Recherches sur les civilisations de l’Éthiopie antique : Wakarida et sa région

Le projet « Recherches archéologiques et épigraphiques dans la région du Tigray, Éthiopie  » porte sur les civilisations de l’Éthiopie antique (Ier millénaire avant notre ère-VIIe siècle de notre ère), leur essor et leur expansion, la transition entre diverses périodes de l’histoire antique, la transformation du milieu naturel, les types d’installations humaines et les contacts de l’Éthiopie antique avec le monde extérieur.

Fig.1 : Carte de localisation de Wakarida. © F. Dugast

Fig.1 : Carte de localisation de Wakarida. © F. Dugast

Le site de Wakarida, choisi comme premier terrain d’étude, est situé au nord-est du Tigray, à l’extrémité orientale du haut plateau dominant la plaine de l’Afar (fig 1-2). Les vestiges antiques couvrant quelque 9 ha semblent former une petite agglomération assez densément occupée dans l’Antiquité.

Fig. 2 : « Wakarida secteur 1 » : Fouilles du secteur 1. Au fond les terrasses de la vallée May Ayni. © I. Gajda

Fig. 2 : Fouilles du secteur 1. Au fond les terrasses de la vallée May Ayni. © I. Gajda

Trois secteurs de fouilles, ouverts entre 2011 et 2014, ont révélé des constructions caractéristiques de la période axoumite, présentant chacune un plan différent. Dans les trois bâtiments principaux on remarque un plan avec redans et rentrants, les murs extérieurs se distinguent par des arases de schiste en ressaut. Dans le bâtiment le plus prestigieux les angles sont renforcés par des blocs de pierre taillés et chaque pièce a, au centre, une dalle de schiste qui servait sans doute de support à un poteau soutenant un toit. Dans deux secteurs, le bâtiment principal, a l’architecture soignée, est entouré de structures plus modestes, peut-être des pièces de service (fig. 3-4). Les bâtiments découverts à Wakarida peuvent être rapprochés des édifices découverts à Axoum et à Matara, tant par les plans que par les techniques de construction mais sont de plus petites dimensions. Bien que situé à l’écart des principaux centres de pouvoir et des grands axes de circulation, le site n’est pas pour autant isolé. La prospection dans la région de Wakarida a permis de découvrir de nombreux autres sites, la plupart de taille plus modeste. Wakarida était occupé essentiellement pendant la période axoumite (entre le IIIe et le VIIe siècle). Si la majorité des sites de ses environs semble dater de la même époque, certains vestiges pourraient remonter à une époque antérieure. Wakarida était sans doute un centre de pouvoir local. Les travaux de terrain visent à préciser l’organisation du site, son rôle dans la région et ses liens avec le royaume d’Axoum.

Fig. 3 : « Wakarida secteur 1 » : Secteur 1. Passage entre le bâtiment à l’architecture soignée et les pièces qui lui sont associées (probablement des pièces de service). Les arases de schiste sont visibles sur la façade. © I. Gajda

Fig. 3 : Secteur 1. Passage entre le bâtiment à l’architecture soignée et les pièces qui lui sont associées (probablement des pièces de service). Les arases de schiste sont visibles sur la façade. © I. Gajda

Fig. 4 : « Wakarida secteur 2 » : Secteur 2. Des sablières placées à la base des murs et formant le seuil de la porte. © I. Gajda

Fig. 4 : Secteur 2 ». Des sablières placées à la base des murs et formant le seuil de la porte. © I. Gajda

Soutenue par le Ministère des Affaires étrangères, la mission contribue au programme d’inventaire, de conservation et de valorisation du patrimoine antique mené par les autorités du Tigray. La mission a également été sollicitée pour participer à une présentation d’objets archéologiques dans le musée régional de Wuqro qui ouvre ses portes le 18 octobre 2015.
Les fouilles et prospections sur le site archéologique de Wakarida et dans sa région mobilisent aujourd’hui une dizaine de chercheurs.

Quatre campagnes de terrain

Les recherches sur le site ont débuté en 2011 par une brève prospection archéologique et géophysique. Deux campagnes de fouilles successives en 2012 et en 2013, conduites dans deux secteurs, ont permis de dégager des bâtiments d’architecture typiquement axoumite, accompagnés d’un mobilier céramique abondant, avec une part notable de céramique fine. Les bâtiments ont été datés entre le IIIe et le VIe siècle, datation confirmée par les analyses C14. Dans de nombreux endroits du site, des murs arasés visibles en surface et la présence de tessons de céramique attestent l’existence d’autres vestiges antiques.

 La quatrième campagne de terrain sur le site de Wakarida s’est déroulée entre le 27 octobre et le 3 décembre 2014. Les fouilles des deux secteurs explorés en 2012 et 2013 ont été achevées tandis qu’un troisième secteur a été ouvert, révélant à son tour des bâtiments de l’époque axoumite (fig. 5). Par ailleurs, la prospection des environs de Wakarida et l’élaboration d’un SIG se sont étendues à la région de l’Afar (à l’ouest et au nord-ouest du site). Enfin, la prospection géomorphologique autour du site se poursuit dans le cadre d’une nouvelle thèse de doctorat.

Fig.5 : « Wakarida secteur 3 B. Riba ». Secteur 3. Le plan avec redans et rentrants. Sur les murs extérieurs on remarque les arases de schiste. © B. Riba

Fig.5 : Secteur 3. Le plan avec redans et rentrants. Sur les murs extérieurs on remarque les arases de schiste. © B. Riba

Le site de Wakarida et le royaume d’Axoum

Bien qu’éloigné de la capitale du royaume et de ses principales routes, Wakarida montre des liens évidents avec Axoum et faisait probablement partie d’un réseau de sites s’étendant jusqu’à l’extrême est du haut plateau tigréen. L’agglomération de Wakarida faisait-elle partie du royaume d’Axoum ou était-elle contrôlée par un autre pouvoir ? Cette question implique une recherche non seulement à l’échelle régionale, mais aussi à celle du royaume. Comment était organisé le royaume d’Axoum ? Sa domination s’étendait-elle réellement jusqu’aux limites orientales du haut plateau tigréen, voire jusqu’aux côtes de la mer Rouge ? Les centres urbains locaux étaient-ils soumis au pouvoir central d’Axoum, à un autre pouvoir ou étaient-ils plus ou moins indépendants ?

Les résultats de la mission de terrain à Wakarida indiquent l’existence d’une culture matérielle assez homogène entre la capitale, les villes majeures situées sur de grands axes de communication, comme Matara, et des sites plus éloignés, périphériques. Une certaine unité architecturale caractérise l’habitat de pratiquement tous les sites axoumites fouillés, tout au moins pour l’habitat de prestige : les palais, les résidences de personnes de haut rang ou les grandes maisons. L’architecture des bâtiments dégagés à Wakarida est comparable à celle connue aussi bien à Axoum que sur le site de Matara, tant par les plans des édifices que par les techniques de construction. Ces bâtiments appartiennent toutefois à une catégorie de constructions plus modestes. Leur mise au jour offre l’occasion d’étudier une architecture domestique en milieu rural pleinement inscrite dans la tradition architecturale axoumite, mais qui se distingue par certains traits originaux. En outre, si certaines catégories de céramique sont proches de la céramique axoumite, d’autres présentent des caractéristiques locales. Cette culture matérielle commune, comparée aux données des sources écrites, permet de supposer l’existence d’un pouvoir central fort contrôlant de vastes territoires au moins à partir du IIIe et jusqu’aux VIe-VIIe siècles. L’extension précise de cette domination reste à déterminer.

Le projet et l’équipe

Les fouilles et prospections sur le site archéologique de Wakarida et dans sa région ont été lancées en 2010 par Iwona Gajda et Fabienne Dugast (CNRS, UMR 8167 « Orient & Méditerranée »). Plusieurs spécialistes sont impliqués dans le projet.

À la campagne 2014 ont participé : Iwona Gajda (chef de la mission, épigraphiste et historienne, UMR 8167 « Orient et Méditerranée »), Anne Benoist (coordination du chantier de fouilles, étude des céramiques, UMR 5133 « Archéorient » / Univ. Lyon Lumière 2), Julien Charbonnier (archéologue, UMR 7041 « ArScAn »), Xavier Peixoto (archéologue, INRAP), Sabina Antonini (archéologue, Pérouse, Italie), Bertrand Riba (archéologue, UMR 8167 « Orient & Méditerranée »), Maria Gorea (dessin de céramique, UMR 8167 « Orient & Méditerranée »), Pascal Raymond (archéologue et topographe, INRAP), Olivier Barge et Emmanuelle Régagnon (cartographie, SIG, UMR 5133 « Archéorient » / Univ. Lyon Lumière 2), Yann Callot et Ninon Blond (géographes, géomorphologues, UMR 5133 « Archéorient », Univ. Lyon Lumière 2), Yohannes Gebre Sellassie (historien, doctorant à l’Université Paris I, n’a pas pu se rendre sur le terrain), Getatchew Dawi (représentant, ARCCH, Addis Abeba), Hailay Teklay (représentant, TTCA, Makale), Qadir Ahmad (représentant du pays Afar, woreda d’Adakwa), Amare Setotaw et Simeneh Bacha (chauffeurs, CFEE), Godana Yohannes et Sisay Getatchew (intendants, CFEE), ainsi que trente ouvriers de la région de Wakarida.

Le projet est soutenu par le Ministère des Affaires étrangères et du Développement International, l’UMR 8167 « Orient & Méditerranée » (CNRS-Paris IV-Paris I-EPHE-Collège de France, Paris), le LABEX ResMed, l’Authority for Research and Conservation of Cultural Heritage (Addis Abeba) et le Tigray Culture and Tourism Agency (Makale).

La mission bénéficie du soutien important du Centre Français d’Études Éthiopiennes (CFEE), Addis Abeba, impliquant son intégration dans les projets scientifiques du Centre, l’aide administrative à la préparation de la mission, l’aide logistique avec la participation active du personnel du CFEE aux travaux de terrain (deux chauffeurs et deux intendants), le prêt des voitures tout-terrain, du matériel archéologique et de camping. Sans cette aide la mission n’aurait pas pu fonctionner.

Communication des résultats

Une table ronde a été organisée par notre équipe au Musée d’Axoum le 16 novembre 2014 avec la participation de la mission italienne (direction Louisa Sernicola, Université de Naples) et la mission allemande (direction Iris Gerlach, Deutsches Archäologisches Institut, Berlin). Les échanges portaient sur les productions céramiques de l’époque pré-axoumite et axoumite.

À l’issue de la campagne de terrain, les résultats de la mission ont été présentés lors d’une conférence au CFEE le 2 décembre 2014.

Les résultats des campagnes 2011 et 2012 peuvent être consultés en ligne sur le site HAL-SHS :

Fabienne Dugast, Iwona Gajda. Recherches archéologiques et épigraphiques dans la région du Tigray (Éthiopie). Le site de Wakarida : prospection géophysique et sondages. Rapport de la campagne préliminaire – 24 mars-1er avril 2011. [Research Report] French-Ethiopian project of archaeological and epigraphic investigations in Tigrai region, Ethiopia 2011. <halshs-00662849>

Fabienne Dugast, Iwona Gajda. Report on fieldwork – First investigation on the site of Wakarida (March 21st – April 2nd 2011). [Research Report] French-Ethiopian project of archaeological and epigraphic investigations in Tigrai region, Ethiopia – Pre-Aksumite and Aksumite period (8th c. BC-AD 7th c.). 2011. <halshs-00662850>

Fabienne Dugast, Iwona Gajda. Recherches archéologiques et épigraphiques dans la région du Tigray (Éthiopie). Le site de Wakarida : étude du site et approche environnementale [I]. Rapport de la 2e campagne (11 novembre-15 décembre 2012). [Research Report] French-Ethiopian project of archaeological and epigraphic investigations in Tigrai region, Ethiopia 2013. <halshs-00908115>

Fabienne Dugast, Iwona Gajda. Report on fieldwork. Investigation on the Site of Wakarida (Saʿesiʿe Tsʿada Emba Woreda / Tigrai), November 15st – December 15th 2012. [Research Report] French-Ethiopian project of archaeological and epigraphic investigations in Tigrai region, Ethiopia 2013. <halshs-00865947>

L’auteur

Iwona Gajda est chargée de Recherche au CNRS, UMR 8167 – Orient & Méditerranée, Mondes sémitiques. Co-responsable de la mission archéologique et épigraphique franco-éthiopienne dans la province du Tigray

Pour citer ce billet : Iwona Gajda. Recherches sur les civilisations de l’Éthiopie antique : Wakarida et sa région, ArchéOrient - Le Blog, 16 octobre 2015, [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/4786

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *