Le Pléistocène récent en Arabie du Sud : questions de continuité ou de discontinuité du peuplement ?

Les plateaux calcaires d’Arabie du Sud, qui s’étendent des plateaux du Hadramawt et du Mahra au Yémen jusqu’au plateau du Nejd dans le Dhofar, dans le sud de l’Oman (aussi appelés Hautes Terres d’Arabie du Sud) (Fig.1), ont été le sujet de recherches considérables au cours des dernières décennies. Ce billet traite des ramassages systématiques effectués lors de prospections ainsi que des assemblages issus de fouilles portant sur les périodes de l’extrême fin du Pléistocène et de l’Holocène ancien (TP/EH) de cette région. Ces assemblages archéologiques sont attribués au « Leptolithique du Nejd », qui est un techno-complexe lithique (un ensemble homogène de pierres taillées préhistoriques) appartenant au « Paléolithique récent » (Late Paleolithic) et qui précède le Néolithique dans cette partie du monde. Jusqu’à présent, ce techno-complexe est caractérisé par une multitude d’assemblages qui partagent des traits techno-typologiques similaires. La caractéristique principale de ces assemblages est la forte proportion de lames (généralement plus de 20% des vestiges retrouvés sur les sites). Le mode de débitage se limite à des stratégies de réduction unipolaires qui emploient trois méthodes distinctes, définies à partir d’analyses d’attributs et de remontages (Hilbert, 2014).

Fig 1: Les Hautes Terres d’Arabie du Sud.

Fig 1: Les Hautes Terres d’Arabie du Sud.

Alors que les sites du Paléolithique récent retrouvés dans le Dhofar (Fig. 2) partagent de larges pans techno-typologiques, des différences importantes ont été identifiées dans le Leptolithique du Nejd, nécessitant la séparation de cette entité en deux industries distinctes : le Hatabien (Hatabian), issu de la fouille de al-Hatab, et le Khashabien (Khashabian) qui est connu dans les niveaux les plus anciens de Khamseen et dans deux niveaux de l’abri de Ghazal. Des données géochronologiques issues de la région d’Umm al-Khashab dans le Dhofar placent le Hatabien à l’extrême fin du Pléistocène et le Khashabien entre l’Holocène ancien et moyen.

Fig. 2 : Cartes des sites mentionnés dans le texte. 1: Mutahafah; 2: Jebel Kareem; 3: abri de Khamseen; 4: Ghazal; 5: al-Hatab.

Fig. 2 : Cartes des sites mentionnés dans le texte. 1: Mutahafah; 2: Jebel Kareem; 3: abri de Khamseen; 4: Ghazal; 5: al-Hatab.

Contexte paléoclimatique en Arabie du sud

Les restitutions environnementales et les questions de l’adaptation des populations préhistoriques aux paléoclimats sont des problématiques cruciales pour la compréhension des dynamiques des populations passées. Malheureusement, les industries lithiques n’offrent qu’une information limitée sur les interactions Homme/Milieu.
Les archéologues, paléoclimatologues et paléoenvironnementalistes tentent d’évaluer si l’Arabie a pu voir le développement de populations humaines dans le passé, sur la base d’estimations d’humidité et de biomasse. On s’attend ainsi à ce que les phases d’accroissement d’humidité, au cours des interglaciaires, aient été plutôt favorables aux groupes humains pour atteindre l’Arabie et y vivre. Au cours de phases pluviales, les déserts secs et hostiles d’Arabie étaient transformés en savanes semi-arides, capables d’entretenir une biomasse plus importante qu’aujourd’hui. Les phases humides (interglaciaires) sont intervenues à différentes magnitudes et au cours de différentes durées pendant les stades isotopiques (MIS) MIS 5e (128.000 -120.000 BP) (BP = avant 1950), MIS 5c (110.000-100.000 BP), MIS 5a (90.000-74.000 BP), début du MIS 3 (60.000-50.000 BP), et aussi durant l’Holocène ancien (10.000-5.000 BP). A l’inverse l’Arabie a subi une forte aridification au cours du MIS 4 (74.000-60.000 BP) et MIS 2 (20.000-10.000 BP) (Preusser, 2009).

On a suggéré que pendant ces périodes arides, les populations humaines étaient forcées de quitter l’Arabie pour éviter l’extinction (Rose, 2006; Uerpmann et al., 2009; Armitage et al., 2011). Après ces événements dits « tabula rasa », les groupes issus de zones-refuges adjacentes ont repeuplé l’Arabie au cours de phases humides ultérieures. Cette hypothèse ne peut être vérifiée que par la découverte d’une industrie lithique en Arabie du sud qui partagerait des aspects technologiques et typologiques avec une industrie connue dans une région adjacente (la plus vraisemblable étant le Levant méditerranéen) et qui serait contemporaine ou très proche dans le temps (Uerpmann et al., 2009). Il est aussi important de déterminer à quel moment les conditions climatiques favorables ont commencé au cours de l’Holocène ancien, et donc quand les groupes humains se sont diffusés à partir de leurs zones-refuges ou que des contacts culturels ont existé entre les différentes régions. Les données obtenues à partir des études des spéléothèmes (concrétions calcaires dans les grottes) du Dhofar et du Yémen situent l’optimum des conditions climatiques humides autour de 10.500 BP. Afin d’évaluer si une occupation continue des Hautes Terres d’Arabie du Sud pendant les phases où le climat n’était pas favorable a bien eu lieu, l’examen des assemblages lithiques datés (entre 12.500 et 8.000 BP) est d’un intérêt certain.

Le Leptolithique du Nejd

Les assemblages laminaires appartenant au Leptolithique du Nejd caractérisent le Paléolithique récent du Dhofar. Les fouilles menées à travers le sud du plateau du Nejd ont révélé que ces industries montrent des différences aussi bien technologiques que chronologiques. Sur la base d’analyses de remontages, trois méthodes de production de support ont pu être identifiées, lesquelles sont présentes tout au long du Leptolithique du Nejd.

Lorsque ces méthodes de production laminaires sont trouvées in situ, elles sont associées à un ensemble d’outils standardisés : différentes formes de racloirs qui peuvent être interprétées, sur la base d’analyses morpho-fonctionnelles, comme résultant d’un usage intensif et de réaffutages, et appelés « pseudo-couteaux à dos ». Ils montrent également des traces possibles d’emmanchement ou de préhension, une hypothèse basée sur la divergence de l’inclinaison des retouches et sur les micro-négatifs retrouvés sur les parties distales et proximales. Des pointes de projectile à pédoncule sont également attestées. La retouche utilisée pour créer le pédoncule est abrupte et unifaciale. Aucune retouche supplémentaire n’est nécessaire, compte-tenu de la forme prédéterminée du support. De plus, des grattoirs et des burins sur troncature, souvent obtenus sur des lames débordantes, complètent l’ensemble des outils.

Datation et description du Leptolithique du Nejd

Les assemblages stratigraphiés du Leptolithique du Nejd sont connus dans les horizons archéologiques suivants : Abri Ghazal Niveaux 1 et 2, Abri Khamseen Niveau 5, et al-Hatab Niveaux 1 et 2. Le Niveau 5 de Khamseen a livré une date OSL de 9400 ± 80 alors que les dates OSL du Niveau 2 d’al-Hatab sont de 12.800 ± 100. Le niveau 1 d’al-Hatab a été daté par méthode radiocarbone AMS de 10.430 ± 140 cal. BP (BETA-237899). Les échantillons OSL de l’Abri Ghazal situent le dépôt archéologique entre 8400 ± 40 et 7 400 ± 40.

Fig. 3. Matériel de l’Hatabien du site d’al-Hatab. 1 et 2 : pointes pédonculées ; 3 : fragment distal d’une pointe unifaciale ; 4 à 6 : pointes partiellement retouchées ; 7 : lame retouchée latéralement ; 8 : lame à troncature ; 9 et 11 : burin sur troncature linéaire ; 10 : burin sur troncature convexe ; 12 et 13 : burin sur troncature oblique et concave ; 14 à 16 : bifaces ; 17 à 19 : nucléus unipolaires à plan de frappe unique

Fig. 3. Matériel de l’Hatabien du site d’al-Hatab. 1 et 2 : pointes pédonculées ; 3 : fragment distal d’une pointe unifaciale ; 4 à 6 : pointes partiellement retouchées ; 7 : lame retouchée latéralement ; 8 : lame à troncature ; 9 et 11 : burin sur troncature linéaire ; 10 : burin sur troncature convexe ; 12 et 13 : burin sur troncature oblique et concave ; 14 à 16 : bifaces ; 17 à 19 : nucléus unipolaires à plan de frappe unique

La phase la plus ancienne du Leptolithique du Nejd, le Hatabien identifié à al-Hatab et daté de l’extrême fin du Pléistocène, est aussi caractérisée par la production de petits bifaces (8 à 12 cm de long) (Fig.3). Les niveaux khashabiens, mis au jour aux abris Ghazal et Khamseen et datés de l’Holocène ancien et moyen, ne présentent pas cette composante bifaciale qui montre un changement probable dans l’assemblage des outils lithiques, alors que les méthodes de production de supports de base et des éléments typologiques persistent (Fig. 4). Ce changement peut être dû à une altération possible du savoir-faire ; des travaux complémentaires et de nouveaux sites stratifiés et datés du Paléolithique récent seront nécessaires pour tester cette hypothèse.

Fig.4 : Matériel du Khashabien. 1 à 3 : pointes pédonculées ; 4, 6 et 9 : pointes partiellement retouchées ; 5 et 8 : pseudo couteaux à dos ; 7 : triface sur grande lame ; 10 : burin sur troncature ; 11 : burin dièdre ; 12 : grattoir sur éclat ; 13 : remontage de six éclats sur nucleus à plans de frappe alternants, les chiffres montrent l’ordre des enlèvements et les flèches indiquent la direction des enlèvements.

Fig.4 : Matériel du Khashabien. 1 à 3 : pointes pédonculées ; 4, 6 et 9 : pointes partiellement retouchées ; 5 et 8 : pseudo couteaux à dos ; 7 : triface sur grande lame ; 10 : burin sur troncature ; 11 : burin dièdre ; 12 : grattoir sur éclat ; 13 : remontage de six éclats sur nucleus à plans de frappe alternants, les chiffres montrent l’ordre des enlèvements et les flèches indiquent la direction des enlèvements.

D’autres sites dans le Dhofar

En plus du matériel paléolithique récent, une série d’assemblages laminaires a été identifiée et comporte des différences avec le Leptolithique du Nejd. Ces assemblages montrent des aspects techno-typologiques qui rappellent les particularités du « Paléolithique supérieur » ou même de « l’Epipaléolithique ».

Jebel Kareem

Le site de Jebel Kareem est un site de plein air situé au sommet d’une colline à l’est du village d’Aybut sur le plateau du Nejd. L’amas de surface est composé de produits, nucléus et outils (réalisés sur du silex de très bonne qualité) qui montrent une répartition restreinte dont la densité est très importante dans une zone centrale et s’amenuise vers la périphérie. L’analyse technologique a révélé l’usage de trois méthodes de débitage laminaire, lamellaire et d’éclats. Des nucléus à plan de frappe unique unipolaire tournant ont permis de produire de grandes lames symétriques ; la présence de lames à crête indique l’utilisation de stratégies complexes de débitage qui incluent la préparation soignée de surfaces de débitage sur les nucléus. Des tablettes de ravivage et des pièces débordantes ont également été retrouvées parmi les vestiges, renforçant la notion de complexité laminaire. On a aussi découvert une série de petits nucléus à lamelles et de lamelles associées. La deuxième méthode de production de supports la plus fréquente dans l’assemblage de Jebel Kareem consiste en débitage sur éclat, exécuté par percussion directe dure. Des éclats courts et larges ont été débités de manière récurrente et perpendiculairement sur de larges éclats et lames en utilisant la surface supérieure des supports comme plans de frappe. Des grattoirs, des grattoirs épaulés, des burins sur troncatures et des burins sur de petits éclats larges, produits selon la méthode de production de support sur éclat, dominent l’outillage. A part les petits burins réalisés sur des éclats courts et larges, la majorité des outils a été réalisée sur lames ou lamelles. Les lamelles à dos à retouche abrupte sont moins fréquentes, tout comme les pointes unifaciales et de fines pointes bifaciales, ainsi que différents types de racloirs (Figure 5).

Fig. 5 : Matériel du site de Jebel Kareem. 1 à 3 : lamelles ; 4 à 6 : pièces à dos ; 7 et 8 : burins sur petits éclats triangulaires obtenus sur des nucleus à éclats ; 9 : burin sur troncature oblique convexe ; 10 et 11 : grattoirs ; 12 et 13 : nucléus à lamelles ; 14 : pointe partiellement unifaciale.

Fig. 5 : Matériel du site de Jebel Kareem. 1 à 3 : lamelles ; 4 à 6 : pièces à dos ; 7 et 8 : burins sur petits éclats triangulaires obtenus sur des nucleus à éclats ; 9 : burin sur troncature oblique convexe ; 10 et 11 : grattoirs ; 12 et 13 : nucléus à lamelles ; 14 : pointe partiellement unifaciale.

Mutahafah

Le site de Mutahafah 1 est situé dans une vallée encaissée le long du Wadi Ghadun au centre du plateau du Nejd. Cinq sondages ont été implantés afin d’évaluer les chances de retrouver des vestiges préhistoriques in situ et en stratigraphie. Le remplissage stratigraphique retrouvé dans une tranchée de 1 x 2 m est un ensemble de lits horizontaux résultant de divers vestiges de pentes, de vestiges alluvionnaires et de sédiments éoliens. Le niveau archéologique le plus récent montre des caractéristiques rappelant des aspects technologiques à la fois du Paléolithique récent et du Néolithique. Sous ce niveau archéologique se situe un dépôt stérile de 40 cm d’épaisseur, constitué de sable fin et de limon qui reposent sur un deuxième horizon archéologique, AH2. Les pièces ont été réalisées sur un silex à grain fin. La densité des objets est modérée, avec 149 pièces (débris et esquilles inclus) retrouvées dans le sondage. La production de supports est largement laminaire et lamellaire. Huit segments de cercle à dos allongés et étroits ont été retrouvés (Figure 6). Les segments à dos sont rares en Arabie du Sud, d’autant plus que les pièces à dos, d’une manière générale, sont absentes des industries paléolithiques d’Arabie retrouvées à ce jour.

Fig. 6 : Matériel du site de Mutahafah. 1 à 8 : segments de cercle.

Fig. 6 : Matériel du site de Mutahafah. 1 à 8 : segments de cercle.

Conclusion

Est-il possible, sur la base des données présentées ici, de conclure à une continuité du peuplement en Arabie du Sud au cours du Pléistocène récent ? Cela reste difficile, compte-tenu du manque de sites datés et de recherches. Ce qui peut être dit, c’est qu’une culture matérielle spécifique a été identifiée pour le Pléistocène final et l’Holocène récent. Le Leptolithique du Nejd, qui précède la phase humide de l’Holocène ancien, peut trouver son origine dans une culture plus ancienne et encore non datée en Arabie du Sud, ce qui supposerait l’existence d’une zone-refuge dans les Hautes Terres. Le manque de données, à ce stade, empêche d’aller au-delà de la formulation d’hypothèse sur le sujet. La coexistence possible d’industries du Néolithique et du Paléolithique récent en Oman du Sud et au Yémen (cf. Crassard et al., 2006; Zarins, 2013) indique que la question d’une continuité de peuplement dans cette région pourrait bien être encore plus complexe qu’on ne le croit.

Références bibliographiques

Armitage, S.J., Jasim, S.A., Marks, A.E., Parker, A.G., Usik, V.I., Uerpmann, H.-P., 2011. The southern route “Out of Africa”: evidence for an early expansion of modern humans into Arabia. Science 331, 453456.

Crassard, R., McCorriston, J., Oches, E., Bin’Aqil, A., Espagne, J., Sinnah, M., 2006. Manayzah, early to mid-Holocene occupations in Wadi Sana (Hadramawt, Yemen). Proceedings of the Seminar for Arabian Studies 36, 151-173.

Hilbert, Y.H., 2014. Khashabian: A Late Paleolithic industry from Dhofar, Southern Oman. British Archaeological Reports (International Series) 2601, Archaeopress, Oxford.

Preusser, F., 2009. Chronology of the impact of Quaternary climate change on continental environments in the Arabian Peninsula. C. R. Geoscience 341 (8), 621-632.

Rose, J.I., 2006. Among Arabian Sands: Defining the Palaeolithic of Southern Arabia. Ph.D dissertation, Southern Methodist University, Dallas (Unpublished).

Uerpmann, H-P., Potts, D., Uerpmann, M., 2009. Holocene (RE-) Occupation of Eastern Arabia. In: Petraglia, M.D., Rose, J.I., (Ed.), Evolution of Human Populations in Arabia: Paleoenvironments, Prehistory and Genetics. Springer Academic Publishers, Dordrecht, pp. 205-214.

Zarins, J., 2013. Hailat Araka and the South Arabian Neolithic. Arabian Archaeology and Epigraphy 24, 109-117.

L’auteur

Yamandu Hilbert est Post-doctorant de la Fondation Fyssen. Préhistorien, spécialiste des industries lithiques de la Péninsule arabique. UMR 5133 – Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Yamandu Hilbert. Le Pléistocène récent en Arabie du Sud : questions de continuité ou de discontinuité du peuplement ?, ArchéOrient - Le Blog, 11 décembre 2015, [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/5192

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *