Étude environnementale de Wakarida (Tigray, Ethiopie) : l’apport des récits d’explorateurs

Dans le cadre du projet franco-éthiopien « Recherches archéologiques et épigraphiques dans la région du Tigray, périodes pré-axoumite et axoumite (Ier millénaire avant notre ère – VIIe siècle de notre ère) » et des fouilles archéologiques du site de Wakarida, sur les contreforts nord-est du plateau du Tigray, dirigées par Iwona Gajda et Fabienne Dugast (CNRS, UMR 8167, Orient et Méditerranée), l’étude des environnements géographiques récents et anciens s’est appuyée sur l’analyse de plusieurs sources de données, dont les récits de voyageurs. Ceux-ci présentent en effet l’intérêt d’être des témoignages indirects des paysages anciens, qui permettent de pallier en partie l’absence de données scientifiques ou d’archives sur l’histoire de la région durant cette période.

Situé au cœur du Tigray, à environ 100 km à l’est d’Axoum (figure 1), le site de Wakarida apparaît à l’époque pré-axoumite (VIIIe – Ve siècles avant notre ère) et perdure à l’époque axoumite (Ier – VIe siècles de notre ère). Il occupe un promontoire sur le rebord du plateau du Tigray et se trouve en position intermédiaire entre celui-ci et la dépression du Danakil à l’est. Autour du site, les paysages sont montagneux, les pentes assez fortes, les sommets culminant entre 2 600 et 2 800 mètres d’altitude. Le milieu est fortement anthropisé, résultat de l’importante explosion démographique actuelle : les thalwegs sont occupés par des terrasses de culture, les habitations occupent les croupes et les versants les plus abrupts sont couverts par des murets à la fonction anti-érosive (figures 2 et 3).

La comparaison de cette occupation et de ses effets sur les paysages actuels avec la situation du XVIe au XIXe siècle est rendue possible grâce aux écrits de conquérants, d’aventuriers et d’explorateurs, qui décrivent avec un certain étonnement les paysages de cette région encore peu connue en Occident ou dans les pays arabes voisins.

Figure 1 - Carte de localisation de Wakarida. © Ninon Blond, 2015

Figure 1 – Carte de localisation de Wakarida. © Ninon Blond, 2015

Un paysage actuel peu boisé

Figure 2 - Carte des vallées autour de Wakarida. ©Ninon Blond, 2015

Figure 2 – Carte des vallées autour de Wakarida. ©Ninon Blond, 2015 (cliquer sur l’image pour agrandir)

Les paysages actuels du nord du Tigray, autour du site de Wakarida, sont aujourd’hui ceux de montagnes anthropisées à l’habitat dispersé, majoritairement rural, aux versants aménagés et relativement peu boisés. Aux alentours directs du site, on observe des thalwegs très aménagés (figure 3), sans végétation autre que celle cultivée, marqueurs d’une importante pression démographique. Les zones de fortes pentes sont couvertes de murets anti-érosion et d’une végétation assez basse, peu dense, arbustive ou buissonnante et de rares éléments plus hauts (figure 3). La strate arborée est quasiment absente des paysages actuels et l’agriculture s’effectue presque uniquement sur des terrasses aménagées à cet effet.

Figure 3 - Vue panoramique vers l'aval de la vallée de May Ayni (voir Figure 2) et du site de Wakarida.  ©Ninon Blond, 2014

Figure 3 – Vue panoramique vers l’aval de la vallée de May Ayni (voir Figure 2) et du site de Wakarida.
©Ninon Blond, 2014

 Certaines vallées à proximité du site de Wakarida semblent plus boisées, notamment celle de May Weini (figure 4). Les versants sont couverts de végétation et les banquettes anti-érosion en sont presque absentes. Le boisement est plus dense, et la hauteur de la végétation plus élevée : beaucoup d’euphorbes, des tamaris etdes oliviers entre autres. La culture est concentrée dans les thalwegs, néanmoins quelques arbres subsistent dans les parcelles, coupés ou encore vivants (figure 4), contrairement au thalweg de May Ayni, complètement déboisé  (figure 3).

Figure 4 - Vue vers l'amont de la vallée de May Weini (voir Figure 2). ©Ninon Blond, 2014

Figure 4 – Vue vers l’amont de la vallée de May Weini (voir Figure 2). ©Ninon Blond, 2014

Le paysage littéraire

L’étude a consisté à lire des ouvrages rédigés par des conquérants ou des explorateurs dans le nord de l’Ethiopie, et à rechercher systématiquement la mention d’éléments paysagers, afin de les mettre en regard des paysages actuels. L’ouvrage le plus ancien consulté est le récit de la conquête de l’Abyssinie au XVIe siècle, dans une traduction française de 1898 (Chahâb Ad-Dîn 1898). Les autres ouvrages sont du XIXe siècle, écrits en français et en allemand et sont détaillés dans le tableau 1.

Nom de l’auteur Titre de l’ouvrage Date Motif du voyage
Ah. Chahâb Ad-Dîn Des conquêtes faites en Abyssinie au XVIème siècle par l’imam Muhammad Ahmad dit Grâgne 1898 Conquête militaire
Cap. A.-R.-A. Girard Souvenirs d’un voyage en Abyssinie 1873 Mission scientifique
Ch.-Th. Lefebvre Voyage en Abyssinie 1845 Mission scientifique
E. Rüppel Reise in Abyssinien 1840 Mission scientifique
Tableau 1 – Récapitulatif des sources littéraires

 Des paysages anciens sauvages, dont l’homme semble absent

            Les traits principaux qui ressortent des descriptions des voyageurs parcourant le nord du Tigray sont ceux d’une contrée fertile, au boisement dense, peuplée de nombreux animaux et fortement cultivée. Alors que l’agriculture en terrasse est aujourd’hui présente partout dans le paysage (figures 3 et 4), on n’en trouve aucune mention dans les textes. Seul Edouard Rüppel utilise le terme, mais plutôt à propos de terrasses fluviatiles d’origine naturelle (Rüppel, 1840).

Ich habe schon gemeldet, dass die ganze Landschaft am Nordabhange der Simener Hochgebirge aus vulkanischen Hügeln besteht; das Ost-Ufer des Modagia-Flusses dagegen wird durch eine horizontale Terrasse von Sandsteinfelsen begrenzt, auf welcher eine beinahe wagerechte Fläche von fruchtbarer Erde aufliegt, die hier und da für den Ackerbau bestellt ist. Mehrere Dörfer lagen in dieser Ebene zerstreut.

J’ai déjà mentionné que tout le paysage du versant nord des montagnes du Simen était composé de collines volcaniques ; la rive est du fleuve Modagia, en revanche, est limitée par une terrasse horizontale composée de grès, sur laquelle repose une couche presque plane de terre fertile, labourée ici ou là pour l’agriculture. Plusieurs villages sont dispersés sur cette plaine.

            L’aspect général des paysages tigréens, au XVIe siècle comme au XIXe est celui de paysages fermés, aux chemins difficiles et à la végétation dense (« des arbres touffus et enlacés » barrent la route de montagne vers Axoum (Chahâb Ad-Dîn, 1898). L’imam Muhammad Ahmad note par exemple que le tamarin est si abondant que ses troupes peuvent s’en nourrir en chemin, quand les provisions viennent à manquer. Dans le district d’Enguela, la végétation est formée majoritairement de « kolkouals » (euphorbes), que l’on aperçoit sur la figure 5 (Lefebvre, 1845). Enfin, dans le nord du Tigray, un figuier « de Pharaon » (figuier sycomore) à proximité d’un torrent est si grand qu’il procure de l’ombre à toute une troupe qui y fait halte (Girard, 1873). Cette mention non négligeable d’arbres trouve un exemple, en zone de plaine, dans la gravure de la figure 5 (Lefebvre, 1845).

Figure 5 - Taye-Maoutcha (Tigray), gravure de Th.-Ch. Lefebvre, 1873. ©e-rara.ch, Swiss Electronic library.

Figure 5 – Taye-Maoutcha (Tigray), gravure de Th.-Ch. Lefebvre, 1873. ©e-rara.ch, Swiss Electronic library.

Une faune abondante et variée

            La faune décrite dans le nord du Tigray par les voyageurs semble témoigner d’une diversité plus importante au XIXe siècle qu’aujourd’hui. Dans les rivières du plateau qui conservent de l’eau en été, il y aurait eu des hippopotames et des crocodiles (Lefebvre, 1845). Au sud de l’Erythrée, des éléphants auraient servi de montures à des artilleurs (Girard, 1873), tandis qu’au nord du Tigray, on pouvait trouver en abondance des pintades, des oies, mais aussi des éléphants, des lions, des rhinocéros, des hyènes, des chacals et encore des grenouilles. La faune semble très abondante :

Dans la plupart des régions du Tigré, chaque jour on rencontre des antilopes de 12 ou 15 espèces différentes, parmi lesquelles l’agazen et le boor sont les principales. […] Outre l’antilope, on a encore la chance de rencontrer le buffle, le sanglier, la chèvre sauvage, la perdrix grise, la pintade et le pigeon. Le lièvre et le lapin sont également très abondants.

Vers une transformation des paysages ?

            Ces lectures et leur comparaison avec les paysages contemporains posent la question de l’évolution du paysage, physique et humain. Il semble en effet que la végétation au XVIe siècle comme au XIXe ait été bien plus dense et diversifiée qu’aujourd’hui, et que le paysage qui apparaît aux explorateurs du nord de l’Ethiopie ait été moins anthropisé et bien plus sauvage. Ces différences peuvent être liées à l’actuelle explosion démographique, qui conduit à l’exploitation maximale de l’espace. La disparition de certaines espèces animales, comme l’éléphant, vient corroborer l’hypothèse d’un important déboisement de la région depuis le XIXe siècle, même si certaines zones semblent relativement épargnées. Il serait intéressant de savoir si cela est le fait d’une volonté étatique contemporaine de reboisement ou si les pressions démographiques ont été moins fortes dans ces espaces. Enfin, les questions des pratiques agricoles et de l’érosion des sols doivent être envisagées – et le seront dans un prochain billet –, afin de mieux évaluer les évolutions paysagères et leurs facteurs.

Bibliographie

Chahâb Ad Dîn, Ah. 1898. Des conquêtes faites en Abyssinie au XVIème siècle par l’imam Muhammad Ahmad dit Grâgne, version française de la chronique arabe, publication commencée par Antione d’Abbadie et terminée par le Dr. Ph. Paulitscke, Paris, Librairie Emile Bouillon.

Girard, A.-R.-A. (Cap.) 1873. Souvenirs d’un voyage en Abyssinie (1868 – 1869), Le Caire, Librairie Nouvelle Ebner et Cie
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6208502q/f5.image

Lefebvre, Ch.-Th. 1845. Voyage en Abyssinie exécuté pendant les années 1839, 1840, 1841, 1842, 1843, part. II, t. 3 « Itinéraire – description et dictionnaire géographiques – physique et météorologie – statistique – ethnologie – linguistique – archéologie », Paris, Arthus Bertrand Editeurs.
http://www.e-rara.ch/doi/10.3931/e-rara-25052

Rüppel, E. 1840. Reise in Abyssinien, vol.2, Frankfurt Am Main, Sigmund Schmerber. https://archive.org/stream/reiseinabyssinie02rupp#page/n5/mode/2up

 L’auteur :

Ninon Blond est doctorante contractuelle en Géographie, Aménagement et Urbanisme à l’Université Lumière Lyon 2, sous la direction de Yann Callot et Nicolas Jacob. Elle est spécialisée en géographie, géoarchéologie et histoire des paysages.


Pour citer ce billet : Blond N. 2015. Étude environnementale de Wakarida (Tigray, Ethiopie) : l’apport des récits d’explorateurs, ArchéOrient – Le Blog (Hypotheses.org), 2 octobre 2015. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/4730


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *