Où en est l’archéologie syrienne ? Un congrès pour un état des lieux

Le premier congrès international sur l’archéologie et le patrimoine syrien (International Syrian Congress on Archaeology and Cultural Heritage – ISCACH) s’est déroulé à Beyrouth du 3 au 6 décembre 2015. On le doit à l’initiative de la mission syro-libanaise de Cyrrhus, dirigée par Jeanine Abdul Massih (Université Libanaise) et de la Japanese Society for West Asian Archaeology présidée par Kiyohide Saito (directeur de la mission archéologique de Palmyre). Leur but n’était pas de proposer un colloque de plus sur le patrimoine syrien en danger et sur les destructions des sites archéologiques mais de partager, avec les collègues de la DGAMS (Direction Générale des Antiquités et des Musées de Syrie), les derniers résultats des travaux conduits entre 2000 et 2011, voire, pour certains, après le début du conflit en Syrie. On ne peut que saluer une telle entreprise, qui a permis de rassembler la communauté scientifique impliquée dans la recherche archéologique en Syrie, dans une ambiance conviviale et fraternelle et dans un lieu propice aux échanges (l’hôtel Rotana Gefinor dans le quartier de Hamra). Je ne pense pas trop m’avancer en disant que tous ceux qui étaient présents à cette manifestation ont infiniment apprécié ce « temps suspendu » et en sont reconnaissants aux organisateurs, Jeanine Abdul Massih, Kiyohide Saito, Akira Tsuneki (directeur de la mission archéologique de Tell el-Kerkh, Université de Tsukuba) et Shin’ichi Nishiyama (Université de Chubu).

Fig. 1 : (De droite à gauche) Maamoun Abdulkarim, directeur de la DGAMS , avec Bernard Geyer, Dominique Parayre et Valérie Matoïan (photographiés par Marie-Odile Rousset)

Cette rencontre a réuni 83 participants dont près de la moitié étaient des collègues et amis de la DGAMS, dont son directeur général, Maamoun Abdulkarim (fig. 1), assisté du directeur des fouilles et recherches archéologiques, Ahmad Tarakji, du directeur des Monuments Historiques, Nazir Awad et du directeur des Musées, Ahmad Deeb. Après l’émotion des retrouvailles et une minute de silence à la mémoire de notre collègue Khaled Asaad, nous avons assisté à trois journées et demie densément remplies de communications scientifiques présentant l’avancée des travaux des différentes missions archéologiques. Les interventions étaient rassemblées par région administrative : Palmyre (3 communications), Idlib (6), Hassaké (9), Alep (9), Homs (3), Raqqa (2), Hama (6), Lattaquié (8), Damas (9), Daraa / Suweida (5) et Dayr ez-Zor (2). Les intervenants se sont exprimés en anglais et en arabe, avec traduction simultanée. Toutes les périodes chronologiques étaient concernées, depuis le Paléolithique jusqu’au patrimoine bâti du XVIIIe s., avec l’église de Sadad et ses fresques (présentées par Nada Sarkis). À noter qu’en 2015, sept missions archéologiques dépendant de la DGAMS ont pu poursuivre des travaux de terrain, principalement dans la région côtière et dans celle de Souweida.

Les auditeurs ont pu ainsi prendre connaissance, entre autres, des nouvelles découvertes effectuées depuis le début du conflit, à Tell al‐Shameyeh/Nahr Al‐’Arab (Ahmad Deeb), Ras Shamra-Ougarit (Khozama al-Bahloul), Ibn Hani (Michel al-Maqdissi), Tell al-Nouhas (Komeit Abdallah, lu par Houmam Saad), Tell Maksour (Abdul Wahab Abu Saleh), Tell al-Humira (Mahmoud Hamoud) et Tell Sakka, dans la banlieue de Damas (Ahmad Tarakji, fig. 2).

Fig. 2 : Ahmad Tarakji, directeur des fouilles et recherches archéologiques, pendant sa présentation, montrant les fresques du palais de Tell Sakka (Photo M.O. Rousset)

À Amrit, une fouille de sauvetage a permis à Yaser Yusef d’étudier un tombeau romain intact, avec sarcophages sculptés et bustes en marbre des fondateurs, d’une facture jamais découverte auparavant en Syrie. À Damas, les travaux archéologiques réalisés récemment ont éclairé d’un jour nouveau deux secteurs emblématiques du paysage urbain : la mosquée des Omeyyades et la citadelle. Grâce à des travaux de dégagement préliminaires à la restauration d’une maison dans le quartier à l’est de la mosquée des Omeyyades, Houmam Saad a mis au jour un petit temple, à l’intérieur du téménos du temple de Jupiter, conservé en élévation dans les constructions modernes. Une inscription en place, datée de 151 ap. J.-C., le dédicace à Zeus Theandrios. Les sondages effectués entre 2013 et 2015 par Edmond El-Ajji à l’intérieur de la citadelle de Damas ont exhumé pour la première fois des éléments appartenant à une fortification antérieure à la construction seldjoukide et datés par C14 de la fin du Xe-début du XIe s. Son étude montre que les différentes phases de fortification de la citadelle ont toutes suivi le même plan, avec à chaque fois un chemisage des structures antérieures qui se sont retrouvées incluses dans les adjonctions, comme les pelures d’un oignon.

Fig. 2 : la session consacrée aux posters (cliché M. O. Rousset)

Fig. 3 : la session consacrée aux posters (Photo M. O. Rousset)

Une session était réservée à la présentation de posters (une vingtaine, fig. 3), parmi lesquels ceux de plusieurs membres d’Archéorient, sur le programme Marges arides de Syrie du Nord (Nazir Awad, Mohammed al-Dbiyat, Jacques Besançon (†), Bernard Geyer et Marie-Odile Rousset) et sur la géophysique appliquée à l’étude de l’urbanisme antique (Christophe Benech). Le laboratoire Archéorient était également représenté par les communications des missions de Ras Shamra (Valérie Matoïan), Qinnasrin (Marie-Odile Rousset), Rawda (Corinne Castel / Nazir Awad) et Jerf al-Ahmar (Danièle Stordeur / Bassam Jamous) et PaléoSyr (Nazir Awad, Frank Braemer et Bernard Geyer). Plusieurs posters montraient les activités de la DGAMS, notamment pour la documentation et la préservation des objets des musées. Deux d’entre eux concernaient l’architecture des bases de données « Documentation of Archaeological Sites and Historical Buildings » (Tony Gerouge) et « Syrian World Heritage Sites » (Lina Kteifan) (fig. 4)

Beyrouth ISCACH 2015 Beyrouth ISCACH 2015
Fig. 4 : Posters réalisés par la DGAMS

Enfin, la dernière séance s’intitulait « Penser le futur du patrimoine syrien ». Ainsi que l’a souligné Maamoun Abdulkarim, la communauté des directeurs de missions archéologiques en Syrie doit dès maintenant réfléchir à l’après conflit et participer à l’élaboration de projets pour l’avenir. Ahmad Deeb et Lina Kteifan ont détaillé les initiatives et réalisations en faveur de la préservation du patrimoine syrien, monuments et objets, mentionnées plus haut. Les collections des musées ont toutes été mises à l’abri (à 99%) et grâce à la coopération internationale, un certain nombre d’objets volés ont pu être récupérés (environ 6500). Un gros effort a été fait sur l’informatisation des inventaires, afin de pouvoir localiser et identifier précisément les pièces soigneusement emballées et mises en caisses. Nos collègues nous rappellent de ne pas oublier de communiquer à la DGAMS les informations que nous pourrions détenir à propos des sites sur lesquels nous travaillons. En effet, une des principales difficultés auxquelles ils sont confrontés est celle de la précision de l’information.

Kiyohide Saito a ensuite montré l’apport de la 3D au catalogage des objets et des monuments. À partir des relevés photogrammétriques du temple de Bel à Palmyre, son équipe a pu réaliser un modèle numérique 3D très réussi, grâce à des prises de vues faites avant le début du conflit. Kiyohide Saito a fait appel aux collègues présents pour sa recherche d’images en haute résolution afin de compléter la documentation photographique des parties basses de la cella, pour lesquelles la prise d’images n’a pu être achevée.

Cristina Menegazzi a montré les actions d’urgence conduites par l’UNESCO grâce au programme Emergency Safeguarding of the Syrian Cultural Heritage Project, financé par l’Union Européenne, en partenariat avec l’ICOMOS et l’ICCROM. Ce projet vise à apporter une réponse opérationnelle pour stopper la disparition en cours de l’héritage culturel syrien et préparer les actions prioritaires post-conflit. Elle a évoqué les projets pour 2016, notamment en matière de numérisation, archivage, organisation de réunions, formation (y compris à distance), campagnes d’information et aide d’urgence à la préservation des sites.

Enfin, Karin Bartl, directrice de la représentation de Damas du Deutsches Archäologisches Institut (DAI) a expliqué les actions entreprises grâce au financement du gouvernement allemand : numérisation d’archives archéologiques et architecturales sur la Syrie, archivage de la documentation numérique sur la base de données Arachne (base de données Objets du DAI et de l’Institut d’Archéologie de Cologne, en ligne), inventaire des toponymes archéologiques et historiques, numérisation et archivage de collections cartographiques relatives au Bilad al-Sham (un portail permet d’accéder à ces différents projets : http://arachne.dainst.org/project/syrher). Aux cours des prises de parole qui ont suivi, plusieurs participants ont réaffirmé la nécessité de partager l’information et d’avoir une structure qui rassemble les scientifiques experts en Antiquités syriennes, comme l’association Shirin (Président : Frank Braemer).

Fig. 3 : Le stand de présentation des publications, bureau temporaire de Kiyohide Saito (Photo M.O. Rousset))

Fig. 5 : Le stand de présentation des publications, bureau temporaire de Kiyohide Saito (Photo M.O. Rousset)

Par ailleurs, le fort ralentissement des travaux de terrain en Syrie est mis à profit par les archéologues pour publier les résultats de leurs fouilles et le colloque a également été l’occasion d’échanger les dernières publications. Le stand de présentation des ouvrages (fig. 5) a montré le dynamisme du service des publications de la DGAMS et a permis de diffuser ces outils de travail difficilement accessibles de l’étranger. Armés de leur volonté de défendre l’héritage culturel de la Syrie, nos collègues restés sur place n’ont pas ménagé leur peine pour faire progresser la connaissance !

Au-delà de l’aspect scientifique, qui a permis de mettre en commun les résultats récents de l’archéologie syrienne, cette rencontre a été l’occasion de resserrer les forts liens internationaux de collaboration et d’amitié qui unissent les chercheurs attachés à l’histoire, au patrimoine et à l’archéologie de la Syrie.

Références

– Résumés des interventions avec bibliographie récente pour chaque site
http://jswaa.org/wp-content/uploads/2015/12/PROGRAM-ABSTRACTS-ISCACH-2015_Full-File.pdf

– N. Awad, M. al-Dbiyat, J. Besançon B. Geyer et M.-O. Rousset, poster The arid margins of northern Syria, recent results.
http://archeorient.hypotheses.org/files/2016/01/Poster-MA-pour-Bey15.pdf

L’auteur

Marie-Odile Rousset est chargée de recherche CNRS, spécialiste du Proche-Orient médiéval. UMR 5133 – Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Marie-Odile Rousset. Où en est l’archéologie syrienne ? Un congrès pour un état des lieux, ArchéOrient - Le Blog, 15 janvier 2016, [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/5279

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *