Architecture et structures sociales : une nouvelle lecture de l’architecture néopalatiale de la Crète

Le 13 mars 1900, David G. Hogarth marquait le départ de l’exploration archéologique de la Crète en mettant au jour, sur la colline de Gypsades à Knossos, les premiers vestiges d’édifices appartenant à la période d’épanouissement de la civilisation minoenne, la période néopalatiale (1700-1425 av. J.-C.). Depuis, le nombre de bâtiments néopalatiaux mis au jour par des fouilles n’a pas cessé d’augmenter. À ce jour, plus de 400 bâtiments néopalatiaux ont été dégagés, répartis dans une quarantaine de sites ruraux et urbains (fig. 1). Leur nombre a son importance à cause de l’absence de standardisation : ils présentent les plans les plus variés et les qualités architecturales les plus diverses.

Fig. 1 : Répartition géographique des principaux sites d’habitat de la période néopalatiale en Crète (soulignés : sites dont les bâtiments ont été sélectionnés pour faire l’objet d’une étude extensive et [étoile] intensive).

Fig. 1 : Répartition géographique des principaux sites d’habitat de la période néopalatiale en Crète (soulignés : sites dont les bâtiments ont été sélectionnés pour faire l’objet d’une étude extensive et [étoile] intensive).

En effet, de cette multitude de plans, seul un type émerge clairement. Il est caractérisé par le développement du bâti sur les quatre côtés d’une cour rectangulaire et par la présence d’une batterie de magasins sur l’un des côtés de cette cour (fig. 2). Sept bâtiments seulement, repartis dans sept villes différentes, présentent un plan conforme à ces principes. Il s’agit des “Palais” de Knossos, Phaistos, Malia, Kato Zakros, Gournia, Petras et Galatas. Leur appellation commune de “Palais” reflète non seulement leur homogénéité formelle, mais aussi une similarité fonctionnelle. Car, bien que l’existence d’une royauté ne puisse pas être confirmée pour la Crète néopalatiale, il n’en reste pas moins que ces sept bâtiments représentaient les créations architecturales les plus grandioses des villes où ils se trouvaient. Ils formaient, de ce fait, le cadre physique de l’institution qui était, quel qu’ait pu être son caractère, au cœur de la vie sociale, politique, économique, administrative (et selon toute apparence aussi religieuse) du monde minoen.

Fig. 2 : Villes avec Palais et plans des Palais de Knossos, Malia et Phaistos à la même échelle (fond de carte earthobservatory.nasa.gov/IOTD/view.php?id=51726).

Fig. 2 : Villes avec Palais et plans des Palais de Knossos, Malia et Phaistos à la même échelle (fond de carte earthobservatory.nasa.gov).

À cette cohérence architecturale et fonctionnelle des sept Palais, vient s’opposer l’indétermination architecturale et fonctionnelle qui semble caractériser, du moins au premier abord, tous les autres bâtiments (fig. 3). Les appellations telles que “villa”, “mégaron” ou “maison de campagne”, utilisées dans la bibliographie pour désigner certains de ces bâtiments (Cadogan 1976, Graham 1987, Hägg [éd.] 1997, McEnroe 2010), ne reflètent que de vagues similarités nées du fait que ceux-ci constituent des exemples d’une architecture savante, monumentale, qui est due à l’intervention de spécialistes et transmise à travers la forme du projet (Fotou 1997).

Fig. 3 : Sélection de plans de rez-de-chaussée de bâtiments néopalatiaux provenant de différents sites d’habitat urbains et ruraux (à la même échelle).

Fig. 3 : Sélection de plans de rez-de-chaussée de bâtiments néopalatiaux provenant de différents sites d’habitat urbains et ruraux (à la même échelle).

Les étapes de la lecture

La question qui se pose alors est de savoir comment dépasser cette indétermination pour établir des séries susceptibles de correspondre à une réalité et déterminantes pour comprendre les hommes qui ont créé et utilisé ces bâtiments.

L’étape initiale est d’assurer une documentation suffisante, fiable et homogène. Environ 180 bâtiments répartis dans 23 sites d’habitat et couvrant toute la gamme du répertoire architectural ont été sélectionnés pour faire l’objet d’une étude in situ (fig. 1). À l’aide des données nouvelles puisées dans les archives de fouilles disponibles, ce travail visait à clarifier, à vérifier et à compléter la documentation publiée, en particulier pour un échantillon de 21 bâtiments répartis dans 8 sites (fig. 1 et 4).

Fig. 4 : Gournia, Maison Ac. Documentation graphique extraite des archives de la fouille (HB/NB II, p. 6, 7; HB/DraftDB 1901, 1903, p. 119) et de la publication (Hawes et al. 1908, fig. 8 p. 22). À droite, relevé des vestiges, état 1985-1994, et leur répartition sur deux terrasses correspondant à deux étages successifs (© Vasso Fotou).

Fig. 4 : Gournia, Maison Ac. Documentation graphique extraite des archives de la fouille (HB/NB II, p. 6, 7; HB/DraftDB 1901, 1903, p. 119) et de la publication (Hawes et al. 1908, fig. 8 p. 22). À droite, relevé des vestiges, état 1985-1994, et leur répartition sur deux terrasses correspondant à deux étages successifs (© Vasso Fotou).

La deuxième étape est l’analyse des vestiges de ces édifices. Fondée pour l’essentiel sur des indices fournis par les vestiges existants, mais aussi sur un savoir technique et des données puisées dans l’étude d’autres bâtiments, ainsi que sur la simple logique et sur un certain degré d’imagination, l’analyse a pour objectif de compléter les lacunes éventuelles des vestiges et de restituer dans leur état d’origine un, plusieurs ou tous les aspects architecturaux fondamentaux, selon les cas (fig. 5, 6).

Fig. 5 : Gournia, Maison Ac. Relevé des vestiges, état 1985-1994, et leur répartition sur deux terrasses correspondant à deux étages successifs et restitution du plan de ces deux étages (© Vasso Fotou).

Fig. 5 : Gournia, Maison Ac. Relevé des vestiges, état 1985-1994, et leur répartition sur deux terrasses correspondant à deux étages successifs et restitution du plan de ces deux étages (© Vasso Fotou).

Fig. 6 : Complexe de Nirou Hani. À droite, vue générale des vestiges en partie reconstruits (photo prise entre 1945 et 1959, Marinatos et Hirmer 1960, pl. 65a). À gauche, vue axonométrique restituée (© Vasso Fotou).

Fig. 6 : Complexe de Nirou Hani. À droite, vue générale des vestiges en partie reconstruits (photo prise entre 1945 et 1959, Marinatos et Hirmer 1960, pl. 65a). À gauche, vue axonométrique restituée (© Vasso Fotou).

Il s’agit des aspects, tant extérieurs qu’intérieurs, qui touchent à l’essence de la conception d’un bâtiment et qui, de ce fait, sont porteurs de signification fonctionnelle (Fotou et Michailidou 2006). À savoir : la situation et l’environnement urbain ou rural du bâtiment ; l’implantation et en général l’appropriation du terrain ; le système d’accès – c’est-à-dire la voie d’accès, les espaces de part et d’autre de la porte d’entrée, le nombre d’entrées ; la circulation horizontale et verticale – c’est à dire l’articulation et l’organisation du rez-de-chaussée (qui est d’habitude le niveau retrouvé par les fouilles) et sa relation avec le ou les niveau(x) supérieur(s) (fig. 7) ; la pénétration et la diffusion de la lumière et de l’air (fig. 8) ; la morphologie des espaces, en particulier ceux qui diffèrent des espaces ordinaires soit par la présence d’éléments architecturaux particuliers (colonnes, piliers, parapets, portes juxtaposées), soit par leur dimensions, leur disposition ou le niveau de leur sol et créent ainsi des types de plan immédiatement reconnaissables ; les aménagements fixes et la décoration.

Fig. 7 : Bâtiment principal du complexe de Nirou Hani. Organisation du plan du rez-de-chaussée et sa connexion avec le niveau supérieur au moyen de trois escaliers (en bleu) (© Vasso Fotou).

Fig. 7 : Bâtiment principal du complexe de Nirou Hani. Organisation du plan du rez-de-chaussée et sa connexion avec le niveau supérieur au moyen de trois escaliers (en bleu) (© Vasso Fotou).

Fig. 8 : Bâtiment principal du complexe de Nirou Hani. Hypothèse concernant la distribution de la lumière au rez-de-chaussée (© Vasso Fotou).

Fig. 8 : Bâtiment principal du complexe de Nirou Hani. Hypothèse concernant la distribution de la lumière au rez-de-chaussée (© Vasso Fotou).

L’étape finale est de développer, à partir des exemples précis fournis par les analyses, un discours sur chacun des aspects architecturaux fondamentaux. Il s’agit là d’une démarche essentielle, sinon même la seule, pour dégager les caractéristiques principales de l’architecture néopalatiale. Plus encore, c’est à partir de ce niveau de connaissances que l’on pourra déterminer comment la fonction résidentielle (que l’on peut supposer pour la grande majorité des bâtiments) et les fonctions non résidentielles (qui ont pu exister dans les mêmes bâtiments) ont pu être représentées par les différents aspects architecturaux fondamentaux.

Pour décoder les fonctions

Avant même de commencer, un simple regard sur les plans suffit pour montrer combien leur organisation se prête à cette recherche. Des dispositifs voués spécifiquement à la circulation, notamment le couloir et l’espace central, canalisent la circulation en même temps qu’ils distinguent les unes des autres les différentes parties qui composent le plan (fig. 9). Manifestement, ce découpage du rez-de-chaussée en secteurs, unités, sous-unités etc., est une indication forte en faveur d’une division des activités et fonctions. Les plans de rez-de-chaussée où aucune division n’est perceptible sont rares. Ce trait si précieux pour l’étude des fonctions est particulier à l’architecture néopalatiale puisque, pour autant que l’on puisse en juger, ni l’architecture des époques précédentes ni celle de l’époque suivante (mycénienne) ne font montre de ce concept. L’étage, dont l’existence a pu être confirmée pour la quasi totalité des bâtiments et qui abritait évidemment des fonctions complémentaires importantes, constitue une autre division de l’espace.

Fig. 9 : Tylissos, Bâtiments A (en haut) et C (en bas). Organisation du rez-de-chaussée en secteurs, unités et pièces isolées et schémas des circulations avec cheminements ramifiés progressivement (© Vasso Fotou).

Fig. 9 : Tylissos, Bâtiments A (en haut) et C (en bas). Organisation du rez-de-chaussée en secteurs, unités et pièces isolées et schémas des circulations avec cheminements ramifiés progressivement (© Vasso Fotou).

Fig. 10 : Malia, Maison Zβ (en haut) et Gournia, Maison Fd (en bas). Plans à deux entrées spécialisées correspondant à deux secteurs différents (indiqués en bleu et en jaune) dont l’organisation est fondée sur un espace central (lignes rouges interrompues) (© Vasso Fotou).

Fig. 10 : Malia, Maison Zβ (en haut) et Gournia, Maison Fd (en bas). Plans à deux entrées spécialisées correspondant à deux secteurs différents (indiqués en bleu et en jaune) dont l’organisation est fondée sur un espace central (lignes rouges interrompues) (© Vasso Fotou).

 La recherche sur la fonction résidentielle n’a été positive que pour un très petit nombre de bâtiments dont le rez-de-chaussée présente un plan constitué de deux secteurs, chacun organisé autour d’un espace central et muni de sa propre entrée. Là, la spécialisation des entrées (entre autres indices) suggère que l’un des secteurs était destiné à des activités domestiques (fig. 10). Dans plusieurs autres cas, les éléments recueillis donnent à penser que l’essentiel de ces activités était relégué à l’étage ; or, compte tenu de la difficulté à préciser son organisation, on ne peut guère espérer en tirer des informations sur la structure familiale.

La recherche sur les fonctions non-résidentielles (i.e. travail artisanal) a eu plus de succès. Partant du principe que ces fonctions impliquent la présence d’un public, on en a cherché les traces dans le système de communication. On vient de souligner que la caractéristique première de ce système est de canaliser les circulations à travers des couloirs et des espaces centraux. Or, dans certains cas, surtout les rez-de-chaussée de bâtiments d’architecture savante où ce système se présente dans sa forme la plus développée, on observe une réglementation accrue des circulations, qui permet d’exercer efficacement et méthodiquement la surveillance et même le contrôle du mouvement des gens et des biens : cet objectif trouve son expression dans la multiplicité des portes à vantaux et l’existence de postes de commande (pièces uniques ou, occasionnellement, petits appartements de deux pièces, accolés au vestibule ou placés en un point stratégique du couloir, d’où il était possible de surveiller l’entrée et les connexions assurées par le couloir ainsi que de commander la fermeture et l’ouverture des portes) (fig. 11). Un tel dispositif spatial n’a de sens que dans des bâtiments ouverts au public et qui donc abritaient des fonctions autres que celles propres à la vie domestique.

Fig. 11 : En haut à gauche, construction typique de porte à vantail avec (en rouge) la cavité du gond. Sélection des plans schématiques de couloirs (en jaune) montrant le contrôle des portes (en rouge) et leur relation avec des postes de commande (en rose) (© Vasso Fotou).

Fig. 11 : En haut à gauche, construction typique de porte à vantail avec (en rouge) la cavité du gond. Sélection des plans schématiques de couloirs (en jaune) montrant le contrôle des portes (en rouge) et leur relation avec des postes de commande (en rose) (© Vasso Fotou).

Mais quelles sont ces fonctions ?

Plusieurs éléments puisés dans les autres aspects architecturaux éclairent et précisent leur nature. Le premier ressort de la situation quand celle-ci témoigne d’un rapport privilégié et spécifiquement recherché avec la route ou la mer. D’autres éléments se détectent dans le nombre et le caractère des entrées, la composition du plan, le mode d’éclairage. La morphologie des pièces permet aussi de reconnaître une spécialisation fonctionnelle pour deux formes spécifiques d’espaces caractéristiques de l’architecture néopalatiale : la première est une unité composée d’un hall où une série de portes juxtaposées (polythyron) donnent sur un portique bordant un puits de lumière (fig. 12) ; la seconde correspond à une petite pièce en contrebas, dite Pièce-Bassin (fig. 13). Finalement, quelques éléments sont fournis par les aménagements fixes, surtout ceux que l’on peut lier à un travail spécialisé.

Fig. 12 : En haut, trois plans type de l’unité de base composée d’un hall dont un coté est constitué d’une série de portes juxtaposées (polythyron) s’ouvrant sur un portique qui borde un puits de lumière. En bas à gauche, unité composite formée d’une unité de base (en bleu) et des additions (en rouge et en jaune) dont chacune forme avec une partie de l’unité de base de nouvelles unités de base. En bas à droite, variante de l’unité de base où le hall à polythyron est divisé en deux par deux parapets. Plans à la même échelle (© Vasso Fotou).

Fig. 12 : En haut, trois plans type de l’unité de base composée d’un hall dont un coté est constitué d’une série de portes juxtaposées (polythyron) s’ouvrant sur un portique qui borde un puits de lumière. En bas à gauche, unité composite formée d’une unité de base (en bleu) et des additions (en rouge et en jaune) dont chacune forme, avec une partie de l’unité de base, de nouvelles unités de base. En bas à droite, variante de l’unité de base où le hall à polythyron est divisé en deux par deux parapets. Plans à la même échelle (© Vasso Fotou).

Fig. 13 : En haut à gauche, coupe-élévation schématique restituée d’une Pièce-Bassin typique. En haut à droite, une des plus anciennes (c. 1700 av. J.-C.), des plus profondes et des mieux conservées des Pièces-Bassins. En bas une sélection des Pièces-Bassins des bâtiments néoplatiaux (à la même échelle, © Vasso Fotou).

Fig. 13 : En haut à gauche, coupe-élévation schématique restituée d’une Pièce-Bassin typique. En haut à droite, une des plus anciennes (c. 1700 av. J.-C.), des plus profondes et des mieux conservées des Pièces-Bassins. En bas une sélection des Pièces-Bassins des bâtiments néoplatiaux (à la même échelle, © Vasso Fotou).

À ce stade, le mobilier pourra apporter des précisions supplémentaires. Il faut cependant rester prudent car le matériel n’est pas toujours aussi parlant qu’on le souhaiterait, et il n’est pas toujours évident qu’il ait été utilisé dans la pièce où il a été trouvé.

Tous ces éléments, par leurs diverses combinaisons dans les différents bâtiments, conduisent à identifier cinq grandes fonctions : la fonction de réception publique et d’audience, la fonction sacrée, la fonction d’accueil et d’hébergement temporaire, la fonction commerciale et la fonction artisanale.

Fig. 14 : Complexe de Nirou Hani. Distribution des fonctions dans le bâtiment principal interprété comme un atelier de prestige et les deux constructions (© Vasso Fotou).

Fig. 14 : Complexe de Nirou Hani. Distribution des fonctions dans le bâtiment principal interprété comme un atelier de prestige et les deux constructions (© Vasso Fotou).

L’ emprise sur le plan de la fonction sacrée, représentée essentiellement par la Pièce-Bassin, est trop limitée pour conférer au bâtiment entier la qualité de sanctuaire. Par contre, les quatre autres fonctions dominent sur le plan. Elles définissent ainsi quatre grandes catégories de bâtiments à vocation spéciale, où cependant rien n’interdit de reconnaître également une fonction résidentielle, compte tenu du fait qu’ils comportaient au moins un étage. Il s’agit des bâtiments de réception publique et d’audience, que nous avons appelés Maisons de Pouvoir, des caravansérails-douanes, des installations portuaires et des ateliers. Parmi ces derniers, une catégorie comprend des bâtiments d’architecture savante qui suggèrent l’existence d’un artisanat spécialisé dans les produits de luxe ou de prestige, sans doute attaché au pouvoir central (fig. 14). De grandes manufactures occupent certaines installations rurales et des maisons-ateliers ont été mises en évidence parmi les bâtiments ordinaires des villes.

Et pour conclure

La répartition entre ces bâtiments, en particulier ceux d’architecture savante, des rôles politiques, administratifs, cultuels et économiques indique l’existence d’une élite de dignitaires chargée d’une partie des affaires de l’État. Cette élite partageait avec le pouvoir central installé au Palais le contrôle de l’administration, de la production artisanale et des transactions commerciales. Maisons de Pouvoir, ateliers de prestige, caravansérails-douanes et installations portuaires sont les réponses aux diverses nécessités d’une société étatique que, manifestement, le Palais ne pouvait pas servir à lui seul.

Ce travail a fait l’objet d’un doctorat d’État, soutenu en décembre 2013 (Fotou 2013) et dont la publication est en cours, ainsi que de présentations à des séminaires de recherche du département des Études Méditerranéennes de l’Université de l’Égée à Rhodes en mai 2015 et du laboratoire Archéorient à Lyon en novembre 2015 (cf. Podcast).

Bibliographie

Cadogan G. 1976. Palaces of Minoan Crete, London.

Fotou V. 1997. Éléments d’analyse architecturale et la question des fonctions de trois bâtiments-‘villas’ : la Royal Villa, le ‘Mégaron’ de Nirou et le ‘Mégaron’ de Sklavokambos, in : Hägg R. (éd). The Function of the “Minoan Villa”. Proceedings of the Eighth International Symposium at the Swedish Institute at Athens, 6-8 June 1992, ActaAth-4° 46, Stockholm, 33-50.

Fotou V. 2013. Architecture néopalatiale en Crète. Les bâtiments en dehors des Palais et leurs fonctions. 3 volumes (Volume 1: La documentation; Volume 2: Études de cas; Volume 3: Synthèse), Thèse pour le Doctorat d’État, Université de Paris I Panthéon-Sorbonne.

Fotou V., Michailidou A. 2006. Problems of interpretation in the study of Neopalatial architecture, in : Πεπραγμένα του Θ Διεθνούς Κρητολογικού Συνεδρίου, Ελούντα, 1-6 Οκτωβρίου 2001, vol. A2, Irakleio, 85-103.

Graham J.W. 1987. The Palaces of Crete, Princeton (University Press).

Hägg R. (éd.) 1997. The Function of the “Minoan Villa”. Proceedings of the Eighth International Symposium at the Swedish Institute at Athens, 6-8 June 1992, ActaAth-4° 46, Stockholm.

Hawes B.H., Williams B.E., Seager R.B., Hall E.H. 1908. Gournia, Vasiliki and Other Prehistoric Sites on the Isthmus of Hierapetra, Crete, Philadelphia, The American Exploration Soc., Free Museum of Science & Art.

Marinatos S., Hirmer M. 1960. Crete and Mycenae, London [Thames and Hudson].

McEnroe J. 2010. Architecture of Minoan Crete: Constructing Identity in the Aegean Bronze Age, Austin.

L’auteur

Vasso Fotou est archéologue et architecte, spécialiste de l’architecture du monde minoen. 
Elle est membre associé de l’UMR 7041 – ArScAn, équipe de Protohistoire égéenne.

Pour citer ce billet : Vasso Fotou. Architecture et structures sociales : une nouvelle lecture de l’architecture néopalatiale de la Crète, ArchéOrient - Le Blog, 5 février 2016, [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/5384

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Bonjour
    Merci pour cette autre approche de vestiges archéologiques. Je suis tombé sur votre article en cherchant « les palais minoens vus par un architecte ».
    J’ai visité Knossos l’année passée et j’en suis sorti avec une impression de fantaisie et tricherie (dans les interprétations des bâtiments). Je ne suis pas arcitecte mais l’architecture me passionne. J’aimerais lire une analyse fonctionnelle des différentes pièces d’un palais.
    J’ai l’idée qu’on néglige comment le plan est conçu pour laisser entrer la lumière et le vent (partout). Je pense aussi que les toits (en étage ?) étaient conçus pour récupérer autant d’eau de pluie que possible (dans cette Crète aride).
    Une comparaison avec des cités dans d’autres places du monde (anciennes ou actuelles) pourrait faire apparaître des similitudes dans les constructions ?
    Beaucoup de questions, et d’hypothèses … surtout: penser autrement que les érudits précédents.
    Au plaisir de lire vos réactions.
    D’Huyvetter Bart (Gent/Gand en Belgique= néerlandophone)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *