De Beyrouth à Lyon : une exposition sur les paysages libanais

« L’homme et le paysage au Liban : 200 000 ans d’adaptation au changement »

Inaugurée le 2 novembre à Beyrouth à l’Université Saint-Joseph (USJ), puis le 9 novembre à Lyon à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, cette exposition présente, sur un peu plus d’une trentaine de panneaux, les évolutions des paysages au Liban et leurs interactions avec l’Homme sur la longue durée (fig. 1).

Fig 1 - crypte st Joseph - copie

Fig. 1 : L’entrée de l’exposition dans la crypte de l’église Saint-Joseph à Beyrouth.

Le contenu scientifique s’appuie essentiellement sur les résultats acquis au cours d’un programme de recherche financé par l’ANR et intitulé PaléoLib-PaléoSyr. Dirigé par F. Bræmer et B. Geyer entre 2011 et 2014, ce programme visait à mieux cerner les interactions socio-environnementales dans le Levant septentrional depuis le début de l’Holocène. La mise en œuvre combinait les approches des géosciences et de la géoarchéologie à la collecte d’informations archéologiques et à l’analyse des évolutions récentes des paysages libanais. Plusieurs institutions ou laboratoires français et étrangers ont participé à ces travaux : le Musée de préhistoire libanaise et la Bibliothèque Orientale (Université Saint-Joseph) à Beyrouth, la Maison de l’Orient et de la Méditerranée à Lyon (Archéorient, UMR 5133), le CEPAM (UMR 6130) à Nice, l’équipe PaléoEnvironnements et Paléobiogéographie (UMR 5125) à Lyon 1, l’UMR 5204 – EDYTEM de l’Université de Savoie Mont-Blanc, l’Institut Royal des Sciences Naturelles de Belgique, le CSIC de Barcelone et l’Université de Burgos. Pour la réalisation de l’exposition, le soutien financier principal est venu de la Commission nationale libanaise pour l’UNESCO, mais aussi de l’USJ et de l’ambassade de France à Beyrouth, de l’université Lumière Lyon 2, d’Archéorient et de la MOM.

Le fil directeur de l’exposition reflète une des orientations du programme de recherche, qui visait à croiser les analyses paléoenvironnementales et l’observation de la dynamique récente des milieux nord-levantins. Les panneaux présentent ainsi les différentes échelles de temps étudiées et les méthodes d’approche qui leur sont propres.

Pourquoi le paysage ?

La finalité première de cette exposition, pédagogique et destinée à être présentée dans des écoles libanaises, nécessitait d’exposer les récents apports des études paléoenvironnementales par le biais d’une notion connue d’un public large, jeune ou moins jeune, et pas nécessairement familier des concepts propres aux spécialistes. Le paysage, qui est perçu par chacun d’entre nous et qui implique un support visuel, paraissait ainsi le vecteur le plus approprié à notre objectif ; il constitue donc le thème principal de l’exposition.

Un paysage est l’héritage d’une longue histoire, mais est surtout en constante évolution. Il est marqué par des transformations incessantes, qu’elles soient lentes ou rapides, car ses caractéristiques lui sont données par une combinaison de faits naturels et sociaux, changeants par nature.

En effet, du fait des fluctuations ou des accidents climatiques, du fait des interventions de l’homme, les interactions qui s’établissent entre la végétation, la faune, le sol, les formes de terrain, l’occupation du sol et l’exploitation d’un espace donné, ne peuvent produire que des états transitoires. Les différentes actions humaines, les feux et les variations des précipitations ou des températures, sont autant de perturbations qui conduisent cette combinaison paysagère – en fait instable – à se recomposer en permanence.

À notre échelle de temps, les transformations induites par les variations climatiques apparaissent comme relativement lentes mais leurs effets peuvent être importants, en particulier sur les couvertures végétales ou le cycle de l’eau. Plus rapides, les changements provoqués par l’Homme peuvent être parfois presque irréversibles, comme lorsqu’ils aboutissent à l’érosion du sol. Cependant, quelle que soit leur origine, ces changements conduisent les groupes humains à s’adapter à leur environnement, à modifier leurs pratiques … induisant ainsi de nouvelles évolutions !

Les paysages, vus dans trois séquences temporelles

Cette histoire de notre cadre de vie – puisque le paysage est tout ce qui nous entoure en permanence – est présentée en trois séquences qui permettent de montrer les disciplines impliquées, leurs méthodes de travail mais aussi les difficultés voire les pièges de l’interprétation des données. Dans chaque séquence, la conception des panneaux a tenu compte de l’objectif pédagogique de l’exposition. Des panneaux méthodologiques expliquent les démarches mises en œuvre, montrent comment l’on peut décrypter un paysage selon différentes approches, ou définissent simplement les notions spécialisées au moyen d’un petit glossaire.

Pour mieux comprendre ces évolutions, l’exposition explore d’abord un temps qui nous est proche – entre la fin du XIXe et le début du XXIe siècle –, un temps court durant lequel les activités humaines ont été le facteur dominant des changements souvent rapides des paysages. La photographie en est un des témoins privilégiés puisqu’elle nous offre des images, parfois d’une grande précision, depuis environ 150 ans. Une quinzaine de panneaux présente ainsi ces évolutions, en se fondant principalement sur des couples de clichés pris à un siècle d’intervalle environ et en puisant dans la richesse documentaire du fonds conservé à la Bibliothèque Orientale de l’Université Saint-Joseph.

Fig.2 : Un des panneaux de la séquence consacrée au temps court, présentant l’évolution du couvert végétal depuis les années 1920.

Fig.2 : Un des panneaux de la séquence consacrée au temps court, présentant l’évolution du couvert végétal depuis les années 1920.

Dans cette histoire récente des paysages libanais, quelques thèmes se dégagent nettement : la progression spectaculaire d’une couverture boisée qui était quasiment absente voici à peine un siècle, l’abandon de versants autrefois complètement exploités au moyen d’innombrables aménagements agricoles, la rapide extension urbaine, en particulier sur la côte et dans l’arrière-pays proche. En définitive, ceci induit une modification assez sensible dans la perception que l’on peut avoir des paysages libanais contemporains, désormais très éloignés des stéréotypes photographiques de la fin du XIXe siècle.

Tout autres sont les évolutions qui ont pu survenir sur le temps moyen – l’Holocène – soit les douze mille dernières années, qui ont vu fluctuations climatiques et interventions humaines se combiner pour transformer en profondeur les paysages. Des archives sédimentaires, des vestiges archéologiques (sites d’occupation, aménagements hydro-agricoles) nous permettent de retracer une histoire mouvementée. Bien qu’il soit difficile, voire souvent impossible, de faire la part de ces deux facteurs dans les évolutions connues par les paysages, leurs effets, qui ont pu selon les cas se cumuler ou s’annuler, sont attestés.

Fig. 3 : Le premier panneau de la séquence du temps moyen : des derniers chasseurs-cueilleurs aux premières mises en défens du couvert forestier.

Fig. 3 : Le premier panneau de la séquence du temps moyen : des derniers chasseurs-cueilleurs aux premières mises en défens du couvert forestier.

Le sujet est traité cette fois en présentant d’une part les enseignements tirés de l’analyse des carottes sédimentaires prélevées dans la Béqaa (Chamsine, Aallaq) et, d’autre part, de l’information archéologique, obtenue au cours des prospections et de l’étude du site préhistorique de Tell Labwé Sud. L’un des carottages de la Béqaa (Aallaq) permet, par exemple, de présenter quelques caractéristiques de l’évolution des paysages végétaux dominés par les chênes depuis plus de 2200 ans. La grande densité de sites néolithiques présents dans la Béqaa suggère quant à elle une ouverture précoce des paysages végétaux au pied des chaînes du Liban et de l’Anti Liban.

Le temps long, celui du Pléistocène, est abordé sur les 200 000 dernières années grâce à des carottages effectués dans le poljé de Yammouné, à des analyses réalisées sur des stalagmites de la grotte de Jeita et à des études menées sur l’endokarst du Mont Liban (grottes de Kanaan, de Kassarat et de Jeita). Ce temps long correspond à une période où seuls des changements climatiques étaient le moteur de la transformation des paysages.

Fig. 4 : Les archives lacustres : une clef pour entrer dans le temps long.

Fig. 4 : Les archives lacustres : une clef pour entrer dans le temps long.

Les fluctuations de la pluviométrie et de la température, reflétées par les stalagmites des grottes libanaises comme par les sédiments des lacs, permettent d’évoquer les changements des paysages dans les bassins versants de la montagne libanaise depuis le dernier interglaciaire. S’il est bien plus difficile de proposer au visiteur des restitutions précises de l’aspect de ces paléo-paysages, les documents l’inciteront en revanche à imaginer des ambiances climatiques fort différentes de celles qu’il connaît aujourd’hui au Liban comme ailleurs autour de la Méditerranée.

Fig. 5 : Quelques panneaux dans le hall de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée

Fig. 5 : Quelques panneaux dans le hall de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée

Autour de l’exposition… et après.

Ces deux manifestations jumelles ont été accompagnées d’une table ronde qui s’est tenue le 3 novembre à l’Université Saint-Joseph à Beyrouth et de deux conférences données à Lyon les 9 et 10 novembre à la Maison de l’Orient et à l’Université Lumière Lyon 2. Elles ont été l’occasion d’échanges autour des recherches menées sur les environnements libanais. Celle du 10 novembre a été podcastée et est accessible en ligne.

Au Liban, l’exposition commencera en janvier 2016 une tournée à Tripoli, Zahlé et Tyr, pour aller à la rencontre du public scolaire.

À Lyon, l’exposition reste ouverte jusqu’à la mi-janvier 2016… Venez nombreux !

Elle se tient au 5 rue Raulin, dans le hall de la bibliothèque de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée. L’entrée est libre. Pour la visite, s’adresser au service communication de la Maison de l’Orient.

Fig. 6 : Invitation à la visite…

Fig. 6 : Invitation à la visite…

Les auteurs

Bernard Geyer est Directeur de Recherche au CNRS. Géographe spécialiste du Proche-Orient et des marges arides.
UMR 5133 – Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Nicolas Jacob-Rousseau est Maître de conférences de Géographie – Université Lumière-Lyon 2. UMR 5133 – Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

En collaboration avec :
M. Haidar-Boustani : archéologue, préhistorienne, directrice du Musée de la préhistoire libanaise (Université Saint-Joseph, Beyrouth).
F. Braemer : archéologue, ancien directeur de recherche au CEPAM (Sophia-Antipolis).
C. Nehmé : karstologue, Université Libre de Bruxelles.
L. Nordiguian : archéologue, directeur de la photothèque, Bibliothèque Orientale (Université Saint-Joseph, Beyrouth).


Pour citer ce billet : M. Boustani, F. Bræmer, B. Geyer, N. Jacob-Rousseau, C. Nehmé, L. Nordiguian. 2016. De Beyrouth à Lyon : une exposition sur les paysages libanais, ArchéOrient – Le Blog (Hypotheses.org), 8 janvier 2016. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/5257


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *