Le bâton poli, une approche expérimentale

Le bâton poli est un objet en pierre de forme cylindrique, aux extrémités arrondies ou appointées, caractéristique du début du Néolithique syrien (Khiamien et PPNA).

Bien que souvent associée à une représentation phallique (J. Cauvin, 1994), sa fonction nous est encore inconnue ; en revanche, son rôle symbolique est indéniable. Peu d’objets en pierre sont polis à ces périodes : outre les bâtons polis, ce sont les objets de parure, certains récipients en pierre et tablettes gravées, des figurines et des haches dont la fonction en tant qu’outil n’est pas démontrée. Certains de ces objets en pierre semblent polis simplement par volonté d’esthétisme (parures, récipients), d’autres sont polis pour signaler l’importance, non de l’objet en tant que tel, mais de ce qu’il représente ; tel est le cas des bâtons polis.

Le polissage de la pierre est une technique nouvelle qui apparaît au début du Néolithique proche-oriental. Si, en Europe, la technique est connue par le biais des haches et de nombreux polissoirs dormants, il n’en est pas de même au Proche-Orient. Là, les catégories d’objets en pierre polie sont plus nombreuses mais peu étudiées, et les polissoirs sont rares. Hormis les haches et les outils en os, les procédés techniques et ce qu’ils impliquent ont été relativement peu étudiés car souvent jugés « simplistes ».

C’est pourquoi nous avons tenté de reproduire deux bâtons polis, bien que plusieurs étapes de la chaîne opératoire nous soient encore inconnues. En effet, le polissage efface les traces des précédentes opérations. Seuls de rares témoignages, sur quelques objets archéologiques, portent des indices résiduels des étapes antérieures au polissage.

Les objectifs de la fabrication expérimentale d’un bâton poli sont donc multiples : redécouvrir la ou les chaînes opératoires possibles, et s’attarder sur l’étape du polissage puisqu’il s’agit de la caractéristique la plus importante de la définition de l’objet. Nous proposons ici un résumé succinct des étapes de nos expérimentations.

Piquetage :

Ignorant à partir de quelle forme de bloc les objets ont pu être ébauchés, deux hypothèses ont été testées : 1) à partir d’un bloc proche de la forme finale 2) à partir d’une forme quelconque. La première hypothèse a été testée sur une roche dure, tandis qu’une roche tendre a été préférée pour la seconde.

Blocs bruts. 1-bloc fragment de dalle en pierre dure, 2-bloc pierre tendre.

D’après les traces découvertes sur quelques fragments de bâtons polis, nous avons pu déterminer que le travail de façonnage de ces objets a été réalisé par piquetage. De plus, les traces laissées ont été réalisées à l’aide d’un outil tranchant et fin. C’est pourquoi nous supposons qu’il s’agit de tranchants d’éclats ou de lames de silex.

Nous avons alors utilisé des outils en silex pour façonner nos objets expérimentaux, c’est-à-dire dégrossir les blocs et préparer la forme cylindrique. Pour la pierre tendre, un tranchant ou un outil esquillé attaque bien les surfaces. Si la pierre est dure, les tranchants ont été préférés aux autres types d’outils car ils pénètrent mieux dans la matière.

Outils en silex. 1-tranchant avant utilisation, 2-tranchant esquillé et écrasé après utilisation.

Outils en silex. 1-tranchant avant utilisation, 2-tranchant esquillé et écrasé après utilisation.

 

Geste du piquetage.

Geste du piquetage.

Bâtons polis en cours de piquetage. 1-pierre dure, 2-pierre tendre.

Bâtons polis en cours de piquetage. 1-pierre dure, 2-pierre tendre.

Abrasion :

La seconde étape du façonnage des bâtons polis est l’abrasion. Il s’agit d’affiner la forme cylindrique et les extrémités appointées par abrasion, ce qui permet un travail plus précis, avec moins de risques d’arracher trop de matière. L’abrasion permet aussi l’élimination des aspérités les plus marquées afin d’uniformiser les surfaces ; cette étape est le préambule au polissage. Lors de nos expérimentations, l’abrasion a été réalisée à l’aide des mêmes outils que pour le polissage : un polissoir dormant en grès et de l’eau. Ce qui diffère du polissage, ce sont les forces exercées et l’orientation de l’objet sur le polissoir pour le façonnage des extrémités. L’intention est différente.

Geste d’abrasion d'une extrémité de bâton poli.

Geste d’abrasion d’une extrémité de bâton poli.

 

Abrasion de l’extrémité d’un bâton poli en pierre dure. 1-avant abrasion, 2-après abrasion.

Abrasion de l’extrémité d’un bâton poli en pierre dure. 1-avant abrasion, 2-après abrasion.

Polissage :

Le polissage est une étape délicate, car le risque de rayer l’objet est grand. Or le but est d’obtenir une surface lisse et douce. Contrairement à ce que l’on peut penser, la brillance n’est pas le critère le plus recherché, mais plutôt la révélation des couleurs de la pierre et la douceur au toucher.

Lors du travail de polissage, parvenir à une surface brillante dite « miroir » est l’étape ultime. Il faut un abrasif très fin, un geste sans défaillance et beaucoup de patience. Toutefois, sans atteindre un effet miroir, nous parvenons assez rapidement, sur une pierre tendre, à refléter tant soit peu la lumière.

Mais c’est bel et bien par le toucher, plus encore que par la vue, que le polisseur constate l’avancée du travail. C’est par lui qu’il peut corriger ses gestes en comparant au doigt quelle zone a été plus ou moins polie. La main et les doigts se font alors instruments de mesure dédiés à la tactilité de l’objet travaillé.

Gestes du polissage. 1-polissage du corps du bâton, 2-polissage de l'extrémité du bâton.

Gestes du polissage. 1-polissage du corps du bâton, 2-polissage de l’extrémité du bâton.

 

Bâtons polis archéologiques du site de Jerf el Ahmar, Syrie. (D’après D. Stordeur)

Bâtons polis archéologiques du site de Jerf el Ahmar, Syrie. (D’après D. Stordeur)

Bâton polis expérimentaux. 1-pierre dure, 2-pierre tendre.

Bâton polis expérimentaux. 1-pierre dure, 2-pierre tendre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Deux bâtons polis ont ainsi été obtenus par expérimentation. D’autres procédés, notamment pour le polissage, ont été mis en œuvre. Ces expérimentations s’inscrivent dans une étude plus vaste sur le matériel en pierre polie et sa finalité au début du néolithique proche oriental. En reconstituant des chaînes opératoires, nous pouvons percevoir la place qu’occupe le polissage, non seulement dans la succession des opérations de fabrication d’un objet, mais aussi le degré d’investissement nécessaire. L’expérimentation nous a ainsi permis de mettre en évidence que le polissage est loin d’être une technique « simple » ne nécessitant que de la « sueur ».  Le polissage exige un savoir-faire complexe faisant appel autant à la vue qu’au toucher. Des sens, qui sont également requis dans l’appréciation de l’objet terminé. D’autres expérimentations sont en cours pour comprendre le polissage de haches, de perles, de récipients en pierre et de figurines.

Bibliographie :

 CAUVIN Jacques (1994) Naissance des divinités, naissance de l’agriculture, Flammarion, Paris.

L’auteur :
Virginie Huyard est doctorante à l’Université Lumière – Lyon 2, doctorat Mondes anciens, ED 483.
UMR 5133 – Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.


Pour citer ce billet : Huyard V., « Le bâton poli, une approche expérimentale », ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 1er mars 2013. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/578


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *