Le port antique d’Utique et le delta de la Medjerda (Tunisie) : une approche géoarchéologique

Nombre de textes antiques parlent d’Utique en tant que ville maritime et portuaire et situent son origine autour du 11e siècle av. J.-C. Néanmoins, l’exactitude de ces dires n’a jamais pu être prouvée archéologiquement. En effet, dans l’état actuel des recherches, aucun élément archéologique ne remonte au-delà du 9e siècle av. J.-C. et la localisation des structures portuaires, datant des époques phénicienne et romaine, reste inconnue. Aujourd’hui, la cité antique est située sur un promontoire au cœur du delta de la Medjerda dans le nord de la Tunisie, 10 km à l’intérieur des terres.

Fig. 1: évocation du paysage et du port d'Utique en 46 BC selon Daux (1869).

Fig. 1: évocation du paysage et du port d’Utique en 46 BC selon Daux (1869).

Depuis la fin du 20e siècle, la progradation deltaïque de la Medjerda a fait l’objet de nombreuses recherches (par exemple Oueslati 1995 ; Paskoff et al. 1992). Sur la base des sources écrites et de données archéologiques, ce phénomène de comblement a également été étudié plus récemment par le biais de la géoarchéologie et d’un système d’information géographique (Delile et al. 2015). Ces études ont conduit à une proposition de schéma spatio-temporel des défluviations de l’oued Medjerda au cours de son avancée sur la mer.

Partant de cet état de la recherche, notre étude géoarchéologique se concentre sur deux problématiques principales :
– Le promontoire d’Utique était-il entouré, durant son occupation, par un environnement marin, à même d’abriter des infrastructures portuaires ?
– Pourquoi la cité, autrefois ville portuaire, est aujourd’hui située à 10 km de la côte ? L’oued Medjerda peut-il être seul responsable d’une accumulation de sédiments aussi importante en moins de trois millénaires ? Des facteurs naturels ou anthropiques ont-ils influencé cette progradation deltaïque au cours des siècles ?

La reconstitution des modifications du paysage dans le delta de la Medjerda au cours de l’Holocène et de la ligne de côte antique permettra de proposer une hypothèse de localisation pour les structures portuaires d’Utique. L’étude des paléoenvironnements fluviaux et des processus sédimentaires est réalisée par le biais de l’extraction mécanique de carottes de 15 à 20 m de profondeur afin d’atteindre les couches correspondant approximativement au début de l’Holocène. Une sélection d’échantillons est ensuite étudiée en laboratoire selon des approches complémentaires (sédimentologiques et biologiques).

Pleuger_fig_02a

Fig. 2 : carottage aux alentours du promontoire d’Utique.

Pleuger_fig02b

Treize carottages ont été réalisés depuis 2014, en différents points du delta. Les résultats préliminaires de cette étude ont permis de proposer une hypothèse de tracé de la ligne de côte antique, démontrant que le promontoire d’Utique était entouré par la mer à une époque antérieure.
En effet, premièrement, le « compartiment nord » du delta était couvert par la mer à une époque antérieure, qui sera déterminée par les prochaines datations radiocarbone. Mais la mer frôlait encore la façade nord du promontoire durant la période romaine, comme en témoignent les tessons de céramique trouvés dans l’une des carottes. Cette baie marine profonde offre une localisation potentielle pour les infrastructures portuaires, avant son colmatage par les sédiments charriés par l’oued.
Deuxièmement, la zone du «corridor» (matérialisée par les promontoires d’Utique et de Kalaat Landalous, anciennement Castra Cornelia) était, elle aussi, envahie par la mer à une époque qui reste à préciser. Les nombreux artefacts trouvés dans cette carotte attestent de l’occupation de ce secteur, en dehors de l’extension maximale de la ville antique selon A. Lézine (1966).

Fig. 3 : plan de localisation des points de carottage et évocation de la ligne de côte antique d’après les premiers résultats.

Fig. 3 : plan de localisation des points de carottage et évocation de la ligne de côte antique d’après les premiers résultats.

La datation des unités marines repérées dans les carottes prélevées autour du promontoire apportera des données essentielles, d’une part pour établir le cadre chronologique du retrait de la ligne de côte et du colmatage de la baie, d’autre part pour comprendre les modalités du passage de la Medjerda dans le « compartiment nord » via le corridor Utique-Kalaat Landalous.

Nous pouvons déjà dire que les résultats géoarchéologiques corroborent (ou en tout cas ne contredisent pas) les sources antiques. Utique était à même d’accueillir des structures portuaires importantes, étant donné que la présence d’un environnement marin profond est attestée autour du promontoire, mais ces vestiges se situent probablement 5 m sous les alluvions de l’oued Medjerda. Les activités humaines au sein du bassin versant sont-elles responsables de cet alluvionnement très important ? Les analyses paléoenvironnementales en cours permettront d’évaluer l’impact de l’occupation du secteur sur l’environnement. Dans cette optique et plus globalement, ce projet rejoint les autres études ayant pour problématique une occupation en contexte deltaïque et utilisant la même approche conjointe de la géoarchéologie et des analyses paléoenvironnementales (par exemple Delile 2014 ; Goiran 2013 ; Salomon 2013). En effet, cette approche permet à terme de saisir l’importance de la connaissance et des enseignements du passé pour comprendre et appréhender les conséquences de l’anthropisation de l’environnement, plus spécifiquement sur les milieux deltaïques.

Remerciements

La recherche présentée ici est conduite en collaboration avec l’Université d’Oxford, l’Université de Tunis, l’Institut National du Patrimoine (Tunisie) et l’ERC.
Ce projet a bénéficié et bénéficie du programme ENVI-MED et du programme franco-belge PHC Tournesol, que nous remercions ici.

Bibliographie

Daux A. 1869. Recherches sur l’origine et l’emplacement des “emporia” phéniciens dans le Zeugis et le Byzacium (Afrique septentrionale), faites par ordre de l’empereur par A. Daux…, Impr. Impériale, Paris.
Delile H., Abichou A., Gadhoum A., Goiran J.-P., Pleuger E., Monchambert J.-Y., Wilson A., Fentress E., Quinn J., ben Jerbania I., Ghozzi F. 2015. The geoarchaeology of Utica (Tunisia): palaeo-geography of the Medjerda delta and hypotheses concerning the ancient harbour location, Geoarchaeology 30, 291-306.
Delile H. 2014, Le plomb, traceur de l’histoire de la Rome antique, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 27 avril 2014. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/2779
Goiran J.-P. 2013. Le port perdu d’Ostie, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 11 janvier 2013. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/327
Lézine A. 1966. Utique. Notes de topographie, in : R. Chevallier (éd.), Mélanges d’archéologie et d’histoire offerts à André Piganiol, Ecole Prat., 1241-1255.
Oueslati A. 1995. The evolution of low Tunisian coasts in historical times: from progradation to erosion and salinization, Quaternary International 29-30, 41-47.
Paskoff R., Trousset P. 1992. L’ancienne baie d’Utique : du témoignage des textes à celui des images satellitaires, Mappemonde 1, 30-34.
Salomon F. 2013. Le Tibre deltaïque et Ostie, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 13 décembre 2013. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/2044

L’auteur : Elisa Pleuger est doctorante à l’Université de Liège (directrice Nathalie Fagel), en co-tutelle avec l’Université de Lyon 2 (co-directeur Jean-Philippe Goiran, Archéorient, UMR 5133 du CNRS), et bénéficie d’une bourse non-fria de l’Université de Liège (Belgique).


Pour citer ce billet : Pleuger E. 2016. Le port antique d’Utique et le delta de la Medjerda (Tunisie) : une approche géoarchéologique, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 19 février 2016. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/5495


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *