Le bœuf et la maresha, piliers de l’agriculture à Wakarida (Tigray, Ethiopie), de l’Antiquité à nos jours

Peu de documents permettent d’étudier les techniques agricoles depuis l’époque axoumite (Ier millénaire avant notre ère – VIIe siècle de notre ère) jusqu’à nos jours. Les récits d’explorateurs (évoqués dans un précédent billet à propos de l’évolution environnementale de cette région), comparés aux observations de terrain, mettent en lumière des permanences dans ce domaine (outils, matériaux, techniques). Ces aspects techniques s’insèrent dans une problématique plus large ayant trait à l’évolution des environnements et des paysages aux alentours du site de Wakarida (fig. 1). Il s’agit notamment d’étudier l’impact des techniques agricoles sur les processus et les rythmes de l’érosion. Ces techniques participent en effet indirectement à l’évolution des modelés en influençant les conditions de ruissellement ou d’écoulement des eaux.

Cette étude s’inscrit dans le cadre du projet franco-éthiopien « Recherches archéologiques et épigraphiques dans la région du Tigray, périodes pré-axoumite et axoumite (Ier millénaire avant notre ère – VIIe siècle de notre ère) » et des fouilles archéologiques du site de Wakarida, sur les contreforts nord-est du plateau du Tigray, en 2014 (direction Iwona Gajda et Fabienne Dugast (CNRS, UMR 8167, Orient & Méditerranée)) et en 2015 (direction Iwona Gajda (CNRS, UMR 8167, Orient & Méditerranée) et Anne Benoist (CNRS, UMR 5133, Archéorient)).

Fig. 1 : Carte de localisation du site de Wakarida. © N. Blond, 2015

Fig. 1 : Carte de localisation du site de Wakarida. © N. Blond, 2015

La région du Nord-Tigray est une zone montagneuse, prolongement septentrional du plateau tigréen. Le site de Wakarida lui-même est situé sur un éperon rocheux, en position intermédiaire entre les Hauts Plateaux du Tigray et la dépression du Danakil. Les alentours du site sont formés de versants abrupts aux pentes fortes, dont les sommets culminent entre 2 600 et 2 800 mètres d’altitude. Les versants et les fonds de vallées sont très largement anthropisés (fig. 2). L’agriculture tient une place prépondérante, tant dans le paysage que dans la vie des populations : elle emploie 83% de la population active du Tigray, une moyenne proche de celle du pays (85% en 2009). La région possède 1,5 million d’hectares cultivables, dont environ 421 000 ha sont aménagés en terrasses (http://www.ethiopia.gov.et/fr/statetigray).

Fig. 2 : Vue vers l'aval (nord-ouest) de la vallée de May Ayni. © N. Blond, 2015

Fig. 2 : Vue vers l’aval (nord-ouest) de la vallée de May Ayni. © N. Blond, 2015

Ces paysages de terrasses posent la question de leur aménagement, de leur mise en culture, et de leur impact sur l’érosion et l’évolution des paysages. Il est possible de distinguer deux principaux types de terrasses dans la région étudiée :

  • Les terrasses de culture : semblables morphologiquement aux jessour tunisiens qui barrent les thalwegs ou, dans leur finalité, aux terrasses cévenoles, elles sont formées d’un muret de pierres sèches qui barre un thalweg pas ou peu encaissé (fig. 2). La fonction de ces ouvrages est de conserver le sédiment afin de permettre la culture, mais aussi de maintenir une réserve hydrique dans la porosité du remblaiement. Elles sont construites par les agriculteurs, généralement à leurs propres frais. Dans les périodes antérieures, notamment sous le Derg (gouvernement militaire de l’Ethiopie entre 1974 et 1987), la construction de terrasses agricoles a été encouragée par le programme Food for Work (Ferrari et al. 2015) ;
  • Les banquettes anti-érosion : formées de murets de pierre sèche qui suivent généralement les courbes de niveau des versants sur lesquels elles sont implantées, assez peu élevées, espacées d’environ un ou deux mètres (fig. 2), leur fonction est de limiter le ravinement (ou l’érosion hydrique) sur les versants. Elles résultent de la volonté de l’État de lutter contre l’érosion. Les habitants sont encouragés à les construire par des compensations en nature.

La question de l’âge de ces aménagements agricoles a été posée par plusieurs auteurs. Des marques laissées par l’araire sur des blocs dans des terrasses cultivées ont été datées grâce au matériel archéologique (Ciampalini et al. 1992) et permettent d’avancer l’idée de structures déjà en place il y a 2 500 ans. L’étude utilise aussi ces âges pour calculer des taux d’érosion des sols vingt fois plus importants en période d’abandon qu’en période d’agriculture traditionnelle (respectivement 65,8 t/ha/an contre 2,8 t/ha/an). Ces taux importants pourraient être liés à la formation d’une croûte sur les cambisols (sols bruns, peu évolués et peu différenciés) non labourés, du fait de la pluie et du pâturage, conduisant à leur imperméabilisation donc à l’érosion au cours de fortes pluies (Butzer 1981). Si l’agriculture traditionnelle entraîne une érosion moins forte que les périodes d’abandon, c’est aussi qu’elle repose sur une faible mécanisation. L’outil principal est en effet la maresha, l’araire en bois tiré par deux bœufs (Lefebvre 1845, fig. 3 et 4 et fig. 5 à 7) :

« La charrue des Abyssins […] se compose d’un soc adapté à la tige, qui peut s’incliner à volonté au moyen d’une courroie, d’un anneau, de deux soutiens en bois de chaque côté du soc pour élargir le sillon, d’un joug qui se pose sur le col du bœuf, en avant de la bosse qu’ont les bœufs d’Abyssinie, auquel joug deux bâtons sont fixés et enchâssent le col. Les autres instruments du laboureur sont une pioche, une herminette, une faucille et un long fouet pour stimuler les bœufs. »

Fig. 3 : Harnais et instruments de labour. ©Ch.-Th. Lefebvre, 1845

Fig. 3 : Harnais et instruments de labour. ©Ch.-Th. Lefebvre, 1845

L’objet décrit par Lefebvre (1845) est identique à celui observé dans les champs tigréens contemporains, comme le montre la figure 4 : le laboureur est équipé d’une tige souple en bois qui sert de « fouet pour stimuler les bœufs », et la « charrue » est composée d’une tige, qu’il tient à la main et à l’autre extrémité de laquelle est fixé un soc à embout métallique (fig. 6). On note aussi l’attache du soc à la tige, visible sur les figures 4, 5 et 6. La flèche sur la figure 4 indique les soutiens en bois, que l’on ne retrouve pas sur les autres photographies.

Fig. 4 : Divers éléments de la maresha aux alentours de Wakarida. © Y. Callot, 2013

Fig. 4 : Divers éléments de la maresha aux alentours de Wakarida. © Y. Callot, 2013

Fig. 5 : "Galla labourant", photographie d'un agriculteur oromo. © E.J.Bidault de Glatigné, 1889

Fig. 5 : « Galla labourant », photographie d’un agriculteur oromo. © E.J.Bidault de Glatigné, 1889

Fig. 6 : Soc à embout métallique d'une maresha, dans un champ sous le site de Wakarida. © N. Blond, 2015

Fig. 6 : Soc à embout métallique d’une maresha, dans un champ sous le site de Wakarida. © N. Blond, 2015

Le joug lui-même reste très semblable du 19e siècle au 21e : les photographies montrent la permanence de la barre principale, horizontale, à laquelle sont fixés deux bâtons plus fins, qui enserrent le cou des bœufs (fig. 3 et 7), placée en avant de la bosse des bœufs (fig. 4 et 5). On note la présence de peaux à l’endroit où le joug appuie sur le col des animaux pour les protéger, et de cordelettes pour relier les deux bâtons sous leur cou (fig. 7).

Fig. 7 : Joug d'une maresha, araire identique à celle de la figure 6. © N. Blond, 201

Fig. 7 : Joug d’une maresha, araire identique à celle de la figure 6. © N. Blond, 201

Le matériel ne change pas du 19e au 21e siècle, et il en va de même pour les techniques agricoles. Après la récolte, Girard (1873) décrit ainsi les travaux des champs :

« Les hommes coupent le grain ; les femmes sarclent ; les bœufs battent en foulant ; cependant j’ai vu quelques paysans faire usage du fléau. »

On trouve les mêmes indications chez Lefebvre (1845), qui ajoute que « le grain » (c’est-à-dire une partie de la tige et les grains qu’elle porte) est disposé en meule. L’observation des travaux in situ permet de remarquer des permanences : dans la zone étudiée, et jusqu’à Mekele au moins, les céréales sont disposés en meules à l’aide d’une fourche en bois à deux dents (fig. 8) avant d’être foulés par des bœufs et des ânes (fig. 9). L’usage de fléaux n’a pas été relevé. Une innovation peut être mentionnée : certains agriculteurs utilisent l’espace plan fourni par des routes asphaltées peu empruntées (fig. 10) pour effectuer le battage des grains.

Fig. 8 : Constitution d'une meule, sur la crête dominant Wakarida. © N. Blond, 2014

Fig. 8 : Constitution d’une meule, sur la crête dominant Wakarida. © N. Blond, 2014

Fig. 9 : Battage du grain par des bœufs et des ânes dans la vallée de Ka Ebile. © N. Blond, 2014

Fig. 9 : Battage du grain par des bœufs et des ânes dans la vallée de Ka Ebile. © N. Blond, 2014

Fig. 10 : Battage du grain par des bœufs sur la route asphaltée menant à l'aéroport de Mekele. © N. Blond, 2015

Fig. 10 : Battage du grain par des bœufs sur la route asphaltée menant à l’aéroport de Mekele. © N. Blond, 2015

La préparation du champ, décrite par Lefebvre (1845) a aussi été observée aux alentours du site de Wakarida (fig. 11) :

« Une fois le sol débarrassé d’arbustes, on fait deux labours, puis on laisse sécher les herbes, et on les brûle; pour procéder au troisième on attend les premières pluies, et le mois de juin ou de juillet venu, on sème à la volée. »

Fig. 11 : Brûlage d'herbes et de broussailles dans une parcelle de la vallée de May Ayni. © N. Blond, 2014

Fig. 11 : Brûlage d’herbes et de broussailles dans une parcelle de la vallée de May Ayni. © N. Blond, 2014

Pour finir, la succession des cultures, décrite par Lefebvre (1845) et reprise par Girard (1873) semble toujours d’actualité dans le Tigray :

« La fécondité des terres dans la plupart des provinces permet de faire plusieurs récoltes en une année sur le même champ. Ainsi, aux céréales et particulièrement au theff (eragrostis tef, ingrédient principal de l’injera, base de l’alimentation) qui épuise moins, on fait succéder les grosses légumineuses comme les pois, les vesces, les gesses, etc. On procède de la même manière pendant plusieurs années de suite, puis on laisse reposer le champ pendant un certain temps, qui varie suivant la productibilité. »

Autour de Wakarida, les champs verts que l’on voit sur la figure 2 ont été moissonnés et débarrassés des pailles et tiges subsistantes dans les semaines précédentes. Les cultures semblent en revanche être plutôt céréalières (seigle ou orge).

Ainsi, la confrontation d’ouvrages anciens et d’observations de terrain permet de mettre en lumière d’importantes permanences dans les pratiques et les techniques agricoles dans le nord du Tigray. Le matériel utilisé, les façons de faire et les rythmes sont très semblables du 19e siècle à nos jours. Par ailleurs, les mesures faites par Ciampalini et al. (2012) permettent d’émettre des hypothèses sur la permanence des outils : les marques laissées par les charrues, base de l’étude, ont dû être faites par des socs résistants, probablement en métal comme ceux qui sont utilisés actuellement, ou en pierre, ce qui permet d’envisager l’usage de ce type de charrue dès la période axoumite. De même, Ciampalini et al. (2012) montrent que les terrasses existaient déjà comme technique de conservation des sols à cette période. De telles permanences sur la longue durée ne signifient pas pour autant que les taux d’érosion restent bas sur cette période: une conversion vers le pastoralisme, dans les années 1970 (Ciampalini 2012) a conduit à une plus forte érosion. Néanmoins, la relative préservation des sols par l’agriculture traditionnelle pose la question des conséquences pour le paysage qu’aurait un passage à la mécanisation. Des tracteurs sont visibles à proximité de Wukro, dans des zones plus planes qu’à Wakarida. On peut dès lors se demander si l’emploi de telles machines serait envisageable à Wakarida et si elles pourraient augmenter visiblement l’érosion des sols.

Bibliographie

Butzer, K. W. 1981. « Rise and Fall of Axum, Ethiopia : A Geo-archaeological Interpretation », American Antiquity 46 – 3, 471-495.

Ciampalini, R. et al. 2012. « Soil erosion induced by land use changes as determined by plough marks and field evidence in the Aksum area (Ethiopia) », Agriculture, Ecosystems and Environment 146, 197-208.

Ferrari, G. et al. 2015. Geomorphology of the Archaeological Area of Aksum in : Billi, P. (dir.), Landscapes and Landforms of Ethiopia, World Geomorphological Landscapes, Springer Science+Business Media, Dordrecht, 147-161.

Girard, A.-R.-A. (Cap.) 1873. Souvenirs d’un voyage en Abyssinie (1868 – 1869), Le Caire, Librairie Nouvelle Ebner et Cie. [En ligne] http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6208502q/f5.image

Lefebvre, Ch.-Th. 1845. Voyage en Abyssinie exécuté pendant les années 1839, 1840, 1841, 1842, 1843, part. II, t. 3 « Itinéraire – description et dictionnaire géographiques – physique et météorologie – statistique – ethnologie – linguistique – archéologie », Paris, Arthus Bertrand Editeurs. [En ligne] http://www.e-rara.ch/doi/10.3931/e-rara-25052

L’auteur :

Ninon Blond est doctorante contractuelle en Géographie, Aménagement et Urbanisme à l’Université Lumière Lyon 2, sous la direction de Yann Callot et Nicolas Jacob. Elle est spécialisée en géographie, géoarchéologie et histoire des paysages.

Pour citer ce billet : Ninon Blond. Le bœuf et la maresha, piliers de l’agriculture à Wakarida (Tigray, Ethiopie), de l’Antiquité à nos jours, ArchéOrient - Le Blog, 22 janvier 2016, [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/5326


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *