Les débuts de la construction en terre au Proche-Orient

La terre est un matériau très largement utilisé dans le monde pour la construction que ce soit sous forme de clayonnage, de hourdis de torchis, de terre massive empilée ou bauge, de pisé moulé entre des banches ou encore de briques séchés au soleil ou cuites au four (pour la définition de ces différents termes, voir par exemple Aurenche et al. 2011 et Perello 2015 sur ce blog).
La terre possède en effet de nombreux atouts comme matériau de construction :

  • elle se trouve partout, avec une extraction et un transport faciles ;
  • ses modes de mise en œuvre sont simples et non coûteux et peuvent être réalisés pour l’habitat rural par des non spécialistes ;
  • c’est un très bon isolant thermique ;
  • elle présente de bonnes capacités de résistance à la pression ;
  • elle permet une très grande variabilité des solutions techniques et décoratives ;
  • la brique cuite, enfin, a une résistance proche de celle de la pierre pour un mode de mise en œuvre plus facile (mais nécessite une grande quantité de combustible).

Les premières utilisations de la terre pour la construction

Avec les premières sédentarisations qui ont lieu au Proche-Orient dès 14000 av. J.-C., les abris sous roche laissent la place à des installations en plein air. Les premières sont des huttes circulaires semi-enterrées aux parois enduites de terre, l’élévation étant faite de clayonnages enduits de terre eux aussi. Les poteaux porteurs sont souvent fixés grâce à des mottes d’argile.

Dès le IXe millénaire av. J.-C., une nouvelle étape fondamentale est atteinte : on utilise un matériau en couches (pierres ou terre) pour construire un mur porteur. La terre seule peut désormais devenir l’élément porteur, sous forme tout d’abord de mottes de terre encore humide empilées directement sur le mur. De nombreux sites (par ex. Jéricho, Aswad, au Levant mais également Nemrik et Qermez Dere en Iraq) ont fourni des architectures semi-enterrées à élévation de terre empilée. L’étape suivante sera d’utiliser des matériaux préfabriqués (craie taillée ou briques séchées au soleil) liaisonnés avec de la terre. Il semble que ces différentes étapes – huttes semi-enterrées à élévation de clayonnage avec mottes d’argile, puis avec élévation de terre empilée et enfin élévation de matériaux préfabriqués (briques, blocs de craie taillée ou pierre) – représentent des stades techniques que l’on peut relever en différent points du Proche-Orient à des époques différentes mais toujours lors d’installations humaines nouvelles.

Fig. 1 : Jéricho (Palestine), PPNB, tranchée III, phase IX, xviii. Architecture de briques modelées à empreintes de doigts (d’après Kenyon 1981, pl. 263c).

Fig. 1 : Jéricho (Palestine), PPNB, tranchée III, phase IX, xviii. Architecture de briques modelées à empreintes de doigts (d’après Kenyon 1981, pl. 263c).

La terre empilée pour l’élévation des murs semble avoir été moins utilisée à partir du moment où furent inventées les briques. Elle ne fut cependant pas entièrement abandonnée et on en trouve de nombreux exemples pendant tout le Néolithique proche-oriental, plus particulièrement dans les régions orientales (Iraq et Iran). On notera également que cette technique est beaucoup plus difficile à reconnaître en fouille (en particulier pour les périodes très anciennes qui nous intéressent ici). On peut donc penser que les attestations recensées sont sous-représentées par rapport à la réalité ancienne.

Les premières briques apparaissent donc au Proche-Orient vers 9000 av. J.-C. (Jéricho, Aswad, Gesher, Netiv Hagdud, Nemrik, M’lefaat, Ganj Dareh et Ali Kosh : fig. 1). Elles sont faites à partir de « terre-à-bâtir », mélange d’argile, d’eau et le plus souvent d’un dégraissant végétal (balle de grain ou paille hachée). Ce mélange est ensuite façonné avec les mains pour obtenir des éléments de forme variable (en galette, en cigare, etc.), qui sont laissés à sécher au soleil avant d’être agencés sur le mur à l’aide d’un mortier d’argile dont la composition est proche de celle des briques. L’intérêt de la technique des éléments préfabriqués est évidemment d’éviter le temps de séchage nécessaire entre chaque couche de terre empilée. On note souvent, sur la surface supérieure de ces premières briques modelées, des empreintes de doigts destinées, selon toute vraisemblance, à faciliter l’adhérence du mortier.

Fig. 2 : Les premières attestations de l’utilisation de la terre dans la construction au Proche-Orient (carte M. Sauvage).

Il est possible de retracer en plusieurs points du Proche-Orient la genèse de l’architecture de terre : il semble qu’elle ait eu lieu en différents endroits de façon autonome et plus ou moins simultanée (fig. 2). Pour la brique, le premier foyer d’invention identifié est le Levant Sud (Jéricho, Munhata, Aswad, etc.). On y relève, dès le départ, une grande diversité des formes des briques modelées (briques en cigare à Jéricho, briques en galette à Munhata, etc.). Un deuxième foyer, contemporain, regroupe les sites du moyen Tigre iraquien (M’lefaat, Nemrik, Ginnig). Un troisième foyer est constitué par le Sud-Ouest de l’Iran (Ganj Dareh, Ali Kosh, Guran, Choga Sefid). Il semble légèrement postérieur mais on y trouve également toute la genèse de l’invention de la brique. Le cas du moyen Euphrate (Gritille, Cafer Hüyük) reste plus problématique. Les attestations, notamment de briques, y sont plus récentes et on n’y trouve pas de façon aussi claire les différentes étapes de la genèse de l’invention. Il est possible qu’il y ait eu là diffusion de l’invention à partir soit du Levant sud soit du moyen Tigre. Par contre, il est assuré que la brique s’est ensuite diffusée à partir du moyen Euphrate, à travers le Taurus, vers l’Anatolie centrale (Hacilar, Aşıklı Hüyük, Suberde, Çatal Hüyük, Can Hasan) car cela s’est fait avec tout le bagage néolithique (sédentarisation, élevage, agriculture, etc.).

L’apparition de cultures constructives au Proche-Orient

Avec la diffusion de la céramique vers 7000 av. J.-C., on peut distinguer plusieurs cultures constructives au Proche-Orient (fig. 3), dont certaines correspondent géographiquement et chronologiquement à des cultures céramiques.

Fig. 3 : Les premières cultures constructives au Proche-Orient (carte M. Sauvage).

La région qui s’étend de la Damascène en Syrie du Sud au moyen Euphrate turc regroupe des sites ayant fourni une architecture rectangulaire de briques crues datant du Néolithique précéramique B ou PPNB, abréviation de Pre-Pottery Neolithic B (entre 8500 et 6500 av. J.-C. env.). On y trouve tout d’abord des briques modelées à la main puis les premières attestations de briques moulées (Cafer Hüyük, Gritille, el‑Kowm, Qdeir, Damishliyya et Bouqras). Il s’agit de briques le plus souvent rectangulaires, assez longues (entre 50 et 90 cm) et larges (25 à 35 cm). Ces briques étaient disposées majoritairement en panneresses (parallèlement à l’axe du mur) sur un seul rang. La stabilité des murs était assurée à Cafer Hüyük par l’usage de contreforts intérieurs et extérieurs (fig. 4).

Fig. 4 : Cafer Hüyük (Turquie), chantier est, niveau VI. Architecture de briques moulées à contreforts intérieurs et extérieurs (d’après Molist et Cauvin 1991, fig. 7).

Fig. 4 : Cafer Hüyük (Turquie), chantier est, niveau VI. Architecture de briques moulées à contreforts intérieurs et extérieurs (d’après Molist et Cauvin 1991, fig. 7).

En haute Mésopotamie, dans la région et à l’époque de la culture céramique dite de Hassuna (entre 7000 et 6000 av. J.‑C.), on a peu utilisé la brique (modelée ou moulée) et préféré soit la terre massive empilée, soit des « dalles d’argile » – des plaques de terre découpées dans un sol argileux et directement posées à l’état humide sur le mur, semble-t-il. Dans les deux cas, le matériau – particulièrement pour des périodes aussi anciennes – est très difficile à déterminer à la fouille en l’absence d’analyse géomorphologique et pétrographique ; la terminologie utilisée par les fouilleurs est par ailleurs très hétérogène. Il est par conséquent ardu de définir précisément les matériaux employés et de regrouper les attestations sous des termes techniques assurés. On notera toutefois que sur le site de Thalathat, le fouilleur a relevé la présence concomitante des deux matériaux, qui sont donc bien distincts. L’utilisation de la terre massive et non pas de la brique, pour des murs à soubassement de pierre semble se poursuivre dans cette région au début du Halaf ancien (vers 6200 av. J.-C.).

Sauvage_Fig5

Fig. 5 : Brique pressée entre deux planches. Tell el-‘Oueili (Iraq), Néolithique récent, vers 6000 av. J.-C. (cliché mission de Larsa, courtoisie J.-L. Huot).

En basse Mésopotamie et en Iran du Sud-Ouest, on relève la présence de briques de grande taille (jusqu’à 1 m de longueur), étroites (15-20 cm de large) et portant fréquemment sur la face supérieure des empreintes de doigts (fig. 5). Dans certains cas (‘Oueili, Djaffarabad), les fouilleurs pensent que ces briques auraient pu avoir été non pas modelées à la main mais pressées entre deux planches. Nous aurions là un stade intermédiaire avant la technique du moulage. Il est possible également dans cette région que nous ayons affaire aux premiers exemples de terre massive moulée ou de pisé en particulier sur le site de Choga Sefid ou les « briques » pouvaient atteindre de 1,60 à 2,60 m de long. Dans la mesure où leur largeur correspond bien à celle du mur, on peut penser que nous avons affaire ici à de la terre massive moulée à l’état humide sur le mur. Les briques étroites de grande taille étaient associées à des briques plus courtes (en général cassées à la longueur voulue) et disposées le plus souvent sur plusieurs rangs en panneresses (fig. 6). La consolidation des murs était réalisée le plus souvent non pas avec des contreforts mais en implantant au sol un plan en grille délimitant des pièces de petite taille et évitant la présence de pans de murs sans refends trop longs.

Fig. 6 : Appareil de briques de grande taille. Djaffarabad (Iran). Néolithique récent, vers 6000 (d’après Dollfus 1975, fig. 8 p. 82).

Fig. 6 : Appareil de briques de grande taille. Djaffarabad (Iran). Néolithique récent, vers 6000 (d’après Dollfus 1975, fig. 8 p. 82).

En Mésopotamie centrale, enfin, la culture de Samarra semble évoluer à partir d’un fond Hassuna ancien. Du point de vue architectural, il semble bien qu’il y ait eu une diffusion des techniques architecturales du PPNB final vers la Mésopotamie centrale par la vallée de l’Euphrate (Bouqras, site du PPNB final, est distant de moins de 100 km de Baghouz, site de culture Samarra). La culture de Samarra pourrait alors être comprise comme l’acculturation de la culture Hassuna ancien par celle PPBN final du moyen Euphrate. On note en effet sur les sites de la culture de Samarra la présence de briques moulées et de contreforts, deux caractéristiques des constructions du PPNB final. Les plus anciennes briques Samarra sont de grande taille – 80 cm de long à Sawwan, les longueurs se réduisant ensuite vers 50-60 cm – et toujours assez larges : entre 25 et 30 cm. L’usage du contrefort extérieur et du contrefort d’angle se généralise.

Les modules des briques moulées tendent à évoluer vers une longueur double de la largeur, ce qui est lié à la mise en œuvre des briques alternativement en boutisses et en panneresses (c’est-à-dire perpendiculairement et parallèlement à l’axe du mur) et au développement d’appareils complexes avec décors de niches et de redans qui accompagnent l’apparition d’une architecture monumentale à l’époque d’Obeid, vers 5000 av. J.-C. (fig. 7).

Fig. 7 : Appareil complexe. Tépé Gawra (Iraq). Période d’Obeid, vers 4000 av. J.-C. (d’après Sauvage 1998, pl. 7a p. 397).

Fig. 7 : Appareil complexe. Tépé Gawra (Iraq). Période d’Obeid, vers 4000 av. J.-C. (d’après Sauvage 1998, pl. 7a p. 397).

 Bibliographie indicative

Aurenche O. 1977. Dictionnaire illustré multilingue de l’architecture du Proche Orient ancien, Lyon, Maison de l’Orient méditerranéen ; Paris, Diffusion de Boccard.

— 1981. La Maison orientale, l’architecture du Proche-Orient des origines au milieu du quatrième millénaire, Paris, Geuthner (BAH, 109).

— 1993. L’origine de la brique dans le Proche-Orient ancien, in : Frangipane M. et Palmieri A. (dir.), Between the Rivers and over the Mountains: Archaeologica Anatolica et Mesopotamica Alba Palmieri Dedicata, Rome, Università di Roma La Sapienza, 71-85.

Aurenche O., Klein A., Chazelles C.-A. de et Guillaud H. 2011. Essai de classification des modalités de mise en œuvre de la terre crue en paroi verticale et de leur nomenclature, in : Chazelles C.-A. de, Klein A. et Pousthomis N., Les cultures constructives de la brique crue. Troisièmes échanges transdisciplinaires sur les constructions en terre crue (Actes du colloque international de Toulouse, 16-18 mai 2008), Montpellier, éd. de L’Espérou, 13-34.

Dollfus G. 1975. Les fouilles à Djaffarabad de 1972 à 1974 : Djaffarabad périodes I et II, Cahiers de la DAFI 5, 11-222.

Kenyon K. 1981. Excavations at Jéricho. Vol. III : The Architecture and Stratigraphy of the Tell (éd. par T. A. Holland), Londres, The British School of Archaeology of Jerusalem.

Molist M. et Cauvin J. 1991. Les niveaux inférieurs de Cafer Höyük (Malatya, Turquie) : stratigraphie et architecture (fouilles 1984-1986), Cahiers de l’Euphrate 5-6, 85-114.

Perello B. 2015. Pisé or not pisé ? Problème de définition des techniques traditionnelles de la construction en terre sur les sites archéologiques, ArchéOrient – Le Blog (Hypotheses.org), 4 septembre 2015. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/4562

Sauvage M. 1998. La brique et sa mise en œuvre en Mésopotamie, des origines à l’époque achéménide, Paris, ERC.

— 2001. Les briques de grande taille à empreintes de doigts : le Choga Mami Transitional et la culture de Oueili, in Képinski C. et Brenniquet C. (éd.), Études Mésopotamiennes : Recueil de textes offerts à Jean-Louis Huot, Paris, ERC, 417-447.

— 2009.  Les débuts de l’architecture de terre au Proche-Orient, in Achenza M., Correia M. et Guillaud H. (dir.), Mediterra 2009. 1a Conferenza mediterranea sull’architettura in terra cruda / 1re conférence méditerranéenne sur l’architecture de terre / 1st Mediterranean Conference on Earth Architecture, EdicomEdizioni, Cagliari (Architettura sostenibile. Documenti), 189-198.

— 2011. L’architecture de brique crue en Mésopotamie, in  Chazelles C.-A. de, Klein A. et Pousthomis N., Les cultures constructives de la brique crue. Troisièmes échanges transdisciplinaires sur les constructions en terre crue (Actes du colloque international de Toulouse, 16-18 mai 2008), Montpellier, éd. de L’Espérou, 89-100.

Lexique

Banche
Panneau de coffrage utilisé pour la construction des murs en pisé.

Bauge
Sorte de pisé modelé (terre empilée) ou la terre argileuse est employée à l’état de pâte cohérente, plutôt molle, et ajoutée d’un dégraissant (paille ou balle de grain). Le matériau est façonné en grosses boules empilées ou jetées avec force. Les murs sont ainsi bâtis en plusieurs couches et sont très épais (40-80 cm, jusqu’à 2 m).

Boutisse
Élément de maçonnerie disposé dans un mur de manière à laisser apparaître dans le parement extérieur l’un de ses bouts.

Brique
Élément de construction en terre à bâtir préalablement modelé ou moulé.

Clayonnage
Assemblage de claies (cadres de bois tendus d’éléments végétaux entrelacés), et par extension, construction effectuée selon le même principe.

Contrefort
Ouvrage de maçonnerie en saillie sur un mur et destiné à en empêcher le dévers

Hourdis
Remplissage de briques, pisé ou torchis dans les vides d’un colombage [A].

Motte
Masse de terre à bâtir modelée à la main. Désigne aussi bien une certaine quantité de torchis frais, monté à la main, qu’un genre de brique crue non moulée

Panneresse
Élément de maçonnerie disposé de manière à laisser apparaître dans le parement soit une face (si la section est carrée) soit un chant (si la section est rectangulaire)

Pisé
Mode de construction : couches superposées de terre encore molle et plastique, tassée dans des banches.

Redans ou Redents (mur à)
Mur décoré d’une suite régulière de niches

Refend
Un mur de refend est un mur porteur intérieur

Terre à bâtir
Terre employée comme matériau de construction. Terre argileuse à laquelle on ajoute un dégraissant et de l’eau afin d’obtenir du pisé, du torchis ou des briques

L’auteur

Martin Sauvage est archéologue, ingénieur d’études au CNRS (USR 3225, Maison de l’archéologie et de l’ethnologie, Nanterre). Il a participé à plusieurs missions de fouilles au Proche-Orient, à l’heure actuelle au Liban et au Kurdistan iraquien. USR 3225, Maison de l’archéologie et de l’ethnologie, Nanterre.

Pour citer ce billet : Martin Sauvage. Les débuts de la construction en terre au Proche-Orient, ArchéOrient - Le Blog, 3 mars 2016, [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/5598

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 4 mars 2016

    […] La terre est un matériau très largement utilisé dans le monde pour la construction que ce soit sous forme de clayonnage, de hourdis de torchis, de terre massive empilée ou bauge, de pisé moulé entre des…  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *