son premier directeur Joachim Boessneck : l’histoire des animaux à l’Holocène, plus spécialement en Europe, en Asie et en Afrique. Si la majorité des participants étaient archéozoologues, des archéologues, des épigraphistes, des historiens et des ethnologues sont également intervenus dans les différentes sessions qui répondaient intimement aux thématiques scientifiques explorées par l’Institut, intégrant aussi des travaux menés dans d’autres régions du monde, comme l’Amérique latine (Chili) ou le Groenland.

A_Joris Peters et les Uerpmann

Joris Peters, Hans-Peter et Margarethe Uerpmann (photo Y. Lignereux)

Il faut souligner que cet anniversaire est un évènement marquant pour l’Archéozoologie.
L’« école de Munich », d’abord dirigée par Joachim Boessneck et ensuite par Angela von den Driesch, et leurs élèves et collaborateurs, parmi lesquels Joris Peters, a été pionnière dans cette discipline, dont les cadres méthodologiques et syntaxiques étaient encore balbutiants dans les années 60 et la portée et l’envergure scientifiques très sous-estimées. Elle a très largement contribué à la prise de conscience, auprès des scientifiques mais également auprès du grand public, des apports de l’étude de l’animal à la connaissance de l’homme, de l’environnement et des sociétés passées et actuelles. L’impressionnante production scientifique (ouvrages et articles) issue de l’Institut de Paléoanatomie, les nombreux travaux de thèse ainsi que les productions de vulgarisation représentent une contribution majeure à la recherche en Europe, Asie et Afrique. De fait, cette institution, membre de réseaux européens (GDRE BioArch) et collaborant avec de nombreuses institutions nationales et internationales est l’une des références historiques incontournables pour les archéozoologues.

Le symposium était organisé par Joris Peters (titulaire de la chaire für Paläoanatomie, Domestikationsforschung und Geschichte der Tiermedizin et directeur der Staatssammlung für Anthropologie und Paläoanatomie München), assisté par les membres de son équipe, chercheurs et étudiants. Il a été accueilli dans les locaux de la fondation Carl Friedrich von Siemens, dans le parc du château baroque de Nymphenburg.

A_Chateau de Nymphenburg

Nymphenburg (photo Y. Lignereux)

La première session « Methodological considerations and innovative approaches » était consacrée aux approches méthodologiques, traditionnelles ou innovantes, qui représentent de véritables étapes de la recherche en archéozoologie. R. Meadow a rappelé un certain nombre de travaux fondateurs, notamment ceux de J.U. Duerst et A. von den Driesch sur la normalisation de la prise des mesures, une des bases de l’analyse et de l’interprétation des ossements. D’autres avancées méthodologiques et leurs perspectives ont été présentées : l’analyse des calculi dentaires et du microbiome oral ancien pour étudier la diète et l’état sanitaire des populations humaines, prometteuse aussi pour l’archéozoologie (K. Dobney) ; l’analyse taphonomique, étape essentielle dans l’interprétation des données archéozoologiques, avec l’exemple du site néolithique français ‘Les Bagnoles’ (J. Schibler) ; la paléogénétique comme apport à la reconstitution de l’histoire des espèces domestiques et des sélections zootechniques (E.-M. Geigl).

A_Merluccius_merluccius

Merlu commun

La seconde session, « Animals in every day life », dédiée à des études plus spécifiques, interrogeait l’apport des avancées techniques ainsi que les influences socio-culturelles dans l’exploitation et/ou la consommation des animaux en liaison avec les caractéristiques biologiques et éthologiques des espèces. Dans cette session, et tout au cours de ces journées, les travaux de J. Boessneck et d’A. von den Driesch ont été évoqués à maintes reprises. Plus spécialement, R. Gebhard a refait l’historique de leurs recherches sur l’oppidum celtique de Manching; S. Kroll a évoqué les missions d’étude de J. Boessneck en Iran dans les années soixante-dix et ses observations inédites sur l’existence du stockage de quantités extraordinaires de viande dans la citadelle de Zendan-i Suleiman au 7e s. av. J.-C. ; et A. Otto a rappelé l’étude archéozoologique menée par A. von den Driesch des maisons de Tell Bazi en Syrie, étude qui a permis de mettre en évidence des différences sociales dans les pratiques alimentaires au Bronze récent. A. Morales-Muñiz a montré comment la tradition ibérique de la pêche et de la consommation du merlu (Merluccius merluccius), historiquement très présente dans le nord-ouest de l’Espagne, était reliée à des causes politiques et sociales. P. Béarez a présenté le témoignage le plus ancien, à Zapatero au Chili, de pêche au large spécialisée dans la capture de grandes espèces pélagiques, ce qui indique un savoir-faire technique et une connaissance zoologique approfondis dès le 6e millénaire av. J.-C. L’exploitation des oiseaux a été évoquée, notamment, au Proche-Orient, celle des espèces autochtones ou migrantes présentes à l’Epi-paléolithique et au Néolithique et leur place dans l’alimentation, l’artisanat et la sphère magique/mystique (L. Gourichon). N. Sykes s’est fait le porte-parole du projet interdisciplinaire « Cultural and Scientific Perceptions of Human-Chicken Interactions » qui réunit depuis 2014 archéozoologues, anthropologues, historiens, généticiens, spécialistes des isotopes etc., pour travailler sur les relations de l’homme avec la poule. En ce qui concerne l’introduction de la poule dans la corne de l’Afrique, elle remonterait à la fin du 9e s. av. J.-C. d’après les datations récentes des restes du site de Mezber en Ethiopie (H. Woldekiros et C. D’Andrea). La question des changements environnementaux vs changements culturels a été soulevée par l’étude diachronique de Çukuriçi Höyük en Turquie, où faune sauvage et produits de la mer ont été beaucoup plus exploités au Bronze ancien qu’aux époques antérieures tandis que la taille des ovins et bovins domestiques augmente à la même époque (A. Galik).

L’introduction d’espèces exotiques et leur acclimatation en Syrie a été discutée en relation avec les trouvailles d’os d’éléphants de l’Âge du Bronze datés du 2e et 1er millénaires av. J.-C. (E. Vila). L’étude de sites égyptiens du 4e et 3e millénaire av. J.-C. de la culture Sheikh Muftah permet la révision de l’impact réel du contrôle étatique sur l’élevage et sur la production carnée, qui apparaît somme toute assez limité dans les zones de marges comme la région de l’oasis d’Al-Dakhla (V. Linseele et al.). Une partie de la session était consacrée à l’Europe et à différentes questions : celle des marqueurs pour analyser l’origine des populations de culture Przeworsk au 3e-5e siècles ap. J.-C. (C. Becker et F. Höppner) ; l’étude de la continuité dans les traditions d’élevage entre l’Âge du Fer et l’époque romaine dans les Alpes (S. Trixl et J. Peters) ; le cochon comme indicateur culturel dans l’Italie romaine et médiévale (U. Albarella) ; la confrontation des données archéozoologiques de l’époque médiévale en Europe centrale avec les données historiques sur les catastrophes naturelles et l’épidémie de peste du 14e siècle (P. Paxinos).

A_C. becker et J. Schibler, S. Jacomet

Cornelia Becker, Jorg Schibler, Stephanie Jacomet (photo Y. Lignereux)

La troisième session, intitulée « Health care and therapy of medical disorders », a débuté avec un rappel historique du lien entre l’archéozoologie et la science vétérinaire (L. Bartosiewicz). Les premières attestations de pratiques chirurgicales sur des chiens, datées de la fin de l’Âge du Fer (1er s av. J.-C./5e s. ap. J.-C.), ont été décrites à Feddersen Wierde dans le nord de l’Allemagne ; il s’agissait entre autres de tentatives d’opérations de la cataracte (W.-R. Teegen). Des remèdes et des rituels très précis pour soigner les chevaux ont été répertoriés dans des manuscrits tibétains du 18e siècle, mais leur mise en pratique reste hypothétique (P. Maurer). La présentation du projet DFG, sur le traité Mulomedicina de Theodoricus Cerviensis daté du 13e siècle, a donné un aperçu de la science antique et médiévale des soins aux chevaux (M. Schwarzenberger et L. Sannicandro).

A_G. Larson, J.et I. Peters

Gregor Larson, Joris et Isabelle Peters (photo Y. Lignereux)

La quatrième session, « Animal domestication: biological and cultural implications », était constituée en grande partie d’études interdisciplinaires intégrées (paléogénétique et biogéochimie). Les analyses génétiques récentes ont mis en évidence deux populations de chiens indépendantes, l’une en Occident et au Proche-Orient et l’autre en Extrême-Orient, ce qui suppose plus d’un foyer de domestication (G. Larson et al.). D’autres travaux sur les génomes ont distingué deux types de mutations responsables de l’absence de cornes chez les bovins (bovins acères), caractéristique dont on trouve la trace en Europe dès le Néolithique mais qui apparaît aussi dans les représentations iconographiques égyptiennes du 3e et 2e millénaires av. J.-C. (R. Schafberg et H. Swalve). La présence de chats domestiques, assurée à Chypre au 8e millénaire av. J.-C., a été discutée pour le Proche-Orient et l’Égypte (vestiges osseux du 4e millénaire av. J.-C.) et surtout la Chine, où des trouvailles de chat du Bengale à Quanhucun dans des niveaux Yangshao (3e millénaire av. J.-C.) posent la question du commensalisme de cette espèce et de son statut à cette époque (J.-D. Vigne). Une relation entre le processus de la domestication du chat et celle de l’âne en Afrique a également été évoquée (F. Marshall). En Syrie, les choix des premiers éleveurs de caprinés au PPNB moyen à Tell Halula indiquent qu’ils pratiquaient déjà une gestion complexe au 8e millénaire av. J.-C., variable selon les troupeaux, en favorisant deux mises-bas annuelles pour les chèvres et une seule pour les brebis (M. Sana et C. Tornero). En ce qui concerne le Sud-Caucase, les analyses pluridisciplinaires récentes démontrent qu’il n’y aurait pas eu de domestication locale mais une introduction des animaux domestiques au cours de la néolithisation (N. Benecke).

A_L. Gourichon, J.-D. Vigne

Lionel Gourichon, Lee Clare, Jean-Denis Vigne (photo Y. Lignereux)

En Turquie, la néolithisation de la haute vallée du Tigre paraît suivre une évolution propre et présente un hiatus de 2000 ans environ dans l’occupation entre les sites du PPNA pratiquant la chasse et les sites PPNB final pratiquant l’élevage (H. Hongo et al.). Enfin, de nouvelles méthodes visant à explorer les premiers stades de la domestication du mouton ont été présentées dans cette session : les pathologies des articulations (M. Zimmermann et al.) et l’application de la morphométrie géométrique aux talus (N. Pöllath et al.).

La dernière session, « Animals and their role in rituals, symbolism and cosmology », abordait une autre facette de la relation de l’homme à l’animal, celle de la sphère symbolique et rituelle. Le rôle de l’iconographie a été discuté, d’une part à partir des représentations animales de Göbekli Tepe en Turquie (PPNA/PPNB) en relation avec le processus d’émergence des identités culturelles et des structures hiérarchiques au Néolithique (L. Clare), d’autre part, à partir des gravures rupestres du Springbok (gazelle du genre Antidorcas) en Namibie attribuées à des populations de chasseurs-cueilleurs, qui se révèlent véhiculer des connotations écologiques très claires (T. Lenssen-Erz).

A_Springbok

Springbok (Encyclopedia britannica) http://global.britannica.com

La question de la nature profane ou sacrée de certains contextes et des activités courantes, artisanales ou rituelles qui s’y tenaient a été soulevée à propos d’Asikli Höyük (PPNB) en Turquie (H. Buitenhuis) et pour le Wadi Howar (4e et 3e millénaire av. J.-C.) au Soudan (F. Jesse). L’importance des dromadaires, des chameaux et de leurs hybrides dans le monde proche-oriental et la péninsule arabique ainsi que la question de leurs origines ont été évoquées à partir d’attestations textuelles dont les plus anciennes remontent au 3e millénaire av. J.-C. (M. Heide) et de vestiges des contextes funéraires pré-islamiques de Mleiha dans l’Emirat de Sharjah (M. et H.-P. Uerpmann). Plusieurs interventions ont présenté différents témoignages de pratiques funéraires : la découpe rituelle des camélidés par les premiers éleveurs de Tulan-54 au Chili, à la transition du 2e au 1er millénaire av. J.-C. (I. Cartajena et al.) ; les dépôts d’offrandes animales dans les tombes Xiongnu de la nécropole Tamyriin Ulan Khoshuu en Mongolie (3e s. av. J.-C./2e s. ap. J.-C.), parmi lesquels des restes d’animaux domestiques, majoritairement des chevaux, et d’animaux sauvages, dont poissons et oiseaux (Y. Lignereux) ; les dépôts de bucranes, les pratiques de déformation des cornes et la question de l’origine des bovins dans la nécropole de Kerma (2500-1500 av. J.-C.) au Soudan (L. Chaix).

1763-oxyrhynchus-fish-3-1

Poisson Oxyrhynchus – Staatliche Sammlung für Ägyptische Kunst

Les dépôts sacrificiels ou d’offrandes animales dans les sanctuaires ont fait l’objet de deux présentations : celle du dépôt de milliers de Mormyridés (poissons éléphants) et d’autres poissons à Oxyrhynchos en Égypte (Basse Époque/période Byzantine), dont l’étude a nécessité une approche méthodologique spéciale (W. van Neer) ; celle des vestiges de faune du sanctuaire de Lousoi en Grèce (périodes géométrique et archaïque), qui se révèlent être des reliquats, témoins du sacrifice grec (G. Forstenpointner). Enfin, les observations ethnographiques combinées avec les recherches archéologiques ont permis de reconstituer des rituels de chasse au caribou dans le Groenland (K. Pasda).

En raison du nombre des interventions, de la richesse des thématiques abordées et de la qualité des échanges, ces deux journées et demie ont été particulièrement intenses et stimulantes. Pauses café et déjeuner avaient été prévues dans les élégantes pièces attenantes à la salle du colloque. Comme le temps fut agréablement printanier, les discussions, pour beaucoup, se sont poursuivies sur la terrasse devant les magnolias en boutons.

Les organisateurs nous avaient fait la surprise de prévoir la première soirée au Musée d’Histoire naturelle (Museum Mensch und Natur), où Michael Apel, son directeur, nous a offert une visite guidée. Nous avons pu à loisir explorer ce lieu quelque peu magique, pour lequel on a pris le parti, lors de sa construction dans les années 1990, de présenter d’une manière quasi systématiquement ludique (maquettes, répliques, expositions interactives) les formes de vie, la biologie humaine et l’environnement de l’homme. La deuxième soirée a eu lieu au musée national d’art égyptien de Munich (Staatliche Sammlung für Ägyptische Kunst), inaugurée par une conférence de Sylvia Schoske sur l’iconographie et les aspects stylistiques de la représentation des animaux en Égypte, à la suite de laquelle nous nous sommes dispersés dans les salles du Musée pour en admirer les collections.

Nous avons tous bien apprécié ces journées de réflexions et d’échanges et leur atmosphère extrêmement détendue et chaleureuse. Que les organisateurs, notamment l’équipe dynamique et sympathique de l’institut de Paléoanatomie, et les institutions qui ont soutenu ce colloque en soient vivement remerciés.

Programme Animals – Cultural identifiers

Note :
PPNA – PPNB : périodisation du néolithique précéramique au Proche-Orient
PPNA (c. 9500-8700 BC), PPNB ancien (c. 8700-8200 BC), PPNB moyen (c. 8200-7500 BC), PPNB récent (c. 7500-7000 BC), PPNB final (c. 7000-6500 BC).

Galerie de photographies (photos prises par Yves Lignereux)

A_W. Van Neer et N. Sykes

Wim van Neer et Naomi Sykes

A. Morales_Muniz et U. Albarella

Arthurio Morales et Umberto Albarella

A_E. Vila, C. Becker, J. Peters

Emmanuelle Vila, Cornelia Becker, Joris Peters

A_Laslo et

Laslo Bartosiewicz et Philippe Béarez

A_au restaurant

Au restaurant (à droite Yves Lignereux)

A_En chemin

En chemin vers le Staatliche Sammlung für Ägyptische Kunst

A_F. Marschall, H. Woldekiros, N. Pöllath

Isabel Cartagena, Fiona Marschall, Helena Woldekiros, Nadia Pöllath

 

L’auteur

Emmanuelle Vila est Chargée de Recherche au CNRS, membre de l’UMR 5133 – Archéorient, MSH (Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon), archéozoologue, spécialiste de l’Asie du Sud-Ouest.

Pour citer ce billet : Emmanuelle Vila. Animals: Cultural Identifiers in Ancient Societies? Un symposium commémoratif à Munich, ArchéOrient - Le Blog, 22 avril 2016, [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/5915

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *