Il y a cinquante ans : à la découverte de Mirgissa, forteresse nubienne du Moyen-Empire

Mirgissa, ancienne Iken, orgueilleuse forteresse du Moyen-Empire construite, parmi d’autres, par les pharaons aux confins nubiens de leur territoire, te voici réduite à quelques murs de briques crues ruinés sur un îlot au milieu du lac Nasser (Fig. 1). Tout le reste a disparu, noyé, effondré, lessivé par les eaux retenues au sud du barrage d’Assouan. Vipères à cornes, scorpions et autres bestioles moins redoutables se sont réfugiées en nombre sur ce petit espace en fuyant la montée des eaux jusqu’au début des années 1970, seuls vestiges de la vie que la population nubienne, ses palmiers et son petit bétail formaient jusque-là sur la rive du Nil.

Fig. 1 : Vue panoramique de Mirgissa en 1966 avec la deuxième cataracte en cours d'envahissement par les eaux du Nil : à gauche, la maison de fouille de la Mission archéologique

Fig. 1 : Vue panoramique de Mirgissa en 1966 avec la deuxième cataracte en cours d’envahissement par les eaux du Nil : à gauche, la maison de fouille de la Mission archéologique ; à droite, l’extrémité nord-est de la forteresse de Mirgissa.

Que nous reste-t-il alors de ce site prodigieux dominant le fleuve (Fig. 2), de ce courant tumultueux de la deuxième cataracte elle aussi disparue, de ces maisons nubiennes en terre crue aux portails si bien décorés de peintures et d’assiettes ornementées (Fig. 3), de Buhen, autre forteresse pharaonique, de la cathédrale de Faras « mise au jour » par une équipe polonaise amie, des multiples gravures rupestres ?… Qu’en reste-t-il sinon nos souvenirs, nos photos, et peut-être aussi, heureusement, quelques trésors recueillis dans nos musées, nos publications, pâles reflets d’une réalité observée mais jamais transmise aussi bien qu’on l’aurait souhaité ?

Fig. 2 : Forteresse de Mirgissa vue depuis la rive droite du Nil.

Fig. 2 : Forteresse de Mirgissa vue depuis la rive droite du Nil.

Fig. 3 : Maison nubienne abandonnée.

Fig. 3 : Maison nubienne abandonnée.

 

Fig. 4 : Exemple de petite embarcation sommaire pour traverser le fleuve.

Fig. 4 : Exemple de petite embarcation sommaire pour traverser le fleuve.

L’aventure fut fantastique, à l’image des explorations archéologiques des pionniers de la discipline. Dans l’urgence de la campagne de sauvetage des vestiges de Nubie, tout était découverte pour les jeunes chercheurs que nous étions : la traversée hasardeuse du Nil, juste en amont de la cataracte, sur un frêle esquif fait de morceaux de bidons assemblés et de draps rapiécés en guise de voile (Fig.4) ; le réfrigérateur à pétrole ; l’éclairage de même ; la nourriture quelquefois rare ou inappropriée ; l’eau abondante dans le Nil mais qu’il fallait traiter artisanalement pour la rendre consommable, la circulation éventuellement périlleuse en Land-Rover sur des terrains totalement vierges…

C’est André Vila, rencontré sur les chantiers préhistoriques d’André Leroi-Gourhan auxquels je participais alors, qui a incité Jean Vercoutter à m’entraîner à Mirgissa : on me proposait d’y expérimenter, dans le cadre de la Mission archéologique française au Soudan de 1965 à 1969, les méthodes de prospection géophysiques que je commençais à maîtriser pour la reconnaissance des sites archéologiques.

Pour nous, les membres de l’équipe, il y avait eu l’avion à l’aller. La halte incontournable, parce qu’il était le seul à Khartoum, au Grand Hôtel, avec son early morning tea dans la chambre lambrissée d’acajou, ainsi que son inoubliable demi-litre de citronnade sur la terrasse dominant la fin du parcours du Nil Bleu avant sa rencontre, au pied de la ville ancienne d’Omdourman, avec le Nil Blanc. Bref une ambiance très british, survivance d’une époque où Agatha Christie parcourait les chantiers du Moyen-Orient en suivant son archéologue de mari. Car tout cela était servi par d’immenses nubiens au port altier, en blanc immaculé, tandis que d’autres, dans le plus simple appareil, lessivaient et faisaient, à bout de bras, sécher leurs caleçons et leurs galabiehs qui formaient de gigantesques manches à air sous le vent du désert tout proche (Fig. 5). Les derniers temps coloniaux avaient disparu mais il en restait encore quelques traces !

Fig.5 : Galabieh séchant au vent comme une manche à air

Fig.5 : Galabieh séchant au vent comme une manche à air

L’étape de Khartoum, avec son invitation protocolaire à l’ambassade de France, était aussi l’occasion d’approvisionner la mission en compléments indispensables pour un long séjour pratiquement sans ressources en bordure de désert : matériel d’usage courant, aliments de longue conservation, etc… Parmi ceux-ci, le retrait d’un stock de petite monnaie nécessaire à l’appoint des payes des ouvriers en fin de semaine le jeudi soir. J’ai contribué à plusieurs reprises, seul ou avec J. Vercoutter, au transport de deux volumineux et pesants sacs de toile dont le contenu devait être évident pour tous, dans la rue ou dans le train. Nous n’avions, bien sûr, aucun garde du corps tant la confiance régnait dans le Soudan de l’époque alors que l’inflation avait rendu la valeur en cuivre de notre magot supérieure à sa valeur nominale !

Puis il y avait le voyage jusqu’à Wadi-Halfa dans ce train d’un autre âge (Fig. 6), d’un luxe fané, tant avec ses compartiments à lavabo et couchettes que son wagon restaurant. Les mêmes serveurs qu’au Grand Hôtel nous proposaient, pendant deux jours et deux nuits, currys dignes des meilleures tables coloniales anglaises et gelées colorées tremblotant sur la table roulante au gré des secousses des wagons sur les rails de la voie étroite. Après une descente du Nil au plus près de sa rive droite, la voie nous conduisait vers le nord jusqu’à Atbara puis, après le virage du fleuve pour sa grande boucle vers le sud-ouest, s’enfonçait pour une traversée de 24h d’un désert totalement minéral, seulement ponctuée par le réapprovisionnement de la machine à vapeur aux châteaux d’eau disposés le long du parcours : pour le coup, ces haltes pittoresques nous auraient plutôt évoqué des scènes de Far-West, n’eût été l’envol d’une nuée de galabiehs blanches parties soulager un besoin naturel derrière les petits reliefs voisins.

Fig.6 : Train de Khartoum à Wadi Halfa

Fig.6 : Train de Khartoum à Wadi Halfa

Fin 1965, Wadi-Halfa, terminus du trajet ferroviaire, n’existait déjà plus. Seul, le minaret de sa mosquée, probablement en instance d’effondrement, dépassait encore des eaux à quelque distance du rivage du lac dont le niveau s’élevait chaque année lors de la crue. La ville s’était réduite à quelques baraques édifiées par des irréductibles qui n’avaient pas accepté leur transfert autoritaire vers New-Halfa à trop grande distance et dans un contexte géographique inadéquat.
Comme aucune expérience du type qui m’avait été proposé n’avait été jusque-là tentée dans un tel environnement géographique, je m’étais muni, lors de mon premier séjour, de tout un arsenal d’outils transporté par mer, à grands frais sans doute pour la Mission archéologique française, débarqué à Port-Soudan, acheminé par train lui aussi jusqu’à Wadi-Halfa, récupéré puis emporté vers un embarcadère improvisé pour traverser le Nil et rejoindre Mirgissa sur la rive gauche. Matériel fragile, sans surveillance, arrivé presque sans encombre à destination !

Premier choc culturel à l’arrivée dans cette maison nubienne de terre crue, non pas fermée sur elle-même selon l’usage local, mais conçue grande ouverte : perchée sur une falaise rocheuse comme la forteresse toute proche, elle donnait sur le désert intégral immédiatement à l’ouest et dominait de quelques dizaines de mètres le paysage de cataracte à l’est. Début des chantiers au lever somptueux du soleil sous un vent glacial du Nord ; la mi-journée, même en décembre, est torride et impose un retour à l’abri au plus tard à 13h pour le repas et une sieste indispensable sur nos angarebs, rustiques lits locaux en bois et paille tressée. La nuit, qui tombe très vite à cette latitude (21°7 N), est très noire, constellée d’étoiles innombrables et toujours très visibles dans un ciel de beau temps quasi permanent. On y découvre et on y comprend enfin (clairement !) le cycle de la lune qui, imperturbablement, revient illuminer le paysage grandiose et inciter tous les ouvriers, particulièrement pendant le mois de Ramadan, à sortir de leurs paillotes pour mener durant plusieurs heures un sabbat de palabres, de chants et de danses auquel nous étions parfois invités, sans souci du difficile réveil du lendemain matin.

Fig7a Fig7b
Fig. 7a et b : Modelages en limon et dessins de bovidés réalisés par les ouvriers originaires du sud du Soudan

Étrange assemblage que cette communauté hétéroclite d’une centaine d’hommes réunis pour la circonstance improbable de ce chantier de sauvetage, mais logique néanmoins dans sa composition. Une bonne partie d’entre eux, nubiens du voisinage ou issus de hameaux plus lointains, s’étaient fait embaucher, attirés par un salaire misérable mais quasi princier dans le contexte local. Une autre partie, importante également, avait été expédiée du sud par le gouvernement, apparemment sans trop de contrainte, heureuse aussi de bénéficier de cette manne salariale, mais bien éprouvée par la froideur des matins, imprévue pour eux tous qui grelottaient emmitouflés dans de maigres couvertures à trous ! Nouers, Dinkas et Chiloukes nous décrivaient dans un anglais on ne peut plus approximatif (leur arabe n’était guère plus riche !) les merveilles de leurs régions qui ici faisaient si grand défaut : bétail opulent, fruits et légumes à profusion, … Ce sont eux qui, étant chrétiens, nous avaient valu, de nuit en plein air, une mémorable messe de Noël, par un aumônier ami de passage, dont le sermon, en langue locale, nous avait marqués plus par l’expressivité de sa gestuelle que par ses mots. Ce sont eux aussi qui nous offraient ces superbes dessins et modelages traditionnels de limon du Nil figurant la variété des bovins qui leur étaient familiers, à la fois réalistes par la figuration des pelages en blanc (cendre), noir (charbon) et orange (brique pilée) et d’une esthétique incroyablement moderne (Fig. 7a et b). Il y avait enfin l’encadrement par les qouftis, contremaîtres expérimentés en matière de fouilles, recrutés à Qouft, en Egypte par Jean Vercoutter qui avait connaissance de leur efficacité. Sur tout ce petit monde régnait le raïs Ismaïl Ali Khalil dont l’autorité incontestée régentait autant la vie des chantiers (listes de présence, rotation des équipes, animation vocale du rythme de transport des paniers de sable, etc…) que celle du petit village de paillotes au calme quelquefois très relatif. Parmi les distractions organisées le vendredi, jour de repos, de spectaculaires et mémorables danses du bâton (le tahtib), mimant un affrontement guerrier, rassemblaient les communautés autour de cette tradition de Haute-Egypte (Fig. 8a et b).

Fig8a Fig8b
Fig. 8a et b : Danse du bâton (tahtib) par les qouftis du chantier

Je ne peux évidemment pas clore cette rapide évocation des chantiers de la campagne de Nubie pour « sauver » ce qui pouvait l’être des vestiges archéologiques destinés à l’engloutissement sans parler de l’équipe archéologique. Sous la conduite tutélaire de Jean Vercoutter, six à dix personnes la constituaient. Odette Vercoutter, son épouse, avait avec lui organisé la vie très réglée de la maison et veillait à son bon fonctionnement. Lorsqu’ils quittaient la mission, puisque le professeur devait assurer son enseignement à l’Université de Lille, c’est André Vila et son épouse Elisabeth qui prenaient en charge la conduite des chantiers et le bon déroulement des tâches domestiques. Leurs deux petites filles Emmanuelle et Valérie contribuaient à l’animation des heures passées à la maison (Fig. 9).

Fig. 9 : Emmanuelle Vila à la découverte des restes archéologiques d’un ancien village chrétien.

Fig. 9 : Emmanuelle Vila à la découverte des restes archéologiques d’un ancien village chrétien.

Celles-ci étaient évidemment consacrées non seulement à cataloguer, recoller, dessiner et photographier les objets, à mettre au point les comptes rendus et plans des fouilles…, mais aussi, comme dans toute petite communauté de travail, à partager, en fonction des talents ou des bonnes volontés de chacun, les multiples tâches et contraintes régulées de la vie quotidienne : entretien des lampes et du brûleur à pétrole du réfrigérateur, vérification du bon fonctionnement de nos deux si précieuses Land-Rover, contrôle du processus compliqué de purification de l’eau en fonction de ses usages, partage des seaux d’eau chaude pour la douche rudimentaire prise le soir dans un petit réduit sombre et humide à l’intérieur de la maison, bricolages techniques pour réparer ou améliorer certaines carences des conditions de vie locale… Pour ma part, je dus improviser la production de quelques centilitres d’eau distillée dont j’avais oublié de me munir pour remettre à niveau les batteries au plomb de mon magnétomètre à protons ou encore fabriquer un habillage de paille et de chiffons mouillés pour préserver l’appareil de la chaleur qui l’incommodait!

Réconfort de fin de semaine de travail ou récompense de fin de journée en cas de découverte exceptionnelle sur les chantiers, Jean Vercoutter nous fit aussi découvrir (raisonnablement !) les vertus du whisky-glace dont il ne manquait jamais d’approvisionner la maison lorsqu’il passait par Khartoum dans les rares « bonnes boutiques » qu’on y trouvait alors.

Fig. 10 : Bateau à aubes à l’abandon sur le lac Nasser en cours de remplissage, au pied de la citadelle de Bouhen

Fig. 10 : Bateaux à aubes à l’abandon sur le lac Nasser en cours de remplissage, au pied de la citadelle de Bouhen

Il y eut enfin le retour par l’Egypte pour les deux étudiants lillois de ma première mission, Christiane Venot et Jean-Pierre Husson, mon épouse Janine qui m’avait accompagné en participant activement aux travaux et moi-même. Nous partîmes de Wadi Halfa en bateau à aubes sur le lac (Fig. 10), jusqu’à Louqsor, avec passage en vue d’Abou Simbel en cours de démontage à l’horizon. Guide Bleu d’époque sous le bras, au fil de la descente de la vallée du Nil, nous avons tous les quatre révisé nos leçons d’égyptologie à chaque étape du train qui nous ramenait peu à peu au Caire, puis à Alexandrie, terme d’une petite aventure initiatique de trois mois, plus ou moins coupés de notre monde habituel, sans téléphone, sans messagerie, bien sûr!

Et pour essayer d’être un peu plus complet . . .

Pécheur à l’épervier dans les eaux du lac Nasser

Pécheur à l’épervier dans les eaux du lac Nasser

A. et J. Hesse lors d’une traversée du Nil

A. et J. Hesse lors d’une traversée du Nil

Acheminement des réserves d’eau à dos d’âne depuis le Nil jusqu’à la maison de fouille

Acheminement des réserves d’eau à dos d’âne depuis le Nil jusqu’à la maison de fouille

Bibliographie

Hesse A., 1970, « Introduction géophysique et notes techniques ».

– Essai de reconstitution du tracé du Nil à Mirgissa depuis le Moyen Empire et mise en évidence d’une « crue millénaire ».

– Résultats obtenus par la prospection magnétique sur le site de Mirgissa.

– Prospection magnétique de la forteresse et détection de certains éléments du plan par un procédé de calcul du gradient horizontal du champ.

– N.T.1: Essai d’interprétation des murs ondulés en briques crues dans l’architecture égyptienne du       Moyen Empire.

– N.T.2: Essai techno-chronologique sur la dimension des briques de construction.

– N.T.3: Etude archéomagnétique des aires de cuisson découvertes à Mirgissa.

In J. Vercoutter, « Mirgissa I », Librairie Orientaliste P. Geuthner, Paris, 51-122.

Hesse A., 1971, « 1/ The measurement of ancient bricks and its archaeological interest

2/ Tentative interpretation of remains on the upper fort of Mirgissa »

Mathematics in the Archaeological and Historical Sciences (Mamaia, 1970), Edinburgh University Press, 432-444.

Hesse A., 1975, « Méthodes de prospection applicables aux sites archéologiques du Soudan. », Actes du XXIXe Congrès International des Orientalistes 1973, 45-48.

Hesse A., 1981, « Prospection en milieu désertique: quelques cas exemplaires en Nubie soudanaise. » Table Ronde « Prospection et Sauvegarde des Antiquités de l’Egypte », IFAO, Le Caire, Bibliothèque d »Etude, t. LXXX VIII, 211-214, 2 planches.

Hesse A., 1989, « Rives et rivages anciens: reconnaissance par la prospection », « Méthodes pluridisciplinaires d’étude scientifique des sites et des vestiges archéologiques. », Actes du 112éme Congrès National des Sociétés Savantes, Lyon 1987, CTHS, Paris, 53-60.

Hesse A., 2015, « Early experiments of new surveying methods for archaeology along the Nile valley », Archaeologia Polona, Special theme: Archaeological prospection, 53, 123-128.

L’auteur

Albert Hesse a été chercheur au C.N.R.S. de 1960 à 1999, puis collaborateur de l’UMR 7619 « Sisyphe », Université Pierre et Marie Curie, Paris 6 de 1970 à 2008. Engagé dès le début, et pendant toute sa carrière, dans l’application des méthodes géophysiques à l’archéologie, il a progressivement élargi le champ de ses recherches à d’autres moyens de reconnaissance à vue sur le terrain, comme par exemple la collecte et l’analyse des distributions superficielles, et, plus généralement, à plusieurs aspects de la problématique archéométrique de l’archéologie.

Pour citer ce billet : Albert Hesse. Il y a cinquante ans : à la découverte de Mirgissa, forteresse nubienne du Moyen-Empire, ArchéOrient - Le Blog, 4 décembre 2015, [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/5098

Vous aimerez peut être aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *