Préhistoire récente en marge du « Croissant fertile » : le programme de la MASEJ

Pour une archéologie des marges désertiques du Proche-Orient

Le programme scientifique de la Mission Archéologique du Sud-Est Jordanien (MASEJ) porte sur l’étude du développement de l’occupation humaine dans les marges désertiques du Proche-Orient, hors du « Croissant fertile », au cours de la Préhistoire récente (du Néolithique à la fin de la période du Bronze ancien, Fig.1).

Fig.1 : Carte du « Croissant fertile » (vert) et des marges désertiques du Proche-Orient (jaune).

Fig.1 : Carte du « Croissant fertile » (vert) et des marges désertiques du Proche-Orient (jaune).

Bien que les régions de marges désertiques aient été considérées pendant longtemps comme totalement dépourvues de restes archéologiques, les recherches pionnières effectuées dans le Désert Noir de basalte du nord-est jordanien d’une part, ainsi que celles dans le Sinaï/Néguev d’autre part ont révélé une importante occupation humaine protohistorique. Ces travaux précurseurs ont abouti à l’élaboration de différentes hypothèses et théories, parfois contradictoires, sur les origines et le développement du pastoralisme nomade dans les marges désertiques. Ce mode de subsistance reste jusqu’à nos jours le mode principal d’acquisition et de gestion des ressources animales dans ces régions. Alors que ces deux zones étaient considérées comme des « enclaves » quasi indépendantes en marge du « Croissant fertile », l’abondance des traces archéologiques identifiées lors des phases préliminaires de recherche dans le cadre de la MASEJ appelle à une profonde remise en cause des modèles interprétatifs proposés jusqu’ici (Fig.2).

Fig.2 : Carte montrant les « enclaves » mieux connues de développement de l’occupation humaine dans les marges désertiques du Levant sud.

Fig.2 : Carte montrant les « enclaves » mieux connues de développement de l’occupation humaine dans les marges désertiques du Levant sud.

Ce programme de terrain vise à exploiter le potentiel considérable du sud-est jordanien, pour une recherche globale sur le processus de Néolithisation dans les marges désertiques du Levant sud et sa diffusion dans la péninsule Arabique. Dans le cadre de cette recherche, la notion de « marges » ne renvoie donc pas simplement à un cadre géographique particulier – celui des régions actuellement désertiques – mais aussi à une sphère de développement socio-culturelle bien spécifique, dont les rythmes et les évolutions se distinguent de ceux du « Croissant fertile » mieux connu. Cette réalité s’inscrit dans une dialectique d’opposition entre centre(s) et périphérie(s), et dans une recherche englobant les aspects socio-culturels, économiques, écologiques et paléoenvironnementaux qui ont pu interagir dans cette conquête de nouveaux territoires au cours de la Préhistoire récente.

Antécédents de la MASEJ

La MASEJ a été établie en 2012 dans le cadre d’une coopération scientifique instaurée entre l’Institut Français du Proche-Orient (Ifpo-Amman) et la Faculté d’Archéologie de l’Université al-Hussein Bin Talal (AHBTU, Ma’an – Jordanie). Elle fait suite à l’étude préliminaire d’une micro-région, dans un secteur désertique hyper-aride et totalement inexploré jusqu’alors (campagnes de prospections et de sondages archéologiques 2007 et 2008), dont les résultats ont constitué la base de la discussion abordée dans le cadre de ma thèse de doctorat (Abu-Azizeh 2010). C’est au cours d’un post-doctorat du CNRS à l’Ifpo-Amman en 2011 que la coopération avec l’AHBTU a pris une dimension scientifique plus large, donnant à la MASEJ sa forme actuelle en s’attachant à l’étude de deux régions étendues : la zone méridionale (Zone 1) et la zone orientale du bassin d’al-Jafr (Zone 2). Le fonctionnement de la MASEJ requiert une progression simultanée des recherches, avec une alternance des campagnes de prospections et de fouilles archéologiques dans les deux régions, dans une approche à la fois complémentaire et comparative (Fig.3).

Fig.3 : Localisation des deux grandes zones de l’étude comparée de la Mission Archéologique du Sud-Est Jordanien, ainsi que des secteurs étudiés.

Fig.3 : Localisation des deux grandes zones de l’étude comparée de la Mission Archéologique du Sud-Est Jordanien, ainsi que des secteurs étudiés.

Financée depuis 2012 par des appels d’offres successifs du CNRS ainsi que par l’AHBTU, la MASEJ s’est concrétisée par la mise en œuvre de 4 campagnes de terrain (en co-direction avec M. Tarawneh, AHBTU) alimentant la réflexion sur les différentes problématiques qui constituent le fondement de cette recherche.

Enjeux scientifiques et problématiques

La diversité des types de restes structurels identifiés et étudiés (traces de campements plus ou moins temporaires et d’enceintes de pierres, restes d’exploitation des ressources minérales, cairns et construction funéraires mégalithiques, …) permet l’étude d’une multitude d’aspects en lien avec cette conquête des territoires hors du « Croissant fertile ». Quatre grands thèmes se dégagent pour cette recherche dont les enjeux sont brièvement synthétisés ci-dessous.

  • Thème 1 : Modes de subsistances et aménagements du territoire

Le programme de recherche de la MASEJ s’intéresse à l’évolution des modes de subsistances dans ces régions de marges à travers l’étude des formes d’occupation et d’aménagement du territoire.

Parmi ceux-ci, les « Desert kites » sont des structures spectaculaires généralement interprétées comme des pièges destinés à la chasse d’animaux sauvages et dont la datation reste encore très incertaine (Betts 1998; Van Berg et al. 2004; Morandi Bonacossi 2014; Holzer et al. 2010; Bar-Oz et al. 2011a, 2011b; Nadel et al. 2013; voir aussi Crassard et al. 2014: 6-10). Les travaux antérieurs de la MASEJ ont apporté une série de résultats inédits : après la découverte des premiers kites dans le sud-est jordanien (Fig.4, Abu-Azizeh et Tarawneh 2015), il a été possible pour la première fois de dater ces structures du Néolithique et d’identifier les campements de chasseurs associés. Ces résultats offrent des perspectives uniques pour étudier la question de la diffusion de techniques cynégétiques sophistiquées, impliquant l’aménagement et l’utilisation d’infrastructures de grande échelle dans le territoire, à une période aussi précoce du Néolithique. Ces aspects des thématiques abordées par le programme de la MASEJ rejoignent ceux soulevés par la collaboration avec le projet ANR Globalkites (voir notamment le billet de O.Barge 2012, et la page du projet Globalkites).

Fig.4 : Modèle Numérique de Terrain et relevé d’ensemble du kite JKSH 04 (MASEJ, Secteur des Jibal al-Khashabiyeh).

Fig.4 : Modèle Numérique de Terrain et relevé d’ensemble du kite JKSH 04 (MASEJ, Secteur des Jibal al-Khashabiyeh).

Les travaux antérieurs de la MASEJ, et la mise en œuvre d’une méthodologie originale faisant intervenir photo-interprétation, SIG, analyse spatiale et traitement statistique, ont par ailleurs permis de discerner des formes d’organisation variées de l’occupation pastorale, du campement temporaire à l’établissement permanent (Fig.5). Ce travail a permis d’envisager des schémas interprétatifs faisant intervenir des variations dans la temporalité de l’occupation, dans la composition des groupes humains en présence et dans les modalités de la pratique du mode de subsistance pastoral (Abu-Azizeh 2014a, 2013b). Des particularismes régionaux commencent à émerger dans les deux zones de l’étude comparée, sans que l’on puisse encore en comprendre la signification chrono-culturelle. Seules des fouilles, encore trop rares sur ce type d’établissements et dans ces régions de marges, permettront d’apporter une meilleure connaissance des modes de subsistances et de leurs conséquences sur les formes de l’occupation.

Fig.5 : Vue d’ensemble de l’établissement TH093 (MASEJ, Secteur de Al-Thulaythuwat).

Fig.5 : Vue d’ensemble de l’établissement TH093 (MASEJ, Secteur de Al-Thulaythuwat).

  • Thème 2 : Interactions nomades/sédentaires, ressources naturelles et échanges

Un autre aspect de cette occupation protohistorique est caractérisé par la mise en place de réseaux de production et d’échanges désertiques, dans lesquels les populations pastorales ont, semble-t-il, tenu une place de premier rang. La spécialisation dans certaines formes d’activités économiques complémentaires du mode de subsistance principal basé sur l’élevage est bien connu concernant l’exploitation et le commerce du cuivre dans le Grand Rift de la Vallée du Jourdain (Rothenberg 1962, 1970 ; Rothenberg & Glass 1992). L’extraction du minerai et son transport depuis les mines en direction des grands centres de peuplement sédentaires du sud levantin est en effet bien attestée à partir du Chalcolithique (Levy & Shalev 1989 : 359; Ilan & Sebbane 1989). Plus récemment, de nouveaux systèmes d’échanges ont pu être mis en évidence, impliquant une industrie de masse et spécialisée dans la production d’outillage en silex sur des gisements localisés dans des régions reculées des marges désertiques, et notamment sur le pourtour du bassin sédimentaire d’al-Jafr sur lequel porte la MASEJ (Fujii 1998, 2001, 2003; Quintero et al. 2002; Müller-Neuhof 2006, 2013). L’étude de ces restes permet d’appréhender la complexification qui prend forme dans les modes de subsistances et dans les pratiques socio-économiques au cours du Chalcolithique et du Bronze ancien. Alors que l’occupation pastorale nomade en marge du « Croissant fertile » était jusqu’ici considérée comme le reflet d’une trajectoire évolutive quasi indépendante des sociétés protohistoriques du sud levantin, il semble désormais évident qu’elle s’est, à un point donné, totalement intégrée dans un nouvel équilibre socio-économique régional. La mobilité de ces populations et l’exploitation de ressources naturelles spécifiques sont des facteurs qui ont contribué au développement de ces relations (Abu-Azizeh 2013a).

  • Thème 3 : Mégalithisme funéraire, pratiques socio-culturelles et socio-politiques

Les cairns et constructions funéraires mégalithiques sont très répandus dans les marges désertiques du Proche-Orient et sont traditionnellement attribués aux 4ème-3ème millénaires. Les résultats antérieurs de la MASEJ ont toutefois permis de faire remonter la construction de tels monuments à la période du Néolithique récent, dans le courant du 6ème mill. cal. BC (Fig.6 ; Abu-Azizeh et al. 2014; Abu-Azizeh 2011b).

Fig.6 : Fouille des cairns JK.010 et JK.011 dans le secteur du Jabal Kabd (MASEJ, Zone 1 : Secteur 3).

Fig.6 : Fouille des cairns JK.010 et JK.011 dans le secteur du Jabal Kabd (MASEJ, Zone 1 : Secteur 3).

 Il apparait donc que l’émergence des champs de tumuli, auxquels sont souvent associés des sanctuaires ouverts ou d’autres constructions mégalithiques comme les pierres dressées, est chronologiquement liée au développement de la domestication des ovicaprinés et du pastoralisme nomade (Avner 2002 : 152 ; Rosen et al. 2007 : 31). Ces nouvelles pratiques prennent donc forme dans un contexte de mutations profondes dans les stratégies de subsistance, et dans l’organisation économique et socio-politique de l’occupation humaine. Les nécropoles de cairns funéraires sont perçues comme l’expression d’une revendication accrue sur l’appropriation et le contrôle du territoire (Rosen et al. 2007: 53; Steimer-Herbet 2004: 94; Philip 2003: 106; Bradbury et Philip 2011: 177; Joffe 2003: 51-53). Parallèlement, il est vraisemblable que ces nécropoles aient également constitué des points de fixations pour les populations nomades, et l’expression d’une forme de structuration de l’espace dans le contexte des nouvelles formes de stratégies de transhumance qui se mettent en place (Mahasneh et Gebel 2009 : 471).

Si une fonction sociale en lien avec la territorialité est donc admise, la question de savoir dans quelle mesure cette dimension a pu affecter le processus de formation des nécropoles mégalithiques et leur organisation spatiale, n’a été que rarement abordée. Les résultats préliminaires des fouilles entreprises dans le cadre de la MASEJ sur une nécropole de cairns, et l’analyse spatiale des différents types de tombes, laissent imaginer une organisation d’ensemble de la nécropole qui pourrait refléter l’organisation socio-politique des groupes humains en présence (Abu-Azizeh et al. 2014). C’est là un des aspects des réflexions qui seront approfondies dans la suite du travail de la MASEJ sur l’étude du phénomène de mégalithisme funéraire.

  •  Thème 4 : Séquence chrono-culturelle et phasage chrono-climatique

La constitution d’une séquence chronologique de l’occupation pastorale nomade protohistorique est cruciale pour la compréhension des développements de la présence humaine et de la conquête des territoires hors du « croissant fertile ». En raison de la culture matérielle assez limitée, les corrélations avec les périodisations chrono-culturelles traditionnelles sont toutefois souvent impossibles et la datation des sites se limite le plus souvent à une attribution chronologique large qui couvre une période s’étendant du Néolithique récent à la fin du Bronze ancien (Avner & Carmi 2001 ; Quintero et al. 2002; Rollefson et al. 2011; Wasse and Rollefson 2005; Gebel and Mahasneh 2009; Müller-Neuhof 2013). Le développement de la recherche archéologique dans ces régions nécessite donc de mettre l’accent sur la fouille, qui constitue un prérequis pour l’obtention de matériel en contexte stratifié permettant la constitution d’une séquence chrono-culturelle fiable. Les résultats des recherches effectuées dans le cadre de la MASEJ ont montré leur efficacité s’agissant de l’identification d’assemblages de culture matérielle ou de la datation absolue de restes organiques. Une séquence de plus de 25 datations radiocarbone s’étendant de la fin du 8ème au 4ème mill. cal. BC. a pu être constituée et forme une base solide pour un affinement de la séquence chrono-culturelle au cours de la poursuite des recherches.

En parallèle, une approche chrono-climatique s’impose puisque la question paléo-environnementale est centrale, en particulier concernant la première moitié de l’Holocène, qui a connu d’importantes variations des conditions climatiques. Si au cours de l’Optimum climatique du début de l’Holocène, des conditions favorables prévalent et conduisent à parler de « désert vert » (le Green Desert Saharo-Arabique), des fluctuations radicales semblent toutefois prendre forme durant cette période, avec divers épisodes d’aridification prononcée, dont les conséquences sur les dynamiques de peuplement dans les régions en marge du « croissant fertile » sont encore mal évaluées (Migowski et al. 2006 ; Bar-Matthews et al. 1999; Weninger et al. 2009). La question de la fin de cet optimum climatique qui amorce une tendance vers l’aridification progressive pose aussi un problème. Enfin, la localisation de l’essentiel des archives paléoenvironnementales dans le secteur oriental de la Méditerranée pose la question de leur validité pour les régions couvertes par cette recherche. Si quelques tentatives récentes fournissent les premières archives disponibles dans le nord de la péninsule Arabique (Engel et al. 2012 ; Dinies et al. 2015), la nécessité de produire des référentiels locaux adaptés s’impose.

Un programme quadriennal

La mission prend désormais une dimension entièrement nouvelle, grâce au financement quadriennal qui vient d’être obtenu du Ministère des Affaires Etrangères et du Développement International (MAEDI). C’est l’une des quatre missions archéologiques MAE actuellement en cours en Jordanie, et la première depuis les années 1990 portant sur la préhistoire récente. Elle présente une dimension interdisciplinaire, grâce à une série de collaborations scientifiques internationales établies dans les domaines de la géo-archéologie et de l’étude environnementale (N. Jacob-Rousseau, Archéorient ; Y. Callot, Archéorient), de la géographie (M.-L. Chambrade, Archéorient), de l’archéobotanique (C. Bouchaud, MNHN), de l’archéozoologie (C. Makarewicz, Kiel Univ. ; B. Abuhelaleh, AHBTU), de l’anthropologie funéraire (A. Kharoubi, PACEA), ou encore de l’étude de la culture matérielle et du mobilier lithique (R. Crassard, Archéorient ; J.A. Sanchez-Priego, Univ. Autonoma Barcelona). Dans sa nouvelle forme qui permet de se projeter désormais sur une période de quatre années de travail (2016-2019) la MASEJ, et l’équipe interdisciplinaire qu’elle fédère, constituent une structure solide pour développer une recherche sur les thématiques définies pour ce programme scientifique.

Bibliographie

Abu-Azizeh, W. 2010. Occupation et mise en valeur des périphéries désertiques du Proche-Orient au Chalcolithique/Bronze Ancien: Le cas de la région de al-Thulaythuwat dans le sud de la Jordanie, Thèse de Doctorat inédite, St. Quentin en Yvelines: UVSQ.

Abu-Azizeh, W. 2011b. Structures cultuelles et funéraires des IV-IIIème millénaires dans le sud jordanien désertique : l’occupation de la région de Al-Thulaythuwat, in T. Steimer-Herbet (dir.), Pierres dressées et stèles anthropomorphes. Aspects cultuels des 4 – 3ème millénaires en Arabie et au Levant sud, MOM-BAR, 21-39.

Abu-Azizeh W. 2013a. The South-Eastern Jordan’s Chalcolithic/Early Bronze Age Pastoral Nomadic Complex: Patterns of mobility and interaction, Paléorient 39/1, 149-176.

Abu-Azizeh W. 2013b. Prospections et fouilles archéologiques dans la région désertique de al-Thulaythuwat : Modalités d’occupation et analyse structurelle des campements de pasteurs nomades du Chalcolithique/Bronze ancien dans une zone de périphérie désertique du sud jordanien, in : W. Abu-Azizeh & M. Tarawneh (dir.), Recherches actuelles sur l’occupation des périphéries désertiques de la Jordanie aux périodes protohistoriques, Dossier thématique, Syria 90, 13-48.

Abu-Azizeh W. 2014a. Stone Enclosures and Late Prehistoric Pastoral Nomadic Campsites: A Methodological Review of Al-Thulaythuwat Case Study, Southern Jordan, in : B. Finlayson & C. Makarewicz (dir.), Settlement, Survey, and Stone. Essays on Near Eastern Prehistory in Honour of Gary Rollefso, Ex Oriente, Berlin, 187-208.

Abu-Azizeh W., M. Tarawneh 2015. Out of the Harra: Desert kites in Southeastern Jordan. New results from the South Eastern Badia Archaeological Project, Proceedings of the workshop Desert Kites – Archaeological Facts, Distribution and Function organized by U. Brunner at the ICAANE 9 (Basel), Arabian Archaeology and Epigraphy 26, 95-119.

Abu-Azizeh W., Tarawneh M., Abudanah F., Twaissi S. & Al-Salameen A. 2014. Variability within consistency: Cairns and funerary practices of the Late Neolithic/Early Chalcolithic in Al-Thulaythuwat Area, Southern Jordan, Levant 46/2, 161-185.

Avner U. 2002. Studies in the Material and Spiritual Culture of the Negev and Sinai Populations, During the 6th – 3rd Millennia B.C., Hebrew University, Jerusalem.

Avner U. & Carmi I. 2001. Settlement Patterns in the Southern Levant Deserts during the 6th-3rd Millennia B.C.: A Revision Based on 14C Dating, Radiocarbon 43/3, 1203-1216.

Bar-Matthews M., Ayalon A., Kaufman A. & Wasserburg G. J. 1999. The Eastern Mediterranean paleoclimate as a reflection of regional events: Soreq Cave, Israel, Earth Planet. Sci. Lett. 166, 85-95.

Bar-Oz G., Nadel D., Avner U. & Malkinson D. 2011a. Mass hunting game traps in the Southern Levant: the Negev and Arava desert kites, Near Eastern Archaeology 74, 208-215.

Bar-Oz G., Zeder M. & Hole F. 2011b. Role of Mass-Kill Hunting Strategies in the Extirpation of Persian Gazelle (Gazella subgutturosa) in the Northern Levant, Proceedings of the National Academy of Sciences 108, 3745-3750.

Betts A.V.G. 1998. The Harra and the Hamad: Excavations and Surveys in Eastern Jordan, Vol1, Betts, A.V.G. (éd.), Sheffield Academic Press, Sheffield.

Bradbury J. & Philip G. 2011. The World Beyond the Tells: Pre-Classical Activity in the Basalt Landscape of the Homs Region, Syria, in : T. Steimer-Herbet (dir.) Pierres levées, stèles anthropomorphes et dolmens, Maison de l’Orient Méditerranéen-BAR int. Series 2317, ArchaeopressOxford, 169-180.

Crassard R., Barge O., Bichot C.-E., Brochier J.E., Chahoud J., Chambrade M.-L., Chataigner C., Madi K., Régagnon E., Seba H. & Vila E. 2014. Addressing the Desert Kites Phenomenon and its Global Range Through a Multi-proxy Approach, Journal of Archaeological Method and Theory (DOI 10.1007/s10816-014-9218-7).

Dinies M., Plessen B., Neef R. & Kürschner H. 2015. When the desert was green: Grassland expansion during the early Holocene in northwestern Arabia, Quaternary International 382, 293-302.

Engel M., Brückner H., Pint A., Wellbrock K., Ginau A., Voss P., Grottker M., Klasen N. & Frenzel P. 2012. The early Holocene humid period in NW Saudi Arabia – Sediments, microfossils and palaeo-hydrological modelling, Quaternary International 266, 131-141.

Fujii S. 1998. Qa’Abu Tulayha West: An Interim Report of the 1997 Season, ADAJ 42, 123-140.

Fujii S. 2001. Qa’ Abu Tulayha West, 2000 An Interim Report of the Fourth Season, ADAJ 45, 19-37.

Fujii S. 2003. Qa’ Abu Tulayha West, 2002: An Interim Report of the Sixth and Final Season, ADAJ 47, 195-223.

Gebel H.G.K. & Mahasneh H. 2009. Petroglyphs and Sepulchral Contexts: Preliminary Note on Late Chalcolithic/Early Bronze Age Findings at Qulban Beni Murra, Wadi as-Sahab al-Abyad, Journal of Epigraphy and Rock Drawings 3, 1-9.

Holzer A., Avner U. Porat N. & Horwitz K. 2010. Desert Kites in the Negev Desert and Northeast Sinai: Their Function, Chronology and Ecology, Journal of Arid Environment 74, 806-817.

Ilan O. & Sebbane M. 1989. Copper Metallurgy, Trade and the Urbanization of Southern Canaan in the Chalcolithic and Early Bronze Age, in : P. de Miroschedji (dir.), L’Urbanisation de la Palestine à l’âge du Bronze ancien, BAR Int. Series 527, Oxford, 163-168

Joffe A. H. 2003. Slouching toward Beersheba: Chalcolithic mortuary practices in local and regional context, in : B. Nakhai (dir), The Near East in the Southwest: Essays in Honor of William G. Dever, ASOR, Boston, 45-67.

Levy T.E. & Shalev S. 1989. Prehistoric Metalworking in the Southern Levant: Archaeometallurgical and Social Perspectives, World Archaeology 20/3, 352-372.

Mahasneh H. & Gebel H.G.K. 2009. The Eastern Jafr Joint Archaeological Project The 2001 and 2006 Surveys in Wadi as-Sahab al-Abyad, Southeastern Jordan, ADAJ 53, 465-478.

Migowski C., Stein M., Prasad S., Agnon A. & Negendank J.F.W. 2006. Dead Sea levels, climate variability and human culture evolution in the Holocene Near East, Quatern. Res. 66, 421-431.

Morandi Bonacossi D. 2014. Desert-kites in an Aridifying Environment. Specialised Hunter Communities in the Palmyra Steppe during the Middle and Late Holocene, in : D. Morandi Bonacossi (dir.), Settlement Dynamics and the Human-Landscape Interaction in the Dry steppes of Syria, Studia Chaburensia 4, Wiesbaden, 33-47

Müller-Neuhof B. 2006. Tabular scraper quarry sites in the Wadi ar-Ruwayshid region (N/E Jordan), ADAJ 50, 373–383.

Müller-Neuhof B. 2013. Chalcolithic/Early Bronze Age Flint Mines in the Northern Badia, in : W. Abu-Azizeh, & M. Tarawneh, M. (dir.), Recherches actuelles sur l’occupation des périphéries désertiques de la Jordanie aux périodes protohistoriques, Actes de la table ronde organisée en coopération avec l’IFPO et la Faculté d’Archéologie de l’Université al-Hussein Bin Talal (Wadi Mussa, 11-13 Juillet 2011), Dossier thématique, Syria 90, 177-188

Nadel D., Bar-Oz G., Avner U., Malkinson D. & Boaretto E. 2013. Ramparts and Walls: Building Techniques of Kites in the Negev Highland, Quaternary International 297, 147-154.

Philip G. 2003. Early Bronze Age of the Southern Levant: A Landscape Approach, Journal of Mediterranean Archaeology 16/1, 103-132.

Quintero L., Wilke P.L. & Rollefson G.O. 2002. From Flint Mine to Fan Scraper: The Late Prehistoric Jafr Industrial Complex, BASOR 327, 17-48.

Rollefson G., Rowan Y. & Wasse A. 2011. The Deep-Time Necropolis at al-Wisad Pools, Eastern Badiya, Jordan, ADAJ 55, 267-286.

Rosen S. A., Avni Y., Bocquentin F. & Porat N. 2007. Investigations at Ramat Saharonim: A Desert Neolithic Sacred Precinct in the Central Negev, Bulletin of the American Schools of Oriental Research 346, 31-57.

Rothenberg B. 1962. Ancient Copper Industries in the Western Arabah, PEQ 94, 5-71.

Rothenberg B. 1970. An Archaeological Survey of South Sinai, PEQ 102, 4-29.

Rothenberg B. & Glass J. 1992. The Beginnings and the Development of Early Metallurgy and the Settlement and Chronology of the Western Arabah, from the Chalcolithic Period to Early Bronze Age IV, Levant 24, 141-157.

Steimer-Herbet T. 2004. Classification des sépultures à superstructures lithique dans le Levant et l’Arabie occidentale, BAR Int. Series 1246, Archaeopress, Oxford.

Van Berg P.-L., Vander Linden M., Lemaitre S., Cauwe N. & Picalause V. 2004. Desert-Kites of the Hemma Plateau (Hassake, Syria), Paléorient 30/1, 89-99.

Wasse A. & Rollefson G. 2005. The Wadi Sirhan Project: Report on the 2002 Archaeological Reconnaissance of Wadi Hudruj and Jabal Tharwa, Jordan, Levant 37, 1-20.

Weninger B., Clare L., Rohling E.J., Bar-Yosef O., Böhner U., Budja M., Bundschuh M., Feurdean A., Gebel H.G.K., Jöris O., Linstädter J., Mayewski P., Mühlenbruch T., Reingruber A., Rollefson G., Schyle D., Thissen L., Todorova H. & Zielhofer C. 2009. The Impact of Rapid Climate Change on Prehistoric Societies During the Holocene in the Eastern Mediterranean, Documenta Praehistorica 36, 7-59.

L’auteur
Wael Abu-Azizeh est archéologue, spécialiste des marges désertiques du Proche-Orient au cours de la Préhistoire récente (Néolithique à l’Age du Bronze ancien). Il a participé à diverses missions archéologiques au Proche-Orient, notamment en Syrie, et dans les Territoires Palestiniens, et actuellement en Jordanie, et en Arabie Saoudite. Il est chercheur associé de l’UMR 3155-Archéorient (Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon).

Pour citer ce billet : Wael Abu-Azizeh. Préhistoire récente en marge du « Croissant fertile » : le programme de la MASEJ, ArchéOrient - Le Blog, 25 mars 2016, [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/5761


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 1 avril 2016

    […] Pour une archéologie des marges désertiques du Proche-Orient Le programme scientifique de la Mission Archéologique du Sud-Est Jordanien (MASEJ) porte sur l’étude du développement de l’occupation humaine dans les marges désertiques du…  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *