Modélisation de la diffusion spatiale du Néolithique en Europe

L’ objectif de ces lignes est de présenter quelques figures illustrant la modélisation de la diffusion du Néolithique en Europe, telle que nous avons pu l’exprimer en trois articles successifs (Rasse, 2008, 2014, 2015). Le lecteur pourra, s’il le souhaite, retrouver la démonstration complète dans les articles figurant en bibliographie.

Dans notre texte de 2008, les modèles antérieurs de la « vague d’avance » (A.J. Ammerman et L. Cavalli-Sforza (1971, 1984) et de la « diffusion arythmique » (Guilaine, 2003 ; Mazurié de Kéroualin, 2001, 2003) nous paraissant insuffisants pour comprendre la dynamique spatio-temporelle de la diffusion du Néolithique, nous avions proposé l’idée que la propagation était davantage conforme au modèle classique de la diffusion des innovations de T. Hägerstrand (1952, 1953), à savoir que la diffusion du Néolithique en Europe se fait sur des espaces de plus en plus grands en des temps de plus en plus courts. Pour autant, la carte proposée (qui avait été établie en fonction de l’analyse des datations 14C des sites néolithiques européens faite par Mazurié de Kéroualin) montrait que cette dernière a connu de nettes périodes de ralentissement. Si elle semble donc se faire assez régulièrement à l’échelle européenne, il n’en reste donc pas moins que le long des voies d’expansion, cela se fait par à-coups successifs puisque des « barrières à la diffusion » sont nettement perceptibles sur la carte.

Figure 1 : Cartographie par isolignes de la diffusion du Néolithique en Europe (Rasse, 2014, )

Fig. 1 : Cartographie par isolignes de la diffusion du Néolithique en Europe (Rasse, 2014 © Mappemonde )

Un travail plus précis a été mené (Rasse, 2014) en actualisant les données cartographiques dans la mesure du possible (fig. 1) et en carroyant l’espace européen (en carreaux de 50 km de côté, maille qui paraît suffisante pour une analyse à l’échelle européenne) de manière à quantifier les surfaces qui ont été les premières à être affectées par les innovations. L’analyse porte sur un total de 1772 carreaux de 2500 km2 chacun (considérés comme « néolithisés » à partir du moment où il existe au moins un site dans l’espace concerné), ce qui correspond à une superficie continentale de plus de 4,4 millions de km2, sur un faisceau ayant pour centre le Levant et pour limites d’une part le littoral du Nord de l’Afrique et d’autre part une ligne allant du Sud de la Mer Noire jusqu’au littoral de la Lituanie (Iles Britanniques et partie sud de la Scandinavie comprises).

Figure 2 : « L’étape d’expansion » du processus de diffusion spatiale (Rasse, 2014).

Fig. 2 : « L’étape d’expansion » du processus de diffusion spatiale (Rasse, 2014 © Mappemonde)

La figure 2 simplifie les informations : à l’histogramme représentant l’évolution du nombre des surfaces pionnières par siècle (les chiffres indiquent les différentes phases d’expansion ainsi reconnues) est superposée la courbe de la fréquence cumulée des surfaces situées à l’arrière du « front de néolithisation ». Rien ne pouvant être tiré directement des données pour exprimer le nombre de surfaces adoptantes à l’arrière du « front de colonisation », la courbe de la fréquence cumulée des adoptants a été faite en considérant que tous les espaces disponibles à l’arrière de ce front avaient été colonisés.

Quant à la figure 3, elle a été faite en prenant en compte, le long de quatre grands transects européens, le rapport espaces acquis à la néolithisation / espaces totaux en Europe, ainsi que le rapport distances parcourues par siècle / distance totale en Europe. Il est ainsi possible de mieux visualiser les étapes de la diffusion.

Figure 3 : les étapes de la diffusion du Néolithique en Europe (Rasse, 2014 © Mappemonde)

Fig. 3 : Les étapes de la diffusion du Néolithique en Europe (Rasse, 2014 © Mappemonde)

La première étape (A) correspond au stade primaire de T. Hägerstrand, d’amorce du processus et d’apparition des premiers centres ayant adopté l’innovation depuis la zone Proche Orient-Chypre-Anatolie. En Europe, cette phase témoigne de l’arrivée entre 7000 et 6800 BC des premiers porteurs du « Néolithique acéramique » sur l’île de Crète et dans la péninsule grecque, puis de la diffusion des innovations vers le nord.

La phase B est la première étape de diffusion rapide en Europe. À partir de 6200 BC, la diffusion gagne toute la zone balkanique. De 6200 à 5800 BC, soit pendant 4 siècles, la rapidité de la diffusion est importante, passant de 14,2 à 31,4 % des surfaces totales acquises à la néolithisation (alors qu’il a fallu plus de deux millénaires pour atteindre les 14,2 % de 6200 BC). Le rythme est d’ailleurs encore plus rapide entre 6100 et 5900 BC (passant de 15,3 à 26,2 % des surfaces en deux siècles), période pendant laquelle tout le pourtour adriatique caractérisé par la céramique de type Impressa est intégré à cette dynamique (figure 1). Le processus se ralentit néanmoins durant le siècle 5900-5800, même si en termes de surfaces le gain n’est pas négligeable (+ 5,2 %) ; c’est la fin de cette première phase de diffusion rapide.

La période suivante 5800-5600 BC (C) peut être interprétée comme une période de transition. Le courant continental cesse d’être le moteur de la diffusion en Europe. Il est supplanté par le courant de la céramique dite « cardiale » qui, sans doute issu de la Méditerranée orientale et gagnant la Méditerranée occidentale par la Sicile et le Sud de l’Italie (ou pour certains, issu de la zone balkanique par l’extrême sud de l’Adriatique) montre un dynamisme exceptionnel (notamment entre 5800 et 5700 BC). 10,4 % de surfaces supplémentaires sont acquises en Europe en deux siècles, entre 5800 et 5600 BC, essentiellement en Italie tyrrhénienne, dans les îles (Sicile, Sardaigne et Corse) et le long de la mer ligure et des côtes nord-est de la Péninsule Ibérique. À côté de ce dynamisme sur le littoral méditerranéen, les surfaces gagnées en Europe de l’Est durant la même période sont bien peu représentées dans le bilan total. À l’échelle européenne, le processus de diffusion connaît une nouvelle période de ralentissement entre 5700 et 5600 BC. C’est très net pour le courant rubané qui ne progresse que très peu en Europe centrale, mais il est vrai que c’est à peine perceptible pour le courant cardial qui reste très actif.

La phase D est la deuxième étape de diffusion rapide en Europe (de 5600 à 5200 BC). Cette nouvelle étape est originale puisqu’elle doit ses caractéristiques au fait que les deux courants culturels participent tous deux à la forte progression de la diffusion. Entre 5600 et 5300 BC, soit en 3 siècles, 27,2 % des surfaces sont gagnées ; si l’on prend l’intervalle 5600-5200 BC, c’est 36,8 % du total européen, soit le plus fort taux de progression de toute la période considérée. Durant cette phase D, c’est néanmoins le courant rubané qui est le plus actif, notamment entre 5500 et 5300 BC. C’est à partir de 5300 BC que cette période de forte progression se termine ; c’est la fin de l’étape d’expansion du processus.

Bien que difficiles à cerner réellement faute de données suffisantes, les phases E (5200-4500 BC) et F (4500-3700 BC) correspondraient d’abord à un très fort ralentissement de la diffusion (E) : entre 800 et 1200 ans pour la traversée de la Manche, sans doute un peu moins pour l’extrême nord de la plaine de l’Europe continentale et les îles de la Baltique, puis à une reprise de la diffusion (F), les innovations touchant les Iles Britanniques (entre 4000 et 3700 BC) et très secondairement, le Sud de la péninsule scandinave (touché dès 4200 BC). Ces deux dernières phases correspondent grosso modo aux étapes de condensation et de saturation du concept de T. Hägerstrand.

À l’échelle européenne et sur les cinq millénaires concernés, la diffusion paraît donc bien répondre globalement au modèle logistique de la diffusion d’une innovation spatiale.
Mais à une échelle plus fine, tout laisse effectivement à penser que l’on peut individualiser plusieurs mouvements spatio-temporels dans cette diffusion. La dynamique même du courant continental peut être conçue comme la succession de deux mouvements successifs qui répondent à un même modèle, lequel peut fort bien rendre compte de la dynamique des autres mouvements. La figure 4 illustre notre raisonnement : issue de la zone d’élaboration primaire du Proche-Orient, une zone d’élaboration de nouveaux « concepts » socio-culturels émerge dans un secteur caractérisé par un ralentissement notable de la progression initiale (1) ; à partir de là, un nouveau « mouvement » est lancé ; il va donner naissance à un centre d’élaboration secondaire (un « centre-relais », 2A) qui va à son tour diffuser dans une périphérie plus ou moins lointaine (2B), et cela à la faveur d’une progression extrêmement rapide (sur deux-trois siècles) et sur de grands espaces assez homogènes dans lesquels les complexes archéologiques témoignent d’une évolution continue; puis le mouvement commence à s’essouffler et les complexes culturels tardifs qui se mettent en place s’éparpillent en petites aires culturelles bien individualisées (3) ; c’est dans ce long moment (autour de 5 siècles), durant lequel les cultures vectrices s’essoufflent, que de nouvelles innovations voient le jour en une aire bien individualisée (4), point de départ du mouvement suivant.

Figure 4 : Dynamique d’un « mouvement » de la diffusion du Néolithique (Rasse, 2014).

Fig. 4 : Dynamique d’un « mouvement » de la diffusion du Néolithique (Rasse, 2014 © Mappemonde)

Cette dynamique qui, rappelons-le, est strictement tirée de l’analyse spatio-temporelle de la progression, peut à notre avis parfaitement exprimer les différents mouvements de cette diffusion. Ainsi, dans le cas de l’Europe centrale (fig. 5), le Néolithique de Grèce et du sud des Balkans donne naissance au centre-relais du Starcevo-Körös (6000-5400 BC) qui va de proche en proche diffuser ses caractéristiques, à l’est avec l’ensemble Cris (5800-5600 BC) et à l’ouest avec l’Impressa Adriatique. Issues de ces mêmes ensembles, les céramiques linéaires transdanubienne (5500-5000 BC) et de l’Alföld (5500-4900 BC), qui s’individualisent dans la période de ralentissement comprise entre 5900 et 5500 BC, mais qui restent spatialement circonscrites, donnent à leur tour naissance à la Céramique linéaire la plus ancienne (5400-5200 BC), point de départ du mouvement suivant, le mouvement du Rubané d’Europe occidentale.

Sans vouloir nous engager sur des chemins spécifiques aux archéologues, il semble que nous pourrions en effet appliquer ce modèle aux autres mouvements du Néolithique en Europe : le mouvement du Rubané, issu lui-même du précédent et le mouvement du Cardial, issu d’une zone encore floue de Méditerranée ionienne. Sur la figure 5, nous avons tenté d’appliquer le modèle pour ces deux mouvements, en présentant aussi leurs implications dans la diffusion du Néolithique dans les Iles Britanniques et en Europe du Nord, Scandinavie partiellement comprise. Evidemment, les temporalités des mouvements sont différentes, mais il semble bien que les « phases d’essoufflement » soient à l’origine des innovations qui vont, dans une phase ultérieure, se diffuser à leur tour. C’est donc dans ces espaces « marginaux », de « fin de mouvement », que l’élaboration de nouvelles idées ou l’apparition de nouvelles contraintes se fait, donnant naissance à des aires spécifiques qui seront à l’origine d’un nouveau mouvement spatio-temporel. J. Guilaine (2003), en proposant son modèle de « diffusion arythmique », qualifiait ces zones « d’aires de mutation culturelle ».

Figure 5 : Application du modèle aux trois mouvements de la diffusion du Néolithique (Rasse, 2014).

Fig. 5 : Application du modèle aux trois mouvements de la diffusion du Néolithique (Rasse, 2014 © Mappemonde)

La figure 6 permet enfin de visualiser l’application spatiale de notre raisonnement. Dans le prolongement des mouvements antérieurs issus directement du Proche-Orient (symbolisés hâtivement sur la figure), les trois mouvements principaux (en couleur) se partagent la diffusion des innovations néolithiques en Europe. Ils donnent à leur tour naissance à d’autres mouvements (exprimés en gris et flèches) dont il faudra à l’avenir préciser les réelles dynamiques spatio-temporelles. Cette illustration a le mérite de mettre en valeur les « aires de mutation culturelle (ou d’innovations) » (en cercles de couleurs foncées pour les aires certaines et en gris pour les probables) qui sont à l’origine des différents mouvements, les centres secondaires, les zones de diffusion périphérique et les complexes tardifs (en valeurs de plus en plus faibles). Les ralentissements (figurés symboliquement par les isochrones) permettent de mettre en relation essoufflements et mutations, et de figurer la dynamique par à-coups de cette diffusion à l’échelle de l’Europe, les paliers successifs correspondants aux phases chronologiques principales.

Figure 6 : Application du modèle à une cartographie de la diffusion du Néolithique (Rasse, 2014).

Fig. 6 : Application du modèle à une cartographie de la diffusion du Néolithique (Rasse, 2014 © Mappemonde)

Les modalités spatio-temporelles de la diffusion du Néolithique interrogent donc. Mais en tout état de cause il n’y a pas une néolithisation de l’Europe, mais bien des néolithisations de l’Europe en différents courants de diffusion, caractérisés eux-mêmes par des structurations internes (en « mouvements » successifs).

Bibliographie

Ammerman A.J., Cavalli-Sforza L.L., 1971. Measuring the rate of spread of early farming in Europe. Man, 6, p. 674-688.

Ammerman A.J., Cavalli-Sforza L.L., 1984. The Neolithic Transition and the Genetics of Populations in Europe. Cambridge, Mass.: Princeton University Press, xv-176 p.

Guilaine J., 2003. De la vague à la tombe. La conquête néolithique de la Méditerranée. Paris: Seuil, 375 p.

Hägerstrand T., 1952. The propagation of innovation waves. Lund Studies in Geography, série B, n° 4.

Hägerstrand T., 1953. Innovation diffusion as a spatial process. Translation by A. Pred, 1967, Chicago : University of Chicago Press, XVI, 334p.

Mazurié de Kéroualin K., 2001. La Première Néolithisation de l’Europe: une réévaluation des modalités du peuplement. Genève: Université de Genève, Faculté des Sciences, Département d’Anthropologie et d’Écologie, thèse de doctorat.

Mazurié de Kéroualin K. 2003. Genèse et diffusion de l’agriculture en Europe: agriculteurs, chasseurs, pasteurs. Paris. Errance, coll. «Hespérides», 184 p.

Rasse M. 2008. La diffusion du Néolithique en Europe (7000-5000 av. J.-C.) et sa représentation cartographique. Mappemonde 90 (2008-2). [En ligne] http://mappemonde.mgm.fr/num18/articles/art08205.html

Rasse M. 2014. Modélisation de la diffusion du Néolithique en Europe. Mappemonde, 115 (2014-3). [En ligne] http://mappemonde.mgm.fr/num43/articles/art14302.html

Rasse M. 2015. Peut-on penser ensemble l’espace et le temps de la diffusion sans adopter un nouveau champ lexical ? Application à la diffusion du Néolithique en Europe. L’Information Géographique 2, 12-27.

L’auteur

Michel Rasse est Professeur de Géographie – Université Lumière-Lyon 2 – UMR 5133 – Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Michel Rasse. Modélisation de la diffusion spatiale du Néolithique en Europe, ArchéOrient - Le Blog, 27 novembre 2015, [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/5067

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *