Paysages du front d’Orient. Le Mont-Liban. Les stigmates de la famine de 1915-1918.

La commémoration du premier conflit mondial s’accompagne d’un travail sur les témoignages de l’époque, parmi lesquels la photographie, les correspondances et les écrits privés tiennent une place éminente. À un siècle de distance, les chercheurs s’attachent, peut-être plus que jadis, à la vie quotidienne, celle du front ou de l’arrière, à l’ordinaire du soldat ou des populations civiles, ou encore aux paysages que ces documents permettent d’évoquer. Au Levant, le conflit laissa d’autres marques que les découpages territoriaux des années 1920, bien qu’il n’y eut pour ainsi dire aucun affrontement direct entre les puissances de l’Entente et l’Empire Ottoman. De fait, ce que l’on appelle communément le front d’Orient est resté strictement européen du point de vue géographique : d’abord les combats des Dardanelles (1915) qui en épargnèrent la rive asiatique, puis le front de Thessalonique, dans le Nord de la Grèce (1916-1918). Au Mont-Liban où, contrairement aux régions syriennes voisines, le régime de la moutassarifiya (terme utilisé pour désigner le territoire du Mont-Liban, qui bénéficia d’une certaine autonomie politique et économique à partir de 1861) exemptait les habitants du service militaire, la mobilisation de troupes ne prit effet qu’à l’automne 1916 lorsque le gouvernement Jeune Turc abolit ce statut spécial (Fig. 1). Logiquement, tout prédisposait la Montagne à être relativement épargnée par les malheurs de la guerre. Pourtant, le conflit engendra une famine qui, s’installant peu à peu à partir de l’année 1915, se mua en une véritable hécatombe humaine au cours des trois années suivantes et eut des conséquences durables sur les paysages libanais.

Fig. 1: Découpage administratif du Levant à la fin de l’Empire ottoman et localisation des secteurs et sites mentionnés dans le texte — source : Tübinger Atlas des Vorderen Orients, modifié.

Fig. 1: Découpage administratif du Levant à la fin de l’Empire ottoman et localisation des secteurs et sites mentionnés dans le texte — source : Tübinger Atlas des Vorderen Orients, modifié.

À ses débuts, en 1915, la famine apparaît comme la conséquence de plusieurs facteurs auxquels les témoignages de contemporains (Kouyoumdjian 1921) ou les travaux historiques consacrés à cet épisode (Éddé 2003 ; Mouaouad 2003 ; Cloarec 2010) n’accordent pas la même importance. Ils permettent néanmoins de relever des causes économiques ou agricoles : la calamité d’une invasion de criquets au printemps 1915 et une récolte insuffisante dans les champs libanais accroissent une dépendance déjà ancienne vis-à-vis des grains produits dans les bas pays de la Syrie « intérieure ». Les autres causes sont liées directement aux circonstances de la guerre qui concourent alors à placer le Mont-Liban dans une situation d’isolement alimentaire. À l’ouest, en effet, les flottes de l’Entente instaurent un blocus de la Méditerranée orientale destiné à empêcher les liaisons maritimes entre l’Empire allemand et l’Empire Ottoman. À l’est, l’organisation de l’approvisionnement des troupes turques placées sous les ordres de Cemal Pacha détourne les céréales syriennes de leurs circuits traditionnels. Dans le Liban coupé de ses fournisseurs habituels, les efforts consentis par le dernier gouverneur ottoman, jusqu’à son départ fin 1915, pour acheminer un peu du blé d’Alep vers Beyrouth et la Montagne ne suffisent pas à enrayer la marche de la disette qui se transforme rapidement en famine. Parfois, la faim tue directement mais, en affaiblissant les organismes, elle les livre aussi à des maladies qui deviennent alors fatales.

De l’aveu des historiens qui ont abordé le sujet, l’évaluation démographique des conséquences de la famine est peu aisée, faute de travaux en nombre suffisant et d’un dépouillement de toutes les sources historiques disponibles (Eddé 2003 ; Mouaouad 2003). On doit se contenter d’ordres de grandeur pour Beyrouth où la faim aurait tué jusqu’à 20 % de la population. Dans la Montagne proprement dite, l’incertitude est encore plus grande : le chiffre de 80 000 morts a été avancé par Khalil Jubrân (cité par Y. Mouaouad 2003) dès avant la fin de la famine qui aurait finalement fait 200 000 victimes dans le Mont-Liban (L. Schatkowski Schilcher 1992, citée par le même), peut-être même 250 000 (Taoutel et Wittouck 2015) ! Si de telles estimations s’avéraient, plus de 57 % des 350 000 habitants que comptait la moutassarifiya avant 1914 auraient péri de la privation de nourriture et de ses conséquences ; la dépopulation évaluée entre 30 et plus de 60 % dans des villages de l’arrière-pays de Batroun (Mouaouad 2003) tendrait à confirmer cette hypothèse. En définitive, si l’on s’autorise une comparaison avec les pertes démographiques de l’Europe, la mortalité s’apparenterait plus à celles de la peste noire ou de la guerre de Trente ans qu’à celle du premier conflit mondial.

Bien des aspects de la famine restent mal cernés, notamment son étendue, ses disparités spatiales (Éddé 2003 ; Mouaouad 2003 ; Kévorkian et al. 2003) mais aussi son rôle sur les paysages ruraux. À la lecture des écrits de contemporains (Taoutel et Wittouck 2015), le désastre humain semble avoir atteint des proportions effarantes dans le Kesrouan, le Metn, les arrière-pays de Jbeil et Batroun, pays aux sols minces et où les habitants disputent âprement à l’infiltration karstique les eaux de surface. Pour l’heure, en attendant que les historiens fassent parler toutes les sources écrites, la photographie pourrait paraître d’un secours utile, mais cela ne va pas sans difficultés. En effet, région éloignée des fronts, le Mont-Liban ne fut pas couvert par l’actualité photographique de l’époque et on chercherait en vain de nombreux clichés datant de la guerre. La plupart des photographes opérant au Liban, qu’il s’agisse d’ateliers professionnels ou de photographes amateurs, souvent de nationalité française, avaient été expulsés au moment où l’Empire ottoman entra dans le premier conflit mondial aux côtés des empires centraux. En espérant la découverte d’éventuels documents photographiques dans les archives allemandes, autrichiennes ou américaines, voire ottomanes, nous devons nous contenter des photographies prises avant et après la guerre pour évaluer la situation entre 1914-1918.

Les archives photographiques des pères Jésuites conservées à la Bibliothèque de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth constituent à cet égard une documentation privilégiée. La photographie devient chez les missionnaires jésuites une pratique assez courante à partir de la fin du XIXe siècle pour atteindre son apogée au tournant du XXe siècle avec Paul Soulerin (1840-1908), H. Lammens (1862-1937), Gérard de Martimprey (1873-1956), Joseph Goudard (1873-1951) ou encore Pierre de Vrégile (1875-1970), pour ne citer que quelques figures. À cela il faut ajouter des photographies de paysages réalisées par G. de Zumoffen (1848-1928) dans le cadre de ses recherches de géologie et de préhistoire libanaises. Mais dans ce fonds, les archives photographiques laissées par le Père Joseph Delore (1873-1944) sont les plus riches par leur nombre comme par leur unité. Ce jésuite lyonnais, qui a passé pratiquement toute sa carrière religieuse au Liban, fonda et dirigea à partir de Ghazir une quarantaine d’écoles implantées dans les villages les plus démunis et les plus reculés du Mont-Liban, dans la région qui s’étend du Kesrouan jusqu’au pays de Batroun, qu’il parcourait à pied par des chemins escarpés. Les quelques 2000 négatifs – et presque autant de tirages sur papiers – sont essentiellement des témoignages de son apostolat (religieux, cérémonies, groupes de communiants, etc…) mais comprennent aussi des paysages urbains et ruraux, documents irremplaçables pour étudier certains aspects de la vie rurale dans la première moitié du XXe siècle. Une trentaine représentent des villages en ruines (Photo 1). Puisque J. Delore, comme la plupart de ses confères français, fut expulsé du territoire ottoman, il est très vraisemblable que ces clichés datent du début ou de l’extrême fin des années 1920, époque à laquelle le jésuite reprit sa mission dans les écoles du Mont-Liban et chercha, par le spectacle de désolation issu des années de guerre, à sensibiliser les donateurs soutenant son œuvre apostolique.

Photo 1 : Vue d’un hameau de Mouradiyé sur le versant de rive gauche du Nahr Ibrahim ; nombreuses terrasses enfrichées au premier plan, bâtiments ruinés sur le promontoire, vers 1925 © Fonds J. Delore, Bibliothèque Orientale, USJ, Beyrouth.

Photo 1 : Vue d’un hameau de Mouradiyé sur le versant de rive gauche du Nahr Ibrahim ; nombreuses terrasses enfrichées au premier plan, bâtiments ruinés sur le promontoire, vers 1925 © Fonds J. Delore, Bibliothèque Orientale, USJ, Beyrouth.

Sur ces vues de villages du Kesrouan et de Batroun, les maisons abandonnées et ruinées représentent une part stupéfiante de l’espace bâti (Photos 2 et 3). Leurs murs éventrés, leurs toitures effondrées font alors un contraste saisissant avec les pyramides que forment certains tas d’épierrement (les rejmet), témoignage de l’intense travail agricole de jadis (Photo 4). La majorité de ces maisons sont désormais dépouillées des poutres et des éléments d’huisserie, signe que dans la pénurie, la recherche de combustible restait vitale pour ceux qui survivaient.

Photo 2 — Maisons ruinées à Abdillé (caza de Batroun) © Fonds J. Delore, Bibliothèque Orientale, USJ, Beyrouth.

Photo 2 : Maisons ruinées à Abdillé (caza de Batroun) © Fonds J. Delore, Bibliothèque Orientale, USJ, Beyrouth.

Photo 3 — Chabtine (Caza de Batroun), un village quasi déserté dans les années 1920 © Fonds J. Delore, Bibliothèque Orientale, USJ, Beyrouth.

Photo 3 : Chabtine (Caza de Batroun), un village quasi déserté dans les années 1920 © Fonds J. Delore, Bibliothèque Orientale, USJ, Beyrouth.

Au dos d’une photo représentant le village de Bijjé (Photo 4), presque entièrement en ruine, on trouve la légende suivante écrite par J. Delore :

Au Liban un tiers des habitants sont morts de faim pendant la Grande Guerre. Il y a des villages, surtout à la montagne, où il est mort plus du tiers. Ce village est Bijjé, où j’ai deux écoles. Avant la guerre il y avait environ 1000 habitants. Il en reste à peine 500. Les autres sont morts : voyez leurs maisons tombées en ruine. 1929.

Photo 4 — Vue du village de Bijjé (caza de Jbeil). Notez la présence de volumineux bourrelets d’épierrement (rejmet), dont la hauteur dépasse le toit de certains bâtiments, vers 1925 © Fonds J. Delore, Bibliothèque Orientale, USJ, Beyrouth.

Photo 4 : Vue du village de Bijjé (caza de Jbeil). Notez la présence de volumineux bourrelets d’épierrement (rejmet), dont la hauteur dépasse le toit de certains bâtiments, vers 1925 © Fonds J. Delore, Bibliothèque Orientale, USJ, Beyrouth.

Il convient de souligner que ces quelques exemples de villages et de maisons en ruines fixés par la chambre noire de J. Delore ne sont nullement des cas exceptionnels que le missionnaire jésuite aurait sélectionnés pour les besoins de son apostolat. Bien au contraire, nous avons l’impression que l’abandon et le dépeuplement de villages fut un phénomène très répandu dont des témoignages persistent jusqu’à nos jours. Dans la partie du mont Liban qui s’étend entre Nahr el Kelb et Nahr el Jauz, presque chaque village abrite encore des maisons en ruine qui remontent à la Grande Guerre. Dans certains cas, des villages entiers ont été abandonnés et ne furent jamais réoccupés (Photo 5).

Photo 5 — Moulins et maisons abandonnés au fond des gorges du Nahr es Salib près de Kfar Debiane (Kesrouan), vers 1925-1930 © Fonds J. Delore, Bibliothèque Orientale, USJ, Beyrouth.

Photo 5 : Moulins et maisons abandonnés au fond des gorges du Nahr es Salib près de Kfar Debiane (Kesrouan), vers 1925-1930 © Fonds J. Delore, Bibliothèque Orientale, USJ, Beyrouth.

Les clichés aériens sont l’autre source de documentation photographique qui peut aider à mesurer les effets de la famine dans la Montagne. Les missions de 1956 ont couvert la totalité du territoire libanais et leur échelle précise permet une analyse des finages, en orientant vers une démarche quantitative. Un exemple peut en être donné avec le secteur de Chnan’ir, un village proche de Ghazir et qui domine la baie de Jounieh (Photo 6). Quarante années après la guerre et la famine, la dépopulation marque encore fortement ce paysage : du Chnan’ir densément peuplé de jadis, il ne reste qu’un semis épars de maisons entretenues. La qualité du cliché permet un repérage précis et exhaustif de tous les bâtiments ruinés : on en dénombre 96, contre 49 encore en état (mais pas nécessairement occupés), soit 66 % du total. Ici, un recensement signalait, en 1906, 400 maronites ; en 1927 un nouveau recensement n’en donnait plus que 166 ! Plus de la moitié de la population (58 %) aurait donc péri ou quitté le village. Il est fort intéressant de constater que les recensements et la photo-interprétation nous donnent des valeurs très proches et situées dans les ordres de grandeur globaux que nous avons évoqués plus haut.

Photo 6 — Les marques de la famine toujours visibles à Chnan’ir en 1956 © N. Jacob-Rousseau, d’après le cliché n°59, mission 3/100, Direction des affaires géographiques et géodésiques, Armée Libanaise.

Photo 6 : Les marques de la famine toujours visibles à Chnan’ir en 1956 © N. Jacob-Rousseau, d’après le cliché n°59, mission 3/100, Direction des affaires géographiques et géodésiques, Armée Libanaise.

La dynamique du paysage est l’autre problème que soulève l’étude des conséquences de la guerre. Un effondrement démographique est logiquement suivi d’un abandon, ou du moins d’une très forte régression, de toutes les pratiques agricoles qui façonnaient le paysage. Dans ces conditions, la végétation spontanée reprend peu à peu la place des surfaces exploitées jadis, évolution qui a bel et bien marqué la montagne libanaise au cours du XXe siècle. Une nouvelle fois, la photographie aérienne de Chnan’ir permet une première analyse. Sur ce finage, on observe clairement l’amorce d’une reconquête végétale qui s’exprime de deux façons très lisibles : par un piquetage végétal des terrasses autrefois cultivées et par un engraissement des bosquets périphériques. Plus guère de charbonnage, moins de chèvres : dans les garrigues, le pin (P. halepensis) peut investir le terrain massivement. Il resterait à savoir quand a débuté cette reconquête végétale. Dans l’hypothèse où elle serait principalement due à la famine, sa précocité ferait du Mont Liban un cas très original parmi les massifs montagneux de la Méditerranée orientale où les déprises agricoles ont généralement été plus tardives.

Témoignages indirects et parfois tardifs de la famine, les clichés nous en donnent une vision plus large que les écrits des contemporains dans lesquels la place donnée à Beyrouth occulte souvent la Montagne. Toutes ces sources demandent certes une interprétation prudente car des difficultés de plusieurs ordres existent : les clichés au sol ne sont pas toujours datés avec précision, les clichés aériens sont tardifs et présentent une situation qui peut relever d’autres causes que de la seule famine. Par ailleurs, les dynamiques d’émigration rurale sont attestées dès avant la guerre et il conviendrait d’en apprécier l’ampleur. En août 1914, en effet, J. Delore lançait déjà son alarme :

Ici on meurt de faim, littéralement, surtout à la montagne. Il y a un reste de vie à la côte ; mais, dans les villages du haut pays, les maisons et les villages sont dépeuplés, et les quelques pauvres gens qui les habitent, surtout des femmes et des petits enfants, n’ont pas de pain à manger. Les hommes, les jeunes gens, sont à peu près tous partis pour l’Amérique. Plus de bras pour cultiver les mûriers, défricher le sol, ensemencer, planter…. (Miss. Cath., 7 août 1914, p. 373).

Cet exode rural fut en grande partie lié à la chute de la production de soie et à l’appauvrissement économique qu’elle entraîna. Toutefois un domaine d’investigation est ouvert sur le paysage post-guerre et sur un phénomène démographique dont on a encore peu pris la mesure et évalué les conséquences à long terme. À un autre niveau d’analyse, en effet, ces photographies anciennes nous fournissent un moyen d’apprécier les trajectoires paysagères sur des durées plus longues (Photo 7). La famine, en parachevant le dépeuplement de la montagne, en entraînant des recompositions sociales et foncières (Eddé 2003) n’a-t-elle pas joué un rôle, même lointain, dans les dynamiques qui depuis la deuxième moitié du XXe siècle se déploient sous nos yeux ? urbanisation anarchique sur l’espace en déshérence, prélèvements massifs de matériaux, marginalisation d’anciens sites d’habitat, fonctions improductives sur les espaces autrefois cultivés… En ce sens elle se révélerait une véritable catastrophe.

Photo 7 — Un hameau abandonné, héritage de la famine dans le paysage actuel © L. Nordiguian, 2002.

Photo 7 : Un hameau abandonné, héritage de la famine dans le paysage actuel © L. Nordiguian, 2002.

Références

Cloarec V. 2010 (3e éd.). La France et la question de Syrie (1914-1918), CNRS éditions.

Éddé C. 2003. La première Guerre mondiale : une catastrophe sans précédent au “Liban”, in : L. Nordiguian (dir.) Les « petites écoles » du Mont Liban, Joseph Delore, s.j. (1873-1944). Beyrouth, Presses de l’Université Saint-Joseph, 93-98.

Kévorkian R.H., Tachjian V., Paboudjian M. (dir.) 2003. Les Mémoires d’Ohannès pacha Kouyoumdjian. Revue d’Histoire Arménienne Contemporaine, t. V, 5-18.

Kouyoumdjian Ohannès pacha 1921. Mémoires, in : R.H. Kévorkian, V. Tachjian, M. Paboudjian  (dir.) « Le Liban à la veille et au début de la Guerre. Mémoires d’un gouverneur, 1913-1915 », Revue d’Histoire Arménienne Contemporaine, t. V, 19-186.

Mouaouad Y. 2003. 1914-1918 ou la guerre de famine, in : Nordiguian L. (dir.), Les « petites écoles » du Mont Liban, Joseph Delore, s.j. (1873-1944). Beyrouth, Presses de l’Université Saint-Joseph, 101-106.

Nordiguian L. (dir.) 2003. Les « petites écoles » du Mont Liban, Joseph Delore, s.j. (1873-1944), Beyrouth, Presses de l’Université Saint-Joseph.

Taoutel C. et Wittouck P. s.j. 2015. Le peuple libanais dans la tourmente de la Grande Guerre 1914-1918 d’après les archives des Pères jésuites au Liban, Beyrouth, Presses de l’Université Saint-Joseph.

Schatkowski Schilcher L. 1992. The famine of 1915-1918 in greater Syria, in J. Spagnolo (dir.), Problems of the modern Middle East in historical perspective, Essays in honor of Albert Hourani, Ithaca Press, Reading, 229-258.

Anonyme 1922. La famine au Liban et l’assistance française aux Libanais pendant la grande guerre (1915-1919), Supplément à l’Asie Française, février 1922, 3-14.

Les auteurs

 Nicolas Jacob-Rousseau est Maître de conférences de Géographie – Université Lumière-Lyon 2. UMR 5133 – Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Lévon Nordiguian : archéologue, directeur de la photothèque de la Bibliothèque Orientale, Université Saint-Joseph, Beyrouth

Pour citer ce billet : Nicolas Jacob Rousseau et Lévon Nordiguian. Paysages du front d’Orient. Le Mont-Liban. Les stigmates de la famine de 1915-1918., ArchéOrient - Le Blog, 1 avril 2016, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/5791


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 4 avril 2016

    […] La commémoration du premier conflit mondial s’accompagne d’un travail sur les témoignages de l’époque, parmi lesquels la photographie, les correspondances et les écrits privés tiennent une place éminente.  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *