Dépôts ou caches dans les constructions du Levant Sud au Bronze ancien ?

Lors de mon étude de l’architecture du Bronze ancien au Levant Sud, j’ai noté quelques cas d’artefacts déposés près du niveau de fondation du bâtiment, sous leurs sols ou dans leurs murs (fig. 1). Ces pratiques relèvent-elles d’un dépôt de fondation enterré de façon permanente ou est-ce une cache destinée à thésauriser des matériaux de valeur comme le cuivre ? La pratique relève-t-elle d’un désir de fondation symbolique ou prophylactique ou de l’enfouissement ponctuel d’objets à dissimuler ?

Fig. 1 : Carte du Levant Sud avec les sites mentionnés

Fig. 1 : Carte du Levant Sud avec les sites mentionnés

Voici quels sont les cas répertoriés : 

Arad, sous le sol du pseudo-petit temple jumeau 4741, dans l’angle nord de la pièce, un dépôt d’objets a été trouvé (fig. 2). Il se compose de cinq poteries, de blocs de bitume et d’un marteau en pierre (Amiran, Ilan & al. 1996 : 55).

Fig. 2 : Arad, dépôts de fondation dans le locus 5103, chantier T, niveau II (Amiran, Illan & al. 1996, pl. 31).

Fig. 2 : Arad, dépôts de fondation dans le locus 5103, chantier T, niveau II (Amiran, Illan & al. 1996, pl. 31).

Tel Bareket, pièce 765, un assemblage de ciseaux de tailles différentes ainsi qu’un assemblage d’une dizaine de perles en coquillage, cuivre et cornaline ont été retrouvés dans une jarre de stockage (Paz & Paz 2007 : 88) (fig. 3).

Fig. 3 : Tel Bareket, dépôt d’objets dans une jarre de stockage, chantier M (ciseaux, perles en cuivre, en coquillage et en cornaline) (avec l’aimable autorisation de Sarit Paz).

Fig. 3 : Tel Bareket, dépôt d’objets dans une jarre de stockage, chantier M (ciseaux, perles en cuivre, en coquillage et en cornaline) (avec l’aimable autorisation de Sarit Paz).

Beth Shean, trois haches en cuivre, une pointe de lance en cuivre et une figurine de cerf ont été découvertes dans la couche de destruction de la grande pièce du bâtiment M-3 (Bronze ancien I) (Mazar 1994 : 57). Un autre exemple de dépôt d’objets provient du même bâtiment, au niveau M-2. Dix lames cananéennes de grande qualité se trouvaient dans l’angle sud-est du bâtiment entre deux murs de briques. Les lames mesurent entre 0,20 et 0,75 m de long (Mazar & Rotem 2009 : 144).

Beth Yerah, chantier BS, la pièce 160 datée du Bronze ancien II contenait deux dépôts similaires de poteries, groupe nord et groupe sud, parfaitement conservés (fig. 4). Chacun comprenait une jarre sans col, une grande jarre et une petite jarre. Dans les deux cas, le col de la grande jarre se situait au niveau du sol. Elle était couverte d’une pierre plate au nord et d’une tournette au sud. La petite jarre se trouvait à 0,15-0,20 cm sous le niveau du sol. Au sommet de la cache sud se trouvaient deux cruches de taille inhabituelle, dont une de forme allongée. Elle portait un hiéroglyphe incisé avant la cuisson (Greenberg & alii 2006 : fig. 8.27).

Fig. 4 : Beth Yerah, dépôts de céramiques dans la pièce EY 160 (Greenberg & al., 2006, fig. 8.27).

Fig. 4 : Beth Yerah, dépôts de céramiques dans la pièce EY 160 (Greenberg & al., 2006, fig. 8.27).

Jéricho, le mur de la pièce annexe de la maison 210, du Bronze ancien I, a été fondé sur une couche de déblais et d’ossements d’animaux. Ce dépôt était très limité dans l’espace (Kenyon 1981 : 104).

Megiddo, dans le temple du niveau J-2, une jarre sans col contenant des os de mouton a été retrouvée enchâssée dans le sol, près d’une base de colonne (Finkelstein, Ussishkin & Halpern 2000 : 50-53).

Mezer, sur le premier sol d’occupation de la maison ovale D6 (chantier D) se trouve une fosse circulaire (D14) de 2,14 m de diamètre et de 0,50 m de profondeur. À l’intérieur, se trouvaient des squelettes d’animaux, dont celui complet d’un chien (Dothan 1959 : 18-21). Dans le chantier B, sous le mur absidal du bâtiment B1, cinq herminettes en cuivre ont été dégagées (Dothan, 1957 : pl. 37) (fig. 5).

Fig. 5 : Mezer, lames (Dothan 1959, pl. 37)

Fig. 5 : Mezer, lames (Dothan 1959, pl. 37)

Qiryat Ata, un « trésor de fondeur » d’objets en cuivre a été retrouvé proche du substrat rocheux, près de l’assise inférieure du mur nord de la maison à double abside 2, datée du Bronze ancien IB. Il se composait de deux ciseaux, d’une lame de couteau, d’une hache, d’une bague et d’un objet plat de forme semi-circulaire à usage inconnu. Ils sont cassés (Golani 2003 : 22-29) (fig. 6).

Fig. 6 : Qiryat Ata, 1 : tête de hache, 2-3 : ciseaux, 4-5 : lames, 6 : anneau (Golani 2003, fig. 7.7).

Fig. 6 : Qiryat Ata, 1 : tête de hache, 2-3 : ciseaux, 4-5 : lames, 6 : anneau (Golani 2003, fig. 7.7).

Les contextes stratigraphiques et les compositions de tous ces dépôts sont très variés, autant du point de vue du type de construction que de la nature des objets déposés : outils, céramiques complètes, restes fauniques, tournette, bitume, perles. Cependant, tous ne constituent pas des dépôts de fondation.

D’abord il y a fort à douter que des os puissent être liés à un rite de fondation de fondation. Ainsi, dans le cas de la couche d’ossements d’animaux de Jéricho, les os semblent avoir été simplement des déchets contenus dans une couche de terre qui a servi de remblai. La fosse contenant des squelettes d’animaux à Mezer contenait les ossements de plusieurs animaux dont celui d’un chien, complet. La fosse a pu servir de sépulture pour les animaux domestiques.

Dans le cas des dépôts de céramiques, tous sont composés de poteries entières (Arad, Megiddo, Beth Yerah), ce qui montre le dépôt intentionnel dans une zone où elles ne seront pas écrasées. De plus, dans le cas de Beth Yerah, il y a deux dépôts composés chacun des mêmes types d’artefacts (grande jarre avec un couvercle, jarre sans col, petite jarre). Cet effet miroir accentue le caractère intentionnel de ces dépôts. À Tel Bareket, une céramique complète a également été trouvée mais elle contenait aussi des objets en métal entiers ainsi que des perles. Les archéologues ne précisent pas exactement sa position stratigraphique. Cela a pu être un récipient « de rangement » comme celui trouvé à Tell el-Fâr‛ah qui contenait 87 coquillages percés (Vaux 1961 : 583) (fig. 7). La pratique du dépôt de céramique dans les fondations se poursuit au Bronze moyen, notamment à Jéricho, où une jarre sans col complète se trouvait exactement sous la première assise d’un mur de briques (Garstang 1932 : 11). Enfin, les caches d’outils et d’objets en métal ou en silex constituent un troisième type de dépôt. Les outils en métal retrouvés à Qiryat Ata, Beth Shean et Mezer étant déjà usagés, les archéologues pensent qu’ils ont servi à construire la maison sous laquelle ils sont placés. Ces caches rappellent celles d’outils en cuivre retrouvées à Shiqmim et datées du Chalcolithique (Levy 1995 : 244).

Fig. 7 : Tell el-Fâr’ah, deux vues de la jarre « coffre-fort » et des coquillages qu’elle contenait (Vaux 1961, pl. XLVI).

Fig. 7 : Tell el-Fâr’ah, deux vues de la jarre « coffre-fort » et des coquillages qu’elle contenait (Vaux 1961, pl. XLVI).

Dans les régions voisines de la Palestine, la pratique du dépôt de fondation semble courante. Elle est bien documentée en Égypte et en Mésopotamie. Pendant les différentes périodes dynastiques, les égyptiens ont procédé à des dépôts d’objets dans les fondations des bâtiments, surtout officiels et religieux. Les objets déposés pouvaient être des simulacres d’outils ou d’ustensiles, des outils ou des ustensiles réels, des offrandes alimentaires réelles, du natron, des perles, des métaux, de l’encens… (Goyon et al. 2004 : 226). De nombreux dépôts d’objets en métal ont été trouvés sous les temples de Byblos. La pratique se poursuit du troisième au deuxième millénaire (Philip 1988 : 192). On trouve d’autres exemples dans les mondes chypriote et égéen à l’âge du Bronze ancien avec des dépôts de fondation composés d’objets métalliques neufs ou peu utilisés (outils, armes, bijoux ; Knapp, Muhly & Muhly 1988 : 233-234).

Parmi tous ces dépôts, il convient d’opérer une distinction entre les objets utilitaires qui peuvent être enterrés ponctuellement, dans un endroit où leur propriétaire peut aisément les retrouver, et les objets non utilitaires. Comme ces derniers sont destinés à un dépôt permanent, ils auraient plutôt tendance à être placés dans des endroits inaccessibles. Si le parallèle peut être établi avec les objets déposés dans les tombes, les dépôts d’objets non utilitaires retrouvés en contexte domestique reflètent la position sociale ainsi que l’accumulation de prestige. Ce dépôt de fondation représente les dédicaces pratiquées afin d’assurer la protection d’une construction et de ses occupants et, comme son nom l’indique, ce type de dépôt doit se trouver sous les fondations. En Égypte et en Mésopotamie, cette pratique est souvent associée à la construction d’un temple (Knapp et al ; 1988 : 237-238). Les cinq herminettes en cuivre trouvées sous le mur absidal de Mezer (Dothan 1957 : pl. 37) semblent correspondre à cette catégorie d’usage, comme le dépôt de haches en cuivre dans le bâtiment de Beth Shean. En effet, des objets de valeur et de même type sont enterrés dans un endroit relativement inaccessible.

Cependant, le cas de Qiryat Ata semble légèrement différent car il comporte des objets de natures diverses. De plus, le dépôt ne se situait pas directement sous le mur 501, mais à quelques centimètres au nord. A. Golani a avancé des explications d’ordre votif (Golani 2003 : 215), mais il semblerait que ce soit plutôt une cache d’objets enterrés pour être mis à l’abri. Ainsi, lorsque des objets métalliques se trouvent dans le même dépôt, il est très probable qu’à l’époque de leur enfouissement ils avaient perdu leur statut originel. Leur seule valeur était leur poids en métal. De ce fait, la cache de Qiryat Ata comportait des objets cassés qui devaient être destinés à la refonte. Au vu de la valeur importante qu’avait le métal, il n’est pas étonnant que tous les objets usagés ou cassés aient été collectés. Ils pouvaient aussi être mis de côté jusqu’à l’arrivée d’un artisan spécialisé ou jusqu’à l’obtention de la masse nécessaire de métal pour réaliser un nouvel objet. Une pratique similaire semble avoir été observée à Tel Bareket. Dans une pièce du chantier L, une lame de dague cassée a été retrouvée soigneusement enveloppée dans une pièce de lin. Le dépôt n’était pas enterré, il était simplement posé sur le sol, dans un angle de la pièce (Paz & Paz 2007 : 87). Cet exemple témoigne de la conservation des objets en métal cassés, sans caractère symbolique. Enfin, le dépôt du bâtiment M-2 de Beth Shean qui contenait dix lames cananéennes de grande qualité insérées entre les briques d’un mur devait certainement être aussi une cache. Vu leur emplacement, les lames étaient destinées à être récupérées. Le dépôt de Kfar Monash illustre à une plus grande échelle cette pratique de la cache d’objets de valeur, cependant aucune habitation n’a été trouvée à proximité.

Ainsi, même si les attestations sont rares, il semblerait bien que quelques dépôts de fondation aient été pratiqués durant le Bronze ancien au Levant Sud, à la fois sous des temples et surtout sous des maisons. Cependant, peu d’exemples ont été repérés, sans doute en raison de leur situation stratigraphique, sous les murs ou sous les sols. De ce fait, parmi tous les cas présentés, seuls certains semblent constituer de véritables dépôts de fondation, tandis que la plupart sont sans doute des dépôts et des caches d’objets.

Bibliographie

Amiran R., Ilan O. & al. 1996. Early Arad II, The Chalcolithic and Early Bronze IB Settlements and the Early Bronze II City. Architecture and Town Planning. II. Sixth to Eighteenth Seasons of Excavations, 1971-1978, 1980-1984, Jerusalem: The Israel Museum, IES.

Dothan M. 1957. Meser, Israel Exploration Journal 7, 127-128, 217-228.

‒ 1959. Excavations at Meser 1957, preliminary report on the second season, Israel Exploration Journal 9, 13-29.

Finkelstein I., Ussishkin D. & Halpern B. (dir.) 2000. Megiddo III, the 1992-1996 seasons, Emery and Claire Yass Publications in archaeology, Tel Aviv.

Garstang J. 1932. Jericho: City and Necropolis, Annals of Archaeology and Anthropology XIX, 1-2, 3-11.

Golani A. 2003. Salvage excavations at the site of Qiryat Ata, Israel Antiquity Authority Report 18.

Goyon J.-C., Golvin J.-C., Simon-Boidot C. & Martinet G. 2004. La construction pharaonique du Moyen Empire à l’époque gréco-romaine, contexte et principes technologiques, Paris : Picard.

Greenberg R., Eisenberg E., Paz S. & Paz Y. 2006. Bet Yerah, The Early Bronze Age Mound: Vol. I – Excavation Reports 1933-1986, IAA Reports 30, Jerusalem: Israel Antiquity Authority.

Kenyon K. M. 1981. Excavations at Jericho, volume 3, The Architecture and Stratigraphy of the Tell, Text, British School of archaeology in Jerusalem, London.

Knapp A. B., Muhly J. D. & Muhly P. M. 1988. To hoard is Human: Late Bronze Age Metal Deposits in Cyprus and the Aegean, Report of the Department of Antiquities of Cyprus 1988, 233-262.

Levy T. E. 1995. Cult, Metallurgy and Rank Societies-Chalcolithic Period (ca. 4 500-3 500 BCE), in: Levy T. E. (dir.), The archaeology of society in the Holy Land, London: Leicester University Press, 227-244.

Mazar A. 1994. Tel Beth Shean 1992/1993, Excavations and Surveys in Israel 14, 56-60.

Mazar A. & Rotem Y. 2009. Tel Beth Shean during the EB IB Period: Evidence for Social Complexity in the late 4th Millenium BC, Levant 41, n° 2, 131-153.

Paz I. & Paz S. 2007. Tel Bareket, Qadmoniot 134, 82-88 (en hébreu).

Philip G. 1988. Hoards of the Early and Middle Bronze Ages in the Levant, World Archaeology 20, n° 2, 190-208.

Vaux R. de 1961. Les fouilles de Tell el-Far‛ah, Revue Biblique 68, 576-592.

L’auteur

Deborah Sebag est archéologue, responsable d’opération pour l’époque romaine au Parc archéologique européen de Bliesbruck – Reinheim. Docteur en archéologie orientale, elle est spécialiste de l’architecture du Levant Sud au Bronze ancien.

Pour citer ce billet : Deborah Sebag. Dépôts ou caches dans les constructions du Levant Sud au Bronze ancien ?, ArchéOrient - Le Blog, 29 janvier 2016, [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/5361


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *