L’urbanisation de la Mésopotamie : des innovations techniques dans le domaine de la construction

Fig. 1 : Eridu (Abu Shahrain, Iraq), « temple » du niveau VII, Obeid récent (d’après Safar, Mustafa et Lloyd, 1981).

Fig. 1 : Eridu (Abu Shahrain, Iraq), « temple » du niveau VII, Obeid récent (d’après Safar, Mustafa et Lloyd, 1981).

Après la « révolution néolithique » qui a vu l’apparition au Proche-Orient des premières installations sédentaires, de l’agriculture et de l’élevage et l’invention de la céramique, une nouvelle mutation sociale d’envergure se met en place, particulièrement en Mésopotamie, la plaine alluviale du Tigre et de l’Euphrate : la « révolution urbaine ». Elle se traduit notamment par l’émergence au cours du Chalcolithique (période d’Obeid, entre 5300 et 3700 av. J.-C.) d’une architecture monumentale, de plus grande ampleur encore que les « bâtiments communautaires » du Néolithique acéramique, reflet d’une complexité sociale croissante (fig. 1).

Les appareils complexes de l’architecture monumentale

Cette architecture monumentale est représentée par des bâtiments exceptionnels souvent appelés « temples », ce qui est probablement un anachronisme : on préfère à l’heure actuelle y voir des lieux de rassemblement de la communauté et d’accueil de visiteurs extérieurs, à l’image des muddhifs des Arabes des marais du Sud de l’Iraq (fig. 2). L’ampleur et surtout la décoration ostentatoire de ces bâtiments monumentaux obeidiens a nécessité la mise en œuvre de techniques de construction plus sophistiquées que pour l’architecture domestique. On note alors que le module des briques crues séchées au soleil se réduit (on passe d’une longueur moyenne de 60 à 35 cm) avec des proportions d’une longueur double de la largeur. Ces proportions et l’usage de demies et de quarts de briques sont rendus nécessaires pour la mise en œuvre d’appareils complexes associant briques en panneresses et briques en boutisses. Demies et quarts de briques permettent de confectionner les décors élaborés de pilastres et de redans (fig. 3) qui caractérisent l’architecture monumentale de cette époque et resteront la « marque de fabrique » de l’architecture monumentale mésopotamienne durant toute son histoire.

Fig. 2 : Intérieur d’un muddhif des Arabes des marais, Sud de l’Iraq (cliché Ammar al-Dujaili, mars 2008).

Fig. 2 : Intérieur d’un muddhif des Arabes des marais, Sud de l’Iraq (cliché Ammar al-Dujaili, mars 2008).

Fig. 3 : Appareil de briques complexe avec pilastres et redans à Tépé Gawra (Iraq), niveau XIII, « temple central », période d’Obeid (dessin M. Sauvage).

Fig. 3 : Appareil de briques complexe avec pilastres et redans à Tépé Gawra (Iraq), niveau XIII, « temple central », période d’Obeid (dessin M. Sauvage).

Révolution urbaine et innovations dans le domaine de la construction

Avec l’apparition des premières villes en Mésopotamie du Sud à l’époque d’Uruk (vers 3500-3000 av. J.-C., (fig. 4), on assiste à un véritable foisonnement des innovations dans le domaine de la construction. En premier lieu, il faut noter la diversification du matériau même de construction.

Fig. 4 : Répartition des différents types de briques de l’Uruk récent (carte M. Sauvage).

Fig. 4 : Répartition des différents types de briques de l’Uruk récent (carte M. Sauvage).

C’est en effet à cette époque que l’on voit apparaître l’usage des briques cuites au four liaisonnées au bitume, utilisées pour la confection d’installations hydrauliques : bassins et canalisations. Les briques crues séchées au soleil elles-mêmes sont fabriquées désormais selon plusieurs types en fonction de leur usage. Les fouilles du site éponyme d’Uruk ayant été menées dès le début du xxe siècle par des archéologues allemands, la terminologie archéologique employée pour cette période est souvent en allemand.

Fig. 5 : Uruk (Warka, Iraq), temple C, mur de Riemchen, Uruk récent (cliché Oriental Institute de Chicago).

Fig. 5 : Uruk (Warka, Iraq), temple C, mur de Riemchen, Uruk récent (cliché Oriental Institute de Chicago).

On relève ainsi de grandes briques rectangulaires (de 40 à 80 cm de longueur) que les fouilleurs allemands d’Uruk ont dénommées Patzen d’après une appellation régionale allemande de maçons modernes. Ces briques (dont les plus grandes devaient peser plus de 80 kg) étaient utilisées pour la confection des fondations, soubassements et terrasses. L’élévation des murs était faite avec des briques quadrangulaires à section carrée : les Riemchen (fig. 5) mesurant en moyenne 20 cm de long et 10 de haut et de large. Ces briques étaient disposées majoritairement en boutisses avec quelques rangs de panneresses, en façade le plus souvent, pour limiter les joints verticaux superposés (fig. 6 et 7). Cet appareil, le Rienchenverband, permettait très probablement une mise en œuvre plus rapide, en particulier pour les murs les plus épais où il était plus systématiquement employé.

Fig. 6 : Habuba Kabira (Syrie), Osthaus, relevé des murs avec brique à brique, Uruk récent (d’après Strommenger, 1980, fig. 16).

Fig. 6 : Habuba Kabira (Syrie), Osthaus, relevé des murs avec brique à brique, Uruk récent (d’après Strommenger, 1980, fig. 16).

Fig. 7 : Riemchenverband : appareil caractéristique des Riemchen à l’Uruk récent (dessin M. Sauvage).

Fig. 7 : Riemchenverband : appareil caractéristique des Riemchen à l’Uruk récent (dessin M. Sauvage).

À l’Uruk récent (vers 3000-2900 av. J.-C.), des essais ont également été faits sur le matériau même : on trouve en effet sur plusieurs sites de basse Mésopotamie des briques confectionnées à partir d’un matériau artificiel à base de plâtre (Huot et Maréchal, 1985) et non plus de « terre à bâtir » ainsi que des murs faits avec des pans de plâtre moulés (fig. 8 et 9) : les ancêtres de nos parpaings et de notre béton. Ces innovations ne seront cependant pas conservées par la suite, probablement à cause du coût important en combustible nécessaire à la confection du plâtre par calcination du gypse. Une autre innovation architecturale, caractéristique de cette époque et qui n’aura pas de suite, est la décoration des murs avec des mosaïques de cônes de terre cuite ou de pierre (fig. 9 et 10).

Fig. 8 : Uruk (Warka, Iraq), dalles de gypse moulé, Uruk récent (cliché Oriental Institute de Chicago).

Fig. 8 : Uruk (Warka, Iraq), dalles de gypse moulé, Uruk récent (cliché Oriental Institute de Chicago).

Fig. 9 : Reconstitution d’un mur de béton de plâtre, crampons de terre cuite et décor de mosaïque de cônes, Uruk (Huot et Maréchal, 1985 (mélanges Deshayes), fig. 4, p. 269

Fig. 9 : Reconstitution d’un mur de béton de plâtre, crampons de terre cuite et décor de mosaïque de cônes, Uruk (Huot et Maréchal, 1985 (mélanges Deshayes), fig. 4, p. 269

Ces différentes caractéristiques architecturales, briques Riemchen, briques de plâtre, décors de mosaïque de cônes, permettent de définir, parmi les sites qui se trouvent dans l’aire d’influence de la culture d’Uruk, ceux pour lesquels on peut présumer une présence de maçons urukiens et donc d’une véritable colonie.

Fig. 10 : Uruk (Warka, Iraq), Pfeilerhalle, mur de Patzen et décor de mosaïque de cônes in situ, Uruk récent (cliché Oriental Institute de Chicago).

Fig. 10 : Uruk (Warka, Iraq), Pfeilerhalle, mur de Patzen et décor de mosaïque de cônes in situ, Uruk récent (cliché Oriental Institute de Chicago).

Expansion urbaine à l’époque Protodynastique et « architectural monstrosity »

La première moitié du IIIe millénaire en Mésopotamie centrale et méridionale correspond à l’âge d’or sumérien, c’est aussi l’époque de la généralisation du phénomène urbain sur la plus grande partie du Proche-Orient. Avec le développement très rapide des constructions urbaines (maisons, bâtiments administratifs et religieux, remparts, etc.), les techniques de constructions évoluent.
La période sumérienne se caractérise, en matière de construction, par l’usage de briques plano-convexes et d’un appareil en arête de poisson que L. Woolley, le fouilleur d’Ur, avait qualifié d’« architectural monstrosity ». En effet, la forme des briques, avec leur sommet arrondi, et l’appareil en arête de poisson semblaient anachroniques dans l’évolution des techniques constructives mésopotamiennes, au point qu’on les avait un temps mis sur le compte de populations allogènes venant du Zagros et s’installant dans la plaine. Ces interprétations sont maintenant abandonnées. On a pu montrer, en effet (Tünca, 1984 ; Finkbeiner, 1986 ; Sauvage, 2000), que les briques plano-convexes et l’appareil en arête de poisson s’inscrivent en fait dans une évolution démarrant à la fin de la période d’Uruk où l’on trouve des « Riemchen plano-convexes ».
Les briques plano-convexes (fig. 11) ont été probablement confectionnées à partir d’un boudin de terre découpé « à l’emporte-pièce » selon une technique connue encore récemment au Yémen, technique permettant une production beaucoup plus rapide (fig. 12). Le surplus de terre dépassant du moule n’était pas éliminé, ce qui donnait aux briques cette forme bombée caractéristique.

Fig. 11 : Tuttub (Khafajah, Iraq), briques plano-convexes du temple de Sin niveaux IV-V, période Protodynastique (d’après Delougaz et Lloyd, 1942, fig. 109).

Fig. 11 : Tuttub (Khafajah, Iraq), briques plano-convexes du temple de Sin niveaux IV-V, période Protodynastique (d’après Delougaz et Lloyd, 1942, fig. 109).

Fig. 12 : Proposition de mode opératoire pour le moulage « à l’emporte pièce » des briques plano-convexes (dessin M. Sauvage).

Fig. 12 : Proposition de mode opératoire pour le moulage « à l’emporte pièce » des briques plano-convexes (dessin M. Sauvage).

La mise en œuvre de ces briques plano-convexes est un appareil en arête de poisson (fig. 13). Les angles et les montants de porte ou de fenêtre sont montés en briques disposées à plat mais pour les pans de mur les briques sont disposés en boutisses de chant par assises inclinées avec l’insertion régulière d’assises de briques posées à plat pour éviter les « coups de sabre » dus à des joints verticaux superposés (fig. 14). On a pu montrer (Sauvage, 2000) que l’appareil en arête de poisson, caractéristique du Protodynastique de Mésopotamie centrale et méridionale, est une évolution du Riemchenverband de l’époque d’Uruk. Les briques à section carrée urukiennes (Riemchen) deviennent en fin de période des briques à sommet bombé (Riemchen plano-convexes : voir Finkbeiner, 1986 ; Sauvage, 2000) et sont placées de chant dans les murs. L’appareil évolue ensuite avec des briques posées de chant et inclinées, les rangs de panneresses se transforment en assises de briques disposées à plat.

Fig. 13 : Ešnunna (Tell Asmar, Iraq), Arch house, appareil en arête de poisson, période Protodynastique (d’après Delougaz, 1967, pl. 69B).

Fig. 13 : Ešnunna (Tell Asmar, Iraq), Arch house, appareil en arête de poisson, période Protodynastique (d’après Delougaz, 1967, pl. 69B).

Fig. 14 : Mode de construction des murs à appareil en arête de poisson (dessin M. Sauvage).

Fig. 14 : Mode de construction des murs à appareil en arête de poisson (dessin M. Sauvage).

L’appareil en arête de poisson n’a pas été choisi pour des raisons esthétiques, il est souvent assez irrégulièrement réalisé et toujours recouvert d’un épais enduit (voir les fig. 13 et 15). Là encore, il semble donc que ce soit pour des critères de rentabilité que l’on ait privilégié, comme pour la confection des briques, un mode de production de moindre qualité. Le principal défaut de cet appareil est l’apparition fréquente de « coups de sabre », ou dislocation verticale du mur, le plus souvent à l’aplomb d’un pilier (fig. 15). Cela a incité avec le temps les maçons à multiplier les assises de briques disposées à plat ainsi qu’à confectionner des briques de moins en moins bombées ; à la fin de la période, on en arrive à des briques plates disposées à plat ou verticalement (fig. 16). Cela peut être mis en relation avec la recherche d’une architecture plus prestigieuse et surtout plus pérenne, liée à l’apparition du pouvoir royal qui se manifeste à cette époque dans le matériau de construction même avec des briques inscrites commémoratives.

Fig. 15 : Larsa (Sinkara, Iraq), bâtiment B33, appareil en arête de poisson montrant un « coup de sabre », période Protodynastique (d’après Huot, 1989, 161).

Fig. 15 : Larsa (Sinkara, Iraq), bâtiment B33, appareil en arête de poisson montrant un « coup de sabre », période Protodynastique (d’après Huot, 1989, 161).

Fig. 16 : Šuruppak (Fara, Iraq), FH, maison c-a, fin de la période Protodynastique (dessin M. Sauvage)

Fig. 16 : Šuruppak (Fara, Iraq), FH, maison c-a, fin de la période Protodynastique (dessin M. Sauvage)

Sur une carte de répartition des briques plano-convexes et des appareils en arêtes de poisson (fig. 17), on remarque qu’il s’agit d’éléments caractéristiques attestés dans la plaine alluviale – Mésopotamie centrale et méridionale – uniquement. La basse Mésopotamie, dans ce domaine, restera longtemps à l’écart des innovations qui se feront ensuite plutôt à son pourtour (Susiane, Zagros, haute Mésopotamie) : briques carrées, voûtes, briques en relief, briques émaillées, etc.

Fig. 17 : Répartition des briques plano-convexes et des appareils en arête de poisson au Protodynastique (carte M. Sauvage).

Fig. 17 : Répartition des briques plano-convexes et des appareils en arête de poisson au Protodynastique (carte M. Sauvage).

Ce billet (comme celui du 3 mars 2016 « Les débuts de la construction en terre au Proche-Orient ») rend compte d’une présentation faite dans le cadre du séminaire d’enseignement et de recherche 2015-2016 « Bâtir et aménager au Proche-Orient ancien » du laboratoire Archéorient à Lyon le 23 novembre 2015 (voir le podcast de la présentation), séminaire soutenu par le Labex IMU (Intelligence des Mondes Urbains).

Bibliographie indicative

Delougaz P. 1933. Plano-convex Bricks and the Method of their Employment, Chicago, The University of Chicago Press (Studies in Ancient Oriental Civilization 7).

— 1967. Private Houses and Graves in the Diyala Region, Chicago, The University of Chicago Press (Oriental Institute Publications 88).

Delougaz P. et Lloyd S. 1942. Pre-sargonid Temples in the Diyala Region, Chicago, The University of Chicago Press (Oriental Institute Publications 58).

Finkbeiner U. 1986. Uruk-Warka Evidence of Ǧamdat Naṣr Period, in : U. Finkbeiner et W. Röllig (dir.), Ǧamdat Naṣr Period or Regional Style?, actes du symposium de Tübingen, 1983, Weisbaden, Dr. Ludwig Reichert (Tübinger Atlas des vorderer Orients, B62), 33-56.

Heinrich E. 1934. Schilf und Lehm, ein Beitrag zur Baugeschichte der Sumerer, Berlin, Verlag für Kunstswissenschaft.

Huot J.-L. 1989. Les Sumériens, entre le Tigre et l’Euphrate, Paris, Errance (Collection des Néréides).

Huot J.-L. et Maréchal C. 1985. L’emploi du gypse en Mésopotamie du Sud à l’époque d’Uruk, in : J.-L. Huot, M. Yon M. et Y. Calvet Y. (éd.), De l’Indus aux Balkans. Recueil à la mémoire de Jean Deshayes, Paris, ERC, 261-275.

Safar F., Mustafa M. A. et Lloyd S. 1981. Eridu, Bagdad, State organizations of Antiquities and Heritage.

Sauvage M. 1998. La brique et sa mise en œuvre en Mésopotamie, des origines à l’époque achéménide, Paris, ERC.

— 2000. La genèse des briques plano-convexes et de l’appareil en arête de poisson : l’urbanisation de la Mésopotamie, in : P. Matthiae, A. Enea, L. Peyronel et F. Pinnock (dir.), Proceedings of the First International Congress on the Archaeology of the Ancient Near East (Roma, May 18th-23rd 1998), Rome, université « La Sapienza », 1477-1492.

— 2011. L’architecture de brique crue en Mésopotamie, in : Chazelles C.-A. de, Klein A. et Pousthomis N. (dir.), Les cultures constructives de la brique crue. Troisièmes échanges transdisciplinaires sur les constructions en terre crue (Actes du colloque international de Toulouse, 16-18 mai 2008), Montpellier, éd. de L’Espérou, 89-100.

Strommenger E. 1980. Habuba Kabira, Eine Stadt vor 5000 Jahren, Mayence, Philipp von Zaubern.

Tunca Ö. 1984. L’architecture religieuse protodynastique en Mésopotamie, Louvain, Peeters (supplément Akkadica), 2 vol.

Lexique

Appareil
Désigne la manière dont sont taillés et assemblés les éléments d’une maçonnerie. Le terme « appareillage » est parfois employé dans la littérature archéologique avec sensiblement le même sens.

Appareil en arête de poisson
Appareil formé d’éléments posés obliquement de façon que les joints obliques soient d’une assise sur l’autre alternativement dans un sens et dans l’autre ; le joint de lit restant sensiblement rectiligne. On emploie ce terme pour les appareils caractéristiques du Protodynastique bien que les joints obliques n’alternent pas systématiquement d’une assise à l’autre.

Boutisse
Élément de maçonnerie disposé dans un mur de manière à laisser apparaître l’un de ses bouts dans le parement extérieur.

Chant
Ou champ. Désigne, dans un élément de construction de forme parallélépipédique allongée, les deux pans moyens, et dans une forme carrée, les quatre pans les plus petits.

Coup de sabre
Malfaçon qui consiste en la présence de joints verticaux superposés dans une maçonnerie ce qui présente un risque d’ouverture du mur.

Enduit
Préparation semi-liquide destinée à être appliquée sur les murs, les sols ou les toits. Le mot ne préjuge pas de la composition chimique. Il est donc nécessaire de préciser : enduit de chaux, enduit de plâtre, enduit d’argile. L’enduit s’applique en plusieurs couches, plus épaisses pour les premières (crépi), plus liquides pour les dernières (badigeon).

Gypse
Sulfate de calcium dont la calcination à 150° donne le plâtre.

Muddhif
Bâtiment en roseau des Arabes des marais du Sud de l’Iraq où la tribu se réunit pour discuter de questions d’importance pour la communauté. Le muddhif sert également de maison d’hôtes.

Panneresse
Élément de maçonnerie disposé de manière à laisser apparaître dans le parement soit une face (si la section est carrée) soit un chant (si la section est rectangulaire).

Patzen
Nom allemand donné à un type de brique crue rectangulaire de grande dimension. Ce terme s’applique normalement à des briques d’époque Uruk récent.

Pilastre
Pilier rectangulaire engagé ou accolé.

Plano-convexe
Qualifie un type de briques crues moulées rectangulaires, dont la face supérieure est bombée. Ce terme s’applique essentiellement aux briques du Protodynastique en Mésopotamie.

Plâtre
Substance extraite par calcination (150°) du gypse

Redans ou Redents (mur à)
Mur décoré d’une suite régulière de niches.

Riemchen
Mot allemand désignant un type de brique crue rectangulaire de section carrée caractéristique de la période Uruk récent exclusivement. « Langlichen, parallelepipedischen Lehmziegel mit quadratischen Querschnitt: Riemchen, wie sie in der deutschen Handwerker Sprache hießen » (Jordan, 1931 [UVB II], 20). Les archéologues allemands parlent également de « Riemchen-nahe », pour des briques à section presque carrée et de « Riemchen plano-convexe », briques de transition avec les briques plano-convexes.

Riemchenverband
Désigne l’appareil caractéristique des Riemchen, où les briques sont le plus souvent disposées en boutisses, quelques rangs, le plus souvent en façade (toutes les 2-3 assises) et composés de panneresses, jouent le rôle d’un chaînage.

L’auteur

Martin Sauvage est archéologue, ingénieur d’études au CNRS (USR 3225, Maison de l’archéologie et de l’ethnologie, Nanterre). Il a participé à plusieurs missions de fouilles au Proche-Orient, à l’heure actuelle au Liban et au Kurdistan iraquien. USR 3225, Maison de l’archéologie et de l’ethnologie, Nanterre.

Pour citer ce billet : Martin Sauvage. L’urbanisation de la Mésopotamie : des innovations techniques dans le domaine de la construction, ArchéOrient - Le Blog, 8 avril 2016, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/5818

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. iggy dit :

    interessant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *